Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Tueurs de mamans

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Quand cinq jeunes adolescentes sont dépassées par leurs actes... Quand la conséquence des ces actes peut être fatale... Apparaissent alors les tueurs de mamans... Tuer n'est pas jouer... mais jouer peut tuer !


Adolescence Les Réseaux sociaux

Béatriz, Marie, Valentine, Kom Piu et Toronto sont cinq ados qui se retrouvent régulièrement dans leur cachette secrète : la chapelle désaffectée de leur école. Ce qui les a rapprochées, c'est une caractéristique commune : l'absence de père à la maison. Du coup, même si elles adorent leurs mères, elles ont, comme tout ado qui se respecte, des tonnes de reproches à leur faire. Un jour, elles tombent par hasard sur un site de "punisseurs" qui propose de châtier les parents pas cool. Par jeu, elles passent commande. Mais les punitions commencent à arriver réellement. De la plus anodine à la plus grave... Paniquées, les cinq filles vont commencer une course contre la montre pour essayer de protéger leurs mères de la folie vengeresse de ces mystérieux "justiciers" !

Scénariste
Dessinateurs
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Mai 2013
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Tueurs de mamans

13/05/2013 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur eric2vzoul

C'est l'histoire du club des cinq pétasses qui grandissent trop vite, en conflit avec leurs profs et leurs mères respectives, lesquelles ont la lourde tâche de les élever sans père. Comme elles sont immatures, cruelles et un brin caractérielles (en résumé : des adolescentes), elles ont fondé une société secrète et en veulent au monde entier. Quand un site internet se propose de venger leurs petites humiliations, elles n'hésitent pas longtemps… Elles ont tort et vont vite grandir en découvrant que certains désirs ne devraient jamais devenir des réalités. On recycle Les Disparus de Saint-Agil, on remplace les garçons par des filles faussement délurées, on ajoute les réseaux sociaux et un psychopathe, on saupoudre de thématiques actuelles (les mères célibataires, le handicap, l'homosexualité, l'islamisme…) et voilà une histoire moderne digne de Plus Belle la Vie ! Mais, ô surprise, les auteurs prennent le lecteur dans leurs rets et l'entraînent inexorablement dans les péripéties d'un récit beaucoup moins stéréotypé qu'il n'y paraît. Car la bonne surprise, c'est que l'univers un peu niais des ados cède la place à un ton un peu surréaliste (le méchant insaisissable bien qu'il agisse au grand jour dans un costume ridicule, l'improbable cachette secrète inconnue des adultes dans un collège privé…) et surtout que la violence, même suggérée, s'invite sans complaisance dans le récit gentillet. Au final, derrière l'histoire pour pré-adolescents et le dessin tout rond, on se dirige vers une fin à la Seven, brutale et sans concession. Les deux Benoît nous bluffent. Le talent de Zidrou en tant que scénariste n'est plus à démontrer ; même s'il s'adresse à un jeune public, il sait leur conter des histoires qui les font grandir. Quant à Benoît Ers, il a déjà commis, avec son compère Dugomier, plusieurs séries dont le propos évite intelligemment la mièvrerie : Les Démons d'Alexia, Hell School et Les Enfants de la Résistance ont ceci en commun qu'il ne prennent pas les plus jeunes pour de mignons bambins qui doivent être préservés de la sauvagerie du monde des adultes. J'aime bien le travail de ces auteurs. La série n'est pas leur meilleur travail selon moi, mais elle mérite le détour. Elle semble en stand by, cependant, si Tueurs de mamans doit se poursuivre en tant que série (ce qui n'est pas indispensable, car la fin « ouverte » de ce diptyque ne me dérange pas), j'en lirai la suite avec plaisir.

02/07/2017 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Zidrou est l'auteur qui m'intrigue le plus en ce moment. Je viens de lire Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait... et cela m'a intrigué au point de vouloir en savoir plus. Je m'aperçois que dans l'ensemble, j'aime plutôt la plupart de ses oeuvres. Avec "Tueurs de mamans", nous somme plus proches d'un univers graphique de Seuls. Ce thriller adolescent est plutôt réussi. Nous avons quatre pimbêches qui rêvent de réprimander leurs mères qui ne jouent que leurs rôles. C'est vrai qu'en tant que parent, on aura une autre lecture des événements. Cela pourra paraître choquant par moment. J’ai été littéralement happé par ma lecture de ces deux premiers tomes formant un diptyque. On attend la suite avec impatience. Les parents que nous sommes ne verront plus leurs filles de la même façon. Heureusement que je n'ai eu que des garçons !

30/03/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Jusqu'à présent je trouve que c'est une bonne série et j'ai bien hâte de lire la suite. Dès les premières pages j'ai trouvé l'histoire passionnante. Les filles sont intéressantes et leurs personnalités ainsi que leurs problèmes avec leurs mères sont très bien exploités. Le rythme est bien maîtrisé et j'ai lu les deux albums d'un trait tellement je voulais savoir ce qui allait arriver ! Le dessin est clair et précis et je n'avais pas du tout remarqué qu'il y avait deux dessinateurs tant leurs styles s'accordent bien ensemble. J'avoue toutefois que la facilité qu'a le méchant à attaquer les gens sans avoir vraiment de problème est un peu facile. Je pensais même que c'était un être fantastique comme un esprit ou un démon !

