Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Crève saucisse

Note: 3.47/5
(3.47/5 pour 15 avis)

Renouant avec la veine acide qu’on lui connaît, Pascal Rabaté s’associe à Simon Hureau pour une comédie noire, grinçante et jubilatoire.


La Vendée

Didier est boucher, amateur de bande dessinée et... cocu ! Cela lui bousille la vie. Sandrine, son épouse, le trompe avec leur meilleur ami, Éric. Cela fait au moins un an que cela dure, depuis les vacances passées. Il aime sa femme plus que tout, il est patient, mais il ne supporte plus ses mensonges et ne peut définitivement plus encadrer son ancien copain. Il décide donc de se venger. Le cocu magnifique prend les choses en main. Il organise leurs vacances avec Sandrine et celles d'Éric et de son épouse sur l'île de Noirmoutier. Il empêche par tous les moyens les deux amants de se retrouver seuls. Et il parvient à isoler le traître, afin de s'en débarrasser : de le tuer, ni plus ni moins ! Il a tout prévu. L'idée a germé en relisant une de ses bd préférées...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Janvier 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Crève saucisse

18/01/2013 | iannick
Modifier


Par Yann135
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yann135

Il n’a pas la patate le petit boucher pourtant si enjoué, si avenant habituellement avec la clientèle. Il faut dire qu’il y a un truc qui le mine. Sa femme le trompe avec son ami Eric. De quoi avoir le moral en berne. Ca va partir en eau de boudin cet album… pour votre plus grand plaisir ! Il est clair que notre Didier ne peut pas laisser les choses en état. Il souffre en silence mais il doit réagir coûte que coûte. Il va donc imaginer le meurtre parfait en s’inspirant des aventures de Gil Jourdan, la voiture immergée. Hey hey petite balade en perspective à Noirmoutier, en passant par le célèbre Gois, cette fameuse chaussée sous-marine unique traversable quelques heures par jour, avant et après la marée basse. Si vous vous attendez à une histoire moralisatrice, vous pouvez passer votre chemin. Dans le cas contraire, à vous cette tranche de vie bien saignante à déguster sans modération. Vos papilles seront alimentées par le châtiment réservé à l’amant. Une dernière chose avant d’attaquer le menu, la vengeance est un plat qui se mange froid. Le scénario tient la route. Et malgré ses envies de meurtre, on éprouve de l’attachement pour Didier ce boucher trompé et nous l’accompagnons avec plaisir dans la mise en place de son plan bien sournois. Le dessin est plutôt simpliste, sans fluorite, avec des couleurs chaudes malgré la noirceur de l’histoire. C’est plutôt agréable. Lecteurs végans ou végétariens, oui oui « crève saucisse » est aussi fait pour vous ! Sans modération vous pouvez engloutir cet album. Je recommande cette recette épicée concoctée par Rabaté Hureau.

21/12/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

L'histoire est plutôt bonne et bien construite. J'aime bien cette idée d'un boucher cocu qui va se venger en reprenant l'astuce du scénario d'une BD. Cela parle évidemment aux lecteurs de BD que nous sommes. D'autant plus moi qui apprécie beaucoup Gil Jourdan et ce récit inspiré du Passage du Goix à Noirmoutier. Et j'apprécie aussi que ce soit Simon Hureau qui mette ça en image. Non seulement j'aime son trait que je trouve clair et agréable mais il est aussi doué pour mettre en scène des personnages et des décors de terroir, de la France populaire. Il n'y a que le visage d'un des enfants des deux couples que je trouve raté, le reste est très sympa. Donc ça aurait pu être une très bonne BD mais je n'ai pas aimé la toute fin. Il faut dire que l'histoire m'avait rendu la femme du boucher antipathique, et je ne parle évidemment pas de son amant qui méritait bien tous les maux. Hypocrite et égoïste, j'ai franchement du mal à m'imaginer que le héros veuille rester avec elle. Mais évidemment je ne me mets pas dans la peau du personnage et je suppose qu'il y a des raisons derrière tout cela. Du coup, comme je n'aime pas du tout cette femme, je n'apprécie pas de voir comment sur une simple supposition qui pourrait être une pure coïncidence, et sans aucune preuve, elle retourne soudainement la situation et comment le boucher se laisse aussi facilement bouleverser. Cette fin m'a déçu ou alors elle m'a paru trop abrupte. Hormis ce reproche, c'est quand même une lecture sympathique et une histoire plutôt bien faite.

