Jack Joseph, soudeur sous-marin (The Underwater Welder)

Note: 3.75/5
(3.75/5 pour 8 avis)

Jeff Lemire revient avec un nouveau roman graphique intimiste dans la lignée d’Essex County, sélectionné dans son pays comme « l’un des romans canadiens essentiel de la décennie » ! Imaginez un homme prénommé Jack. Profession : soudeur sous-marin. Au fond de l’océan, là où même la lumière d’un chalumeau est avalée par les ténèbres, se trouve une porte. Une porte qui enferme de sombres souvenirs…


Auteurs Canadiens Canada Futurs immanquables Mon père, cet inconnu Nouveau Futuropolis Top Shelf Productions

En qualité de soudeur sous-marin sur une plateforme pétrolière au large de la Nouvelle-Écosse, Jack Joseph a l’habitude de travailler sous grande pression sous marine. Mais personne ne l’a préparé à une autre forme de pression qui l’attend, celle de devenir prochainement père de famille. Plus ce moment s’approche, plus il semble vouloir s’isoler au fin fond de l’océan. C’est alors qu’il fait une rencontre sous-marine incroyable qui va révéler des souvenirs enfouis. Un plongeur inconnu lui fait retrouver une montre ancienne, avant de disparaître mystérieusement. Cette montre avait été offerte par le propre père de Jack, alors que celui-ci était un enfant. Fâché contre son père, alcoolique notoire, Jack avait jeté la montre dans l’océan. Peu de temps après, son père disparaissait à tout jamais. Rongé par une culpabilité enfouie, Jack Joseph revisite son histoire pour enfin comprendre ce qui s’était passé... Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Juin 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Jack Joseph, soudeur sous-marin
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

28/05/2013 | Alix
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Lorsqu’on est plongeur soudeur pour une plate-forme pétrolière de la Nouvelle-Ecosse au Canada, c’est plutôt un métier dangereux car la mer ne pardonne pas la moindre erreur. On entre en effet dans le quotidien de ce futur père de famille qui semble la délaisser pour poursuivre une obsession. Il semble difficile de construire une famille équilibrée quand on a soi-même des problèmes psychiques de construction d’identité. Il faut dire que le père de notre Jack Joseph s’est noyé lorsqu’il avait 10 ans et depuis, il vît avec ce souvenir traumatisant. C’est donc une exploration de son intérieur que l’on va vivre à cette lecture. Quand on perd un être cher, cela laisse malheureusement des traces, des souvenirs, des cicatrices morales qui ne se referment jamais. Il faut affronter ses peurs pour parvenir à s’en sortir d’autant que les faits se sont produits durant la nuit d’Halloween. L’ombre du fantôme de son père plane. Et puis, il y a la culpabilité et l’affreuse vérité. C’est un album typiquement introspectif mais qui fait du bien. On n’est pas dans l’action et les effets spéciaux mais dans une véritable dimension humaine. C’est le genre de lecture que j’affectionne d’autant que l’auteur a fait des efforts pour bâtir une véritable intrigue qui se tient. Bref, c’est profond et c’est le cas de le dire avec ce soudeur sous-marinier.

31/07/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Un très bon roman graphique. L'auteur utilise des thèmes déjà vu comme une blessure ancienne qui hante le héros (ici, son père a disparu lorsqu'il était enfant) et l'angoisse d'être père et il les utilise de manière intéressante. Le personnage principal est attachant et j'ai bien aimé le voir fouiller ses souvenirs. L'auteur distille bien les souvenirs du héros jusqu'à ce qu'il se rend compte de ce qu'il s'est réellement passé. La narration est fluide et l'album se lit très vite pour un album de plus de 200 pages je trouve (il faut dire que plusieurs pages n'ont qu'un grand dessin). À lire si on aime les romans graphiques !

06/04/2014 (modifier)

