3 minutes

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 10 avis)

A la suite de Litost, à nouveau un coup de coeur pour Max...


La Boite à Bulles La Lune Love Stories Marseille

Après une nouvelle désillusion amoureuse (voir "Litost"), Max est résolu à accepter son destin sentimental : il sera célibataire. A vie. Seulement voilà, un certain Andy (avec lequel il partage un atelier de dessinateurs) lui envoie un SMS. Ca n’a l’air de rien, un SMS, mais tout part de là. Enfin pas que de là, car il aura fallu une multitude de hasards, d’événements a priori anecdotiques pour que Max et Coquillage finissent par « se rencontrer ». Car ce SMS, il convie Max à une soirée chez la copine d’Andy et chez sa charmante colocataire...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Juin 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série 3 minutes
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

13/05/2009 | Spooky
Modifier


Par gruizzli
Note: 3/5
L'avatar du posteur gruizzli

Une bien sympathique BD qui m'a beaucoup plu par le ton employé. C'est sans grande prétention et agréable à lire, on navigue dans la vie de ce trentenaire résolu au célibat et qui évidemment fait une belle rencontre. C'est simple, efficace et sans folies. Très agréable donc. Le dessin est très sympathique, même si parfois je le trouve un peu limite sur les représentations des personnages. Mais il retranscrit bien cette atmosphère de bande de potes et de vies simples. Les personnages deviennent vite attachants et plusieurs parallèles sont très bien réalisés dans la pagination. En soi la BD n'a rien de fou et c'est justement ce que j'ai aimé : on est simplement dans un petit morceau de vie et le tout est enrobé de bon sentiments qui font mouche. Rien que le titre et son explication me paraissent encore très bien trouvé et positif. C'est le genre de BD que j'aime lire pour la bonne humeur qui s'en dégage et qu'on apprécie de retrouver au détour des étagères pour la relire encore une fois. Conseillé !

14/01/2019 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

3 minutes, c'est le temps qu'il faut pour accorder son tempo pour la rencontre de sa vie. Bref, c'est peu de choses mais cela peut se jouer à la minute près. Faut-il nécessairement compter sur le hasard des rencontres? Quelquefois, il faut aller plus loin comme prendre des risques par exemple. C'est une belle histoire que celui de raconter la chronique d'une rencontre avant le début de la relation amoureuse. C'est ce mécanisme qui se met en place qui est décortiqué par l'auteur et en cela réside une certaine originalité de cette chronique sentimentale. Le point faible de cette bd est le dessin qui m'a paru assez brouillon et imprécis au point de ne pas distinguer les personnages féminins principaux ce qui entraîne de la confusion. Par ailleurs, il y a une certaine légèreté qui nous fait pas ressentir les choses de manière plus approfondie ou passionnelle. On passe néanmoins un bon moment de lecture. C'est le principal.

20/06/2015 (modifier)

C’est une histoire toute simple comme il nous en arrive, c’est l’histoire d’une rencontre. St Exupéry parlait d’apprivoiser l’autre, c’est de ça qu’il s’agit ici. Nous sommes à cet instant de vie subtil et fugace où tout peut arriver entre deux êtres. Quelque part on espère, on se dit qu’il ne faut pas gâcher cette occasion avec de la précipitation car ce peut être un grand truc. Le scénario décrit avec une émotion certaine la rencontre d’un homme et d’une femme qui ne s’aiment pas encore, mais qui vont tenter de s’aimer. Niveau dessin le trait est en noir et blanc avec quelques couleurs ponctuelles parfaitement distillées pour éclairer le message et ce par delà le texte. Poétique à souhait Alors oui, les planches sont adroites, l’avancée des sentiments est subtilement menée, l’attente et la crainte de recevoir un non sont magistralement rendues. Mais à côté de ça le quotidien dans lequel est insérée l’histoire me choque profondément par son côté militantisme bien vu du moment plaqué sournoisement. Je l’illustrerai par trois exemples. Le premier est cette façon de traiter la TV. Celle-ci va « dire » tout au long du récit à chaque fois qu’on en croise une « consomme » : original. Le second se fait sur ce second tour de présidentielle (qui décidément se retrouve dans beaucoup d’ouvrages) avec Sarkozy qui fait peur aux enfants lorsque son visage apparait sur l'écran TV. Le troisième est tout aussi fin que les deux précédents avec ce message universel : draguer les serveuses d’un café ça peut très vite être lourdingue… Super, merci pour la leçon de savoir être et savoir penser sur ces trois sujets ! Alors prenez-moi pour un Sarkosyste fervent défenseur de l’augmentation du temps de pub sur TF1 sifflant les jolies filles en sirotant ma bière avant un match de foot au café si vous voulez, mais ces propos sont tellement lourds, malvenus et faciles qu’ils tuent toute la poésie qui est dégagée par ailleurs du récit. Si ces points qui me chatouillent allaient plus loin dans le récit cette critique serait une boucherie. Oui mais voilà après le milieu du récit ce n’est plus que poésie graphique sur base de sentiment qui nait, de retenue, de questionnement, d’avenir offrant son éventail de possibles. Et là c’est sublime… Alors que dire ? Que retenir ? La souplesse du hors texte, la confusion des sentiments et cette alchimie qui voit naître l’amour est sublime. Je garde toutefois cette amertume de portes trop facilement ouvertes en début de récit qui polluent la pensée inter-planches. Je retiendrai finalement la force de l’amour qui chamboule tout une fois lancée en saupoudrant sur l’amer une dose de tendresse. Lisez cet album ! Mais la relecture souffre des défauts évoqués : cette partie devient plus pesante tandis que la poésie graphique se ternit avec l’effet du déjà vu. A lire donc mais pas à posséder pour garder en tête ce joli passage graphique sans aller fouiller pour y trouver des lourdeurs.