09/09/2016 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Classique de chez classique, mais au final voilà une histoire d'adultère et de vengeance comme nous en avons vues mille fois mais qui fait son petit effet. Par petites touches, Rabaté instaure un climat où les relations humaines sont finement analysées. Avant de commettre l'irréparable notre boucher va tenter par tous les moyens de se persuader que son amour va lui revenir et sans manichéisme aucun, cette partie de l'album m'a bien plu, je l'ai trouvé ménageant les uns et les autres. Dans la deuxième partie, préparation des vacances et le séjour à Noirmoutier, les choses s'accélèrent et l'idée géniale d'utiliser le scénario d'une vieille BD de Gil Jourdan est franchement sympathique. Le dessin n'est pas le plus beau du monde mais il remplit son office honorablement. Conclusion : ne pas chercher des poux dans la tête d'un boucher bédéphile. Assurément à lire comme une tranche de vie où quelques pointes d'humour relèvent l'ensemble.

03/10/2015 (modifier)
Par jul
Note: 3/5

Une bonne bd que j'ai empruntée à la bibliothèque. Une histoire d'adultère assez classique mais très limpide à la lecture. Le héros est sympathique et on est de tout cœur avec lui. Le dessin ne me plaisait pas au 1er abord (trop rond et mouvant) mais il est finalement très agréable à l'oeil et capte à merveille le caractère des personnages. Petit bémol en ce qui concerne l'histoire. Je ne comprends pas que le héros ait un ami aussi détestable, fourbe et antipathique. Et puis sa femme n'est jamais mise en faute dans l'histoire alors qu'elle est autant fautive que son ami. Elle reste la jolie femme pure, intouchable qu'il veut reconquérir alors que c'est une vraie salo... ^^ Une bonne bd.

10/12/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Voilà mon genre de bd: une histoire simple avec une mise en scène efficace et qui joue sur la variation des sentiments humains partant de l'amour à la haine. La vengeance n'est sans doute pas la solution lorsqu'on souffre à cause d'une personne qu'on aime et qui nous trahit. On verra que la bd peut parfois donner des idées un peu morbides. Bref, les auteurs ont su à la perfection restituer un thriller qui se tient sur le thème du couple. On espère juste qu'il y aura une suite. La fin est assez ouverte pour le permettre. Derrière le sourire d'un boucher peut se cacher bien des choses...

31/05/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Un très bon album qui parle pourtant d'un thème qui ne m'intéresse pas trop habituellement: l'adultère. Sauf qu'ici je trouve le sujet est traité de manière intéressante. Le personnage principal, le pauvre mari fait cocu par son soi-disant ami, est vraiment attachant même s'il n'est pas sans défaut. Je dois avouer que c'est surtout le dénouement et la fin qui me fait mettre 4 étoiles. Avant les dernières pages, je trouvais le récit sympathique, mais rien ne me semblait mémorable et là arrive ce dénouement que j'ai trouvé complétement jubilatoire ! J'aime beaucoup la dernière page qui m'a même fait rire.

30/12/2013 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ironie, quand tu nous tiens... Pascal Rabaté est un spécialiste du genre, et il le prouve encore une fois avec cette tragicomédie douce-amère. Il s'agit d'une sorte de vaudeville, au ton nettement plus noir, avec une vengeance à base de... bande dessinée. Au passage, l'hommage à Maurice Tillieux est plutôt réussi :) Je me suis surpris à esquisser plusieurs fois un petit sourire pendant ma lecture, j'aime bien ce genre d'humour, même si parfois il n'est pas vraiment maîtrisé, ce qui n'est pas le cas ici. C'est très bon :) je ne suis pas très fan du dessin de Simon Hureau, mais je trouve qu'ici il est assez sympathique, et sert assez bien le propos sarcastique. Un bon album, sans plus.

24/11/2013 (modifier)
Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

J'ai lu cette BD par hasard au détour d'une librairie, et je dois avouer que j'ai bien accroché. La narration est efficace, l'histoire prenante et les personnages assez intéressants, le tout sous couvert d'une histoire de vengeance assez originale. J'ai vraiment beaucoup aimé. Le ton évite avec beaucoup de bonnes idées le manichéen primaire, on est loin d'un gentil contre méchant, et les personnages évoluent pas mal, sans qu'on puisse prendre parti (je pense notamment à la femme du boucher qui est très différente selon le point de vue). Ensuite la fin est excellente, il faut bien l'avouer. Le principe de la vengeance est aussi excellemment bien mis en scène. En fait, la BD sait trouver des bonnes idées. Après, je n'ai pas été convaincu par tout, et l'ensemble se lit de manière trop rapide à mon goût, même si l'intérêt reste toujours intact. Le dessin est bon sans être exceptionnel et je l'ai trouvé agréable à regarder. C'est toujours un bon plus. Et puis les petites piques sur les BD ne peuvent que faire plaisir quand on est habitué à certains commentaires/sarcasmes ... Une bonne BD au final, qui n'a pas assez pour briguer à un 4/5, mais elle est très bien, je la recommande chaudement.

