Le Jardin des glaces

Note: 3.44/5
(3.44/5 pour 9 avis)

Sous les frondaisons de son jardin modèle, un vieil homme cultive l'art de vivre au rythme des saisons. Avec sa barbe argentée, son chapeau de paille et ses mains calleuses, il a tout du misanthrope rural. Un homme sans histoires. Mais l'intrusion d'une jeune étudiante trop curieuse ravive le passé récent du jardinier.


Aire Libre Environnement et écologie Froid. Neige. Glace L'Arctique et le Pôle nord Servais Wallonie

Sous les frondaisons de son jardin modèle, un vieil homme cultive l'art de vivre au rythme des saisons. Avec sa barbe argentée, son chapeau de paille et ses mains calleuses, il a tout du misanthrope rural. Un homme sans histoires. Mais l'intrusion d'une jeune étudiante trop curieuse ravive le passé récent du jardinier. Car le bonhomme n'est pas banal. Il s'agit du fameux Arnold Francart, ce grand explorateur dont les expéditions sur la banquise ont fait la une des médias. Mais pourquoi Francart a-t-il abandonné soudainement sa prestigieuse carrière scientifique ? Cette décision est-elle liée à la disparition tragique de son assistant dans le Grand Nord canadien ? Ce sont les réponses à ces questions que la jeune Barbara est venue chercher à l'ombre des arbres en fleurs...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Novembre 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Jardin des glaces
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

07/11/2008 | Ro
Modifier


Par Puma
Note: 4/5

Oh que voilà un album assez inattendu de l'auteur. Bien dans la veine du temps sur le climat ... Un précurseur ! Un beau moment de lecture avec un côté anachronique propre à Servais, tout en étant parfaitement dans son temps. Un album comme un OVNI dans ce qu'il crée habituellement ; on aime ou on n'aime pas, mais je crois que cela reste une lecture intéressante en questionnement, et je trouvais l'ensemble original fait par un auteur bien inspiré !

14/02/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je ne comprends pas trop l'enthousiasme des autres posteurs. Je me suis ennuyé en lisant cet album. Non seulement le scénario ne m'a pas passionné, mais en plus je suis déçu par le dessin de Servais. Je n'aime pas les couleurs qui semblent avoir été faites par ordinateur et qui ne vont pas avec le dessin de Servais. J'ai trouvé l'histoire prévisible et notamment dans les émotions des personnages. Les passages informatifs sur l'avenir de la planète et les problèmes écologiques sont mieux, mais j'aurais préféré lire un documentaire sur le sujet qu'une histoire de fiction comprenant quelques passages éducatifs.

23/08/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Servais fait partie de ces auteurs que j'aime bien. Chacune de ces bd est un vibrant hommage à la nature avec une régularité exemplaire. Cette fois-ci, il y a clairement un message écologique du fait du réchauffement climatique à l'origine de bien des catastrophes sur la planète. Jusqu'ici, l'auteur avait pris soin de ne pas prendre de position aussi tranchée même si cela semblait s'imposer. Le véritable don de l'auteur est de raconter des histoires en mêlant intimement deux aspects : la nature avec en l'espèce les explorations polaires et la nature humaine (qui se cache derrière ce vieil homme à la barbe argentée et qui cultive l'art de son jardin ?). On va vite être captivé par le récit dès l'intrusion d'une jeune étudiante qui fait un mémoire sur un vieil explorateur aujourd'hui malade et qui se réfugie dans son jardin comme un secret qu'il garde enfoui en lui. Encore une fois, le final sera à la hauteur de ce qu'on attendait. Et puis, le dessin est toujours aussi sublime avec une belle mise en couleur qui met en valeur aussi bien le jardin campagnard que les paysages polaires. On apprécie le vol des papillons comme jamais. On entend le bourdonnement des abeilles. On est totalement immergé. Un plaisir absolu !

