L'Institution

Note: 3.89/5
(3.89/5 pour 9 avis)

Binet: Sa vie, son oeuvre, racontées et dessinées par lui-même.


Autobiographie Ecole Fluide Glacial, le best-of Futurs immanquables Magazine Fluide Glacial One-shots, le best-of

Entré à six ans dans une institution religieuse, l'auteur y a passé neuf années, comme il l'écrit "… les plus importantes de ma vie. Ce sont elles qui m'ont façonné...". Et c'est une galerie de portraits cruels ou attendrissants : le petit Tanié et son oeil de verre, l'abbé Breuil, la soeur Marie-Louise qui sent très mauvais, les profs... "Tout ça est très con" dit à un moment le petit BINET. Une maîtrise parfaite dans le récit autobiographique (et néanmoins humoristique) en bande dessinée.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1981
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Institution
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

13/04/2002 | Hô-Behnit
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Un bon album de Binet dont le ton est vraiment glauque. C'est une autobiographie où Binet parle de son enfance dans un pensionnat catholique. On retrouve de l'humour noir et de la critique sociale comme c'est souvent le cas avec cet auteur, mais le fait que les situations soient arrivées dans la réalité donne un coté triste à l'album et même effrayant vu qu'il se passe des choses horribles dans ce pensionnat ! Et ce n'est pas juste les adultes qui abusent de leurs pouvoirs, les enfants peuvent être terribles aussi et ils vont même jusqu'à martyriser un prof ! C'est donc un album qui m'a fait rigoler, mais d'un rire jaune car au final ce qui se passe dans cet institution est triste et déplorable. Je suis bien content de n'avoir jamais mis mes pieds dans ce genre d'endroit.

02/10/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

On retrouve dans cet album un peu de la satire sociale habituelle des séries de Binet. Mais, contrairement à ce que j’attendais, ce n’est pas une critique au vitriol de l’Eglise et de ses « institutions ». C’est en fait que Binet s’est inspiré de sa propre histoire, et n’a pas cherché à charger la barque. Son expérience seule a suffi à nourrir cet album. Et il est franchement réussi ! C’est souvent drôle, on rit des « histoires », mais aussi du regard un peu ironique que Binet porte dessus. C’est drôle, mais aussi triste et poignant. En cela la fin, où Binet se retrouve seul alors que son père a oublié de venir voir le spectacle de fin d’année et de venir le chercher est dure, et signe le rejet de cette « éducation », que son père avait choisi pour lui, et que l’Eglise et certains de ses thuriféraires continuaient à proposer sans tenir compte de l’époque, qui n’était plus celle où cette vision du monde avait cours. Heureusement pour moi je n’ai pas eu à subir cet enfermement. Mais Binet a su avec cet album faire une critique de ce qu’il a subi sans tomber dans le pathos. C’est touchant, même si c’est aussi accablant. Un album triste et drôle donc, qui dessine la personnalité de Binet (et qui nous livre sans fard quelques moments forts de son enfance) et complète parfaitement l’autre pan de son œuvre, qui utilise des ficelles plus grosses pour critiquer les travers de notre société (voir Les Bidochon par exemple). A découvrir !

02/06/2015 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Il n'y a pas à dire, Binet sait manier l'humour. Au départ, en ouvrant le volume, je m'attendais plus à une critique acide et mordante de la religion et des institutions religieuses. J'en ai été pour mes frais. Car Binet verse vraiment dans l'auto-biographie et va nous livrer ses années jeunes avec tout le mordant dont il est possible. C'est drôle et ça se renouvelle sans cesse. J'ai ri du début à la fin. Le dessin n'est franchement pas beau, mais ce n'est vraiment pas ce qu'on attend de Binet. Il est clair et parfaitement compréhensible, ajouté à des gueules pas possibles et des cases qui sont parfois tordantes. C'est amplement suffisant. Et surtout, j'ai trouvé l'ensemble critique mais de manière bien plus fine. Tout comme dans Les Bidochon, Binet sait viser juste avec ses critiques sans pour autant qu'on la sente passer. C'est très fin et j'ai adoré. Ce n'était certainement pas une partie de plaisir que ces années, mais il en donnerait presque l'impression. Et les dernières cases sont carrément touchantes, ce que je n'aurais jamais soupçonné chez Binet. En clair, Binet frappe fort et juste sur toute la ligne. Une BD vraiment drôle, que j'ai adorée. Je la relirai avec plaisir, et je crois que je vais la prêter plus d'une fois.

