Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Petites coupures

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 5 avis)

Un combat de boxe dans les années quarante, époustouflant de réalisme.


La Boxe Sport

Le temps d’un combat opposant Paul Norman à Max Chavez. L’histoire se déroule en 9 rounds sur et autour du ring. Inserts et flash-back permettent de dérouler deux existences que tout oppose en apparence et qui se retrouvent confrontées lors d’un match de gala. D’un côté Paul Norman, le champion déchu et, de l’autre, Max Chavez, l’étoile montante. Ce qui doit être alors une simple confrontation sans enjeux spécifiques, sinon pour Norman d’empocher une bourse rondelette et pour Chavez de peaufiner les derniers « réglages » avant son combat pour le titre, prend soudain une tournure inattendue et tragique…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Janvier 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Petites coupures
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

04/02/2009 | Miranda
Modifier


Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Quel punch! et sans jeux de mots. Petites coupures est une Bd qui a maintenat un petit peu d'âge mais que j'ai découverte il y a peu de jours à Angoulême. C'est d'abord l'histoire d'une rencontre avec un dessinateur humble, proche de son public, disposé au dialogue, mais pas n'importe lequel. En effet il est capable d'expliquer son travail, ses influences, se qui le motive, sa collaboration avec le scénariste, bref un gars rare. Avez vous vu Ragging Bull? Avez vous senti de pareille façon la déchéance d'un héros? Un homme qui a tout perdu se révèle finalement à lui même. Cette BD est magnifique tant par son scénario que par son dessin. En fait je me retrouve comme un couillon devant mon clavier car les mots me manque pour dire toute mon admiration devant cet objet, cette oeuvre. C'est du grand art, aussi n'hésitez pas, montez sur le ring pour prendre une grosse baffe salvatrice.

05/02/2015 (modifier)

Je termine ‘Petites coupures’ et Fausse route des deux auteurs et je ressors relativement déçu de ces lectures. Le héros de ‘Petites coupures’ s’appelle Paul Norman. Il est boxeur et sa carrière est pour ainsi dire derrière lui. Champion national des poids moyens en 1940, ses espoirs furent ensuite anéantis en même temps que sa mise au tapis lors de son dernier combat d’importance. Depuis lors, le boxeur vieillissant n’accepte plus que des combats d’exhibition, pour pouvoir manger. Ce soir, il affronte Chavez, un petit jeune qui a du talent et qui compte très légitimement en découdre rapidement avec Norman. Ce dernier doit tenir trois rounds s’il veut empocher la récompense promise. Mais trois rounds sur un ring, cela peut devenir une éternité ! La patte de Vincent Gravé est pour le moins intéressante. Son trait gras, parfois quasiment impressionniste, sa palette de noir et de gris sont du plus bel effet. Le scénario de son compère, Joseph Incardona, même s’il m’a semblé un rien plus intéressant que celui de Fausse route, manque toutefois d’originalité pour être véritablement marquant. De cet ouvrage, je ne retiendrai sans doute que la force de caractère de ce boxeur loser qui n’a plus rien à gagner mais qui mourrait plutôt que de rester au sol jusqu’au décompte final. Il aurait suffit de pas grand-chose pour faire de ce ‘Petites coupures’ un récit véritablement prenant. Dommage.

20/09/2010 (modifier)

Une BD pour les fans de boxe, mais pas seulement... Je ne connaissais pas ces deux auteurs et je dois dire que j'ai été agréablement surpris par cette découverte. L'ambiance des années 40, les voitures, les femmes plantureuses, les salles remplies de fumeurs, les buveurs de Jack Daniels, le tout sur un fond de musique Jazz... L'instant de 250 pages, je m'y suis cru... Le dessin premièrement est tout simplement génial et colle parfaitement à ce genre de BD... Le noir et blanc, une évidence, nous retranscrit à merveille cette époque, les flashs, les effets de lumières, la dureté de certaines scènes... Le scénario ensuite que je trouve personnellement relativement simple, mais ce n'est en aucun cas gênant... Un gars sur la fin qui, le soir d'un combat sans envergure, est sensé jouer le sparring face au champion montant, encaisser les coups, en distribuer de temps en temps, va avoir un sursaut d'orgueil et va décider de rendre coup pour coup... Une leçon de courage, de respect, bref de boxe... "C'était un cauchemar dont il n'a jamais pu se réveiller et qui l'a forcé à vivre toute sa vie en se maudissant de s'être montré trop faible pour le plus exigeant des sports" Cette phrase de FX-Toole citée en début de livre a certainement été l'élément déclencheur qui a permis aux deux auteurs de nous "pondre" cette merveille... Pour les fans de boxe, je conseille FX-Toole, ancien boxeur et cutman, auteur, entre autres, de la nouvelle "Million dollar baby".

30/08/2009 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Les BD de ce tandem d'auteurs sont très dures à aviser surtout à cause du dessin de Gravé. Il est si expressif et original que la notion de goût prend tout son sens. Personnellement, j'adore ce qu'il fait, mais après l'excellent Fausse Route, je me dis qu'il serait souhaitable d'apporter une touche d'originalité pour la prochaine BD. En effet, ce style m'est déjà apparu banalisé, je n'ai pas eu la surprise de Fausse Route. "Petites coupures" partage également avec ce dernier le fait d'avoir un bon scénario. Ici, le thème central est la boxe dans les années 40 pendant la première guerre mondiale. L'ambiance retranscrite est tout simplement bluffante. La boxe est mise en image d'une façon magistrale. Pour les passionnés de ce sport, l'achat de cette BD est tout simplement indispensable. Pour les autres, il s'agit d'une BD originale doté d'un dessin N&B superbe avec des jeux de lumières uniques et un scénario haut de gamme : donc tout ce qu'il faut pour sauter le pas. Certes le prix est important mais au regard du nombre de pages, il est tout simplement ridicule...

28/05/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

Encore une fois le couple Incardona/Gravé a sévi et nous jette tout son talent à la figure. Pour la deuxième fois - après le fabuleux Fausse Route - l'outil informatique est ici aussi somptueusement utilisé, les jeux de lumières sont époustouflants et les contrastes ahurissants. Les années quarante nous sont fidèlement rendues : les belles voitures, les jolies femmes très féminines, les vieilles caméras ; sur le ring l'ambiance est oppressante et lourde, les projecteurs jettent leur lumière aveuglante sur les boxeurs, relayant la foule dans une pénombre morbide de laquelle les cris haineux des hommes, ceux hystériques des femmes, ainsi que les flashs des journalistes semblent eux aussi vouloir cogner sur les combattants. L'histoire est chapitrée en neuf parties, chacune précédée de quelques phrases introductives du scénariste, à ce moment on a l'impression de lire un roman et à la page suivante Incardona nous pousse dans l'univers de Gravé, le résultat est surprenant. Comme d'habitude le ton es juste, les mots sont choisis, il n'y a pas de superflu. Le récit est assez introspectif, nous faisant part de chaque pensée des personnages et alterne avec les dialogues des journalistes, les retransmissions radio, l'arbitrage, le public… Pendant que ces deux hommes mènent leur combat, un autre se déroule au même instant… la guerre, quand l'un ne vous prend pas la vie, l'autre peut tout aussi bien le faire… S'il ne devait y avoir qu'une bd sur la boxe, ce serait assurément celle-ci.

04/02/2009 (modifier)