Sláine - L'Aventurier (Slaine the Wanderer)

Note: 1.5/5
(1.5/5 pour 2 avis)

Tir Nan Og, le pays de l'éternelle jeunesse, lieu mystique pétri de mythes et de légendes. Le guerrier celte slaine, premier roi souverain d'Irlande, et le nain Ukko, son fidèle compagnon, vont y faire les rencontres les plus variées, depuis des sorciers maléfiques ou des jeunes femmes possédées par des démons, jusqu'à l'ancêtre sanglant du football d'aujourd'hui, à mesure qu'ils exploreront ce monde en quête d'aventure.


2000 AD Auteurs britanniques Dark Fantasy

Tir Nan Og, le pays de l'éternelle jeunesse, lieu mystique pétri de mythes et de légendes. Le guerrier celte slaine, premier roi souverain d'Irlande, et le nain Ukko, son fidèle compagnon, vont y faire les rencontres les plus variées, depuis des sorciers maléfiques ou des jeunes femmes possédées par des démons, jusqu'à l'ancêtre sanglant du football d'aujourd'hui, à mesure qu'ils exploreront ce monde en quête d'aventure.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Novembre 2011
Statut histoire Histoires courtes (4 histoires complètes) 1 tome paru
Couverture de la série Sláine - L'Aventurier
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

08/12/2014 | Ro
Modifier


Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Je m’attendais sans doute à la lecture de ce titre à une aventure à la Conan le Barbare. Certes, c’est très barbare et ultra violent mais on est loin de la qualité du titre évoqué. N’est pas Conan qui veut. Visiblement, ce barbare solitaire, celte de surcroît, ne possède pas plus de deux neurones au niveau réflexion mais il est très fort physiquement parlant. Je n’ai jamais trop aimé ce genre de héros qui fait fantasmer pas mal de gens en ce bas monde. Je me suis quand même demandé à qui cela peut plaire mais cela existe tout de même. Il est vrai qu’il se sert très souvent de sa hache mais pas pour couper du bois. On aura droit à de la violence et de l’inhumanité dans toute sa splendeur ou devrais-je dire laideur. Rien ni personne, et ni même des monstres démesurés ne résisteront à Slaine. C’est lui le plus fort, point barre. Il est vrai que graphiquement parlant, cela ne casse pas des briques. C’est plutôt assez sombre et très flou. Les images sont presque informatisées dans le rendu. Honnêtement, ce fouillis est laid. Le trait n'a pas de finesse. C’est disgracieux au possible. On est quand même dans l’ordre de ce qu’on peut faire de pire en matière de bande dessinée sans vouloir être offensant et en restant correct. Un comics très bourrin qui ne fera pas forcément du bien. Un album à éviter, vraiment.

07/11/2019 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Cela fait longtemps que je croise le nom de Sláine dans le monde de la BD mais c'est la première fois que je peux lire un album complet le mettant en scène. Cet album, Sláine - L'Aventurier, comprend les 4 récits qui forment la mini-série "Sláine the Wanderer" parue en Angleterre entre 2009 et 2011. Ceux-ci sont scénarisés par Pat Mills, comme toute la série Sláine, et dessinés par Clint Langley. J'ai eu beaucoup de mal avec le graphisme de ce dernier. C'est un dessin réalisé à l'ordinateur, avec un réel abus à mes yeux d'effets lumineux, de flous et de déformations. Les personnages sont visiblement réalisés à base de photos retouchées. Et les décors, quand il y en a, sont des créations numériques difficiles à discerner, avec le plus souvent juste un premier plan minimaliste puis le reste noyé dans la lumière, l'obscurité ou un flou chaotique. C'est parfois joli sur le plan esthétique, mais d'autres fois, plus souvent, je n'aime vraiment pas. Certaines planches, surtout dans le premier et le second récit, ont été vraiment pénibles à déchiffrer. S'il n'y avait eu les dialogues, je n'y aurais probablement rien compris. Par contre, ces dialogues là sont bons. Ils sont clairs, ne manquent souvent pas d'humour et contrebalancent le rejet que j'éprouve pour le graphisme et le côté basique et stéréotypé des intrigues. Car, pour quelqu'un comme moi qui découvre les récits de Sláine, qu'apportent-il par rapport à ceux d'un Conan le Barbare auxquels ils ressemblent énormément ? Ils apportent une touche un peu plus dark et violente, mais je n'en suis pas fan. Ils apportent une mythologie un peu plus simple, basée sur la mythologie celtique, avec dans le cas de cette mini-série un affrontement assez clair entre Sláine, guerrier vagabond qui sert la Déesse-mère, et les Cythes, des démons venus du monde de Cythrawl. Ils apportent enfin un ton parfois légèrement décalé, grinçant et humoristique, apporté majoritairement par le nain Ukko qui accompagne les récits du guerrier celte. Mais malgré ce dernier point qui ne m'a pas déplu, le reste m'a laissé indifférent et le graphisme m'a trop rebuté pour que je trouve un intérêt à cette BD.

08/12/2014 (modifier)