31/01/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Commençons par les deux points qui fâchent, histoire d’en être débarrassé et de justifier une note de 3/5 alors que cette lecture m’a, par ailleurs, fort bien plu. Le premier, c’est le titre. Je le trouve racoleur et injustifié. Racoleur car il joue sur la corde sensible, associant deux mots (« tueur » et « maman ») que l’on ne voudrait pas voir assemblés. Ce titre, s’il claque bien dans la tronche, ne se justifie pas dans le cas présent puisque ce tueur, d’une part, ne tue pas systématiquement mais seulement à la demande, et d’autre part, ne s’en prend pas exclusivement aux mamans mais à toute victime (père, mère, professeur, et je suppose qu’on peut encore élargir le spectre des victimes potentielles) qui lui serait désignée via ce fameux site. Le deuxième, c’est cette présentation d’une histoire complète en deux tomes alors que la fin du deuxième est loin de conclure l’histoire. Des personnages nous ont été présentés dans le deuxième tome et n’ont pas encore été pleinement exploités (la commissaire enceinte, par exemple), les coupables courent toujours, et on abandonne les adolescentes vedettes en pleine situation de crise. Contrairement à Ro, je trouve que la conclusion de ce deuxième tome est loin d’être satisfaisante. Ҫa sent vraiment la suite bien préparée, et par conséquent, c’est trompeur sur la marchandise. Ceci dit ! Ceci dit, je continuerai à suivre la série car je l’aime beaucoup. Le destin de ces jeunes filles, qui mettent le doigt dans un engrenage qui les dépasse, me touche. Je trouve les différents profils bien trouvés, réalistes et modernes. L’histoire ne manque pas de rythme ni d’action et les scènes poignantes sont bien amenées. Par ailleurs, j’apprécie grandement que l’aspect psychologique du scénario repose sur un des fondamentaux de l’adolescence : apprendre à assumer les conséquences de ses actes. De plus, le ton n’est pas édulcoré. Certains passages sont dramatiques et les répercussions psychologiques ne sont pas occultées. En partant du principe que ces deux premiers tomes forment un premier cycle, je trouve même la fin de ce « cycle » très bonne car elle laisse les héroïnes à un moment crucial de leur évolution vers la vie d’adulte avec tous les risques d’effondrement, de déni ou de rejet (de soi ou des autres) qui accompagnent ce passage. Enfin, le dessin est très efficace. Chapeau bas pour la « main » d’une des jeunes filles dans le premier tome (les auteurs et ceux qui liront la série me comprendront) ! C’est finement amené !! Les scènes les plus violentes jouent habilement de la suggestion plutôt que de tomber dans le démonstratif. A nouveau, j’ai envie de dire : bien vu !! Donc, voilà ! Je regrette un peu l’emballage et j’ai quand même le sentiment d’avoir été dupé quelque part… mais je suis accro à cette série et je continuerai à la suivre avec grand plaisir.

13/05/2013 (MAJ le 11/06/2013) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette série m'a surpris par la dureté de son scénario. il faut dire que je croyais qu'elle avait été prépubliée dans le journal Spirou mais j'ai appris après coup que ce n'était pas le cas, qu'elle avait été jugée trop noire pour y paraître. Pourtant, cela commence comme une gentille série pour adolescents ou adolescentes. Elle met en scène 5 copines aux origines et caractères variés et un petit peu rebelles qui forment une sympathique bande au lycée. Mais doucement mais sûrement, une violence réaliste, plus suggérée que montrée heureusement, s'impose dans leur vie et celle de leur famille, le titre de la série parlant de lui-même. Le dessin assez rond d'Ers et l'atmosphère habituelle des publications Dupuis laissaient à penser que le fond resterait léger et qu'après quelques péripéties tout serait bien qui finirait bien, mais le récit est réaliste et le ton se révèle nettement plus mûr qu'on ne pouvait l'envisager. Moi même j'ai trouvé certains passages assez dérangeants, surtout ce qui arrive à la dernière mère du tome 1. Quant à la conclusion du tome 2, elle frappe assez fort comme un coup de poing au ventre tellement on ne s'attend pas à ce que ça finisse ainsi... Mais je ne veux rien dévoiler. A côté de ce réalisme dans la violence, on trouve aussi celui dans le comportement des héroïnes adolescentes en butte avec l'autorité et surtout avec leurs mères les élevant seules. Ce n'est pas un manichéisme simplet que nous offrent les auteurs mais bien une relation faite d'amour et de haine comme peuvent en vivre de vrais adolescents face à leurs parents durant cette période de leur vie. Beaucoup s'y reconnaîtront même si l'ensemble est un petit peu romancé, notamment les caractères très affirmés de chacune. Par contre, il y a une petite chose qui m'a agacé, la même chose qui m'agace dans un très grand nombre de récits mettant en scène un ou des méchants mystérieux dans des intrigues à suspense : la facilité avec laquelle ils commettent impunément leurs crimes. Cela sonne un peu artificiel, il ou ils arrivent comme des fleurs, commettent parfois des horreurs et repartent comme si de rien n'était, allant même ici jusqu'à ridiculiser et mettre à mal les forces de l'ordre (enfin un agent de sécurité) sans jamais se faire attraper ni que des témoins permettent de les retrouver. Ce type de facilité scénaristique, même si elle sert l'intrigue et le mystère, m'énerve souvent à la lecture. Heureusement, j'ai trouvé les choses mieux posées et plus crédibles dans le second tome. C'est une bande dessinée bien foutue, au dessin agréable, à la narration impeccable et au scénario assez fort. Il parait que ce n'est là qu'un premier diptyque mais il peut déjà se lire comme une histoire complète.

15/05/2013 (MAJ le 10/06/2013) (modifier)