Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Paul a un travail d'été

Note: 3.82/5
(3.82/5 pour 11 avis)

euh ... Paul a un travail d'été !


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Adolescence Auteurs canadiens Colonies et camps de vacances One-shots, le best-of Paul Québec

Paul vient d'avoir 18 ans. En echec scolaire, il prend un travail en imprimerie. Cela ne lui convient pas mais au moins il gagne un peu d'argent. Un matin, l'un de ses copains l'appelle pour remplacer pendant 2 mois un animateur de camp de vacance qui vient de lui faire faux bond. Il accepte mais ne se doute pas que ces deux mois vont le faire passer de l'adolescence à l'âge adulte.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2002
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Paul a un travail d'été

08/10/2002 | fourmi
Modifier


Par cac
Note: 3/5

Après Paul au parc, j'ai enchainé avec Paul a un travail d'été. On se retrouve un peu dans la même thématique car après le camp de scouts, Paul vient de lâcher l'école pour entamer un petit boulot dans une imprimerie avec un patron acariâtre et ensuite saisit l'opportunité d'être encadrant dans un camp de vacances pour jeunes. Donc on a l'ambiance feu de camp, balade en canoé sur le lac avec une bande de copains qui semaine après semaine accueille des nouveaux groupes. Paul est affecté notamment aux cours d'escalade alors qu'il n'y connait rien, ce qui donne lieu à un passage assez drôle quand il est formé. Au début ils ne se connaissent pas bien et petit à petit on découvre les caractères de chacun. Arrive alors une histoire d'amour qu'on sentait venir. Tout cela est bien gentil, bien raconté. Il n'y a pas de péripétie particulière mais l'auteur a un talent indéniable de conteur et son dessin est très efficace. Il y a pas mal de phrasé québécois tout de même, il faut presque des sous-titres parfois ;).

16/03/2021 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai beaucoup aimé cet album. On y retrouve les qualités habituelles de la série (qui exaspéreront certains lecteurs mais qui me ravissent à chaque fois) : humour, gentillesse et tendresse pour une tranche de vie du quotidien susceptible de parler à beaucoup d’entre nous. A titre personnel, je suis particulièrement sensible aux albums qui nous montrent un Paul oscillant entre l’adolescence et l’âge adulte. Et c’est pleinement le cas du présent opus. Je me trouve beaucoup d’affinités avec lui, sa maladresse avec les femmes, son immaturité, son manque de confiance en lui. Même ses goûts musicaux me parlent et je n’ai pas pu résister à l’envie de ressortir Harmonium de ma cdthèque pour l’occasion. Si au niveau du dessin, Michel Rabagliati a fait mieux depuis, je pense que cet album est celui qui m’a le plus touché. La thématique centrale qui tourne principalement autour de la prise de maturité, et des avantages et des contraintes que cela entraine, m’a particulièrement parlé. Alors, oui, bien sûr, certaines péripéties semblent trop faciles, certaines situations font un peu « cliché » mais il y a dans le ton et dans la forme une telle gentillesse, une telle sensibilité que je ne peux m’empêcher d’être ému par ce récit. Et en sus, il y a ces expressions québécoises qui nous dépaysent… J'ai longuement hésité entre le 4/5 et le 5/5 mais c'est clairement l'opus qui m'a le plus parlé depuis que j'ai découvert la série... Et comme j'ai déjà accordé 4/5 à d'autres récits, il me semble logique de monter encore ma cote d'un cran. Culte, donc :)

16/03/2021 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

C'est marrant car j'étais persuadé de lire mon premier Paul, et je découvre dans mes avis que j'ai lu Paul à Québec il y a 8 ans et que j'en ai absolument aucun souvenir. Et si dans l'ensemble j'ai plutôt aimé la version job d'été, il est probable que dans 8 ans j'aurais également oublié cette lecture. J'ai préféré la seconde partie de l'album, la première contenant un peu trop de détails anecdotiques. C'est à dire des passages avec peu d'importance pour la suite de l'histoire, ou pas spécialement drôles, ni émouvants. La deuxième moitié fonctionne mieux, il y a pas mal d'éléments qui nous renvoient à cette même période de notre vie, premier job d'été, soirées arrosées avec des amis au coin du feu, premiers émois amoureux, etc... La sensibilité que montre Paul face à des ados difficiles (la petite fille aveugle par exemple) est plutôt bien traitée également. Enfin, ce que je trouve sympathique aussi c'est que cela me rappelle beaucoup le Québec, ses habitants tous plus attachants les uns que les autres et bien sur leur phrasé si typique qui nous fait tant sourire, nous Européens. Les dialogues sont chantants et j'ai l'impression d'entendre les accents des personnages dans ma tête à chaque phylactère. Une lecture divertissante, qui me plait peut-être plus pour sa localisation que pour ce qu'elle raconte. C'est peut-être pas la meilleure raison pour apprécier cette BD, en tout cas ça me contente largement.

19/01/2021 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'était le dernier de la série des Paul que je n'avais pas encore lu. Voilà, c'est fait. Chronologiquement, c'est le numéro 2. C'est un bon titre qui avait réussi à faire connaître ce personnage attachant avec des histoires simples et réalistes. Il est question de la période de ses 18 ans où il va trouver un job d'été en qualité de formateur dans un centre de vacances. Il va connaître également son premier amour bien que cela avait mal commencé. Il y aura également une rencontre touchante avec une gamine atteinte de cécité. Par rapport aux deux derniers titres, on pourra mesurer une certaine évolution (surtout si on tient compte du tout premier volume). On peut affirmer que Paul est une série qui va en se bonifiant davantage. On ne se plaindra pas des expressions canadiennes. Il faut avoir lu Magasin général pour comprendre de quoi je parle. Bref, j'ai réellement l'impression d'être transporté au Québec. C'est tout le charme de cette oeuvre humaine et authentique. Comme la Belle province...

