Cher Moktar

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Une réaction à chaud aux attentats de Charlie Hebdo... mais qui fait pourtant preuve d’un remarquable recul.


Documentaires La Boite à Bulles Racisme, fascisme

Construit sous forme d’une lettre ouverte de l’auteur à un « stéréotype » né de la peur et du racisme, Cher Moktar se veut bien plus qu’un simple pamphlet ! Retraçant son itinéraire personnel, de l’enfance dans les HLM marseillais à sa vie de famille actuelle en maison pavillonnaire, Yann Madé s’interroge sur ses préjugés et dissèque, au fil de sa propre histoire, les raisons qui ont conduit la France « Touche pas à mon pote » des années 80 à devenir ce pays marqué par la peur et le rejet. Au gré d’un cheminement de pensée quasi sociologique se dessine une analyse en profondeur de la société. Intégration, sentiment d’appartenance, consommation, hiérarchie économique, puissance des représentations sociales, subjectivité de l’Histoire... Toute une variété de thèmes intrinsèquement liés sont explorés par un auteur à l’esprit fin et d’une grande humilité. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Janvier 2016
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Cher Moktar
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

22/01/2016 | Alix
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Suite aux attentats de 2015, il y a eu une véritable cassure en France et surtout dans le cœur des gens. La société et surtout sa pensée a beaucoup évolué même chez les plus tolérants. Beaucoup ne croit plus en une France multiculturelle à savoir black, blanc et beur. Tout cela, c’était avant. Il y a un après. On ne sait pas encore où tout cela va nous conduire. On craint le pire mais il reste toujours un espoir que les choses s’arrangent. Là, nous avons un auteur Yann Madé qui ose nous donner sa vision un peu personnelle de la situation sur ce qui a amené à ce déferlement de violence. Les attentats ne sont pas évoqués mais c’est à l’esprit. Il est question de racisme et de la peur de l’autre. Moi, j’avouer aisément comprendre cette peur presque irrationnel mais qui se base pourtant sur des faits réels. Ils nous haïssent réellement et nous devons faire face sans angélisme. Je salue le courage de l’auteur même si je ne partage pas tout à fait sa vision des choses. Dans sa démonstration, il y a beaucoup d’éléments qui me sont apparus comme assez pertinents. Je sais qu’il y a une certaine pudeur à ne pas parler de ces choses-là. On va faire comme nos ainés avec la guerre d’Algérie qui parlait des événements. L’auteur d’ailleurs cite cet exemple assez éloquent. On essaye d’effacer de notre mémoire ces petites choses qui dérangent afin de pouvoir continuer à vivre tous ensemble dans le calme, l’harmonie et la paix. Une lecture assez courageuse qui pousse à la réflexion. Avec cette bd, on entre dans une France qui a du mal à boucler ses fins de mois loin des analyses médiatiques qui sont dirigées par la bienpensante. C’est vrai que la construction de cette bd est un peu brouillonne. Mais au-delà de cela, ce sont des propos qui ne manquent pas de sens bien au contraire.

19/09/2016 (modifier)
Par Alix
Note: 2/5
L'avatar du posteur Alix

Mon impression reste mitigée, et j’ai bien du mal à décider si j’ai aimé cet album ou pas. Le contenu est intéressant et clairement documenté. Suite aux attentats de Charlie Hebdo l’auteur s’exprime sur la situation sociale en France, sur le racisme, la peur de l’autre etc… C’est incisif, et le propos dérange parfois, ce qui est le but recherché je pense. Mais la forme m’a empêché de pleinement apprécier cet album. La narration est fatigante, la faute principalement à un total manque de structure, on passe du coq à l’âne sans arrêt, pas de chapitre, de thèmes clairement définis, de pauses dans le récit… de plus l’auteur semble clairement calé sur le sujet, et fait souvent référence à certains évènements historiques ou personnages politiques sans développer, et je dois avouer que de nombreux points me sont passé au dessus de la tête. Il en ressort une impression d’élitisme un peu frustrante, et un sentiment d’être passé à côté du plus important : le propos. Un lecteur plus « au fait » appréciera je pense plus cet album. Moi, je me suis un peu ennuyé, voire énervé par moment.

22/01/2016 (modifier)