Match

Note: 3.29/5
(3.29/5 pour 7 avis)

Un match de tennis dans son intégralité (point par point ! ) raconté par Grégory Panaccione !


Sport Tennis

Le Français Marcel Coste ne ressemble pas à un champion de tennis. Pas du tout ! Pourtant il affronte sur un central un adversaire redoutable. DEvinez qui va gagner ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Mai 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Match © Delcourt 2014

12/06/2014 | Noirdésir
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Je salue bien bas le projet et la réalisation. C'est vrai qu'il fallait oser montrer un match de tennis point par point avec pause et tie break inclus. Pour ça on ne peut que dire bravo à Mr Panaccione. J'apprécie d'autant plus que le tennis est un sport qui déclenche rarement l'hilarité ou alors du bout des dents à Wimbledon, et l'enthousiasme du public se doit d'être mesuré. Je rêve qu'un jour un Coste arrive sur le circuit comme on dit et fasse un petite pause Pastis avant le troisième set. Pour autant cette BD possède ses limites, celles du court, mais grâce à quelques pirouettes l'auteur nous renvoie dans les cordes, merde ça c'est à la boxe et finalement nous passons un moment fort agréable. La fin, à mon sens très poétique, est le point d'orgue de ce match comme on aimerait en voir plus souvent.

16/03/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Fanfan Villeperdue

Match est un exercice de style bien mené : pensez donc, relever le défi de raconter un match de tennis point par point, et le tout sans dialogue ! Côté positif, la narration graphique de Panaccione est toujours parfaitement claire. C’est toujours vivant et expressif. [SPOILER] En revanche, j’ai été un peu déçu par le côté finalement un peu attendu des péripéties. Idem pour la trame scénaristique générale : Lacoste est un joueur de tennis à la papa, qui perd tous ses points jusqu'au moment où il prend un Ricard, une clope, et paf il commence à marquer point sur point. Heureusement, il ne finit pas par gagner le match ainsi et il y a une dernière péripétie qui renverse à nouveau le tout, sinon ça aurait vraiment été d’une linéarité désespérante. [/ FIN SPOILER]. Au final, je ne peux que saluer la performance de l’auteur qui, je le répète, est tout à fait réussie, mais je trouve qu’il manque un petit quelque chose pour me convaincre totalement.

28/02/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

OK, l’idée est très originale et le défi est relevé avec un certain talent. Match, c’est donc la représentation dessinée, points par points, coups par coups même, d’un match de tennis opposant un amateur plus très frais et un tennisman en pleine possession de ses moyens. L’humour est omniprésent et le début du récit m’a énormément plu. Malheureusement, sur la longueur (et même si cela reste sympathique à lire) je trouve qu’il y a une certaine monotonie qui s’installe. Immanquablement, certains jeux sont très répétitifs. Enfin, la conclusion de l’album ne m’a que moyennement convaincu. A nouveau, c’est sympa mais pas très logique avec l’image que je me fais du personnage. Donc voilà, cet album est amusant et original mais il ne s’agit pas d’un chef d’œuvre à mes yeux. A emprunter, très certainement. A posséder si vous aimez le genre burlesque muet.

24/02/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Que le match commence ! L’adversité est une chose que l’on rencontre beaucoup dans la vie aussi bien professionnelle, sportive ou bédéphile. On nous dit que cela est nécessaire pour progresser. Tous les coups sont-ils pour autant permis ? Non, il y a des règles à respecter. Il ne faut pas tricher sur ce qu’on n’accomplit pas. Mais pour certains, seul le résultat compte c’est-à-dire le classement. ATP sous-entendu. En l’occurrence, on va assister à un match de tennis entre deux joueurs qui semblent être opposés jusque dans leur allure physique. On dirait Gérard Depardieu dans le rôle de Marcel Coste contre un jeune tennisman expérimenté, Rod Jones. Le ressort comique provient du niveau plus que déplorable de ce Lacoste qui se prend pour un champion. Il n’y a rien de pire que ceux qui envoient de la poudre aux yeux ou qui se dopent pour réussir. Bref, c’est le winner contre le looser. Il est dommage que le format soit de poche pour une bd qui accumule les strips sur plus d’une centaine de pages (280 pour être précis). Certes, cela se lit assez rapidement grâce à une fluidité parfaite. L’auteur a réussi son pari que de mettre en page une partie de tennis. Il est à suivre ! J'aimerais bien découvrir son travail sur Un ocean d'amour. Bref, on passe un agréable moment. Les amateurs de tennis apprécieront sans aucun doute. Jeu, set et match…

