Légendes de Troy - Ploneïs l'incertain

Note: 3.1/5
(3.1/5 pour 10 avis)

Bienvenue en lointaine Questie, l'enfer vert du monde de Troy !


Christophe Arleston École européenne supérieure de l'image J'ai changé de sexe Lanfeust Mag Le monde de Troy

Loin de toute civilisation, le fleuve pourpre traverse paresseusement la jungle. Sur ses rives, certains cherchent la fortune et ceux qui l’ont trouvée la dilapident en filles et en alcool. Et Ploneïs, aventurier comme les autres, va découvrir à ses dépends que la maison de madame Lyrä repose sur un terrible secret : le pouvoir qu’a la maîtresse des lieux de transformer les hommes en femmes. Devenu malgré lui Ploneia, il va découvrir la réalité machiste et la vie d’une femme dans la jungle…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Janvier 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Légendes de Troy - Ploneïs l'incertain
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

17/02/2014 | PAco
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Je me souviens quand Paco avait posté cette Bd en 2014, quand j'avais vu cette couverture, je m'étais fait la réflexion suivante : "encore de la fesse légère chez Soleil dans un monde de fantasy qui plus est celui de Troy, encore une fois du Arleston bien calibré". Je m'étais plus ou moins promis de ne pas y toucher, les extensions sur l'univers de Troy étant tellement nombreuses, j'avais lu Cixi de Troy qui m'avait peu enthousiasmé et donc voila... Ben oui pas manqué, je m'aperçois en plus que ça fait partie d'une sorte de collection sur les Légendes de Troy, mais chaque histoire est un one-shot, tant mieux, je n'avais pas envie de me coltiner encore une série longue là-dessus, et comme cet album m'est tombé dans les mains, pourquoi pas ? C'est l'exemple parfait du pur divertissement, de la BD légère, drôle, sympathique, sans prise de tête et sans complications. Le scénario en vaut un autre, il est bien écrit je trouve, Arleston part d'une idée intéressante et déroule quelques petits travers et avantages entre les sexes, en n'exploitant peut-être pas à fond cette idée, mais après tout c'est pas plus mal, car ça aurait débordé le cadre d'un album. C'est inventif, avec un humour léger, sans grosses brutes ou bestioles monstrueuses qu'on rencontre habituellement en fantasy, avec des répliques référencées comme celle rappelant un sketch célèbre de Chevalier & Laspalès ("Il y en a qui ont essayé, elles ont eu des problèmes")... bref c'est de la fantasy humoristique qu'il faut prendre pour ce qu'elle est, c'est à dire une excellente lecture divertissante. Hubsch est dans son élément, j'avais bien aimé son dessin sur Le Chant d'Excalibur, et ici, il est joli et séduisant, très esthétique et mignon, avec cependant un petit inconvénient : la mise en page utilise une majorité de petites cases, si bien que les personnages ont l'air d'avoir des silhouettes petites et tassées. Mais l'ensemble est très plaisant. Je préfère des Bd de ce style de temps en temps, au contraire de bandes trop complexes ou qui se prennent tellement au sérieux.

31/10/2016 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cet album est divertissant mais assez anecdotique. C'est loin d'être la meilleure histoire d'Arleston sur le monde de Troy et il se base sur une idée assez basique qui ne lui permet pas de prendre beaucoup d'envergure. Et si l'un des personnages de Troy avait comme pouvoir spécial de changer le sexe des autres et qu'il en abusait pour se créer un bordel surveillé par des trolls qu'il aurait enchanté ? Voilà l'idée et il n'y a pas grand chose d'autre dans cet album. Le héros se fait emprisonner, transformer en femme et essaie de s'échapper pour revenir sauver toutes les "filles" du bordel. Pour le reste, c'est juste une occasion d'aligner nombre de boutades sur les relations hommes-femmes pour agrémenter chaque scène d'action. Le dessin d'Eric Hubsch n'est pas mal mais légèrement inégal. Globalement il est plaisant et correspond bien au style graphique de l'univers de Troy, d'autant que la colorisation est la même que sur les autres séries d'Arleston. Il présente tout de même quelques petites faiblesses techniques par moment, des personnages qu'on sent plus raides, quelques scènes où le dessinateur se sent visiblement un peu moins à l'aise. Quant à l'histoire, comme dit plus haut, elle fait passer le temps mais n'est pas passionnante et ne marque pas par son originalité ni sa densité.

