Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Lydie

Note: 3.57/5
(3.57/5 pour 23 avis)

Diagonale 2010 : prix du meilleur album. Avez-vous déjà entendu parler de "l'impasse du bébé à moustache" ? Ne cherchez pas ce bout de rue sur un plan, vous perdriez votre temps ! Seuls Zidrou et Jordi Lafebre peuvent vous y conduire !


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale Auteurs espagnols Prix Diagonale

Les habitants de l'impasse du bébé à moustaches partagent les joies et les peines du quotidien sous le regard d'une statuette de madone à l'enfant Jésus. Alors quand Camille, jeune femme simple d'esprit, perd sa petite Lydie tout juste née, tous les habitants la soutiennent. Ils sont solidaires à nouveau lorsque Camille leur annonce le retour miraculeux de sa petite fille. Mieux vaut un joli mensonge qu'une vilaine vérité, pensent-ils tous. Seulement qu'arrive-t-il quand la vérité reprend ses droits ?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Avril 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Lydie

13/04/2010 | pol
Modifier


Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Ben oui ça dégouline de bons sentiments, oui c'est une histoire totalement absurde quant au fond. D'accord les morts ne reviennent pas. J'ai envie de dire : Putain de bordel de merde de pompe à clous de chiottes!! Et si au moins pour une fois, une toute petite fois, l'homme arrivait à se dire qu'effectivement ce n'est pas être une grosse pédale, une fiotte, un bisounours, que d'avoir un minimum d’empathie pour l'autre, de se dire une fois que si l'on fait un minimum d'effort, vraiment un minimum, même à notre petite échelle, les choses ne seraient pas forcément plus roses, mais au moins un peu moins grises. Sur cette BD je ne parlerai même pas du dessin qui dans son style est même plutôt sympa mais je voudrais vraiment que l'on s'attache au fond. Car que nous dit-elle cette histoire ? Au départ une simple d'esprit voit revenir son enfant mort et jusqu'à la fin mime les gestes de la maternité puis de l'éducation. Ça veut dire quoi ? Qui est fou ? La mère qui souffle les bougies de l'anniversaire de sa fille morte ? Les habitants de la rue qui font des risettes à l'enfant ? Le curé qui baptise une fille morte née qu'il a enterrée il y a deux mois ? Alors ben oui c'est une histoire extraordinaire, c'est pas en vrai, a priori ça n'existe pas, mais qu'importe ce qui compte surtout c'est cette formidable leçon de vie ou l'on tient compte de l'autre. Je ne voudrais pas faire mon philosophe de salon mais si ça c'est pas une leçon de vie dont il serait urgentissime de se faire une devise, ben j'ai rien compris. Attention, je ne dis pas que dans votre bled il faut commencer à accompagner une mamie morte et invisible… (lire plus)

08/07/2015 (modifier)
Par Jetjet
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

A vrai dire, vu la qualité du recueil perçue dans La Vieille Dame qui n'avait jamais joué au tennis, je n'en attendais pas moins de "Lydie" avec toujours un Zidrou aussi doué pour piquer et éclairer le quotidien des gens que l'on côtoie ainsi que des qualités esthétiques évidentes de Jordi Lafèvre qui explose et expose enfin ici... L’œuvre commence par des mots touchants de Zidrou à l'intention de son défunt père... ça n'a l'air de rien comme ça mais ça a le mérite d'annoncer la couleur, oui ce récit est sensible et touchant sans être larmoyant grâce aux grands talents des auteurs qui forment une parfaite association. Car le parti pris est de croquer des petits détails de la vie et de son quotidien par petites touches de personnages secondaires... Le père Tchou-Tchou et ses voisins de l'impasse du bébé à moustaches vont s'associer à la peine de Camille, jeune fille mère un peu simplette, qui a perdu son unique enfant mort-née Lydie en considérant qu'elle revient du ciel et est toujours présente.... Alors forcément c'est un peu tiré par les cheveux et on peut s'étonner ou rire de cette présence invisible (toutes les étapes de la vie d'un enfant sont là du berceau à l'école sauf qu'il n'y a personne) mais c'est aussi la solidarité et la gentillesse de cette population qui rend le récit si attachant. Personne n'est dupe mais la mise en scène est si jolie que le lecteur s'imagine presque le dessin de cette petite Lydie d'autant plus que certaines petites touches laissent à supposer que........ l'on passe un merveilleux moment en la compagnie de ce bouquin qui croque et sublime chacun de ses personnages comme si tout un chacun avait le rôle principal. La beauté du trait de Jordi Lafèvre et l'humour léger… (lire plus)