18/10/2013 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

J’avais été tenté de lire cette BD, ayant vu que Rabaté (Les Petits Ruisseaux, Ibicus...) était au scénario. Et si ce dernier n’est plutôt pas mal, j’ai davantage été rebuté par le dessin de Simon Hureau, auquel je trouve un petit côté amateur. Je ne dis pas que c’est nul, loin de là, mais je trouve que le trait ne coule pas de source, tant pour les corps que pour les visages, pas suffisamment expressifs pour ce style « pseudo-réaliste ». Idem pour la mise en couleur, fade et peu recherchée. Seul le cadrage, assez efficace, vient compenser ces points faibles. Pour le reste, j’ai pris un certain plaisir à l’histoire, malgré un pitch assez quelconque sur le thème de l’adultère et de la vengeance, où la seule originalité réside dans le rôle majeur joué par une BD de Gil Jourdan... Forme d’hommage indirect à son auteur Maurice Tillieux ? (D’ailleurs en passant, j’ai bien aimé le petit clin d’œil furtif à Blaise). Je n’en dis pas plus sous peine de spoiler mon avis. Mais il faut admettre que le suspense est bien là, tant sur le plan psychologique (l’épouse ne sait pas que son mari sait mais celui-ci fait comme s’il ne savait pas, mais elle, ne sait-elle pas qu’il sait ?) que lors de la scène finale. A ce niveau, c’est plutôt réussi. Et j’avoue quelque part avoir été pris d’empathie pour ce pauvre Didier, gros nounours un peu pataud au cœur tendre, du moins au premier abord, mais qui va se transformer en meurtrier diabolique pour assouvir sa vengeance envers son prétendu copain Eric. Et pas forcément de la façon dont on le penserait ! Là, Rabaté se joue du lecteur avec un brin de malice... Bref, il est vrai qu’on n’a guère envie de se lamenter sur la proie qu’est Eric, personnage assez peu sympathique, donneur de leçon hypocrite et condescendant, qui plus est contempteur du petit peuple des bédéphiles (« Je n’ai jamais pu lire ces trucs-là, même gamin… En même temps, ça ne doit pas trop prendre la tête ! »). On peut donc le dire, cette « BD-mise en abyme » est sans doute la première à venger à la fois les amoureux transis des queutards suffisants, les bouchers candides des profs de philo arrogants mais surtout les bédéphiles enragés des snobs littéraires !

17/10/2013 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Simple, classique diront certains, mais tellement efficace ! "Crève saucisse" se construit autour d'une banale histoire de couple malmené, mais avec des personnages finement ciselés et une trame rondement menée. Rabaté a le sens du récit et l'amour des personnages. D'une banale histoire qui pourrait être tirée d'un fait divers d'un quelconque canard régional, il extrait une moelle qui donne toute la saveur à la cochonaille qu'il mitonne. On entr edans cette histoire sans pouvoir lâcher l'album de bout en bout. Ajoutez à cela les petits clins d’œil qu'il glisse de ci de là, que ce soit sur la BD ou un de ses propres films ("Ni à vendre, ni à louer", oui le mec avec le cerf volant sur la plage de Noirmoutier, c'est Jacques Gambelin ;) ) et vous avez une récit ficelé façon rôti premier choix ! Côté dessin, c'est avec cet album que je découvre le travail de Simon Hureau. Son trait colle parfaitement au récit. Tout comme lui, il est sobre et efficace ; pas de superflu, tout est ici pensé pour nous guider sur les rails du drame qui se noue inexorablement au fil des pages... J'ai beaucoup apprécié le travail de ses cadrages et les découpages de ses planches. Et puis voir en planche une histoire qui se déroule à deux pas de chez moi, c'est toujours marrant. Le seul bémol reste pour moi (et à priori je ne suis pas le seul) la colorisation que j'ai trouvé un peu fade ; sans doute est-ce du à son application tout en aplat. En tout cas, une lecture très agréable qui confirme le talent de Pascal Rabaté pour nous concocter des histoires à partir de petits riens.

08/03/2013 (modifier)