Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

L'Ile sans Sourire

Note: 3.09/5
(3.09/5 pour 11 avis)

Une île aux secrets mystérieux où le rire semble avoir disparu.


Auteurs espagnols Coupés du monde...

Quand une fillette tente d'apprendre à un adulte les secrets du bonheur de vivre. Un conte onirique et poétique porté par un dessin remarquable. Yulkukany, l'île aux baleiniers. Un morceau de terre battu par les embruns, majoritairement occupé par une nature sauvage et grandiose, et ponctué de masures éparses habitées par des autochtones taciturnes et méfiants. Car nombreux sont les marins que la mer n'a pas rendus à leurs foyers. Milander Dean, géologue,débarque à Yulkukany en mission de recherche. Mais Dean cherche aussi et surtout un havre de tranquillité pour passer le temps. Seul. Un temps devenu abominablement long depuis la perte d'être chers. Un temps dont il n'a finalement plus que faire. Elianor, native de l'île, est au contraire la joie de vie incarnée. Une petite fille rêveuse, sensible, adorable comme tout, à l'imagination vive et sans limites, à la bonne humeur contagieuse. Si ce n'est que pour Dean la bonne humeur est justement une maladie. Et qu'il n'a pas l'intention de se laisser contaminer.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Mai 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Ile sans Sourire
Les notes (11)
Logo BDfugue Achetez sur BDfugue !

18/05/2009 | Miranda
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Au regard de la couverture je m'attendais à quelque chose destiné à la jeunesse avec une touche de Miyazaki. Alors oui il y a un peu de tout cela mais ce qui compte c'est que j'ai été vraiment emballé par l'histoire et son dessin très lumineux. Pour faire court je dirais que c'est frais et joli. Il reste quelques mystères à élucider sur cette île bien mystérieuse mais finalement cela ne me dérange pas que certaines choses soient laissées dans l'ombre. Cela rajoute à la poésie de l'ensemble que j'ai trouvé très subtil finalement même si le personnage d'Eli est bien bruyant et envahissant pour le pauvre Dean. Finalement une belle histoire sur des choses plutôt tristes, la mort, la séparation, bref je vote pour. A lire pour petits et grands.

07/12/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

C’est une très belle et très originale légende qui m’a été contée ici. C’est d’ailleurs cette originalité que je retiendrai le plus longtemps, tant l’histoire d’Enrique Fernandez, pourtant bâtie sur des éléments extrêmement classiques, m’aura surpris dans sa richesse et dans sa tournure. Le dessin, lui, ne m’a pas plus emballé que cela. Il est vrai que je ne suis pas très sensible à ce style très influencé par le dessin d’animation. Je trouve toutefois le trait de l’artiste très expressif et, finalement, relativement personnel et original. La colorisation, assez nuancée, est pour beaucoup dans mon acceptation de ce style pourtant éloigné de mes goûts habituels. L’ensemble est, sans nul doute, agréable à lire. J’hésite vraiment entre le « pas mal » et le « franchement bien ». J’opterai finalement pour le premier choix du fait de la faible densité de l’album, qui se lit malheureusement très vite. Mais l’album est à découvrir par tout amateur de récits légendaires à la fois classiques et originaux.

24/02/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ah c'est dommage des albums comme celui-ci... Bénéficiant d'un graphisme tout à fait remarquable, l'idée de départ avait de quoi donner envie. Une île un peu coupée du monde, ayant ses propres rituels, ses créatures uniques... Et puis au milieu de tout ça une petite fille, touchante par bien des points, agaçante par d'autres... Ca partait vraiment bien. Et puis dans la seconde moitié, tout s'écroule, on a l'impression que l'auteur ne sait plus quoi faire de tout ça, et s'efforce de finir l'album tant bien que mal. C'est dommage, car le "ton" donné par cet album avait de quoi séduire. Une petite déception au regard du début...

10/02/2010 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

J’ai adoré la première moitié de cet album. Je trouvais l’ambiance envoutante (notamment grâce au dessin) et la relation entre le gars austère et la petite fille surexcitée m’a beaucoup plu. J’ai aussi beaucoup aimé l’idée d’utiliser des petits dessins plutôt que du texte dans certaines bulles, je trouve que ça fonctionne très bien, notamment quand la petite fille raconte ses fables et autres légendes. Et puis la 2eme moitié m’a moins plu. Je ne sais pas trop pourquoi, mais le charme s’est rompu. Tout s’emballe, les réponses fournies cassent un peu le mystère mise en place, et j’ai même trouvé la fin un peu mièvre. Dommage, car du coup je reste sur une impression un peu négative. Une BD « pas mal » du tout, mais qui ne fera pas partie de ma collection personnelle…

29/08/2009 (modifier)
Par Fan de BD
Note: 4/5

Prévue en deux tomes, cette fable poétique met en lumière la magie qui réside dans les plus petites choses qui nous entourent ou comment une petite fille peut redonner de la joie par son innocence et sa joie de vivre. Et l'on s'envole en virevoltant dans la danse que mène Elianor. Mais non content de nous soumettre une belle histoire, Fernandez nous la propose avec un graphisme somptueux. Le traitement de la couleur, proche des techniques d'animation, peut paraître déroutant. Malgré tout, je suis persuadée que vous apprécierez la lecture de cet indispensable.