05/07/2011 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

Malgré toutes les bonnes appréciations et coups de cœur que cette bd a pu obtenir je m’en suis toujours tenue à l’écart, pensant avoir affaire à un énième roman graphique proliférant de bons sentiments... bon, il faut bien l’avouer, c’est un peu le cas, ça fait bien verser une petite larme. Camille, cette maman dont le bébé meurt, sombre dans une douce folie, faisant revivre sa fille Lydie dans son esprit dérangé, pourrait-on dire par facilité bien que je préfère le terme "tourmenté". Ce qui démarque cette histoire des autres du même genre, c’est qu’elle s’aventure tout doucement sur le chemin détourné du conte et prend un air presque féérique et qui touche au merveilleux dans sa chute. Malgré le malheur qui frappe cette femme et son entourage, les personnages ne se laissent pas submerger par la douleur et prennent l‘initiative de la combattre. Le ralliement de tout un village et l’émerveillement qu’ils affichent devant une Lydie invisible apporte une très jolie petite touche d’humour. Benoît Zidrou nous gâte en plus avec une belle palette de personnalités qui apporte une grande richesse au scénario et aux scènes du quotidien, qui pour le coup sortent totalement de l’ordinaire, devenues soudainement totalement pittoresques. Sans oublier le graphisme, fin et enchanteur, aux couleurs douces et apaisantes. J’espère que Jordi Lafevre va bientôt récidiver et nous offrir non pas un album, mais une série propre à ravir nos mirettes.

07/04/2011 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Etrange et belle histoire. Le pitch de ce récit est particulier : une jeune femme simple d'esprit perd son enfant à la naissance. Mais deux mois plus tard, elle va faire comme si elle était revenue du ciel !! Tous les habitants de l'impasse, où elle habite, vont alors jouer le jeu. Le ton est sur le fil du rasoir, le scénario est très risqué. On se demande où vont nous mener les auteurs, on pense même connaître la fin mais pas le cheminement. Sans révéler l'histoire, j'ai été agréablement surpris par cette histoire si humaine. La maîtrise du récit est parfaite, le final est très réussi. Le dessin est très tonique, les couleurs informatisées sont travaillées et réussies. Les fans d'action passeront leur chemin, les autres apprécieront l'originalité et le traitement de ce scénario. Un beau coup de coeur.

05/06/2010 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ro

Décidément, Benoît Zidrou est capable de récits vraiment touchants. Cette histoire tire un peu sur la corde sentimentale mais je l'ai trouvée belle et envoutante. Zidrou a également le don de travailler avec d'excellents dessinateurs. Jordi Lafebre nous offre des planches très réussies. Tout son graphisme fonctionne pour accentuer la force et le charme de cette histoire. Les décors, les personnages et les couleurs, malgré leur origine informatique un peu trop manifeste parfois, sont tous aussi soignés et réussis. Je n'ai tiqué que sur un point de détail, les yeux des personnages qui donnent régulièrement l'impression de loucher un peu. Ca fait un peu bizarre et je m'en serais passé. Mais à part ça, c'est très beau. Aussi beau que l'histoire qui a vraiment su me séduire. Ca dégouline un peu de bons sentiments, avec tout ce quartier original qui se dévoue pour la gentille simple d'esprit et ce, durant de longues années, mais il est parfois plaisant de lire une histoire où tout est bien qui finit bien. D'autant que les auteurs arrivent à toucher le lecteur et à offrir un récit empli d'émotions qui se tient de bout en bout. Un petit bonheur de lecture.

