Fils du Soleil

Note: 3.55/5
(3.55/5 pour 11 avis)

Une libre adaptation fiévreuse de deux nouvelles de Jack London, Fils du Soleil et Les Perles de Parlay.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Adaptations de romans en BD Jack London Les prix lecteurs BDTheque 2014 Vieux gréements

David Grief est un entrepreneur français en exil qui a fait fortune dans l'exploitation de caoutchouc. À bord du Wonder, il voyage entre les îles Salomon où il a établi son commerce. On le dit l'homme le plus riche des mers du Pacifique. Grief est un homme d'affaire impitoyable mais honnête, il n'exige que ce qu'on lui doit, quitte à risquer sa vie lorsqu'il réclame une dette impayée ! Une mystérieuse vente de perles amène Grief et son équipage à faire route vers l'île de Hikihoho, où vit en reclus le vieux Parlay, auto-proclamé roi d'une communauté indigène... [Texte de présentation de l'éditeur]

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Octobre 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Fils du Soleil
Les notes (11)
Cliquez pour lire les avis

17/11/2014 | Eric2Vzoul
Modifier


Par ArzaK
Note: 4/5

Fabien Nury adapte Jack London dans un album qui sent le soleil et les embruns. Nous sommes dans les îles Salomon, immiscés dans le petit monde des plus riches négociants en perles. Le plus riche d'entre eux, Parlay annonce à ses confrères qu'il est décidé à vendre ses perles. Tels des rapaces, ils se réunissent sur son île... pour ce qui s'avèrera une funeste chasse au trésor. L'album est dessiné par un Eric Henninot au sommet de son art. Son dessin réaliste d'une maitrise exceptionnelle n'a plus rien à envie aux grands maîtres du genre (Giraud, Hermann...).

29/06/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Ce "Fils du soleil" est un bon album d’aventure – normal, puisqu’inspiré par deux nouvelles de Jack London (que je n’ai pas lues), construit de manière assez classique, dans un univers des mers du Sud qui aurait pu être proche de celui de Corto Maltese, ou des grands romans de Conrad (Lord Jim en tête : c’est un peu vers cet exemple que le premier tiers de l’album semblait m’entraîner…). Hélas, si j’ai bien aimé le début – classique donc, mais plutôt bien mené –, j’ai été relativement déçu par le dénouement, qui n’apporte pas grand-chose : « tout ça pour ça » serait-on tenté de dire ! Plus d’aventure ou de lyrisme, rien que du prévisible – dans les limites de l’invention romanesque quand même. Comme pour l’intrigue, j’ai trouvé le dessin de Henninot assez « old school », mais il est plutôt bon, et raccord avec l’histoire. Un album qu’on peut lire sans déplaisir, mais qui ne déclenche pas d’envie d’achat.

02/05/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

C’est moins l’histoire que le dessin qui m’a attiré vers cette BD dont j’avais visualisée quelques extraits à sa sortie. Un dessin surprenant réalisé par Eric Henninot et je dis bien « surprenant » car j’ai déjà lu une autre série de cet auteur, Carthago, et qui m’avait fortement déplu. J’avais trouvé le tout bâclé et sans inspiration, alors je suis d’autant plus surpris quand je constate la qualité graphique de "Fils du Soleil" et son dessin semi-réaliste qui colle très bien à mes goûts. Toutefois, c’est peut être une fausse impression mais le traitement m’a paru inégal avec des premières planches avec un encrage profond faisant penser à du Mathieu Lauffray, puis ensuite j’ai trouvé cela proche d’un Philippe Francq, et sur certaines planches dans la dernière partie le dessinateur se fait moins rigoureux. Mais bon, ça m’a bien plu, j’ai trouvé cela très jolie dans l’ensemble. Après pour l’histoire, objectivement c’est plutôt une très chouette adaptation de Jack London par Fabien Nury, avec une mise en scène fluide, hormis quelques ellipses fâcheuses sur des séquences d’action, et un rythme soutenu grâce des dialogues qui racontent juste ce qu’il faut sans être assommant. Malgré cela je me suis ennuyé. Il faut croire que les ballades en pleine mer et les histoires de négociants marins ne sont pas mon truc… Rien de personnel, c’est juste une question de goût. Une lecture conseillée ? Ouais, ça se tente. Pour l’achat en revanche je fais l’impasse.