26/08/2009 (modifier)
Par Seb94
Note: 3/5 Coups de coeur expiré

Un récit poétique et romantique, sans pour autant nous servir les clichés à l‘eau de rose que l‘on pourrait redouter dans ce type d‘histoire. Au contraire, une impression de douceur et de légèreté emplit chacune de ces planches. On s’attache très vite à Max et ses aventures amoureuses, ainsi qu’à ses amis touchants par leurs solitudes ou leurs échecs sentimentaux. La lecture s’avère fluide et rapide, la mise en page et les états d’âme du personnage, représenté sur son croissant de lune et hésitant à se lancer dans le grand bain d’une nouvelle histoire sentimentale sont assez bien vus. Le dessin minimaliste et épuré au maximum colle parfaitement à la légèreté du récit. La couleur noir et blanc convient parfaitement à ce style graphique, et se voit ponctué de rouge pour exprimer les sentiments amoureux des personnages, les mots ne sont alors plus nécessaires… Une lecture rapide, zen et rafraîchissante. Rien d'époustouflant, mais une belle découverte. Note : 3,5/5.

24/08/2009 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Sans en attendre grand-chose, cette bd autobiographique (ou presque) traitant du sentiment amoureux naissant a été une agréable découverte. Certes, le contenu est très aéré avec, par moment, l’impression qu’il y a du remplissage de pages. Oui mais . . . le traitement du propos est sincère et joliment amené avec des passages poétiques et oniriques représentant les reflets de l’âme humaine en pareil état émotionnel. De plus, le changement de couleur pour refléter le changement des émotions est original et bien vu. Côté dessins, j’apprécie le trait vif de l’auteur qui, en quelques lignes, parvient à donner vie à une foule de personnages. Un auteur qui a du style et j’aime ça. Bref, cette bd m’a séduite davantage pour le traitement du sujet plus que par le sujet en lui-même. A découvrir . . .

04/08/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Je ne peux pas dire que cette lecture m'a été pénible car elle se lit heureusement très vite. Je n'y ai pas trouvé grand intérêt, la rencontre de deux personnes qui finiront pas s'aimer, les débuts d'un couple comme tant d'autres, je n'y vois là rien de spécial, ni d'attachant. Je ne dirais pas non plus que c'est mauvais, ça ne m'a pas touchée tout simplement. Concernant le graphisme je n'apprécie pas ce genre de dessin minimaliste, fait de trois coups de crayon. La seule chose que j'ai vraiment trouvée intéressante c'est la façon dont Domas a mis en image certains sentiments ; et même si ce sont de bonnes petites trouvailles, le scénario restant très basique, cette petite lecture est pour moi déjà oubliée.

10/07/2009 (modifier)
Par biglolo
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

"3 minutes" a été pour moi un pur moment de communion avec les sentiments amoureux retranscrits par Domas. Je ne sais pas si je vais réussir à vous expliquer comment Domas a réussi à autant me toucher mais finalement je crois que je n'ai pas besoin de chercher midi à quatorze heures et 3 minutes pour comprendre que la simplicité de la mise en scène des sentiments amoureux est à l'origine de tout ceci. Bien sûr la littérature classique (l'Education sentimentale et consorts) a mis en scène des milliers de fois les hasards de la vie qui ont conduit l'Amour avec un grand A à se réaliser ou non et on pourrait penser avoir affaire ici à une resucée de romantisme à l'eau de rose, mais pas du tout : Domas a réussi à mettre en images et en couleur (le rouge magnifie ici l'amour) son expérience amoureuse sans aucune équivoque (puisqu'on sait comment ça se finit dès les premières pages). Il nous présente comment 3 minutes anodines de sa vie ont débouché sur la rencontre la plus décisive de sa vie. Mais avant ces 3 minutes, il y en a bien d'autres issues de soirées entre amis, de rendez-vous manqués, d'angoisses existentielles, de bonheurs fugaces et de déprimes totales. Le dessin de l'auteur est en totale harmonie avec son propos : un trait concis, des visages simplifiés mais sans ambigüité sur les sentiments exprimés, du noir et blanc bousculé par des touches de rouge (quelle trouvaille !) et des métaphores poétiques exprimant le tiraillement des sentiments amoureux font que j'ai apprécié cette histoire comme c'est rarement le cas en bd. La simplicité et l'humanité des dessins et des propos de Domas ont donné à cette romance une dimension bien plus supérieure qu'une simple histoire d'amour autobiographique. A lire absolument si vous avez 3 minutes ou plus à consacrer à l'amour :)

