Macabre

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Adaptation de petites histoires fantastiques... plutôt désuètes.


Adaptations de romans en BD Auteurs espagnols Emmanuel Proust Éditions

Et si vos pires cauchemars devenaient réalité ? Une main étrangleuse, un démon qui échange 7 années de bonheur contre la damnation éternelle, un jeune garçon qui ne craint pas les fantômes, un lord anglais qui se repaît du sang de ses amis, un chat qui renaît de ses cendres… On vous aura prévenus : Après avoir lu cet album, vous ne pourrez plus fermer l’œil de la nuit… En BD, un recueil des plus célèbres contes macabres du monde : La Main (Guy de Maupassant), Le Pacte de Sir Dominick (Sheridan Le Fanu), La Maison du cauchemar (Edward Lucas White), Le Vampire (John William Polidori), La Maison B… à Candem Hill (Catherine Crowe), Le Voleur de cadavres (Robert Louis Stevenson), Le Chat noir (Edgar Allan Poe).

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Septembre 2010
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Macabre
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

03/09/2010 | Miranda
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Voilà le genre de BD qui provoque chez tout amateur de fantastique comme une petite bouffée de nostalgie, un sentiment d'être en terrain connu, de retrouver de vieux amis. Dans ce cas lire cet ouvrage au coin du feu avec un verre de vieux malt est un pur délice. Ce n'est pas encore la saison du feu de cheminée mais nul doute que je reviendrai sur cette BD lorsque les conditions seront réunies. Sept nouvelles de ce que l'on pourrait nommer des grands anciens du genre fantastique. N'attendez bien sûr pas de trembler en lisant les bonnes adaptations qu'en donne Pedro Rodriguez, en effet nous ne sommes plus au XIXème siècle, bien des choses ont changé. Pour autant ces récits qui sentent bon la naphtaline arrivent à donner le sentiment aux lecteurs qu'ils sont plongés dans une autre époque. Pour ma part j'ai vraiment eu l'impression d'être dans une autre ambiance faite de salons victoriens de maisons délabrées sur la lande écossaise; bien évidement le dessin y a sa part avec ses couleurs sépia qui donnent à respirer la poussière de ces lieux étranges. Mention spéciales aux deux histoires ,"Le chat noir" et " La main" que je trouve fort bien adaptées. Vraiment pas mal !!

02/10/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Un album dans le style purement victorien pour nous faire part de diverses nouvelles par des auteurs plus ou moins connus de la littérature fantastique du XIXème siècle. Cette lecture n'a pas été aussi macabre car nous avons été habitués à bien plus terrifiant. Il y a des chutes bien trop naïves comme celle du pacte avec le diable ou la maison fantôme. Cependant, cela reste tout à fait divertissant. C'est toujours intéressant de voir comment est né le genre fantastique par ses premiers pionniers !

25/03/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Un album très soigné, bien servi par le style graphique de l’auteur, et respectueux des œuvres adaptées (et de leur ambiance), voilà ce que j’ai eu plaisir à découvrir ici. Album soigné : la présentation des planches avec cette couleur de fond brunie et ces encadrements très victoriens dans l’esprit m’ont plongé dans l’ambiance. Le trait de l’auteur, faussement naïf, très expressif et très lisible, apporte un côté désuet aux nouvelles. Ce qui leur convient bien ! De plus, ce côté démodé n’empêche pas une certaine noirceur. Les nouvelles adaptées offrent un bel éventail de la littérature d’épouvante du XIXème siècle. Seul Lovecraft émarge au XXème mais son style ne dépareille pas du tout aux côtés de Maupassant ou de Stevenson. A titre personnel, je regrette l’absence de Poe mais, d’un autre côté, le choix d’auteurs moins connus m’aura permis de découvrir de nouveaux récits. L’ambiance victorienne est bien présente et l’idée d’ouvrir chaque court récit avec l’auteur original est très plaisante. Un bon album. Je ne regrette pas de l’avoir acheté.

17/11/2010 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Cette bd rassemble sept nouvelles d’auteurs du 19e siècle qui ont façonné un genre encore balbutiant et aujourd’hui largement reconnu : le fantastique. Ainsi, Pedro Rodriguez a emprunté des récits de Guy de Maupassant, Sheridan Le Fanu, Edward Lucas White, John William Polidori, Catherine Crowe, Robert Louis Stevenson et Edgar Allan Poe. D’emblée, on est séduit par la qualité de l’album qui bénéficie d’une édition soignée qui restitue à merveille l’ambiance de l’époque victorienne. C’est donc un très bel objet en soi. La couverture attire l’œil. Et le contenu n’est pas en reste. Le dessin de Pedro est stylisé et efficace. Il se marie très bien avec la noirceur des récits. Le choix des couleurs (dans les tons ocre) participe à l’ambiance oppressante des nouvelles illustrées. Celles-ci sont des plus éclectiques et touchent un large panel des fondamentaux du fantastique : une main tueuse, un vampire, un pacte avec le diable, un chat renaissant de ses cendres, un fantôme etc. Sans pouvoir juger de la justesse de l’adaptation, le découpage et la narration sont de qualité. Le seul bémol que je peux émettre est, qu’à l’heure actuelle, ces récits n’ont plus grand-chose d’effrayant. Ca devait l’être à l’époque où ce genre émettait ses premiers frissons. Mais cela n’enlève rien à leurs qualités. Ce livre est aussi un moyen opportun pour garder la mémoire du fantastique et de ses premiers pères. A lire pour les amateurs du genre.

29/10/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5

Note 2,5. « Macabre » est un poil désuet au niveau du scénario mais une belle réussite côté dessin. Ce recueil d’histoires sont toutes des adaptations d’auteurs anciens du 19ème, des histoires soit disant macabres, ce qui me fait doucement sourire. A l’époque elles ont certainement dû faire très peur et surpris les lecteurs mais aujourd’hui ce genre de scénario est un peu dépassé, un peu vieillot et déjà-vu. Je vous donne la température de l’objet, deux personnes se rencontrent, le lendemain l’une d’elle apprend que l’autre est morte de puis 3 ans… ça ne vas pas plus loin que ça, certaines sont un peu plus riches en évènements mais toutes sont prévisibles, on connaît la chute presque immédiatement. Cela dit, il y a un certain charme derrière tout ça, un petit quelque chose qui fait que ça se lit agréablement. Cette attirance vient certainement de son excellent graphisme, dans un style plutôt simple, qui va à l’essentiel mais au résultat vraiment magnifique. Le trait est fin, c’est à la fois anguleux et rond, les couleurs sont douces, et le papier mat lui va à ravir. J’ajoute que ce style va à tous les genres, aussi bien à du polar qu’à de la fantasy ou de la science-fiction, j’espère que Pedro Rodriguez nous offrira une histoire dans un de ces genres là à l’avenir. Un auteur à suivre de près, de très près même.

03/09/2010 (modifier)