21/02/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Quand je pense au fils du soleil, ce n’est pas au roman de Jack London mais plutôt au jeune Esteban des mystérieuses cités d’or. Mais bon, le roman a été écrit bien avant cette série animée : en 1912. Cela date ! De l’auteur de roman, on se souvient plutôt de l’appel de la forêt ou de Croc-Blanc. Juste pour la petite histoire, il a également écrit la fille des neiges. Pour autant, c’était un grand voyageur et le Pacifique l’attirait incontestablement. C’est une véritable histoire de mer avec une ambiance tropicale des plus réussie. L’écriture est à l’ancienne et cela s’est ressenti. Les auteurs ont certainement voulu respecter l’oeuvre originale. Le déclic n’a pas eu lieu tout de suite mais un peu progressivement. La seconde partie est d’ailleurs excellente après un démarrage difficile. Je retiendrai surtout la tragique histoire d’amour plus que l’intrigante vente aux enchères de perles. Quoiqu’il en soit, on sera happé aussi bien par la vague que par ce récit.

15/06/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je m'attendais à mieux vu les notes et le fait que j'ai aimé plusieurs séries de Fabien Nury. Au final, j'ai trouvé cet album sympathique sans le trouver mémorable. Les points forts sont le dessin que j'ai bien aimé et les dialogues de Nury sont excellents. Le problème c'est que j'ai eu de la difficulté à trouver le scénario captivant parce que les personnages ne m'ont pas du tout attiré. Je n'ai pas lu les nouvelles originales et je ne sais pas trop comment originales lorsqu'elles ont été publiées, mais en tout cas je sais que les personnages tels que présentés dans cette bande dessinée m'ont semblé n'être que des stéréotypes. Cela reste tout de même une lecture agréable quoique comme je l'ai dit je ne fus pas captivé et je n'étais pas excité au point de vouloir tout de suite savoir la fin. Si j'avais lu cette bande dessinée à coté de ma fenêtre durant un orage et que soudainement un éclair avait frappé cette bd, la détruisant avant que je connaisse la conclusion je ne serais pas triste (enfin vu que je l'ai emprunté je serais triste de devoir payer ma bibliothèque afin qu'ils puissent acheter un nouvel exemplaire).

28/05/2015 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Juste pas mal et c'est bien dommage car j'ai vraiment beaucoup accroché aux deux premiers tiers de l'album. Les aventures de ces négociants maritime aux allures de pirates sont entrainantes. Que ce soit la mise en place, les premiers flash backs, ou surtout la mystérieuse vente aux enchères, il y a vraiment des détails prenants. J'ai accroché bien plus que dans la plupart des histoires d'aventures maritime du même genre. C'est bien raconté, il a juste ce qu'il faut d'action et de mystère. Je ne connaissais pas le roman et malheureusement la fin m'a un peu déçu. On se demande tout au long de l'album pourquoi le vieux fou a rassemblé tous ces hommes aux même endroit à une heure bien précise, et j'espérais juste une chose : que le final ne soit pas celui là. Et hélas en plein dans le mille, pile la fin que je redoutais et que j'espérais ne pas lire. En plus, c'est raconté presque sans dialogues avec des combats qui s'étirent sur pleins de planches. Ravi du début et déçu de la fin donc.

28/02/2015 (modifier)
Par Canarde
Note: 3/5
L'avatar du posteur Canarde

Eh bien .... Je suis un peu déçue. Les avis dithyrambiques de mes prédécesseurs n'ont pas réussi à aplanir mes réticences. Cette histoire de baroudeurs des mers du sud au XIXème siècle, remontée comme une bombe à retardement, manque un peu d'humanité. Oui les dialogues de Nury sont incisifs, percutants, drôles au besoin, et c'est là une qualité que j'apprécie à sa juste valeur. Le scénario, qui a sa logique très simple, me semble un peu univoque: l’appât du gain est une motivation qui me parait tout à fait insuffisante pour justifier quelque acte que ce soit. Ici c'est la motivation des "méchants". Pour le bon, bien sûr, c'est l'honneur blessé uniquement qui le pousse. Le fil conducteur de chaque personnage est donc trop mince, on ne peut pas s'identifier à leur parcours, ils sont comme des archétypes, loin de la vraie vie. Je sais que c'est justement ce que d'autre recherchent dans la BD. Moi ça m'ennuie. Mais ce qui me déplait vraiment c'est le dessin, et surtout la couleur. Le beau gosse qui donne son nom à l'album aurait pourtant tout ce qu'il faut pour séduire, mais le classicisme (je ne trouve pas d'autre mot) me fatigue immédiatement. Comme si on avait déjà vu ça cent fois. C'est professionnel, ça tourne rond, mais il manque l'inattendu, la faiblesse, la jouissance peut-être...

