Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Umbrella Academy

Note: 3/5
(3/5 pour 15 avis)

Will Eisner Award 2008 : Best Finite Series/Limited Series (tome 1) Des enfants naissent avec d'étranges pouvoirs, le monde serait-il de nouveau en danger ?


Adoption Auteurs brésiliens BD adaptées en séries télévisées live Dark Horse Comics Super-héros Will Eisner Awards

Lorsque 43 enfants naissent de femmes qui ne montraient aucun signe de grossesse, Sir Reginald Hargreeves en adopte sept dans l'espoir de sauver l'humanité. Les enfants grandissent, leurs exploits au sein de l'Academy se succèdent, comme les crises familiales jusqu'à la dissolution du groupe. Les années passent avant que les membres de cette famille dysfonctionnelle se retrouvent autour de la tombe de leur père adoptif et se déchirent à nouveau.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Mars 2009
Statut histoire Série en cours 3 tomes parus
Dernière parution : Plus de 2 ans
Couverture de la série Umbrella Academy

26/03/2009 | Miranda
Modifier


Par Ubrald
Note: 1/5
L'avatar du posteur Ubrald

Je précise que je me suis arrêté à la 61ème page du tome 1, stoppé net dans ma lecture : aucun plaisir, aucune accroche, aucun intérêt pour l’intrigue. J’avais voulu lire cette bd parce qu’elle a reçu le Eisner Award en 2008 et que de loin sans avoir lu de pitch, j’avais l’impression que ça pouvait être une sorte de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires pour jeunes héros, une sorte d’Academy de jeunes aux supers pouvoirs cornaqués par un professeur « Xavier ». Au final sur ce que j’ai lu, je la trouve complètement fouillis, diverses choses pas compréhensibles pour deux sous, ça part dans tous les sens, ça va trop vite, le rythme n’est pas bien géré du tout. Du coup, ce non plaisir total de lecture a certainement pollué mon appréhension du dessin que je n’ai pas apprécié ni dans le trait ni dans la colorisation, avec un léger côté famille Adams que je n’aime pas non plus. Une grosse déception, je m’attendais à mieux pour une bd récompensée par le Eisner et le Harvey Award.

06/05/2021 (modifier)
Par Josq
Note: 2/5
L'avatar du posteur Josq

Le problème fondamental de Umbrella Academy, c'est que ce comics a été adapté en série. Et franchement, il n'y a pas à dire, la série est mille fois plus réussie ! C'est d'ailleurs parce que j'ai trouvé la série particulièrement géniale que je me suis lancé dans la bande dessinée, mais clairement, ça n'a pas joué en sa faveur. Bon, déjà, graphiquement, je ne suis pas convaincu. Le dessin de Gabriel Bà est trop anguleux et stylisé à mon goût. On s'y habitue, certes, mais ce parti pris graphique ne me séduit pas. Même si la mise en scène de chaque page est parfois très astucieuse et bien trouvée, le dessin en lui-même n'est pas très élégant, dommage. Au niveau du scénario, certes, c'est mieux. Enfin, au niveau de l'intrigue globale, parce que les péripéties, elles, sont quelquefois étrangement confuses. On ne sait plus trop qui est qui (le dessin n'aide pas...), certaines ellipses temporelles sont très mal gérées, l'action est assez brouillonne... C'est d'autant plus rageant que l'intrigue a un énorme potentiel, relativement bien exploité par Gerard Way, qui sait inventer une histoire originale à base d'enfants aux pouvoirs surnaturels sans basculer dans la redite par rapport à ce genre d'histoire qui a déjà été racontée mille fois. Là-dessus, Umbrella Academy est bien gérée. Et même si Way ne sait pas toujours bien raconter une histoire, un meilleur dessin aurait largement mieux rendu hommage au scénario, bien accrocheur. Reste donc une histoire à fort potentiel, qui s'appuie en outre sur un humour souvent efficace et des personnages hauts en couleurs. Malheureusement, même si ces derniers sont attachants, là encore, la série télévisée a coiffé la série dessinée au poteau, car les personnages télévisuels sont mille fois plus émouvants et sympathiques que leurs originaux d'encre et de papier. Bref, je crois volontiers qu'on peut s'intéresser à ce comics si on ne connaît pas du tout l'univers, et je ne le déconseille pas plus que cela, mais si on a vu la série, globalement fidèle dans l'esprit mais sachant manipuler la trahison nécessaire, alors le comics devient plus que dispensable. Donc vous l'avez compris, si vous avez le choix, tournez-vous plutôt vers la série télévisée qui, elle, est un vrai bijou !

