Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

The Grocery

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 6 avis)

Guerre des gangs chez les corner boys...


Ankama Les meilleures séries terminées en 2016 [USA] - Nord Est

Lorsqu’il arrive dans ce quartier de Baltimore où son père vient de reprendre une épicerie, Elliott se demande s’il saura s’y faire de nouveaux amis… Mais il s’adapte à son nouvel environnement bien plus vite qu’il ne s’y attendait et se noue avec Sixteen et son gang de gamins dealer de dope ; Washington, un marine désespéré par son retour d’Irak ; ou encore Ellis One, l’ancien caïd du quartier qui cherche à reprendre ses droits sur son territoire… Ca va péter...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Octobre 2011
Statut histoire Série terminée (terminée au tome 4 + un tome 0) 5 tomes parus
Couverture de la série The Grocery

01/11/2011 | Spooky
Modifier


Par Jetjet
Note: 4/5
L'avatar du posteur Jetjet

Curieux des productions Ankama, The Grocery a fait dès sa sortie office d’OLMI, objet littéraire mal identifié. Car si Singelin ne m’avait guère impressionné avec l’opus le plus faiblard des trois histoires de Doggybags, son cursus et son univers ne m’étaient pas pour autant étrangers. Le fait de traiter un thème que j’affectionne par ailleurs sur d’autres médias comme le cinéma ou le petit écran par le biais d’une œuvre bigarrée avec des êtres tordus en guise de métaphore sur les guerres de quartiers populaires est suffisamment intriguant pour en faire l’impasse. Comme rapporté par Spooky dans son excellent avis à lire ci-dessous, il ne faut pas se fier au style faussement naïf et enfantin des dessins qui portent le scénario de cette chronique prévue en 3 tomes sous un éclairage nouveau et inédit. The Grocery du titre c’est la petite épicerie d’un quartier d’une cité américaine où se côtoient jeunes dealers et clodos spirituels. Un peu le centre d’un nulle part, dernier rempart social d’une communauté en sursis dont Elliott fera le trait d’union sans être non plus forcément le héros unique de cette chronique. Elliott, c’est le fils de l’épicier justement. Son petit gabarit et sa récente arrivée dans le quartier ne l’empêcheront pas de se créer rapidement des amis grâce à sa gouaille et à sa bonne humeur ambiante, un peu le « boy next door » que tout le monde aimerait avoir comme voisin. Il est cultivé et pourrait aussi très bien se contenter de ses bons résultats scolaires mais l’appel de la rue et de ses facilités ne le prive pas de quelques magouilles en bande avec Lefty, Sixteen et les autres copains du quartier. Puis il y a aussi cet ex G.I. revenu de la guerre du Koweït pour y retrouver un monde qu’il… (lire plus)

12/01/2012 (MAJ le 12/04/2016) (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Chez Ankama on prépare l'après-Mutafukaz, ou alors on essaie de trouver une seconde locomotive éditoriale (en-dehors de l'univers Dofus, bien sûr, qui est à part). C'est ce qu'on pourrait dire en découvrant les visuels très branchés Do the right thing qui accompagnent la sortie du premier opus de cette nouvelle série. Surtout, surtout, ne vous fiez pas à l'aspect faussement enfantin des dessins, au côté kawaii que peuvent avoir des animaux (difficilement déterminables, d'ailleurs) humanisés. Si le style graphique fait un peu penser à celui de Phicil sur Georges Frog, la comparaison s'arrête là, même si le souci de l'aspect social est lui aussi présent. Car "The Grocery" comporte vraiment une dimension sociale, mais dans ce qu'elle a de plus cru, de plus virulent, et la suite me donne raison, car on verse dans la prospective, l'anticipation dans le tome 3. Ainsi cet album comporte-t-il son content de gunfights, avec assaut d'un poste de police et ratiboisage en règle d'un video-club et de tout ce qui l'entoure. Ça charcle bien, le langage n'est pas en reste, visiblement Ducoudray s'est bien lâché, en essayant de respecter l'esprit des corner boys des centre-villes américains. Le centre de cet univers est une bande de petits dealers, des gars pas forcément mauvais, un groupe dans lequel se greffe le fils d'un épicier, très cultivé et en manque d'amitié. Les relations entre les personnages me semblent sonner à peu près juste, même si je trouve que ça manque de personnages féminins (mis à part la philanthrope qui doit cacher quelque chose de pas catholique). Il ne faut pas oublier non plus cet ex-marine, qui comme tant d'anciens combattants, se retrouve sans le sou en rentrant d'Irak, qui n'a plus rien à attendre de sa hiérarchie mais serait probablement prêt à faire une grosse… (lire plus)