Jack joseph, ou l’angoisse de paternité. Mis en exergue par les très bons contributeurs de ces lieux, l’album mérite du temps. Si le propos nous place près de la mer, dans un village vivant pour une activité industrielle comme tant d’autres, l’auteur souhaite nous faire partager le questionnement d’un homme. Ici c’est l’offshore qui fait décor, c’est le surmoi qui fait sujet. Que se passe-t-il pour un futur père ? L’auteur nous propose une sorte de témoignage de cette étape particulière où l’homme prend conscience qu’il va prendre un rôle responsable vis-à-vis d’un tiers. A ce stade, chacun réagira à sa manière, très probablement en fonction de ce qui l’a lui-même construit et donc de ses géniteurs. Notre Héros se révèle dans une intimité peu élogieuse, il sort du cadre attendu par la société à savoir celui qui assure et assume, celui qui est fort, celui qui devient responsable. Même sa tendre épouse devient étrangère, elle aussi est en attente, mais qu’ont-ils tous ? Notre héros se sent incapable de répondre aux attentes multiples, il fuit. Fort heureusement, il ne cherche pas la fuite pour elle-même mais pour résoudre cette part d’inconnu et de stress qui se cache au fond de lui. Le récit nous présente presque les cheminements d’une thérapie psychologique qui remontent jusqu’au manque, jusqu’à la faute et jusqu’au but ultime : assumer ses faiblesses. Le dessin se fait très dur, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce récit à cause des traits. Contrairement aux autres, je n’ai pas du tout trouvé le dessin joli, j’ai fini par m’y habituer. Parfois, certaines planches qui se situent entre rêve et réalité trouvent dans cette réalisation aux traités épais un bon vecteur narratif, mais le charme ne dure jamais longtemps. En revanche le découpage très recherché me semble tout à fait magnifique dans la lecture de ce roman graphique, les vues, les séquences montrent une belle maîtrise technique hélas non aboutie par le trait lui-même. J’ai donc passé un bon moment de lecture avec ce récit intéressant et hors normes, je resterais sur la catégorie bonne BD et non très bonne (donc 3 avec achat comme d’hab ici) car il me manque de la poésie graphique dans le trait. Dommage car le découpage m’a semblé parfaitement maitrisé et intéressant. J'ai envie de dire qu'il s'agit d'un très bon scénario détaillé à donner maintenant à un dessinateur... A découvrir tout de même.

25/11/2013 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Mon avis est plus mitigé que celui des posteurs précédents. J'ai accroché à cette histoire par morceaux, puis décroché dans d'autres. C'est vrai que j'avais quelques craintes en attaquant l'histoire d'un plongeur soudeur, c'est pas très sexy comme thème. Mais le début est plutôt pas mal et je suis assez bien rentré dans l'album. Tout tourne autour de la recherche de ce père inconnu parti trop tôt. La blessure du héros n'est pas refermée et quoi qu'il fasse c'est en lien avec ce vieux démon qui le hante. Et c'est assez inégal pour moi. Par moments ça m'a parlé, Jack m'a touché avec ses souvenirs d'enfance notamment. D'autres fois, il m'a plutôt énervé, comme lorsque son habitude me semblait totalement dénuée de bon sens. Sa façon d'abandonner sa femme sur le point d'accoucher me parait illogique. Et puis il y a des passages oniriques, la ville est déserte on ne sait plus si il rêve ou si il est mort, il erre tout seul. Ca non plus ça ne m'a pas touché. Au final une BD pas désagréable mais j'ai lu des albums bien plus marquants sur le même thème.

16/11/2013 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pierig

Cet album n’éveillait pas en moi d’intérêt particulier. L’histoire d’un plongeur-soudeur, il y a plus passionnant comme sujet, non ? Mais ma curiosité fut titillée après qu’elveen ait lu le livre. Et je me suis rendu compte que je me trompais lourdement. Ce métier spécifique des plateformes pétrolières n’est pas le centre du récit (même s’il joue un rôle symbolique essentiel). L’objet est ailleurs, enfoui dans l’angoisse d’une paternité imminente qui ravive un manque, celui d’un père disparu trop tôt dans des conditions obscures. Ce récit d'un futur père qui semble fuir ses responsabilités est à la fois touchant et prenant. Le milieu sous-marin représente idéalement les moments de solitude où Jack se replie sur lui-même. Des flashbacks lui permettront de revivre ses jeunes années à la recherche d’explications sur la disparition de son père … pour faire table rase du passé et prendre un nouveau départ? Je vous laisse le découvrir. Le final, très symbolique, m’a aussi beaucoup plu. A recommander.

27/08/2013 (modifier)
Par elveen
Note: 4/5

Suite à l’avis d’Alix, j’attendais la sortie de cet album avec impatience. À sa sortie, le prix a été difficile à avaler… mais je l’ai quand même acheté, et je ne le regrette pas ! L’histoire de Jack Joseph est à la fois bien construite et bien dessinée. Tout le récit tourne autour de ce personnage, futur père pas très investi, qui va devoir affronter son passé afin de pouvoir s’engager dans l’avenir. Selon moi, la quête du père est centrale, bien qu’elle ne soit longtemps pas consciente. L’auteur arrive à engendrer une bonne empathie pour son personnage que, personnellement, j’avais parfois du mal à comprendre, mais toujours envie de soutenir. Et le développement de l’histoire nous rappelle que les actes présents sont souvent conditionnés par les événements passés. Plus on connaît Jackie, mieux on comprend son comportement présent, et plus on a envie de le voir heureux. Le tout est servi, et je dirais même très bien servi, par le dessin en noir et blanc de Jeff Lemire. Je trouve qu’on sent que la même personne a réalisé le scénario et le dessin. Hormis les "gueules" féminines, je trouve ce dessin fort agréable. Mais ce que j’ai vraiment trouvé magnifique, c’est le travail de découpage et les cadrages. Le dessin, tout en étant très beau en soi, est surtout au service du scénario et le transcende. Les pleines pages et doubles-pages sont aussi très belles, et jamais gratuites. Bref, c’est une lecture que je vous conseille chaleureusement. Et merci à Alix qui m’a donné envie de découvrir cette BD.