27/06/2020 (modifier)
Par sloane
Note: 1/5
L'avatar du posteur sloane

Et si c'était celui là, et si c'était ce comics qui allait faire que je n'en lise plus jamais ? Non je déconne mais presque pas, jamais vu un truc aussi foutraque, certains posteurs disent qu'il a fallu s'y reprendre à deux fois pour bien comprendre le truc. Désolé les gars mais j'ai autre chose à foutre que de me fader des inepties pareilles, dans l'ordre : préparer un festival de BD, aider mes camarades modérateurs, tondre ma pelouse, écrire des mails ici ou là, surtout là, etc... Je sais, vous vous en moquez comme de votre première chaussette, ben laissez-moi exprimer mes sentiments sur cette suite apocalyptique, titre du premier opus de cette série, en même temps avec un nom comme ça j'aurais dû me méfier. Rien de rien pour rattraper le truc, même le dessin est moche, un autre avis parle de dessin "Vectoriel", hey man arrête la drogue et explique moi quel est le concept ou le projet. Sur ce m'en vais tondre ma pelouse, so long...

19/04/2017 (modifier)
Par Yannis
Note: 3/5
L'avatar du posteur Yannis

Bonne série que celle-ci. Je l'ai achetée à cause du ruban indiquant qu'elle avait eu un prix. Je dois dire que j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans et qu'une seconde lecture a été nécessaire. Et finalement j'ai bien accroché. Les personnages sont bien travaillés et leurs relations sont aussi complexes que leur personnalité. Par contre c'est très déjanté. Le dessin est bien, j'aime beaucoup. Une série à découvrir mais l'auteur étant aussi un chanteur connu de je ne sais plus quel groupe j'ai peur que les albums se fassent attendre longtemps.

28/08/2012 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Pas mal, et franchement déjantée cette série. Au bout de deux tomes, je commence à me familiariser avec les personnages et à les trouver sympathiques, en revanche, bonjour la gymnastique pour suivre dans le tome 2 : entre les flashbacks et les voyages dans le temps, les paradoxes temporels et les doubles de personnages issus d’époques différentes, il faut parfois s’accrocher pour suivre ! Gros point positif : la manière de découper l’histoire en chapitres et la présentation de ces derniers, l’humour, le scénario qui ne fait pas dans la dentelle (je pense notamment aux deux tueurs psychopathes du tome 2) et le sale caractère des personnages qui se chamaillent comme des frères et sœurs mais qui auraient encore 6 ans. Le dessin n’est pas forcément celui que je préfère mais il a l’avantage de coller parfaitement au dynamisme du scénario et, pour un comics, les couleurs n’arrachent pas trop les yeux, avantage non négligeable s’il en est. J’emprunterai probablement la suite quand elle sortira.

30/01/2011 (modifier)
Par bab
Note: 4/5
L'avatar du posteur bab

J’ai bien accroché à cette bande dessinée. J’ai la chance de pouvoir les lire en VO au format US. Les dessins stylisés comics sont plaisants et fouillés. Le style assez sombre colle bien à ce récit d’enfants dotés de pouvoirs, réunis par un illuminé qui veut sauver le monde. Il y a beaucoup d’idées : ce singe « savant » qui a été le précepteur/nounou, les paradoxes temporels des voyages dans le temps, ces super méchants complètement barrés ! Et j’en passe… C’est un univers très riche. Alors c’est sûr que parfois on a un peu l’impression que le souci du détail prévaut sur l’intrigue. Mais à mon sens, cela reste de très bonne facture et les histoires sont rondement menées. Je verrais bien un adaptation cinématographique…

09/11/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

On peut dire que le scénariste, Gérard Way, ne manque pas d'imagination. Le scénario est totalement imprévisible et rempli d'idées totalement originales. L'histoire m'a paru un peu compliquée au début, mais très vite je suis rentré dans le récit car tout est très bien maîtrisé et dynamique. Avec d'autres scénaristes, je me serais sans aucun doute 'perdu' pendant ma lecture, mais ici tout m'a paru naturel même les choses les plus incroyables. J'ai tout de même deux reproches à faire. Tout d'abord, les personnages manquent un peu d'intérêt. Hormis la pauvre Vanya et le numéro 5, je ne les ai pas trouvés très attachants. Ensuite, j'ai un peu décroché pendant le tome 2 car certaines scènes m'ont paru un peu inutiles comme celle qui se passe au Vietnam.