30/05/2010 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur iannick

C’est une histoire un peu… euh… débile… que nous proposent Zidrou (au scénario) et Jordi Lafebre (au dessin) mais qu’est-ce qu’elle m’a ému ! « Lydie » ? C’est le prénom donné à un mort-né. Sa maman n’admettra jamais son décès au point de tomber dans la folie et, par conséquent, de continuer à vivre comme si sa fille était vivante et grandissait au fil des années… grâce à la complicité et la solidarité de ses proches et des habitants du village ! Ces derniers, voyant la splendeur de la jeune femme alors qu’elle délirait en clamant haut et fort que sa petite Lydie est ressuscitée, vont se relayer pour que la malheureuse puisse continuer à avoir goût à la vie en faisant comme si son enfant était parmi eux ! Débile comme récit non ? Et alors ?! Je n’en fous finalement que ça soit comme ça puisque ce scénario m’a littéralement scotché, touché et rendu optimiste sur la nature humaine ! En effet, il est rare qu’un ouvrage comme « Lydie » puisque nous montrer ce que les hommes ont de meilleur en eux : du cœur, de la fraternité, du respect envers les autres, et tout ce que vous voulez bien trouver de merveilleux sur nous ! En cette période de scepticisme, croyez-moi, ça fait énormément de bien de découvrir un récit pareil ! Tiens, juste une remarque en passant : cette cohabitation et cette solidarité entre voisins, on peut encore les retrouver dans certaines régions françaises, je pense notamment du côté de Lens où nombre de visiteurs sont revenus chez eux en louant la générosité des gens du Nord !… Bref, les lecteurs y découvriront une fable touchante, drôle, poétique, mise en page par un dessin qui seconde parfaitement ce scénario. En effet, j’y ai adoré… (lire plus)

28/05/2010 (modifier)

Le roman graphique permet de jolis moments poétiques susceptibles de nous faire évader, nous simples lecteurs condamnés à vivre derrière un papier ce que l’imagination d’autres crée dans nos esprits. Lydie fait partie de ces albums charmants ; certes, l’histoire ne se peuple pas de superhéros ou de valeureux représentants de l’espère humaine, elle ne se passe pas dans des endroits grandioses propices à l’ouverture et la découverte, mais bien dans une impasse d’une ville moyenne à priori sans âme particulière. Un zoom merveilleux dans ce microcosme social humain nous prouvera que les apparences sont trompeuses et que du bonheur peut résider dans le quotidien. Dans le début du XXème siècle, les populations savent ce qu’est l’entraide, et le voisinage, y compris dans les villes, ne s’est pas encore transformé en festival de mimes anonymes. De fait la communauté créée autour d’un lieu géographique saura faire corps en cas de problème. Narré de façon fort juste par la statue de l’impasse nous verrons une tranche d’humanité dans sa plus pure forme de don gratuit. Devant la mort d’un enfant, le déni de réalité de la mère un peu simple sera mis en scène par toute la population. Gratuit, cette mise en scène fera une femme heureuse, vivant certes dans ses fantasmes entretenus avec douceur par une communauté complice. Le graphisme nous montre avec talent la petite bourgeoisie française dans un rendu graphique merveilleux. Les décors riches participent au rendu quotidien et matérialisent les relations humaines fortes. Les traits précis donnent aux personnages de fortes expressions crédibles tout en créant une âme au lieu. Tout vit, tout respire l’humanité, même cette vierge statufiée. Fan d’action passez votre chemin, vous ne trouverez ici que le quotidien ordinaire de gens ordinaires partageant leur condition parfois pénible par le positivisme qu’un sursaut de «… (lire plus)

19/05/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Bouaaaarfff !!!!! La baffe !!!! Ah ben, oui ! Depuis « La Vieille Dame qui n'avait jamais joué au tennis », je savais Zidrou talentueux dans l’art de créer des histoires simples et humaines. Mais là, et même s’il reste dans la même lignée, il franchit encore un palier. Parce que cette fable, elle est étonnante, amusante, émouvante, piquante, prenante et pleine de bons sentiments, gentille, mignonne, belle, captivante, tendre, drôle … Ouarf, purée ! Quelle claque ! Bon, je crois que vous l’aurez compris : j’ai du mal à m’en remettre. Surtout que le dessin de Jordi Lafebre est, lui aussi, excellent. Dans un style proche d’un Fourquemin (en plus rond), il illustre avec beaucoup de talent et de petits détails, tout en restant immédiat et efficace, cette fable émouvante, piquante, étonnante, tendre, drôle (aïe ! Me voilà reparti pour un tour …) C’est exactement le genre d’histoire qui m’ôte un poids du cœur. Après l’avoir lue, je ne peux expliquer pourquoi, mais je me sens mieux. Peut-être tout simplement parce qu’elle nous présente notre humanité dans ce qu’elle a de plus fou, de plus simple et de plus beau. Touchante est cette fable … Touché je suis … Merci, messieurs les auteurs.

18/05/2010 (modifier)