27/01/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Ces dernières années, je m’étais totalement fâché avec les œuvres que publiait Arleston dans la galaxie autour de Troy. Il y a eu un gavage qui a frisé l’indigestion. La multiplication des séries parallèles a eu raison de ma patience. Depuis 4 ans, il n’y avait plus eu de nouvelles séries et voilà qu’est publié ce one-shot indépendant. Je trouve que l’idée de base est excellente à savoir le changement de sexe. J’ai bien apprécié cette lecture qui a été divertissante de bout en bout. Il y a de l’audace dans cette jungle. Cela a apporté un peu de fraîcheur. Par derrière, on sent bien une critique du machisme à l’heure où le président d’un Etat voulant intégrer l’Europe nous dit que l’égalité homme-femme est un concept contre-nature et que la place de la femme, c’est de féconder. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Cette bd serait sans doute mal vue là-bas. Pour en revenir à la bd, elle est drôle et jubilatoire ce qui nous change de l’actualité.

26/11/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Une bande dessinée qui détend comme le fait si bien Arleston. La narration est fluide, le scénario est divertissant, l'humour me fait sourire et il y a des filles nues. Personnellement, je ne connaissais pas le sujet du scénario et le début m'a un peu ennuyé. Heureusement, dès que la magicienne débarque j'ai commencé à trouver le scénario plus intéressant. Je fus bien surpris de voir que le héros ne tripote pas son corps lorsqu'il se transforme en fille donc je peux dire que c'est un des scénarios les plus surprenants que j'ai lus dans ma vie. L'évasion est un peu faible, mais ça se laisse lire. Pas le scénario du siècle, mais à lire si on veut juste se détendre et qu'on aime le style d'Arleston.

23/11/2014 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Plonéis est l'incarnation exacte de la B.D. pas prise de tête qui se lit même en ayant une partie du cerveau occupé ailleurs. L’histoire pourrait tenir en deux lignes, c’est très classique et assez linéaire, mais pour qui aime les mondes de Troy c’est une petite escape agréable dans cet univers. Ce que j’ai apprécié c’est qu’Arleston ne s’est pas laissé à aller au graveleux, les personnages ne se mettent pas à baiser comme des bêtes pour essayer leur nouveau sexe, comme l’avait fait Morvan dans Zorn et Dirna, avec des planches de sexe totalement déplacées. Donc merci vraiment de ne pas nous avoir mis ça sous le nez. L’humour est présent mais il reste discret et ne fait pas forcément rire, on se cantonne plus dans les sourires. Le graphisme est très agréable, dans la lignée des mondes de Troy, il est précis et sans défaut, les personnages sont mobiles et expressifs, la colorisation joyeuse et bien appliquée. Pour l’option d’achat je suis plus mitigée, les inconditionnels de Troy auront cette B.D. sur leurs étagères, les autres pas forcément.

23/05/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Oui bon, bah, voilà, une histoire de plus dans le monde de Troy. On y retrouve des trolls, des femmes dénudées et des héros naïfs et maladroits. Rien d’original, donc mais le récit est bien mené est j’ai obtenu ce que j’étais venu chercher : de l’humour un peu gras et sans prise de tête dans un univers de fantasy bien balisé. Tout n’est pas parfait et certains passages me sont apparus mal amenés mais je ne peux pas dire que j’ai été déçu. Le dessin, lui, est bien dans la lignée des autres œuvres du monde de Troy. Pas de surprise de ce côté-là non plus. En clair : si vous cherchez l’originalité, fuyez ! Sinon, bah, vous savez à quoi vous attendre.

21/05/2014 (modifier)
Par stocke
Note: 4/5

Etant fan de l'univers de Troy, c'est sans regret que j'ai découvert ce nouveau one-shot. L'histoire est originale et agréable à suivre, si bien qu'on arrive vite à la fin. Comme dans beaucoup d'autres tomes, on retrouve des personnages très stéréotypés, un peu trop parfois, mais qui sont attachants. J'ai particulièrement apprécié l'humour qui se dégage de ce récit, notamment les scènes avec les trolls ou la tribu d'indigènes locaux ! Au niveau des dessins c'est bien fourni et on se plait à admirer certains décors. 4/5

