Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Paul au parc

Note: 4.25/5
(4.25/5 pour 4 avis)

Septième tome des aventures de Paul !


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Auteurs Canadiens Les petits éditeurs indépendants Les Scouts Paul Québec

Septième tome des aventures de Paul! Retour au monde de l’enfance avec Paul au parc, l’action se situant avant Paul à la campagne. Michel Rabagliati explore cette fois-ci le scoutisme et le mentorat avec en toile de fond la crise d’octobre…

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Novembre 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Paul au parc
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

02/12/2011 | Gaston
Modifier


L'avatar du posteur Calimeranne

Cela faisait plusieurs années que j'avais envie de découvrir cette série, mais je n'avais jamais franchi le pas. Le festival d'Angoulême a été l'occasion d'y remédier, l'auteur y étant présent cette année. Grand bien m'en a pris ! Dès les premières pages j'ai été happée par cette BD. Le trait en apparence très simple fourmille de détails qui nous immergent dans la petite ville où habite Paul. J'aime beaucoup ressentir l'atmosphère d'un lieu quand je lis une bande dessinée, et là c'était le cas du début à la fin. On suit Paul durant deux années dans les différents aspects de sa vie. J’ai aimé le suivre dans ses déambulations en solitaire propices à la rêverie. J’ai souri aux scènes de sa vie de famille, théâtre de l’opposition entre sa mère et une grand-mère quelque peu envahissante. J’ai ressenti l’enthousiasme débordant propre à cet âge lorsqu’il se lance dans ses premières BD. J’ai aimé découvrir son parcours chez les scouts, partir avec lui en camp d’été et ressentir cette douce insouciance des grandes vacances. Il plane sur l’album un doux parfum de nostalgie, et chaque détail semble tellement juste que j’avais le sentiment d’y être. À tel point que des souvenirs d'enfance refaisaient surface tout au long de ma lecture, alors même que mon enfance n'avait pas grand chose en commun avec la sienne. Le récit est également jalonné de sujets plus graves reliés à l'actualité de l'époque, évoquant les actions menées par le FLQ et en particulier la crise d’octobre. J’avoue honteusement que je ne me souviens pas avoir entendu parler de ces événements auparavant, mais c'était justement intéressant de plonger dans ce contexte politique particulier. Et puis il y a la fin… je n’en dirai pas grand-chose pour ceux qui ne l’ont pas lue, mais je peux dire que j’avais les larmes aux yeux après le mot « Fin »… Ma première rencontre avec Paul est donc une totale réussite, j’ai d’ores et déjà hâte de lire les autres albums de la série.

18/03/2020 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Comme toujours quand je lis une histoire de Paul, j'apprécie sa narration fluide et son histoire qui coule agréablement. J'apprécie d'être plongé dans la vie semi-fictive de ce personnage et d'être transporté avec lui dans le Québec des années 70 à nos jours. Pour cet album, nous sommes plongés dans l'adolescence de Paul, alors qu'il découvre avec intérêt le mouvement scout et qu'il intègre une troupe avec qui il passe d'agréables moments. Ce fut pour moi une lecture plaisante. Et ce n'est qu'en atteignant le dernier quart de l'album que j'ai commencé à me dire qu'il ne s'était pas passé grand chose d'autre que des récits nostalgiques et anecdotiques jusque là. J'en venais à me demander si l'auteur allait apporter un message plus profond, quelque chose de plus marquant dans cette lecture. Et ce fut juste au moment où je me demandais ça qu'eut lieu l’événement essentiel de ce récit. J'ai alors pu apprécier la justesse avec laquelle l'auteur l'a amené et comment il distille ensuite les émotions à ce sujet. Ce n'est pas l'album de Paul le plus marquant à mon goût, j'ai davantage été touché par Paul à Québec, mais c'est un bon album qui montre que son auteur a encore des choses intéressantes à raconter et toujours la manière pour le faire.

20/08/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Erik

Tâchez de quitter cette terre en l'ayant rendue meilleure que vous l'avez trouvée, et quand votre tour viendra de mourir, vous mourrez heureux en pensant que, en chaque occasion, vous n'avez pas perdu votre temps, mais que vous avez fait de votre mieux. C'est par cette citation de Robert Stephenson Baden-Powell que commencent innocemment les aventures de Paul au parc. C'est le septième tome de la série des Paul et nous faisons un retour sur son enfance. Nous avons là le meilleur car l'auteur qui livre un récit autobiographique semble être à son apogée quant à la maturité de l'écriture avec cette recherche constante de la simplicité. Il réussit à nous faire vivre tout ces petits rien qui rappelle l'enfance sur fond de crise du fameux Octobre noir québécois avec une grande Histoire qui rejoint la petite. Nous plongerons également dans le monde du scoutisme avec la découverte de valeurs telles que l'amitié, le partage ou encore la solidarité. Sous des couverts très légers, l'auteur aborde des thématiques politiques très sérieuses. On sera fort loin des clichés habituels. Et puis, et surtout, il y aura cette fin plus que tragique alors qu'on ne s'y attendait pas. La phrase introductive livrera tout son sens. On sort totalement atterré par une telle lecture qui reste authentique en dépit de tout. Une œuvre qui séduit et qui nous prend par les tripes. Une explosion inattendue qui touchera en plein cœur les lecteurs. C'est l'album à lire de toute urgence !

25/11/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

C'est toujours un plaisir de lire les aventures de Paul. Cette fois-ci, nous sommes dans l'enfance de Paul et, chronologiquement, c'est le tome qui se situe au commencement. J'avais un peu peur que le Paul jeune soit moins intéressant que le Paul adulte et même que l'histoire serait moins mature, mais je me suis heureusement trompé. J'ai vraiment aimé voir Paul chez les scouts. On a droit à des passages savoureux. Son histoire d'amour avec une fille est un peu moins intéressante car je trouve qu'elle n'est pas très développée, mais cela doit être parce qu'ils sont encore jeunes pour comprendre ce qu'est l'amour. L'histoire se passe en 1970 et fait référence à l'ambiance politique de l'époque et je ne sais pas si cela dérangerait un lecteur qui ne connait pas la politique québécoise. Le découpage est toujours aussi bien fait et j'ai bien aimé qu'il y ait une planche consacrée à chacun des chefs scouts qui montre un moment de leur vie. Dans chaque cas, leur nom est marqué sur le haut de la page et la planche est numérotée 'b'. Paradoxalement, le récit contient des thèmes moins matures que dans 'Paul à Québec' ou 'Paul à la pêche' tout en ayant la scène la plus 'choquante' de toute la série jusqu'à présent. Une de ces scènes qui vous retourne les tripes et qui vous donne envie de relire l'album car cela change tout. Qu'une scène me bouleverse à ce point est rare et rien que pour cela je ne peux pas mettre moins que 5 étoiles. Chapeau monsieur Rabagliati !

02/12/2011 (modifier)