26/06/2010 (modifier)

Ah ca fait du bien de lire un bon Comics. On y trouve un dessin très typé : anguleux, extrêmement numérique, presque vectoriel. On est proche de Mike Magnolia (Hellboy) même si c'est beaucoup plus chargé, plus coloré (et c'est tant mieux !), plus bâclé parfois aussi. La mise en page est euphorique, les cadrages et les postures des personnages sont superbes (un vrai cas d'école). Bref, elle a tout de la bonne recette cette Umbrella Academy. La narration est en plus très attachante, le découpage et les ellipses donnent une dynamique et une fraicheur assez rare. Un seul bémol, les personnages et les problématiques manquent de profondeur, on aimerait que cette folie soit plus fondée. On attend le tome 2 évidemment... puis l'histoire tranchera.

05/02/2010 (modifier)
Par SaV
Note: 4/5

Peu habitué à lire des comics ces derniers temps, j'ai sauté sur l'occasion pour acheter le tome 1 de l'umbrella academy, qui a d’ailleurs reçu deux prix : l'Eisner Award et le Harvey Award en 2008, pour m'y mettre et je dois dire que tout m'a bien plu. D'abord l'histoire, avec ces enfants aux pouvoirs et à l'anatomie tous différents, le Sir Reginald Hargreeves qui est très étrange (est-ce vraiment un humain ?). Malgré quelques zones d'ombre, tout cela nous tient en haleine et est magistralement bien mis en scène. De plus, on assiste à la genèse des héros ce qui est un plus pour celui qui veut se lancer dans le comics. A cela s'ajoute l'univers qui varie entre passé (ambiance steampunk avec l’attaque de la Tour Eiffel) dès les premières pages et futur pour la suite. Graphiquement, le dessin de Gabriel Bà est excellent. On retrouve le trait des grandes séries anglo-saxonnes. Les héros ont des physiques particuliers et sympas. Toutefois, mon seul reproche, certains personnages sont difficiles à reconnaître à la lecture. En conclusion, c'est drôle, très riche et bien foutu pour celui peu habitué aux comics.

27/11/2009 (modifier)
Par hevydevy
Note: 3/5

J’ai longtemps tourné autour de cette BD en vo, principalement à cause des très belles couvertures de James Jean et de son titre très intriguant. J’ai finalement franchi le pas à l’occasion de la traduction chez Delcourt, et d’un bouche à oreille très favorable. Ma première impression : cela se lit très (trop ?) vite ! J’ai eu plaisir à enchaîner les chapitres, mais j’ai refermé l’ouvrage avec un sentiment de frustration. Le rythme du récit ne laisse en effet que peu de chance au lecteur de s’y retrouver d’autant plus que les personnages sont mis en action avant même qu’ils aient été correctement introduits. Je dois même avouer qu’à l’issue de ces quelques 160 pages, je ne saisis toujours pas clairement les aptitudes/pouvoirs de chaque personnage, pas plus que certaines de leur motivation. Par contre l’univers m’a vraiment séduit, particulièrement par son coté steam punk ("Le Jour où la Tour Eiffel Devint Folle"), sa narration décalée (les commentaires accompagnant les titres de chapitres par exemple) et une mise en image très réussie avec une mention spéciale à la mise en couleur de l’incontournable Dave Stewart (comment fait-il pour être sur autant de titres en même temps aux USA ?). J’ajoute aussi (SPOILER), que je suis impressionné par la liberté scénaristique de Way, qui ne s’interdit pas des passages à la violence explicite, ou une mise à mal extrême (voire définitive) de ses héros. Sur ce dernier point, j’ai l’impression très subjective que l’autre grande influence de Way (au-delà des X-Men), se situe du coté de l’univers du "Doctor Who", et en particulier son spin off SF "Torchwood" (Russel T. Davies), où tout peut arriver, y compris l’élimination de la moitié du cast régulier. En beaucoup moins subjectif, on pourrait voir dans Sir Reginald et le numéro 5 des incarnations du Doctor Who (un alien à l’apparence humaine, qui possède plusieurs vies), le premier privé de Tardis (le vaisseau qui lui permet de voyager dans l’espace et le temps) et exilé sur Terre, le second capable de voyager dans le temps et ayant assisté à la fin du monde. Quand aux Terminautes, ils sont sans aucune ambiguïté (jusque dans leur façon de communiquer) des démarquages des Daleks, ennemis jurés du Docteur. La Suite Apocalyptique est donc une mise en bouche peut être trop foisonnante à mon goût car pas assez explicative, c’est pourquoi j’attendrais de lire la suite (peut être en vo) pour monter éventuellement à franchement bien (mais j’ai franchement envie d’en savoir plus !). Avant d'en conseiller l'achat, je conseillerais plus de feuilleter l'ouvrage, car la narration est vraiment particulière.

22/05/2009 (modifier)