25/04/2014 (modifier)
Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

"Pas mal" est vraiment l'idée qui m'a traversée l'esprit une fois fini l'album (en librairie, hein, je n'achète plus vraiment de choses sur Troy avec ce qu'on voit maintenant). En fait, c'est dans la veine moyenne de ce qui sort sur cet univers là. Le dessin ne m'a pas dérangé en tant que tel bien que j'ai un peu de mal avec cette façon de faire. C'est pas ma tasse de thé mais ça passe et c'est en parfait accord avec le propos qui nous est servi ici. D'ailleurs les passages dans la jungle ne sont pas mal du tout. Pour le scénario on retrouve des bonnes idées et des bons gags qui parfois font mouche, mais j'ai plus souri à la lecture de l'album que véritablement ri. C'est en revanche une bonne situation de base qui aurait permis un développement bien plus complexe, mais ne soyons pas trop regardant, ce qui nous est offert est déjà intéressant en soi, et l'album a le mérite d'être un peu philosophique. Sans aller trop loin bien sur. En résumé, ce qui est ressorti de ma lecture, c'est qu'il s'agit là d'un bon album, pas vraiment indispensable ni foncièrement mauvais, qu'on peut acheter si l'on est fan de l'univers de Troy, mais qui est sinon sympathique à lire, chez votre bibliothécaire ou dans votre librairie, pour une petite lecture qui s'oubliera tout de même. Moi je ne conseille pas l'achat en tout cas.

07/03/2014 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ma lecture d'un album de l'univers de Troy commence à dater, mais c'est le nom de Jean-Luc Sala au générique qui m'a décidé. En effet, connaissant son humour ébouriffant et son goût des petites pépées (en tant qu'auteur, bien sûr), son incursion dans cet univers coule de source. il nous emmène, avec la bénédiction d'Arleston, sur les pas de deux aventuriers un brin crétins, dans un bordel où les hôtesses ont eu certaine particularité... C'est rigolo, sur le plan narratif, ça se tient pas mal, et comme le souligne PAco (qui a déjà presque tout dit), il y a en prime un soupçon de clin d'oeil a des faits de société qui ancrent l'album dans notre époque, même si on est dans la pure fantasy humoristique. Côté dessin, Eric Hübsch semble s'être régalé avec cette jungle et ces croupes exubérantes, bien aidé à la couleur par Cyril Vincent qui donne libre cours à sa palette joyeuse. Vraiment sympa.

06/03/2014 (modifier)
Par PAco
Note: 3/5
L'avatar du posteur PAco

Ploneïs l'incertain nous plonge dans une nouvelle partie de l'univers de Troy : les abords du fleuve Pourpre, dont les méandres bordent une jungle épaisse où aventuriers et tribus anthropophages se côtoient. C'est dans ce cadre que nous faisons la connaissance de deux aventuriers, Mahalon et Ploneïs, qui après avoir tiré d'un marché fructueux avec une tribu de sauvages une somme rondelette, vont dépenser leurs gains dans une maison des plaisirs réputée pour la beauté des femmes qu'on y trouve... Jusqu'ici rien de bien folichon, on est bien dans l'univers classique de Troy, avec ses personnages, ses créatures, ses jeux de mots plus ou moins sentis et le graphisme qui va avec... Heureusement, la bonne idée que nous proposent Arleston et Sala au scénario, vient un peu prendre le troll à rebrousse poil et mettre le doigt sur l'image de la femme et sa condition. Sujet assez cocasse et inattendu dans un univers où la gente féminine est souvent réduite à des formes généreuses et quelques menus bouts de tissus... En effet, la tenancière de l'établissement de charme a pour étrange pouvoir de transformer les hommes en femmes. Les si merveilleuses hôtesses de ce lupanar ne sont en fait que des hommes tombés sous la coupe de Lyrä. Et c'est le sort qui est réservé à l'un de nos deux malheureux aventuriers... Ploneïs va devenir... Ploneïa ! La suite de l'album va donc nous raconter comment ils se tireront de ce mauvais pas, tout en soulignant plus ou moins efficacement les désagréments du "sexe faible". Si je dis plus ou moins, c'est que je regrette juste que nos deux scénaristes n'aient poussé un peu plus loin cette idée, en sortant par exemple de certains clichés qui collent aux deux sexes. Mais bon, on reste ici dans du divertissement grand public, cela fonctionne très bien, avec en plus une petite touche de réflexion sur un sujet de société complètement d'actualité. Alors, ne boudons pas notre plaisir, et profitons de cet album réussi et assez drôle que le dessin de Eric Hubsch met plutôt bien en valeur. On retrouve un monde de Troy foisonnant et haut en couleur, où faune et flore finissent toujours par nous étonner, tout comme ce sujet inattendu. Une bonne surprise au final ! (3.5/5)

17/02/2014 (modifier)