08/08/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

En abordant sur l'île sans sourire Un homme n'a pas peur de mourir Entre malheur et désolation Ne recherche t'il pas la consolation ? Dean fera la connaissance d'Eli la merveilleuse Qui s'invente des histoires les plus faramineuses Tout n'est que joie de vivre S'amuser, persifler et rire. Il s'enferme dans son passé Qui revient chaque soir le hanter Pourquoi toute cette souffrance ? Quand il peut connaître la délivrance. A quoi bon résister au charme de l'île ? Dans la forêt se cache la sorcière sénile Un cadeau, il faudra lui apporter En échange de quelque chose à demander Perdu entre rêve et réalité On peut tout oublier La mer peut arracher les joies N'écoutes surtout pas cette voix ! Il restera toujours une lueur d'espoir Même au plus profond du désespoir Il s'agira un jour de bien repartir Yulkukany retrouvera son sourire.

26/06/2009 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Aidé par un graphisme remarquable, voilà un conte original qui amènera le lecteur a se poser un certains nombre de questions sur le bonheur, la tristesse, la vie. Contrairement aux lecteurs précédents je n'ai pas trouvé que c'était trop court et qu'il aurait fallu développer cette histoire sur plusieurs tomes. Il y a pleins de détails qui ne sont pas approfondis, certes, mais qu'importe l'essentiel est ailleurs, à mon avis. L'auteur maîtrise plutôt bien l'art de la métaphore. Certains silences en disent autant qu'une longue tirade. Au début des éléments curieux semblent sortis d'un univers totalement fantastique ou simplement de l'imagination débordante de la petite fille. Et ces mêmes phénomènes paraissent tout à fait normaux en fin d'album. Quand des petits êtres bizarroïdes sortent de l'eau pour se saisir de l'esprit des enfants, quand la fillette rencontre une femme au corps de limace en plein cœur de la forêt, cela n'est pas choquant, et c'est même naturel. Finalement même si ce n'est pas bouleversant et qu'il y a des non dits, il y a aussi plein de petites choses intéressantes à prendre... Le cadre, les personnages, les interrogations liées à leurs blessures respectives, les dessins, ... Cet album mérite un coup d'œil si vous aimez ce genre.

31/05/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

"L'Ile sans Sourire" est un bon one shot qui se suffit à lui-même mais qui au regard de son univers et de ses personnages énigmatiques aurait demandé une suite pour lever le voile sur quelques non dits. Le dessin mérite le détour : il est superbe, certains le trouveront trop informatisé, mais quand le résultat est aussi probant, j'applaudis des 2 mains. Le scénario est un beau conte avec des personnages peu épargnés par la vie. La relation entre le visiteur et la petite fille est d'une justesse impressionnante. Au final je suis déçu par la facilité scénaristique qui consiste à créer un univers étrange, le peupler de personnages intrigants et au final ne pas traiter ces aspects, juste les utiliser pour donner du volume au récit. Au final, les lecteurs ressortent frustrés.... ce qui est mon cas. Dommage, car il y avait vraiment matière.

25/05/2009 (MAJ le 28/05/2009) (modifier)
Par scuineld
Note: 3/5

Verdict à la lecture: Pas mauvais, mais... Un dessin manga/cartoon très sympa, mais qui ne m'éblouit pas. Une colorisation qui se marrie très bien avec le style de dessin, mais, de nouveau, qui ne m'éblouit pas. Une histoire qui ne se dévoile pas de suite : je ne connaissais rien de l'histoire avant la lecture et donc je me suis laissé porter par le récit sans savoir où cela allait me mener. Beaucoup de choses étranges mais pas toujours expliquées... Une fin qui ouvre la porte d'une suite, mais sans que celle-ci ne soit nécessaire... De la fraîcheur enfantine dans ce monde de brute :-) Bref: Un conte assez bien mené qui mérite probablement une relecture que je ne ferai pas (pas le courage en fait). Mais, je le répète, ce n'est pas une mauvaise BD: c'est juste que j'ai pas accroché suffisamment pour en recommander l'achat (mais je suis content de l'avoir lue)

28/05/2009 (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

J’aurais dû me méfier mais le rendu des planches à fini par me faire craquer (encore une fois !). Tout comme avec Les libérateurs, je suis resté sur ma faim avec ce one shot trop condensé où si peu est dit. Beaucoup de mystère plane sur cette île de pêcheurs et quasi rien n’est dévoilé. De quoi frustrer le commun des lecteurs dont je fais partie. Alors oui, une suite serait la bienvenue mais, en l’état, cet album est totalement dispensable à l’achat et à la lecture. Un album sans intérêt. Décidément, Enrique Fernendez devrait se cantonner à ce qu’il sait si bien faire (dessiner) et laisser les professionnels écrire ses scénarios. Bref, un achat "compulsif" que je regrette.

28/05/2009 (modifier)