Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Rafale

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Sur la piste Hô Chi Minh, la plus dangereuse du monde, une forteresse roulante est chargée de ravitailler des hommes…


1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Autour du Rail Indochine Les Guerres d'Indochine et du Vietnam

1948, la France s'embourbe dans la guerre d'Indochine. Fréderic Daguet, jeune ingénieur du Chemin de fer Transindochinois, est chargé de conseiller la Légion Etrangère dans un projet un peu fou : réaliser un train blindé assurant ravitaillement et sécurité des troupes de part et d'autre du Vietnam, la Rafale ! Or Daguet, loin d'être militariste, va très vite être atteint par ce que certains appelleront le "Mal Jaune", une véritable passion pour un pays dont il aime jusqu'aux excès.

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Janvier 2012
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série La Rafale
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

18/01/2012 | Spooky
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Décidément, je découvre chaque jour que je ne connaissais ni les guerres d'Indochine ni le Vietnam lui-même. Ma lecture récente de Chinh Tri m'avait permis de découvrir les mouvements indépendantistes de l'intérieur des années 20 jusqu'à après la guerre du Vietnam. Cette lecture là, maintenant, m'a permis de découvrir un pan de la guerre d'Indochine des français, et plus précisément de la Légion Étrangère, contre le Viet Minh. Et au passage d'apprendre combien la population Indochinoise n'était pas véritablement unie, et même d'apprendre un élément essentiel que j'ignorais, que les habitants de ce pays étaient de plusieurs ethnies ou royaumes et qu'ils étaient loin d'être unis. La Rafale est un récit d'aventure militaire. Il met en scène un régiment de la Légion chargé d'utiliser un train blindé pour protéger la ligne du chemin de fer Transindochinois et soutenir l’armée coloniale le long de son parcours. Il recrute pour cela un ingénieur du rail civil chargé de vérifier l'état de la voie et des ponts. Entre l’œil extérieur de ce dernier et l'amour d'un légionnaire pour une prostituée vietnamienne qui se révélera très vite être une espionne Viet Minh, il va se mettre en place une intrigue faite de combats militaires, d'espionnage et d'évacuation de civils dans un Vietnam qui est en train d'échapper complètement à la main-mise française. Sur le fond, c'est intéressant et plutôt original. D'autant qu'on s'attache assez rapidement à ces légionnaires qui sont aussi professionnels qu'humains et se soutenant mutuellement comme une vraie famille. Sur la forme, c'est plutôt bon aussi. Le dessin est de bonne qualité, très agréable à la lecture et donnant joliment vie au Vietnam de l'époque. Le rythme narratif est assez accrocheur et on ne s'ennuie pas. J'ai juste été un peu circonspect devant les atermoiements de la jolie My Linh dont les motivations et objectifs sont assez confus. Cela reflète en grande partie sa propre confusion entre son amour pour sa patrie, son sens du devoir et son attachement finalement à ceux qui devraient être ses ennemis mais qu'elle n'arrive pas à tuer. Si c'est en partie compréhensible, vient quand même un moment où j'ai eu du mal à accepter sa soumission à un Général Wu complètement injuste, violent et détestable. Jusqu'à son choix final que j'ai du mal à partager... De même, j'ai été un peu déçu par la toute fin de la série, sa dernière page qui clôt abruptement le tout. Décidément, les auteurs semblent ne vraiment pas porter les communistes dans leur cœur pour rendre autant d'entre eux méprisables dans cette série. Et du coup, la conclusion donne un sentiment de "tout ça pour ça" assez frustrant. Dommage d'avoir voulu jouer la carte de la tragédie fataliste.

23/10/2019 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Elles ne sont pas très nombreuses, les BDs qui abordent la première Guerre d'Indochine. Pourtant la France y a laissé des plumes, et surtout au sein de la Légion étrangère, qui constituait le gros du contingent au début du conflit. Patrick Cothias et Patrice Ordas, désormais en tandem sur de nombreux projets (BD et romans), nous proposent donc de l'aborder en suivant la Rafale, ce train blindé destiné à ravitailler les fortins et à protéger les convois. Mais bien sûr d'autres histoires vont se développer en parallèle, une romance qui cache des relations troubles entre autres. J'avoue, j'ai trouvé le découpage narratif un peu étrange, il m'a fallu revenir en arrière ou réfléchir un peu pour recoller certains morceaux. Cela ne m'a pas trop freiné dans mon appréciation de ce nouveau triptyque, cependant. En outre le background historique est intéressant, on apprend des choses sur la société indochinoise de l'époque, sur la vie au sein de la Légion... Cothias et ordas ont émaillé leur récit d'une romance,e t bientôt deux, entre les protagonistes de ce voyage sur les rails du Vietnam. Cela permet au récit d'éviter la sécheresse, bien que le positionnement idéologique de plusieurs personnages soit trouble. Au dessin on trouve Winoc, auteur de Cliff & Co. Il a un trait un peu "jeune", pas encore arrivé à maturité à mon sens, ses personnages étant parfois un peu approximatifs. Mais pour le reste, c'est pas mal, il a une bonne mise en scène, et les décors sont réussis, grâce à l'aide aux couleurs de Nadine Voillat. Un triptyque sympathique, qui permet d'en savoir plus sur les petites histoires de ce conflit un peu oublié.

18/01/2012 (MAJ le 06/02/2016) (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Cette série est un brin ennuyeuse à la lecture de par sa narration assez vieille école et finalement très pesante. Le scénariste n’a pas évolué d’un pouce depuis son grand succès avec « les 7 vies de l’épervier » dans les années 80. On constate qu’il ne s’est malheureusement pas renouvelé et a vécu sur son acquis. Le résultat est une bd historique sans saveur ayant pour cadre la guerre d’Indochine. Que dois-je dire ? C’est dommage tout simplement car le sujet semblait passionnant. Visiblement et cela semble être une constante, on se rend compte que les Viets ne se battaient pas à la loyale en utilisant femmes et enfants pour perpétrer d’odieux attentats pour la libération de leur pays sous un joug communiste. Les américains en sauront quelque chose après la défaite française. Bref, les Viets apparaissent comme des êtres particulièrement sournois et cruels. Est-ce bien la réalité ? En tous cas, cette série semble prendre clairement parti. Nous voilà prévenu ! En conclusion, une série sur une vision des bds à papa alors que l’époque exigerait plus de modernité dans l’approche en faisant preuve d’audace et d’originalité. Pour moi, il n’y a pas photo.

08/01/2013 (modifier)