06/01/2013 (modifier)

Une oeuvre touchante et très réaliste (et pour cause, puisqu'il s'agit de sa propre enfance), de Binet. J'ai pris plaisir à lire cet album, qui évoque des faits drôles, mais aussi des moments durs de la vie d'un petit garçon dans un pensionnat catholique. J'apprécie beaucoup ces récits qui constituent un véritable fragment d'histoire. On découvre ce que c'était que ce genre "d'institution" : les levers à l'aube, la toilette à l'eau froide, les cartables en cuir, plumiers, les cours rythmés par les prières, et les maîtres pas toujours très... chrétiens... Binet se livre dans cet album pour notre plus grand plaisir. (85)

16/11/2011 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pierig

Voici un album qui dévoile une face cachée d’un auteur qui m’est assez méconnu finalement ! Jusqu'à présent, je n’ai jamais vraiment accroché aux albums de Binet, principalement à cause de son humour qui m’indiffère ("les Bidochon" ou encore "Propos irresponsables"). "L’institution" se démarque des autres productions de l’auteur par son côté autobiographique. Il a choisi de raconter, sous forme d’épisodes, son enfance passée dans une institution religieuse. Le vécu de Binet transparaît bien dans les cases qu’il dessine et c’est sans doute ce qui rend cet album si touchant. Les pointes d’humour qui parsèment les planches donnent un côté un peu plus léger, voire ironique, à la vie en institution qui n’est clairement pas des plus enviables (supporter les railleries de ses petits camarades et se soumettre à l’autorité des religieux). Quant au dessin, il est caractéristique de l’auteur, inutile donc de le décrire. Juste préciser que je le trouve plein de sensibilité et qu’il convient plutôt bien au récit. Une belle découverte !

23/02/2005 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Un album qui m'a un peu surpris en première lecture : je m'attendais à tomber sur une BD d'humour dans la lignée de Monsieur le ministre et autres Propos Irresponsables. Et au lieu de ça, j'ai découvert une histoire autobiographique ou presque, noire, sérieuse, emplie pourtant d'humour noir et surtout très proche d'une critique acide de l'hypocrisie et de la sordide médiocrité des institutions religieuses telles que celles où Binet s'est retrouvé "enfermé". Les adultes y sont moches, méchants, pervers et égoïstes. Les gosses eux-mêmes sont des loups entre eux. Et tout concourt à représenter cette institution comme un monde affreux dont on ne peut que rêver de s'échapper. Ce côté sordide m'a fortement marqué, à tel point que je l'ai trouvé légèrement dérangeant. Pourtant d'un autre côté, l'humour de Binet est très présent. Tout est traité sur un ton caustique, montrant avec un humour noir les situations absurdes et brutales de vérité qu'il aurait vécu à l'époque. Mais personnellement, c'est le côté sordide qui a été le plus fort pour moi : je n'ai pas vraiment ri, ni en définitive apprécié la BD comme un agréable moment de lecture plein d'humour. Ce que j'en ai surtout retenu, c'est que SURTOUT PAS je n'enverrais mes enfants dans une institution de ce genre. Une Bd intéressante, forte, noire, emplie de la vérité et de l'humour de Binet mais qui ne m'a pas personnellement charmé.

09/06/2004 (modifier)
Par boris
Note: 4/5

L'album à l'humour le plus noir de Binet. Le dessin minimaliste sert bien ce recit "autobiographique" montrant le jeune Binet confronté à la rigidité et la dureté de l'institution, sorte de pensionat religieux lugubre. Je suis un inconditionnel des Bidochon et de l'humour de Binet, donc je ne suis pas vraiment objectif, mais je trouve cette BD très drole sous la couche de noirceur qui l'enveloppe. A lire, même si vous n'êtes pas à proprement parler un amateur du trait assez special de l'auteur.

15/09/2003 (modifier)
Par JuLien
Note: 4/5

Une partie de l'enfance de Binet, jeune potache dans une école privée Catholique, il démonte le signe obstentatoire avec humour, s'émeut d'une grande liberté, et aussi peut émouvoir dans son texte sur certain passage, une sorte de comédie-dramatique par rapport aux évènements qui l'entoure à l'époque. Des personnages attachants et drôles, des gags subtils de potache,cet album est très bien ficelé, n'a pas besoin de suite. Bravo à Binet pour cette oeuvre (plus ou moins connue)biographique ! Inoubliable ! à consommer sans modération !

14/04/2002 (modifier)

Certes, ce n'est pas son album le plus connu; mais c'est, pour moi l' un des plus drôle sans aucun doute.L' univers enfantin qu'il décrit est des plus fascinant. Binet jette un regard nostalgique sur sa jeunesse et règle ses comptes avec ses années de pensionnat (dixit l'auteur). Il nous offre avec cette oeuvre autobiographique son habituel graphisme qui il est vrai ne plaira pas à tout le monde ( moi j'aime et c'est tant mieux ).Voilà, je conseille fortement cette bd même aux personnes réfractaires à binet.

13/04/2002 (modifier)