10/02/2015 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Mais c’est quoi donc encore que cette BD ??? Petit format ; couverture cartonnée souple façon manga… mais c’est pas du manga… Feuilletage rapide : pas de texte… mais ça fait quand même 280 pages ?! Et ça parle de quoi ? D’un match de tennis. Point par point. Et c’est avec un pitch et une présentation aussi sibylline que vous comptez me tenir en haleine ??? On parie ? Car Grégory Panaccione a du talent à revendre ! Avec Match, tout va y passer : tirage au sort, service, ace, double faute, changements de côté, lob, passing shot, amorti, contre pied, volée, slice… Sans un mot (ah si ! Un “Vamos” d’auto-encouragement du joueur français vient se perdre inopinément lors de ce match !) l’auteur nous (re)fait la leçon du parfait petit tennisman qui se respecte, le tout avec un humour bien servi ! Sûr que connaître un minimum les règles du tennis aide à une meilleure compréhension du déroulé du match et permet d’en apprécier certaines subtilités, mais ce n’est même pas une nécessité. Car ce qui fait la force de cet étrange album, c’est avant tout pour moi l’attention portée à la psychologie du joueur et de toutes les émotions qu’il traverse pendant ce match épique. Grégory Panaccione sait en une case ou en une onomatopée nous faire ressentir le désarroi, la stupeur, la joie furieuse ou la colère froide que traverse le français Marcel Coste au fil des échanges. Et comble de l’empathie, pour peu que vous ayez pratiqué ce sport, vous ne pouvez que compatir ou abonder dans ses (re)sentiments. Car Grégory Panaccione n’épargne pas son personnage ! Jusqu’au bout, physiquement et psychologiquement, Marcel Coste va devoir s’accrocher s’il veut porter bien haut ce trophée auquel il aspire. Pour ce qui est du dessin, ici point de fioritures non plus. Sorti de cette couverture orange terre battue très efficace, le reste de l’album est en noir et blanc, servi par un coup de crayon nerveux et très expressif. qui sert à merveille le récit de ce match. Le découpage reste très classique, avec en moyenne 9 cases par planches, mis à part quelques exceptions pour mettre en valeur certains moments marquants du match. Derrière c’est fausse simplicité, Grégory Panaccione réussit ici à imposer une narration impeccable, surtout en l’absence de texte. A aucun moment il ne nous perd ; le dosage d’humour, de rebondissements et d’anecdotes est savamment dosé jusqu’à la conclusion surprenante de l’album… La collection Shampooing de Delcourt est décidément toujours aussi étonnante. Un grand Match planqué dans un petit format !

27/10/2014 (modifier)
Par Jérem
Note: 3/5

Le moins que l'on puisse dire c'est que Match est un album très original. On assiste à un match de tennis complet (du premier au dernier point) entre deux adversaires que tout oppose. L'un est est l'archétype du sportif moderne (entraîné, athlétique et populaire) et l'autre est un espèce de gugusse sorti de sa campagne (en surpoids, binoclard et accompagné de son chien). La rencontre est surréaliste mais je pense qu'il faut y voir la métaphore de deux mondes qui s'affrontent. En dépit d'un postulat étrange et décalé, la BD est vraiment sympa à lire car l'auteur arrive à rendre la rencontre très intéressante... sans qu'il soit nécessaire d'être passionné par le tennis. L'humour est omniprésent et les rebondissements sont très bien trouvés. La BD est muette et Grégory Panaccione s'oblige à rendre ses deux personnages particulièrement expressifs et de fait attachants. Côté dessins, c'est du tout bon ; les gestes de tennis sont très réalistes, le trait est dynamique, les cadrages réussis. Bref on a le droit à un sacré coup de crayon. Par contre, je ne suis pas sûr que je le relirai, ce qui me fait hésiter entre trois et quatre étoiles. Très originale et superbement réalisée, Match est assurément une BD à découvrir.

15/10/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Et bien voilà avec ce « Match » une bonne pioche dans cette collection Shampooing assez éclectique et inégale ! Grégory Panaccione nous narre dans cet album l’intégralité du match de tennis opposant l’Anglais Rod Jones et le Français Marcel Coste. Oui, vous avez bien lu, l’intégralité ! Le moindre point du match vous est présenté dans les 186 pages de cet album petit format. On a parfois droit aux ralentis (traités un peu à la façon manga je trouve) ! Que les phobiques du sport en général et du tennis en particulier se rassurent, ce n’est pas un pensum, ce n’est pas du tout rébarbatif, et il n’est pas nécessaire d’aimer le tennis pour apprécier « un truc pareil », comme le qualifie l’auteur dans ses remerciements. Pas nécessaire non plus d’avoir une culture tennistique très poussée. Les deux joueurs sont imaginaires, et on peut apprécier l’album sans trop connaître les règles. Mais les connaître, et avoir vu quelques matches peut augmenter le plaisir en pointant les mimiques, les réactions de Marcel Coste, et le décalage par rapport à la réalité. C’est une BD muette (le seul mot prononcé est un « vamos » tonitruant de Marcel Coste se prenant peut-être pour Nadal), mais l’auteur rend tellement expressifs les deux protagonistes que l’on suit et comprend tout ce qui se passe, sur le court et dans leurs têtes. J’en arrive au plus important : c’est vraiment drôle ! Dès le début, on comprend que le Français est inadapté (entrainement et équipement, voire morphotype) et qu’il risque de se faire balayer par son adversaire. Et effectivement, il se prend une grosse raclée (je vous laisse découvrir l’évolution du score et les réactions poilantes de Coste). Si la branlée reçue est atténuée sur la fin – Coste ayant recours à un produit dopant original, la chute bucolique éclaire d’une lumière nouvelle ce Coste, finalement adapté à son monde, loin des caméras et de la compétition. Je finis par le dessin, vraiment très réussi, et qui contribue, dans un style minimaliste (décors quasi absents et « figés ») à agiter nos zygomatiques. Vraiment à découvrir !

12/06/2014 (modifier)