Batman - Deathblow

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Le premier est le plus grand détective au monde. Il mène une guerre sans pitié contre le crime à Gotham City. Le deuxième est un soldat, un tueur des services secrets prêt à tout pour accomplir sa mission. Qu'arrive-t-il quand les deux se rencontrent ? Nous ne le saurons jamais parce que Michael Cray, nom de code Deathblow, est mort.


DC Comics Super-héros Univers des super-héros DC Comics

Gotham City. Scott Floyd et Michael Cray, nom de code Deathblow, sont sur les traces d’un terroriste nommé Falcon. Dix ans plus tard, Scott Floyd est brûlé vif après avoir dîné avec son ami intime Bruce Wayne. Il n’en faut pas plus pour que Batman s’intéresse à l’enquête initiée par le commissaire Gordon. L’unique piste mène le justicier de Gotham sur les traces d’une ancienne mission des services secrets et d’un homme supposé mort depuis longtemps : Deathblow.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Janvier 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Batman - Deathblow
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

15/11/2009 | Erik
Modifier


On a d'abord des difficultés à suivre l'intrigue tortueuse de base, et montée de façon à l'être davantage. Cette intrigue se déroule sur deux époques différentes, le montage tend parfois à rendre confus les événements (il m'est arrivé de suivre deux scènes entremêlées en pensant qu'il n'y en avait qu'une), et le physique à la superman à gros menton de plusieurs personnages nous mélange aussi les pinceaux. Deathblow est un tueur des services secrets. Il a un pyromane comme adversaire. Ok. Que viennent faire Batman et Gotham là-dedans ? Pas grand-chose, on les croirait en guest stars, quand on pensait que l'invité était Deathblow. La lecture est sympathique, le dessin agréable et dense, avec une belle élégance, mais cette histoire aurait gagné à se passer du Cape Crusader dont on ne reconnaît pas l'univers.

02/03/2013 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

"Batman - Deathblow" est un récit résolument adulte. Sa lecture n'est pas des plus aisée en raison des flash-backs nombreux et des deux histoires indépendantes se liant au fur et à mesure que les informations se dévoilent. Ce scénario joue sur les rapports des agences gouvertementales de sécurité et leur indépendance les unes vis à vis des autres. Leurs intérêts divergent et tous les coups sont permis. Dans ce contexte, Batman va se retrouver opposer à des personnages que Deathblow avait affronté dans le passé. Deathblow ne peut pas aider le dark night car il est décédé depuis. Batman va être obligé de prendre sa relève et se faire passer pour lui pour démêler le sac de noeuds orchestré par des organismes d'état si puissants qu'il ne peut s'opposer à eux directement sans que sa double vie ne soit mise en danger par la suite. Une bonne lecture est indispensable car résumer le contenu de ce comics est presque impossible. Graphiquement c'est également de qualité, le rendu est chargé mais agréable. J'ai passé un bon moment, j'en attendais pas autant. On passe un cran au dessus du polar pour rentrer dans les complots étatiques où il devient presque impossible d'extraire le vrai du faux et où l'on ne peut faire confiance à personne. A découvrir, ce one shot s'ajoute à la longue liste de récits de qualité sur le chevalier noir.

29/08/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

L'histoire est assez difficile à suivre car il y a un véritable enchevêtrement de deux récits avec de nombreux flash-back qui reviennent toujours dix ans en arrière. Il faudra véritablement s'accrocher pour comprendre les enjeux de ce combat. Un criminel pyrokinésiste met à feu et à sang la ville de Gotham. Son justicier masqué va tout faire pour contre-carrer les sombres projets. Batman prend en effet le relais d'un autre héros à savoir Deathblow, le plus grand détective du monde (rien que cela !). C'est la première fois que je lis un Batman qui se situe véritablement dans le monde de l'espionnage puisqu'il s'agit d'une conspiration entre le gouvernement américain et des réseaux terroristes. C'est assez intéressant d'autant que le graphisme réaliste m'a beaucoup plu. C'est très soigné. Gotham City est magnifique et Batman apparaît réellement charismatique. Il est dommage qu'on se perde dans les méandres de ce récit dont le visuel paraissait époustouflant (par le dessinateur de Joker). On ne peut pas tout avoir ! J'ai rencontré Lee Bermejo lors d'un festival de bd. Il est encore jeune et talentueux et a encore de beaux restes devant lui. Il faut juste qu'il soit au service d'un bon scénariste.

15/11/2009 (MAJ le 06/06/2010) (modifier)