Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Géante - Histoire de celle qui parcourut le monde à la recherche de la liberté

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Un gigantesque conte initiatique et féministe qui parle avec finesse de différence, d’amour, de liberté et de quête de l’idéal.


La BD au féminin

Elle était une fois Céleste, géante véritable, orpheline recueillie au coeur de la montagne, petite dernière d’une famille de six frères. Et quand vient le temps où chacun s’envole du cocon familial, Céleste veut elle aussi arpenter de nouveaux horizons. De la Vallée aux Marais en passant par Dorsodoro, elle découvrira l’hostilité créée par la différence, les injustices de la guerre ou de la religion mais aussi l’amour et pourquoi pas, au bout du chemin, la liberté d’être elle-même ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 01 Avril 2020
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Géante - Histoire de celle qui parcourut le monde à la recherche de la liberté
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

08/07/2020 | Blue boy
Modifier


Par Blue boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue boy

C’est une BD tout à fait unique que nous proposent ici ses auteurs. Un véritable conte avec quelques ingrédients classique (notamment la géante qui évoque Gargantua ou le petit Poucet à travers son enfance) qui nous replonge dans les délices de l’enfance, doublé d’une quête initiatique, avec pour personnage principal une géante (gentille, très gentille) dénommée Céleste, qui fera son apprentissage de la liberté en parcourant mille contrées imaginaires. L’histoire se rapproche ainsi du récit picaresque, incluant moult rebondissements et une pincée de romance, car la jeune femme, par son intelligence et sa féminité, si imposante soit-elle, saura toucher le cœur des hommes qu’elle croisera sur sa route. Le propos est bien dans l’air du temps, axé sur un nouveau féminisme qui rejette tout extrémisme. Avec pour preuve le chapitre de l’île aux sirènes, où un groupe de femmes maintient quelques hommes captifs pour être certaines de conserver sa liberté, tout en les utilisant comme simples reproducteurs. Au grand dam de Céleste qui les aidera à fuir. Car Céleste représente à peu près tout ce qui fait la femme : déesse bienveillante irradiant de beauté physique et morale, reine mère, mère courage, sainte, confidente, mais aussi libertine. En effet, la jeune femme enchaînera les amants au gré de ses voyages… Céleste est également une idéaliste qui prend conscience de sa puissance et s’efforcera, en triant le bon grain de l’ivraie à travers sa propre expérience, de bâtir une société nouvelle, égalitaire, débarrassée du paternalisme dominant et axée sur le savoir et l’ouverture d’esprit. Pour demeurer dans le format du conte, ce sont plus des idées qui s’affrontent que des personnages, mais de très belles idées. La violence de la vraie vie semble ici sous-estimée. Les méchants ne sont jamais vraiment méchants, au risque de verser parfois dans l’excès de bons sentiments et une certaine naïveté. Pourtant, on ne saura reprocher à Jean-Christophe Deveney d’avoir manqué d’ambition, tant cette œuvre est riche, non seulement d’un point de vue scénaristique, mais par les pistes qu’elle nous offre pour nos vies présentes et notre futur. En revisitant le « Candide » de Voltaire selon l’esprit du temps, l’auteur nous propose en filigrane un modèle de société idéale où la bienveillance fait loi, et cela est plutôt rafraîchissant. Le dessin de Nuria Tamarit est agréable dans sa simplicité enfantine, généreux par sa colorisation variée invitant au voyage, avec certaines planches assez magnifiques. On pourra juste regretter l’expression sommaire des visages, avec de grands yeux ronds comme des boutons posés au hasard et des griffures assez désagréables pour signifier le tourment ou la colère. Si l’on ne s’arrête pas à ces détails, on pourra considérer que « Géante » demeurera une des œuvres marquantes de 2020, une œuvre très dépaysante qui nous aura fait le plus grand bien dans une année où nos horizons ont plus que jamais été réduits. L’ouvrage bénéficie d’une très belle édition, avec une couverture magnifique. La géante Céleste, les yeux rivés vers les étoiles, ne nous promet pas de décrocher la lune, se contentant de la toucher du bout des doigts… ce qui n’est pas si mal !

08/07/2020 (modifier)