24/06/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je n'avais pas aimé le mélange gnangnan et angoissé de Litost. Je ne me reconnaissais vraiment pas dans le personnage, ses peurs, la forme de son amour et ses soucis affectifs. J'ai craint revenir dans ce même domaine en entamant 3 minutes puis j'ai fini par nettement plus apprécier ma lecture. Je n'accroche toujours pas au dessin de Domas. Je n'aime pas sa ligne épurée, stylisée, pas plus que son encrage trop indécis, comme s'il avait peur d'achever franchement ses formes. J'ai une fois de plus trouvé doucereux les passages métaphoriques "mignons" avec le personnage sur sa lune, qui se jette, qui se rattrape, qui n'ose pas, etc. Poésie peu subtile à mon goût. Et j'ai un peu été rebuté aussi par la narration à la troisième personne d'un récit qu'on sent vraiment davantage à la première personne du singulier. Ca me donne l'impression que l'auteur veut parler de lui, de son état d'esprit, mais qu'il n'ose pas le faire franchement et tourne autour du pot en disant "il pense ainsi" comme quelqu'un s'excuserait en disant "non mais c'est pas pour moi, c'est pour un ami que je fais ça, en fait". Néanmoins, j'ai peu à peu été touché par ce récit sympathique et empli d'une douce émotion sur la fin. J'ai été heureux pour le personnage de voir son horizon s'éclaircir, de voir l'histoire d'amour aller dans le bon sens. J'ai également bien aimé les quelques touches d'humour, notamment sur les dernières planches. Bref, malgré une entame un peu maussade, j'ai fini par bien apprécier ma lecture et en sortir sur un sentiment d'agréable bien-être.

25/05/2009 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

J’allais commencer mon avis par « raaa qu’est ce que c’est beau » mais ça aurait été paraphraser mon avis sur Litost, du même auteur… « 3 minutes » reprend plus ou moins la même formule : des soirées entres amis menant à une rencontre amoureuse, racontée sur un ton léger et poétique. Alors c’est sûr, c’est du vu et revu, ne vous attendez pas à une histoire originale ou à une intrigue complexe. Non, c’est de l’émotionnel pur, alors si ça ne vous parle pas, vous risquez de vous ennuyer ! Moi, ça tombe bien, ça me parle, et j’ai été vraiment touché par cette histoire d’amour naissante, par sa poésie ambiante… un sentiment de bien-être et de bonheur m’habitait en fin de lecture. Et puis j’aime beaucoup les messages un peu plus sérieux ajoutés çà et là, avec humour (le bruit de fond de la télévision qui fait « consomme consomme consomme », la planche sur Sarko qui m’a fait exploser de rire - voir galerie). Le dessin en noir et blanc contient la même particularité que celui de Litost : il représente les émotions avec des teintes rougeâtres. Cette trouvaille narrative est bien exploitée sur certaines planches (comme celle où Max fait visiter son appart à Coquillage… il est rouge sur toutes les cases, mais elle uniquement quand il lui montre sa chambre ;)) et ajoute vraiment un plus, ne serait-ce que esthétiquement… Voilà, une chouette BD que les grands romantiques devraient apprécier à sa juste valeur !

20/05/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Après le très beau Litost, Domas nous propose sa suite ; suite à une nouvelle désillusion, Max se retrouve à nouveau attiré par une jeune femme. Comme dans son opus précédent, le récit entremêle dessins classiques (encore que... mais je vais y revenir), hyper-texte dessiné où un homme, isolé sur la lune, se décide à plonger dans la mer) et mots qui parfois suivent les courbes du dessin. Et puis toujours cette touche de couleur dans l'encrage, pour souligner les éléments actifs sur une scène donnée. J’adore, tout simplement. Le dessin de Domas est parfois fait de grandes illustrations pleine page avec de grands vides, mais il y a un équilibre, une poésie, une envolée qui le rendent extrêmement plaisant, ce qui fait qu’en ce qui me concerne, j’ai lu cet album avec un sourire aux lèvres. Pour tout vous dire j’ai scanné la page 54 pour en faire un poster. Il y a un peu de longueurs, mais rien d’insurmontable. Les grincheux diront qu’il s’agit d’une redite de Litost, mais vu que c’est la suite, cela ne me gêne pas. On a besoin de respirations comme ça, d’épiphanies dessinées, de bouffées de fraîcheur avec des brins de romantisme dedans. C’est vital.

13/05/2009 (modifier)