12/01/2015 (modifier)
Par Pierrick
Note: 4/5

Après lecture de ce récit, je dois admettre que je deviens un inconditionnel de Fabien Nury. Il faut une fois de plus saluer la performance de l'auteur d'Il était une fois en France qui excelle à plonger le lecteur dans des ambiances âpres, tendues, au suspense saisissant. En prenant soin de distiller des dialogues extrêmement concis, l'auteur nous renvoie aux célèbres westerns de Sergio Leone où les situations les plus conflictuelles sont, pour l'immense majorité, amorcées par des silences et non des avertissements convenus. J'avais déjà constaté ces similitudes avec le western italien en lisant Tyler Cross (le héros semble en effet avoir été inspiré par celui de Clint Eastwood dans la trilogie de Leone). Il paraît désormais indiscutable de l'influence de ce genre chez Fabien Nury. Pour poursuivre dans les similitudes, les personnages mis en scène dans cette histoire ne sont pas sans rappeler ceux imaginés par Agatha Cristie: des hommes et des femmes aux parcours parfois très différents animés toutefois par un seul objectif: le gain. C'est d'ailleurs ce que j'ai beaucoup aimé dans cette BD: la description des personnages. Ceux-ci sont présentés aux lecteurs par l'intermédiaire d'une ou deux anecdotes pertinentes qui suffisent à appréhender leur psychologie, et non de qualificatifs pompeux qui auraient fatigué le marins déjà harassés par un soleil de plomb. A acheter sans attendre pour oublier, l'espace d'une lecture, la morosité du climat français!

03/12/2014 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Que voilà un magnifique album! Tout concours ici à nous embarquer. Dés les premières pages une ambiance et un climat s'installe qui ne nous quitte plus jusqu'à la dernière planche. Nous voyageons dans les îles Indonésiennes, en Malaisie dans la deuxième moitié du XIXème siécle ou les grandes puissances par l'intermédiaire de négociants qui y établissaient des comptoirs mettaient en coupe les richesses de ces pays et leurs populations. D'emblée les auteurs nous plongent dans cette ambiance des comptoirs ou les seules distractions sont le jeu et la boisson Henninot au dessin fait des merveilles, il retranscrit la chaleur des îles, l'âpreté d'une partie de cartes, la violence de l'ouragan, des navires sur lesquels ont a envie de tenir la barre; bref son trait est vif, dynamique et parfaitement adapté au récit. Très féru d'histoires maritimes j'avoue que j'ai découvert cet album avec un esprit un peu dubitatif. En effet après ce qu'en a donné Riff Reb's dans Hommes à la mer, Le Loup des Mers et "A bord de l'Etoile Mathutine", je trouvais que la marche était haute. Et bien non, divine surprise! Outre le dessin il faut donc ici saluer le talent de Nury qui brasse, mixe des nouvelles de Jack London et en ressort un récit d'aventure, de vengeance, d'hommes mais avec également un beau personnage de femme. Au passage il nous questionne sur l'avidité, la quête de puissance, de pouvoir, la place de la femme dans cette société dure. Il n'y a qu'à voir cet homme réfugié sur son île tel un potentat qui rêve d'une société dont il est le maitre absolu. Echec. Ce que nous montre les auteurs au travers de cette histoire ou nul n'est épargné, c'est le miroir de nos travers. Ils nous offrent des portraits d'hommes qui ont beaucoup à perdre, et qui perdent beaucoup, ici personne ne ressort indemne. Voilà donc une histoire forte, magnifiquement mise en images qui nous parle d'un monde révolu, brut, violent et qui ne s'embarrassait pas de ronds de jambes. Sans nul doute cette BD fera partie de mon top 10 de l'année.

23/11/2014 (modifier)
Par herve
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur herve

Avouons le tout de suite, Fabien Nury nous a concocté un scénario plus que réussi à partir des nouvelles de Jack London, auteur que l'on connait beaucoup plus par son intérêt pour les grands froids que par son tempérament d'aventurier sous le soleil. Il faut dire qu'à la lecture de cette bande dessinée, l'histoire m'a immédiatement replongé dans les meilleurs films "maritimes" d'Hollywood, des "Contrebandiers de Moonflit" à "La perle noire", que l'on découvrait dans la désormais mythique "Dernière Séance" Même le dessin d'Eric Henninot conserve un aspect assez rétro qui peut faire songer à celui de William Vance (avec " Bruce J. Hawker"), et dans un premier temps, les couleurs employées m'ont un peu rebuté; à tel point qu'une version en noir& blanc aurait suffi à mes yeux. Et pourtant, avec les pages consacrées à la tempête, cet album est d'une beauté incroyable. Amateurs d'aventures, embarquez vite à bord du vaisseau "Wonder", vous ne regretterez pas votre voyage, même s'il sera évidemment mouvementé. Un des meilleurs albums de cette rentrée 2014, sans aucun doute.

20/11/2014 (modifier)