14/07/2013 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5
L'avatar du posteur iannick

Je m’attendais à lire un récit se passant dans un submersible mais c’est autre chose que j’ai découvert ! Faut dire que je n’avais pas lu auparavant le résumé de « Jack Joseph, soudeur sous-marin » et que je me suis mis à « attaquer » cette lecture bille en tête, aveuglé par l’affichage de mon éditeur préféré « Futuropolis » sur sa couverture ! Et je ne fus pas déçu ! « Jack Joseph, soudeur sous-marin » est un pur roman graphique. Ici, pas de scènes d’action proprement dites, ni de péripéties aventureuses ne se présenteront aux lecteurs. Le récit est celui d’un homme qui va en quelque sorte « chasser » ses démons du passé après avoir aperçu au fond de l’océan un objet inattendu. « Jack Joseph, soudeur sous-marin » m’est apparu comme un récit touchant. Toutefois, malgré la présence de séquences imaginées et un peu fantasmagoriques, cette histoire ne vire jamais au mélodrame et son dénouement permet d’apprécier la cohérence de ces scènes dans cette histoire. Jack Joseph (surnommé Jackie dans la bd), le personnage principal m’est apparu comme un personnage attachant et crédible parce que la trentaine passée, un homme –à mon avis- en général ne peut pas échapper au syndrome du « sens de la vie ». Dans ce récit, Jackie se remet en question surtout à l’approche de sa paternité… enfin, bref, je pense que tous les lecteurs ayant dépassé leur trentième année d’existence me comprendront. J’ai apprécié aussi le fait que le protagoniste principal soit un soudeur sous-marin, on a donc le droit à des vues inédites : c’est original et ça change un peu par rapport à l’ensemble des bandes dessinées qui sortent en masse tous les mois. Ça permet aussi de contempler un joli dessin en noir et blanc qui retransmet bien l’atmosphère de cette ville côtière où se déroule cette histoire. J’aurais tout de même été curieux de voir une version colorisée de cet album surtout au vu de sa situation en bord de mer (imaginez un peu le résultat si des couleurs bleuâtres et sombres de l’océan avaient été employées dans ce récit, ainsi que des ambiances ternes lorsque des séquences sous la pluie font leur apparition…) mais j’avoue avoir été tout de même conquis par le trait de cet auteur (Jeff Lemire). Il est à souligner que Jeff Lemire a soigné sa mise en page, on a le droit à un découpage varié et inattendu tout au long de la lecture, ce qui m’a permis de ne jamais ressentir le moindre ennui à suivre les péripéties de Jackie. En conclusion, encore un livre de chez « Futuropolis » qui m’a beaucoup plu… décidément, c’est une habitude !

03/07/2013 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Je lorgne sur cet album depuis un moment – la VO est dans mon panier Amazon depuis plusieurs mois. La couverture magnifique (voir ici) avait retenu mon attention en librairie, mais le résumé un peu « space » m’avait fait craindre une histoire un peu trop onirique et loufoque. La parution chez Futuropolis est l’occasion de franchir le pas… … et j’ai adoré ! L’histoire de fond est finalement très typée « roman graphique », avec cet homme paniquant un peu à l’idée de devenir papa, et qui a surtout des souvenirs douloureux enfouis au plus profond de lui, et qui vont refaire surface soudainement lors d’une découverte sous-marine à première vue anodine. S’en suivent de longues déambulations teintées d’onirisme (virant parfois au cauchemar) montrant un homme qui perd les pédales et qui tente tant bien que mal de donner un sens à ce qui lui arrive. C’est touchant, bien écrit, intrigant au possible, et la fin est bien amenée et satisfaisante. La narration mêlant passages oniriques et sauts dans le temps est habile et ne perd jamais le lecteur (ou en tout cas jamais bien longtemps). Le dessin en noir et blanc est magnifique, et parfaitement adapté pour représenter la petite ville côtière de Nouvelle Ecosse, cadre de cette histoire. Un coup de cœur en ce qui me concerne.

28/05/2013 (modifier)