01/11/2011 (MAJ le 05/02/2016) (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

De bonnes choses et d'autres qui le sont moins. Au chapitre des bonnes nouvelles une peinture sociale finement observée et retranscrite d'une manière qui claque et sans concession. Ici nous sommes loin d'un politiquement correct qui abreuve par ailleurs certaines bandes. La description de cette petite bande de glandeurs professionnels en mal de vivre est tout bonnement parfaite. Rien ne nous est épargné des galères, petits tracas de la vie quotidienne. La drogue, les armes, la violence et les coups fourrés sont à des kilomètres de l'imagerie d'Epinal véhiculée par Hollywood. Le passage qui nous montre l'ancien marine revenu d'Irak est à mes yeux grandiose. Du côté des moins bonnes nouvelles : le dessin, j'ai suivi les conseils de Spooky et tenté de passer outre mais la chose a été pour moi impossible. Le faussement naïf, ça l'a pas fait, j'ajouterais que j'ai aussi eu beaucoup de mal à me mettre la tête des personnages à l'esprit ce qui fait que bien souvent je ne savais pas à qui j'avais affaire. Dispensable pour moi et à moins d'un concours de circonstances la suite se fera sans moi.

01/05/2015 (modifier)
Par GOUNOUY
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Cette BD est tout simplement culte, Dans une atmosphère ghetto, le récit servi par un dessin pastel déjanté dépeint avec justesse la rudesse de la réalité américaine. Les clins d’œil à la série TV the Wire sont nombreux et subtils. Énergique, drôle et réalistic. à quand le T3?

26/08/2013 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

AHhhhhhhhhhhhh ! LA VOILA, la bonne surprise de ce début d'année !!! Merci Jetjet pour ton avis sur cette série qui avait su me mettre l'eau à la bouche et titiller ma curiosité. Un tour sur le stand Ankama à Angoulême pour voir ce que nous réservait le Label 619 a fini de me décider : me voilà reparti avec le tome 1 de "The Grocery" sous le bras ! Et c'est du tout bon, du tout cuit... ou plutôt du tout cru ! Car derrière cette première fausse impression de dessin pour gamin, ça balance sévère derrière ! Etrange mais EXCELLENT parti pris graphique que celui choisit par Guillaume Singelin. Lui qui m'avait accroché mais pas emballé dans le premier récit de Doggybags, m'a ici laissé sur le cul ! J'ai ADORE son graphisme simple, nerveux, expressif et faussement naïf qui tranche, contraste et accentue les péripéties (doux euphémisme) de notre bande de potes. Ici, fi du manichéisme ! Les personnages sont entiers mais pas caricaturaux. Pas de ligne blanche (un rail ou deux à la rigueur...) infranchissable, plutôt des lignes pointillées entre lesquelles chacun slalome tant bien que mal pour échapper à l'ennui, sauver sa peau ou reconquérir ce qu'il a perdu. La guerre des gangs reprend du service, mais d'une façon des plus originales ! Ajoutez à cela, une trame sociale de l'Amérique dissolue actuelle, où pointent en ligne de mire les conflits armés et le système économique des subprimes qui laissent sur le carreau une frange non négligeable de la société américaine, et vous obtenez en filigrane de cette histoire déjantée, un cliché à vif de l'Amérique actuelle. Bravo à Aurélien Ducoudray qui nous tisse ici une histoire pour l'instant très bien ficelée et qui nous mets plus qu'en appétit pour une suite que j'attends… (lire plus)

09/02/2012 (MAJ le 22/02/2013) (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'aime bien la critique sociale de la société (surtout sur une société que je n'aime pas) et dans le genre 'The Grocery' est pas mal. Au début, je ne savais pas ce que j'aillais lire et je m'attendais à un truc gentil en me fiant uniquement sur le dessin qui ne laisse pas deviner qu'on ne va pas lire un truc enfantin. Le scénario est prenant et les personnages sont intéressants car leurs actions sont imprévisibles. Il y a toutefois un truc qui m'a dérangé s'est le rythme. Il manque un petit quelque chose pour que je sois captivé du début jusqu'à la fin par le scénario. Je trouve certains passages un peu moins palpitant et je trouve que cela mets un peu de temps à devenir intéressant, mais c'est peut-être parce que je ne savais pas ce que j'aillais lire et qu'il m'a fallu un peu de temps pour comprendre quelle genre d'histoire raconte cette série.

11/08/2012 (modifier)