La Malédiction de Bellary

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

L'écrivain Jacques Mazeau adapte son fameux best-seller en bande dessinée accompagné de Guillaume Martinez, jeune dessinateur talentueux. L'histoire d'une malédiction à travers 3 époques...


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII 1789 - 1799 : La Révolution Française 987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens A travers les âges Adaptations de romans en BD Bourgogne Vécu

Au début du XIIIème siècle, naît Louis, fruit des amours coupables de Guy de Montperrou et de Mahaut, la femme d'Hervé IV de Donziais. Comme si Dieu avait voulu les punir, l'enfant vient au monde difforme. Il est rejeté, écarté, damné. Mais Louis, en grandissant, jette une malédiction sur Mahaut, sa mère infidèle, Hervé, son injuste père, et Guy, le tentateur... Une malédiction terrible... sans rémission possible... qui va poursuivre les descendants de cette famille à travers les siècles, du Moyen Âge à nos jours... L'écrivain Jacques Mazeau adapte son fameux best-seller en bande dessinée accompagné de Guillaume Martinez, jeune dessinateur talentueux. L'histoire d'une malédiction à travers 3 époques...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2002
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série La Malédiction de Bellary
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

17/01/2009 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Mouais, bof, bof, bof. Je n’ai vraiment pas été enthousiasmé par ma lecture de ce triptyque, qui peine souvent à dynamiser une intrigue, déjà peu originale au départ. Le dessin est correct, voire plus, mais sans âme, et avec des visages un peu trop figés à mon goût. Il n’y a pas qu’eux d’ailleurs, puisque j’ai trouvé l’histoire très poussive. D’abord parce que les dialogues (ponctués de termes « anciens » pour rendre le tout crédible) sont un peu lourds, et que des commentaires en voix off, hors phylactères, sont eux aussi loin de fluidifier la lecture : souvent inutiles ou lourds. L’histoire en elle-même, qui relate une sorte de vengeance, d’un enfant « mal né » et difforme, mais qui est devenu immortel, puisqu’agissant au XIIIe, au XVIe puis au XVIIIe siècle, n’est pas d’un grand intérêt. Peu ou pas de surprise, de rebondissements, peu d’artifices pour relancer la machine, et l’on se dit qu’il était temps que cela finisse à la fin du troisième tome. Tout ça pour ça, serait-on tenté de dire en plus, étant donnée la fin très décevante et quelconque. Comme Mac Arthur avant moi, j’ai été désagréablement surpris par l’improbable métamorphose du personnage principal – car récurrent, tout d’abord défiguré, mais finalement ayant retrouvé un visage plus avenant. C’est bien le seul rebondissement de la série, et rien ne l’explique (si ce n’est une erreur des auteurs ?). C’est d’autant plus incroyable, que toute l’histoire, la vengeance, la malédiction lancée contre sa mère par ce personnage défiguré sont au cœur de l’intrigue : c’est justement parce qu’il est né défiguré qu’il a été rejeté par ses parents ! Se débarrasser ainsi de cette « particularité » montre que les auteurs semblaient vouloir en finir à tout prix et rapidement. Ce en quoi je les rejoins !

03/04/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Pas terrible du tout, cette malédiction … Tout d’abord, le concept même de la vengeance à travers les âges a déjà été si souvent employé qu’il aurait fallu à la série d’autres atouts pour parvenir à me convaincre. Malheureusement, hormis son basique scénario, elle n’a pas grand-chose à offrir. L’évocation historique est très secondaire, et le style graphique de Guillaume Martinez, s’il n’est pas mauvais, est trop passe-partout pour justifier à lui seul la lecture de cette saga. Reste donc cette intrigue sur base de rancune immortelle, qui n’offre rien de réellement original et qui n’a pas le temps de se développer sur seulement trois tomes. En effet, le premier tome nous présente les différents protagonistes et les raisons de la malédiction et du châtiment des personnages principaux, le deuxième nous présente le concept de la série (l’histoire nous ressert les plats et un des protagonistes essaie de convaincre un autre d’adopter un comportement plus juste afin d’éviter cette répétition du châtiment, en pure perte, bien entendu), le troisième met un terme à cette malédiction non grâce à un subtil arrangement scénaristique mais bien parce que la personne responsable de cette malédiction s’est lassé de sa vengeance … Je ne peux pas dire que j’aie détesté. L’histoire se laisse lire, la narration est bonne et le dessin est d’une très honnête qualité, mais les auteurs n’ont vraiment pas grand-chose à nous raconter. Dernier détail. Un des protagonistes, d’importance, apparait défiguré dans les deux premiers tomes (c’est d’ailleurs le thème central de cette malédiction) … et offre un visage bien plus avenant dans le troisième volet sans qu’aucune raison ne soit donnée à cette miraculeuse métamorphose. Allez comprendre …

09/02/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Je suis heureux de poster une belle série de la collection Vécu que je viens de découvrir et qui est franchement bien. C'est dommage qu'une telle oeuvre soit passée totalement inaperçue d'autant qu'elle n'est pas très ancienne. Le sujet principal concerne une malédiction terrible, sans rémission possible, qui va poursuivre les descendants d'une famille du XIIIème siècle à la Révolution Française tout en passant par le XVIème siècle et ses guerres de religion. A l'origine, les auteurs voulaient aller jusqu'à nos jours. Ils ont préféré terminer la saga avec le troisième volet en lui donnant une tournure pour le moins inattendue qui relève le niveau général de la série après un excellent premier tome. Cette malédiction se retourne également contre son auteur par une cruelle immortalité l'obligeant à revivre les mêmes évènements. Le pardon a ses vertus. Néanmoins, il y a toujours un prix à payer. La malédiction de Bellary est surtout une véritable tragédie. Deux hommes se battent pour le coeur d'une femme. Jusque là, nous avons droit au classique trio infernal. Cependant, ce récit va nous livrer d'innombrables surprises tout en distillant des nuances intelligentes. On pourra également féliciter le jeune dessinateur qui a réussi parfaitement à donner un trait graphique fin et élégant dont la grâce ne peut que séduire. Que dire également d'un découpage efficace introduisant un véritable rythme dynamique ! Cette trilogie sur fond historique que je vous conseille chaudement n'a certainement pas rencontré le succès espéré du fait d'une quasi-absence de promotion, noyée dans la masse des productions actuelles. Elle n'en demeure pas moins une excellente série qui fera passer un bon moment de lecture. Croyez-moi : cela vaut le détour ! :)

17/01/2009 (modifier)