Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Kin' la Belle

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Autour d'un bistrot se croisent les destinées de plusieurs personnages, liés par l'amitié belgo-congolaise...


Eric Warnauts et Guy Raives Wallonie

Monsieur Phil, Papa the Boss, Mutien, l'Etudiant et la Princesse de Goma appartiennent tous au petit monde du bistrot "Kin la Belle", à Liège. Mais que se passe-t-il dans la tête du petit blanc lorsqu'il décide d'attacher le mot fin à sa vie ? Mais pour l'heure, tous sont tendus vers l'événement annuel dans le quartier : le match de foot opposant les joueurs de "Chez Roger" (en gros, les bons Blancs) à "Ceux d'Ailleurs" (les Congolais, les maghrébins...). Ce match est très symbolique dans l'esprit de Roger, l'épicier raciste d'en face. Mais lorsque Vincent, l'étudiant-artiste, tente de mettre fin à ses jours, c'est toute la vie du quartier qui en est bouleversée...

Scénariste
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1999
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Kin' la Belle
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

31/07/2005 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Je continue à ne pas être charmé par les scénarios du duo. Dans le cas présent, j’ai trouvé l’histoire inintéressante en diable. Cette chronique qui nous présente un café de quartier et la population hétérogène qui le fréquente ne m’a jamais accroché. Aucun des personnages présentés ne m’est apparu attachant ou digne d’attention. Pire ! Je ne comprends pas ce que les auteurs ont voulu faire passer à travers ce récit. Tolérance, nostalgie d’un « paradis perdu », quête de personnalité ? Quoique ce soit, je ne l’ai pas saisi. Et comme il n’y a pas d’intrigue à proprement parler… Reste l’aspect « technique ». Une narration fluide douce-amère. Un dessin soigné, qui, à l’occasion, offre de belles cases. Warnauts dessine très bien les femmes, et ses décors sont agréablement réalistes. Insuffisant à mes yeux.

22/06/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Kin' la belle, c'est d'abord un bistro liégeois dirigé par un imposant black où divers clients viennent boire un verre pour se détendre. C'est un formidable melting-pot où les cultures se croisent dans des éclats de rire. Le tout dans un esprit très bon enfant et plutôt sur un ton comique. Si seulement, cela pouvait se passer comme cela! C'est une vision par les auteurs très idyllique de ce que pourrait être la vie en communauté dans un quartier où des êtres déracinés de leur culture et loin de chez eux se retrouvent. Très vite se dégage des personnes hors du commun: un prêtre excommunié qui goûte les plaisirs de la vie en bon épicurien. Mais il y a également ce jeune étudiant artiste dépressif à la recherche de la bonne couleur pour composer son tableau. La soeur du patron, la princesse de Goma tendre et sensuelle caissière de supermarché, va mettre le grappin dessus afin de lui faire redécouvrir le goût de la vie et percevoir les couleurs qu'il ne voit plus. Entre tentative de suicide et aventure sentimentale sur fond de joute amoureuse, ce récit nous plonge véritablement dans la découverte de l'autre. En effet, l'amour et la découverte de l'autre sont souvent les meilleurs des remèdes... Un album au dessin sublime et aux couleurs chaudes. Un album qui procure une sensation de bien-être.

09/12/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Un vrai petit bijou que cet album, passé totalement inaperçu. Les auteurs, pourtant, ont mis tout leur coeur et leur savoir-faire, pour raconter cette histoire d'amour à tiroirs. C'est en effet une histoire d'amour à plusieurs niveaux : d'abord l'amour du prochain, surtout lorsqu'il vient d'ailleurs. Ici, ce sont les Zaïrois (habitants de l'ex-Congo belge) qui sont mis à l'honneur, au travers des personnages de Papa The Boss (bonhomme et paternel) et de Marie-Constance (tendre et sensuelle), mais aussi au travers du Père Mutien, moine défroqué qui a succombé aux charmes capiteux de l'Afrique. Avec en filigrane l'histoire médiocre de Vincent, cet étudiant maussade qui refuse de céder aux appels au plaisir de cette jeune femme noire... L'amour de l'Afrique, les auteurs l'évoquent plus directement au travers de quelques planches superbes, tant du point de vue du dessin, des couleurs et de la voix "off", qui nous permettent de suivre le parcours du Père Mutien. Et c'est aussi l'amour de Liège, l'une des plus belles villes de la Wallonie, qui est ici sublimée, courtisée par le dessin et les couleurs chaudes de Warnauts et Raives, unis dans ce petit bonheur. Une ode à la vie, à l'amour. Par les temps qui courent, ça fait du bien.

31/07/2005 (modifier)