Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Welcome Home

Note: 1/5
(1/5 pour 2 avis)

Et si on se faisait un camp hippie ?


Auteurs Allemands

L'été est étouffant, la ville est déserte. Presque tout le monde a l’air d’être parti en vacances et tous les amis qui sont restés semblent être submergés de travail. Mais Mawil n’a pas envie de travailler, pas plus que de passer son été à mortellement s’ennuyer en ville, comme les années précédentes. Et puis quelqu'un lui parle d'un festival hippie, loin de la civilisation, en pleine nature. Ça pourrait ressembler à l'Aventure, à une bonne occasion de rencontrer des gens nouveaux, ça sonne à l’oreille comme le “Summer of love”...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Novembre 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Welcome Home
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

30/08/2010 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Toutes les valeurs que je déteste sont véhiculés par cette oeuvre babacool et très hippie sur les bords avec une pointe de nudité et un climat altermondialiste. Le graphisme ne serait pas trop mal sans les trognes épouvantables des différents personnages. Même les animaux sont dessinées bizarrement. Pour le reste, cette ballade estivale ne m'a rien apporté sinon des dialogues un peu insipides. L'auteur qu'on surnomme le Woody Allen de la bande dessinée allemande ne m'a absolument pas convaincu. Du même auteur, je n'avais déjà pas été inspiré par On peut toujours rester amis.

20/02/2017 (modifier)
Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Bof bof cet album. D’après le pitch, je m’attendais à quelque chose de bien marrant, une sorte de choc des mondes, lorsqu’un pur citadin se retrouve au milieu d’un camp hippie… Clairement il fait le voyage pour « rencontrer » des filles qui font du yoga nues, et ce point de départ aurait pu amener des situations loufoques. Las, Mawil est très mou, il ne propose aucun décalage particulier, aucune réflexion drôlatique. Dans l’autre sens, il ne montre rien pour la cause hippie (si tant est qu’il existe une cause !), et du coup il traverse son récit comme une chiffe molle, un truc totalement inutile qui se demande simplement ce qu’il fait là… Bref, difficile d’y trouver un quelconque intérêt…

30/08/2010 (modifier)