The Activity

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

"The Activity présente un aspect qui échappe aux médias traditionnels, en nous donnant un aperçu de ce qui est récemment devenu une des unités les plus importantes de l’armée américaine. Et peut-être est-il temps qu’ils récoltent leurs lauriers, même si ces hommes et femmes voudraient rester à tout prix dans l’ombre, où ils sont bien plus à l’aise."


Image Comics

Les temps changent, et avec l'évolution brutale des moyens de communication, les conflits internationaux prennent une toute autre ampleur. Les États- Unis comptent aujourd'hui dans leurs rangs une force spéciale parfaitement adaptée à cette nouvelle donne : l'Intelligence Support Activity. Les agents qui la composent ont pour objectifs d'assister, rectifier, et effacer au besoin toutes traces des missions que leurs collègues de la NSA, du FBI et de la CIA n'auraient pas menées à bien.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Août 2015
Statut histoire Série en cours 2 tomes parus
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série The Activity
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

20/10/2015 | Mac Arthur
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Voià une BD qui me fait furieusement penser à certaines séries télévisées comme "Strike Back", "Homeland" mais dans une moindre mesure puisque dans cette dernière la psychologie des personnage est mise en avant. Ici point trop de psychologie ou alors en quantité infinitésimale. Les personnages vont et viennent d'un endroit à l'autre du globe, ils tuent, enlèvent bref ils nettoient derrière d'autres agences. Le propos est franchement militariste, pro américain et se la joue très hightech à la façon d'un Robert Ludlum. L'ensemble est détendant, ne crame pas les neurones, je crains qu'un grand nombre trouve tout cela un brin bourrin.

13/11/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Je ne parlerai pas de chef d’œuvre ou de nouvelle série révolutionnaire mais ce comics recèle de deux particularités qui me l’ont rendu addictif. La première, et la plus remarquable, vient du ton employé. Ici, point d’intrigue suivie. On saute d’un lieu à un autre, d’une mission à une autre, sans connaître, sans se préoccuper même, et donc sans s’inquiéter de l’objectif final de la mission. Il y a un job à faire et cette équipe de spécialistes s’en acquitte du mieux possible avec un professionnalisme tout militaire. Il est rare de se voir ainsi immergé dans cet esprit militaire où un ordre ne se discute pas : il s’exécute. Cet ultra-réalisme pourra frustrer certains lecteurs. Personnellement, il m’a fasciné. Deuxième particularité : l’apparente absence de fil conducteur. Chaque chapitre nous entraîne d’un lieu à un autre pour des missions très diversifiées qui peuvent être très anodines d’apparence ou au contraire incroyablement dures. C’est le quotidien d’une équipe d’agents spéciaux, avec ses succès et ses échecs. Les chapitres ont de ce fait des longueurs très aléatoires et certaines missions peuvent apparaître dans un premier temps totalement dispensables. Mais, au terme des deux premiers tomes, les auteurs ont réussi à créer quelque chose de différent, réaliste et déroutant. Et imprévisible puisque nous sommes, à l’image de ces agents spéciaux, dans l’ignorance totale de la finalité des missions assignées. J’en regretterais presque l’évolution visible à la fin du tome 2 avec la traque d’une taupe au sein de l’organisation, mais c’est une évolution logique si la série veut tenir sur la durée. Côté dessin, le style réaliste employé est assez bon même si je trouve que les personnages ne sont pas toujours faciles à identifier (des morphologies trop similaires et des visages aux traits souvent aléatoires). Quoi qu’il en soit, j’ai été séduit par ces deux premiers tomes, par cette immersion très réaliste dans une équipe d’agents spéciaux, par cette structure en missions cloisonnées. Pro-Américain, pro-militaire et pourtant bien foutu, ça existe.

20/10/2015 (modifier)