18/03/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ayant lu seulement les derniers albums de la série des Paul jusqu'à présent, je remonte maintenant le fil de la chronologie de cette autobiographie fictive. Dans cet album-ci, Paul est à la croisée des chemins, entre adolescence et âge adulte. Tout se passe autour d'un été passé en tant qu'animateur dans un camp d'été un peu amateur. Souvenirs d'adolescence, premières responsabilités, premier amour sérieux, ce genre de souvenirs qui marquent avec nostalgie la mémoire. Comme souvent avec les albums de Paul, j'ai eu du mal à accrocher au début. Le récit des petites aventures du quotidien sont un peu mornes, il faut le temps qu'elles se mettent place. Et comme à l'habitude quand je lis une de ces BD, c'est à partir de la moitié de l'album à peu près que je commence à entrer dans l'histoire, quand les émotions commencent à entrer en jeu. Le tout reste ici assez anecdotique mais plaisant et en mesure de rappeler à pas mal d'adultes et de jeunes adultes des souvenirs assez marquants de leur propre jeunesse. Il y a notamment quelques moments touchants, comme cette petite aveugle et cette histoire d'"étoile privée" dans la Grande Ourse que je retransmettrais bien à ma fille si j'en ai un jour l'occasion, tiens.

09/10/2010 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Première lecture dans le monde de Michel Rabagliati, auteur qui m'a été révelé par le dernier festival d'Angoulème. J'ai certes eu un peu de mal à entrer dans l'histoire mais passé le bref épisode lycée, famille, imprimerie, je me suis plongé dans l'histoire de Paul, moniteur de colo avec délice. Sans doute à cause des années passées comme mono également, j'ai été séduit par les aventures de Paul, à la fois timide, gaffeur, cool ou dépassé par les évenements. L'ambiance des camps de vacances, même si cela se passe au Quebec, est bien rendue. La fin, même si Rabagliati tire un peu trop sur la corde sensible, est finalement prévisible. Au vu de l'excellente impression que m'a laissée cette lecture, je vais de ce pas me plonger dans les autres aventures de Paul.

15/09/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Le meilleur de la série ! Le récit est long, mais Rabagliati nous passionne tout le long et on ne peut pas le laisser de côté tellement on est dedans. Je l'ai lu d'une traite. Chose qui ne m'arrive pas tous les jours et que peu d'auteurs peuvent faire. Ça commence doucement avec Paul qui lâche l'école pour travailler dans une imprimerie anglophone. Un jour, il reçoit un coup de téléphone d'un copain à lui qui veut le faire moniteur de camp de vacances. Notre ami s'embarque dans cette aventure et c'est reparti pour d'autres moments de tendresse humaine. Les personnages sont attachants et ont chacun un caractère qui leur est propre. Le récit qui serait ennuyant avec d'autres auteurs marche tout à fait ici. C'est pourtant un récit simple où il ne se passe pas grand chose. Enfin, pas grand chose. Paul et ses amis construisent le camp temporaire, Paul a de la difficulté avec des garçons turbulents, Paul a son premier amour, etc. L'auteur a le don pour rendre des choses simples passionnantes. La petite fille aveugle est particulièrement réussie ainsi que la fin. Ah ! Cette fin ! J'avais presque le goût de pleurer tellement c'est bien écrit. Toute la tendresse de la série se retrouvait dans ces dernières pages.

08/01/2008 (MAJ le 21/06/2008) (modifier)
Par AlainV
Note: 5/5

Et c’est vrai qu’il est très sympathique cet album ! Autobiographique peut-être mais je souhaite à chacun de s’y retrouver ! Blasé s’abstenir . Très frais, très naturel, très sensible, un réel plaisir de lecture . 150 pages avalées en un éclair. Dessin clair et léger en parfait accord avec le propos. Et puis, maison d’édition canadienne à suivre . D’autres bijoux se cachent dans son catalogue !

25/03/2003 (modifier)
Par Cassidy
Note: 2/5

Une petite BD gentillette, mais loin d'être inoubliable et indispensable. L'histoire est banale, le dessin est correct mais sans plus... L'auteur tente constamment de nous prendre par les sentiments pour nous arracher une petite larme, c'est assez énervant à force. L'histoire d'amour façon "au début, ils se détestent et ils s'insultent, mais à la fin, ils s'adorent" est peut- être réellement arrivée à l'auteur, mais ça ressemble tellement au scénar de n'importe quel film à la c** avec Meg Ryan que ça m'a bien plus agacé que touché. La pseudo "surprise" finale tombe complètement à plat : on la voit arriver à 10 années-lumières, et on n'y croit pas une seconde. Au final, je vous accorde que ça se laisse lire, mais c'est clairement pas la BD du siècle...

12/11/2002 (modifier)
Par Obélix
Note: 5/5

Une petite meveille ! Largement autobiographiqe, cette histoire est pleine de tendresse. Je viens tout juste de relire cette BD, et c'est encore meilleur la deuxième fois. Michel Rabagliati a un talent de conteur extraordinaire. À découvrir absolument!

09/10/2002 (modifier)