Edgar Poe

Note: 5/5
(5/5 pour 1 avis)

10 nouvelles fantastiques d'un des plus grands écrivains américains du XIXème, illustrées par les dessinateurs des publications Warren


Edgar Allan Poe L'horreur en bande dessinée Perles rares ?

Double assassinat dans la rue Morgue, la Barrique d'amontillado, le Corbeau..sont parmi les nouvelles du grand Edgar Poe, parmi les plus célèbres. Elles sont mises en images par de grands dessinateurs habitués des comics. Leurs illustrations sont la vision voulue par ces auteurs, certaines pourront surprendre.

Scénario
Oeuvre originale
Dessin
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1981
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru

Couverture de la série Edgar Poe © Neptune 1981
Les notes
Note: 5/5
(5/5 pour 1 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

11/06/2013 | Agecanonix
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

En 1981, Neptune édite un bel ouvrage rassemblant dix nouvelles d'Edgar Poe illustrées par cinq dessinateurs (couverture de Corben) et publiées entre 1965 et 1975 dans les magazines de James Warren, surtout Creepy. Le grand écrivain fantastique américain a toujours fasciné et tenté les illustrateurs, et ici, cette adaptation en BD tient ses promesses grâce aux pointures qui se sont attelées à la tâche. On trouve en effet la signature de Richard Corben sur Le Portrait ovale, Le Corbeau et Ombres; sa vision de l'univers de Poe se révèle poétique, conférant en même temps une force supplémentaire à ces nouvelles qui littérairement sont parfois surchargées de superlatifs. L'alliance entre les couleurs saturées et la mise en page constituée d'une succession de gros plans et d'inserts donne un ton incroyable au "Corbeau". Berni Wrightson se réserve la plus gothique, la plus torturée et la plus macabre des nouvelles de Poe: le Chat noir, toujours dans son style oppressant, à grands coups de clairs-obscurs et d'ombres, avec une incontestable maîtrise graphique. Personnellement, j'ai toujours adoré son style quand je lisais Creepy ou Fantastik. Bref, c'est du Poe pur jus où l'on frémit. Reed Crandall, comme Wrightson, travaille lui aussi à la plume, et livre avec le Coeur révélateur (au ton vraiment morbide) et la Barrique d'Amontillado deux récits angoissants, à l'esprit grinçant, même s'il procède à des ajouts. C'est du grand art. José Ortiz réalise avec vigueur le Puits et le pendule et la célèbre Double assassinat dans la rue Morgue ; son style dynamique hérité des longues années passées à oeuvrer dans les formats de poche pour l'Angleterre ou l'Italie, s'est bien adapté au climat fantastique de la Warren Publishing, il traduit bien l'angoisse insufflée par le génial écrivain. Seul Isidro Monès et son dessin surchargé sur la Vérité sur le cas de M. Valdemar et Bérénice accuse une légère faiblesse dans cet ouvrage, qui reste dans l'ensemble extrêmement positif. Amis de Poe, vous ne regretterez pas votre achat, ce très bel album de 96 pages étant devenu une véritable pièce de collection.

11/06/2013 (modifier)