Cléo

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Les émois sexuels et les perversions d'une adolescente


Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

La jeune Cléo surprend un jour son père entrain de satisfaire Ginou, la bonne dans le grenier ; c'est son premier contact avec les jeux de l'amour. Avec Marco, le neveu de sa mère, elle se fait dépuceler, puis avec d'autres garçons, elle va faire ses premiers pas dans le plaisir sexuel. Curieuse de tout, Cléo goûte à la masturbation, aux plaisirs saphiques, au triolisme, aux partouzes et toutes sortes de perversions au cours de plusieurs voyages en Afrique, en Orient ou en Russie... Un beau programme !

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1983
Statut histoire Une histoire par tome 9 tomes parus
Couverture de la série Cléo
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

25/03/2014 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette bande que je prenais plaisir à lire dans Bédé Adult en 1982, suit une progression puisque dans le premier album, Cléo est une très jeune fille complètement ignorante des joies du sexe ; c'est en grandissant qu'elle apprend avec délectation et parfois douleur, les jeux de l'amour en compagnie d'hommes de passage. Les scénarios sont un peu légers mais abordent toutes les étapes de ce qui peut faire une Bd basique de cul. W.G. Colber prend un malin plaisir à dessiner les silhouettes toujours aussi gracieuses de ses héroïnes, grâce à son trait très soigné, toujours adroit dans les anatomies, assez proche du trait de G. Levis. Il fait voyager sa Cléo, la fait évoluer et devenir femme, lui fait rencontrer Lydia, autre création du dessinateur, en privilégiant un nu joli et souvent émoustillant à travers des séquences d'une grande audace, avec des images très torrides et de nombreux gros plans ; étrangement, la bande qui flirte plus d'une fois avec la pornographie, évite de justesse le sordide et la vulgarité, c'est de la BD très coquine ou "cochonne" comme on disait alors. A la manière de Pichard, Colber fait du lecteur un voyeur satisfait, et exorcise de nombreux fantasmes. Et pourtant, ce n'est sans doute pas la plus osée de ses séries, mais c'est de l'érotisme comme je l'aime, sans SM, où la volupté et la sensualité sont bien mises en valeur comme toujours chez cet auteur.

25/03/2014 (modifier)