Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Carnets du Bourlingueur

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Adaptation au format bd de l’émission TV de Philippe Lambillon, un bourlingueur sympathique lâché dans des situations extrêmes.


Afrique Noire Documentaires Vu à la télé !

Après 30 années passées dans les endroits les plus hostiles de la planète, le bourlingueur nous livre les secrets de sa longévité. Vous trouverez dans ce guide des informations pratiques vous permettant de survivre en milieu extrême, d'éviter la plupart des arnaques et surtout de vous sortir des pires galères où que vous soyez dans le monde. Cette BD peut vous sauver la vie ! (texte de l'éditeur)

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Septembre 2010
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Les Carnets du Bourlingueur
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

10/09/2010 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Y a des trucs, je me demande QUI décide de les produire ? Par exemple, ces carnets du bourlingueur, qui a eu la très mauvaise idée de les décliner sous la forme d’une bande dessinée ? Parce que ça ne marche pas… et les talents conjugués des trois auteurs de cette série n’en sont pas spécialement responsables. Petite explication pour ceux qui ne connaitraient pas l’excellente émission de Philippe Lambillon dont est issue cette série. Les carnets du bourlingueur est une émission télévisée du type Ushuaïa pour les reportages mais où Nicolas Hulot aurait été remplacé par une espèce de routard maladroit (le Philippe Lambillon en question). Ses interventions, entre les reportages, se font en voix off (une voix très caractéristique dans son timbre et dans son ton) sur un ton professoral tandis que les images nous montrent le personnage souvent en mauvaise posture. Ces interventions fonctionnent très bien car il y a un décalage entre la voix off, le ton professoral, les situations extrêmes et l’image de ce baroudeur maladroit contraint aux pires solutions. En bande dessinée, cette formule ne peut fonctionner. L’image arrive avant le son (alors que les deux arrivent conjointement dans le reportage télévisé) et le décalage fonctionne donc dans l’autre sens. On comprend la solution avant d’en avoir lu le texte explicatif. Reste alors l’aspect documentaire, respect de la terre et de ses habitants et le côté sympathique du personnage (joliment caricaturé par Georges Van Linthout, ceci dit en passant) mais sans cet humour décalé, on tombe dans le médiocre. Au niveau du dessin, Georges Van Linthout fournit un travail correct, sans plus. Son trait humoristique n’est pas celui que je préfère chez cet auteur, mais il est capable de s’adapter à toutes les exigences et le prouve ici encore. Son style se rapproche d’un Eric Maltaite avec un encrage plus marqué, les planches sont soignées, le trait est expressif mais je le préfère tout de même mille fois dans le style en noir et blanc qu’il utilise sur ses polars (« Sur les quais », « Braquages et Bras Cassés »). Une mauvaise idée ne peut aboutir qu’à un résultat médiocre, c’est le cas ici. Peut-être un lecteur n’ayant jamais vu l’émission TV aura un autre avis sur la question mais chez moi, ça ne marche pas.

10/09/2010 (modifier)