Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Gil Jourdan

Note: 4.06/5
(4.06/5 pour 31 avis)

Gil Jourdan est un détective privé. Il est aidé dans la résolution de ses enquêtes par un ancien cambrioleur : André Papignolles dit Libellule et par un inspecteur de police : Croûton.


Best of 1950-1959 Détectives privés Dupuis Journal Spirou Les BDs à papa

Gil Jourdan a fait sa première apparition dans Spirou le 20 septembre 1956. Gil Jourdan est un détective créé par Maurice Tillieux. Dans les enquêtes de Gil Jourdan, il est souvent question d’affaire un mystérieuse, qui passe par différents style, comme par exemple une affaire d’état, ou vol de bijoux. Mais Gil Jourdan il faut le dire voyage aussi énormément dans le cadre de ses enquêtes, il a bien sûre des compagnons qui font route avec lui. Tout d’abord Libellule un ancien cambrioleur et surtout un maître dans ce qui est de forcer les coffres – forts il a un surnom, c’est doigt de fée. Gil Jourdan a organisé son évasion sous l’œil d’un de ses ami l’inspecteur Crouton. Parlons en de Crouton, c’est un inspecteur qui est nul, c’est lui qui rêvait de pouvoir un jour arrêter Libellule et lorsque celui – ci y arrive, Jourdan le fait évader. Mais signalons que maintenant Crouton et Libellule sont de grands amis. Il y a aussi Queue – de – Cerise, la secrétaire de Gil Jourdan, qui se déplace souvent en scooter. Mais dans Gil Jourdan, il y a aussi de l’humour même si les intrigues sont bien menées et les décors bien en rapport avec le sujet.

Scénariste
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 1959
Statut histoire Une histoire par tome 16 tomes parus
Couverture de la série Gil Jourdan

25/05/2002 | dut
Modifier


L'avatar du posteur Eric2Vzoul

Je réserve mon cinquantième avis à Gil Jourdan, un des monuments encore mal connu de la bande dessinée. Je ne l'ai pas jamais lu "en direct" dans Spirou ; j'étais trop jeune quand Maurice Tillieux s'est tué dans un accident de voiture, bien trop jeune lui aussi. C'est à la médiathèque de la ville où j'allais au lycée, au milieu des années 1980, que j'ai emprunté presque par hasard le volume de l'intégrale regroupant les trois premiers albums de la série. Et ce fut un ravissement, qui s'est poursuivi à chacune de mes nombreuses relectures. Gil Jourdan est la série qui marque l'apogée du génie de Tillieux. Son imagination débordante, ses scénarios ciselés, son sens du rythme, son trait délié, ses ambiances inimitables de films noirs, ses personnages à la fois burlesques et réalistes, son humour oscillant entre le pince-sans-rire et le calembour débile font de lui un des virtuoses du neuvième art. Il fut un infatigable dessinateur et un scénariste prolixe. Durant les dix années passées à dessiner dans Heroïc-Albums à un rythme forcené, il a peaufiné son style, en particulier à partir des nombreux épisodes de la série Félix (Tillieux), le grand frère de Gilles Jourdan. Lorsqu'il se lance dans son grand œuvre pour le compte du magazine Spirou, il réussit d'emblée l'exploit de livrer une œuvre intemporelle. Certes les aventures de Gil Jourdan sont datées car le souci du détail de Tillieux le pousse à restituer précisément les décors et les voitures dans lesquels s'inscrivent ses histoires, entre les années 1950 et les années Pompidou. Mais la modernité du traitement graphique et la vivacité des dialogues les rendent indémodables. Et quelle originalité dans les intrigues ! Gil Jourdan reprend parfois le synopsis d'histoires courtes expérimentées dans Félix, en corrigeant leurs défauts pour les développer sur un album complet. Les trames narratives de Tillieux cachent un mécanisme implacable sous leur apparente simplicité. Un ravissement, vous dis-je ! J'ai souvent lu que le déficit de notoriété de cette magnifique série s'expliquait parce que Gil Jourdan se situe entre Tintin et Spirou, et Maurice Tillieux entre Hergé et Franquin, mais toujours un cran en-dessous. Je ne comprends pas ce jugement et je soutiens que les albums de Gil Jourdan ont leur place au "top ten" des plus grands classiques de la bande dessinée. J'envie sincèrement les lecteurs qui les découvrent et leur souhaite de ressentir le même emballement que celui qui fut le mien il y a trente ans.

10/03/2014 (modifier)
Par Ubrald
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ubrald

Je découvre cette série sur le tard. De prime abord assez méfiant vis-à-vis des « BD à Papa » dont la naïveté des récits ne résiste généralement pas au temps, j’avais retardé cette lecture que nombre d’avis ci-dessous m’ont finalement invité à ne plus surseoir. Cette série échappe effectivement à la masse des BD d’antan ayant très mal vieilli. Maurice Tillieux a tellement travaillé, je devrais dire ciselé avec talent, dialogues et découpage du story board que ceux-ci procurent toujours un réel plaisir de lecture. De nombreux jeux de mots, vannes, sorties ironiques qu’un Titi Parisien n’aurait pas reniés .. parsèment les bulles et participent ainsi à cette belle réussite ; cela vaudra d’ailleurs le surnom de « Michel Audiard de la bande dessinée » à l’auteur. Enfin pour le plaisir des yeux, reste la pureté d’une belle ligne claire « école Marcinelle ». Pour conclure, même si c’était un choix évident, remercions l’éditeur d’avoir opté pour une impression sur papier d’ancienne texture, type papyrus biblique. C’est un plaisir visuel et tactile. Vade Retro ! papier glacé sans âme ;) La couverture est élégante de sobriété. De trop nombreuses intégrales sont gâchées par une couverture ressemblant à une promotion de super marché.

11/11/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Ah Gil Jourdan ! J'empruntais souvent les intégrales à la bilbiothéque et j'adorais. Je les ai relus récemment et je découvre que ça me fait encore rire ! Mieux, je trouve que c'est meilleur que dans ma jeunesse. Je vois maintenant à quel point Tillieux était un génie. Le dessin de Tillieux est ici à son apogée et il est un des meilleurs du vieux journal de Spirou. Les histoires sont prenantes, rigolotes, souvent originales et aussi Tillieux se renouvelait bien. Il n'y a pas un album dont l'histoire me semble trop proche d'un autre album. Il y a certes deux ou trois histoires courtes sans grand intérêt, mais globalement c'est excellent. J'adore le trio Gil Jourdan-Libellule-Crouton. Je suis content que Dupuis réédite cette série. Elle le mérite amplement.

04/10/2007 (MAJ le 21/06/2008) (modifier)