06/03/2011 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Un bel album de servais, mais peut-être pas son meilleur. J'ai bien aimé le point de vue adopté, l'histoire de ce pionnier du Pôle qui vit avec un secret déchirant, et qui décide de s'en ouvrir à une jeune inconnue qui a su toucher son coeur, alors que sa propre femme ne peut pas -et pour cause- soulager sa conscience... C'est bien amené, et bien conclu. Servais est plus à l'aise dans les ambiances bucoliques que sur la banquise, même si on voit qu'il a fait des recherches et des efforts en matière de mise en scène. Graphiquement il y a de très belles pages, mais d'autres nettement moins. Cet album ne constitue pas pour moi le sommet de l'art de Servais, mais une honnête respiration.

13/01/2010 (modifier)
Par herve
Note: 4/5
L'avatar du posteur herve

Un très bel album de Servais, album qui tranche un peu avec ses précédentes productions, aussi bien sur le plan du cadre (même si l'aspect champêtre est toujours présent), que sur le plan du scénario. Servais ne peut se passer de l'atmosphère bucolique des campagnes dans ses albums mais ici cette campagne se réduit à un jardin, d'ailleurs magnifiquement mis en image. C'est juste un peu dommage que l’on n’ait pas eu plus de planches consacrées au Grand Nord... Même si le final est prévisible, j'ai aimé voir comment Servais abordait le déchirement d'Arnold, grand explorateur devant l'éternel et réduit à cultiver son jardin. Album assez bavard, avec des récitatifs (la tenue du journal) nombreux mais qui, dans la longue bibliographie de Servais, sort assurément du lot.

25/10/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Alain Hubert est une célébrité en Belgique. Inquiet de l’évolution de notre planète, très concerné par les modifications climatologiques, il est un habitué des pôles et dirige la nouvelle mission belge en Antarctique (une mission cent pour cent écologique à l’empreinte environnementale réduite à 0). Cet aventurier des temps moderne a inspiré à Jean-Claude Servais ce "jardin des glaces". Mais on est loin d’une biographie. Cet album est une pure fiction, bien dans l’esprit de ce grand amoureux de la nature qu’est Jean-Claude Servais. J’ai adoré toutes les planches qui concernent le jardin bio du personnage central. Cette chronique est simple, vivante et merveilleusement illustrée. Intéressé par ce domaine, j’ai été heureux de retrouver plusieurs grands principes de cette conception de la culture jardinière. Ce (très grand) jardin est celui de mes rêves, et je remercie l’auteur de m’y avoir promené une saison durant. Mais cet album ne se résume pas à une chronique jardinière. Il propose aussi, et surtout, un portrait d’un vieil homme rongé par la maladie et par le pénible souvenir d’un drame survenu lors d’une tentative de traversée du Pôle. Si Servais structure intelligemment son récit, et distille les révélations avec finesse, son académisme rend ce récit peu surprenant et très moralisateur. D’un point de vue graphique, comme je l’ai dit, les planches illustrant le jardin sont, à mes yeux, tout simplement admirables (dans le sens où je peux les admirer des heures durant). A contrario, je trouve les planches illustrant la traversée du Pôle peu agréables à l’œil. Servais conserve tout son académisme et sa précision, mais je trouve que cet univers ne se prête pas à son dessin, si riche de multiples détails, si plein de vie. De plus, se déroulant en partie dans la pénombre, ce passage du récit ne bénéficie pas de la chaleur des couleurs du jardin. Il y a certainement une volonté de la part de l’auteur de créer ce décalage entre la luxuriance du jardin et la froide aridité du désert de glaces, et il y parvient parfaitement, mais cet univers désolant n’est pas ce que je préfère, et je lis avant tout les albums de Servais pour son dessin. En résumé : un bon album, trop prévisible à mon goût, mais qui propose certaines planches tout simplement magnifiques. PS : personnellement, je trouve la couverture hideuse, avec ce personnage au regard torve et diabolique, qui ne cadre absolument pas avec l’esprit de l’album.

07/08/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

A bien y regarder, ce n’est pas autour d’un –ou de plusieurs- personnage(s) que cette histoire est construite. « L’héroïne » -si l’on peut dire- c’est la nature ; laquelle se présente comme un véritable fil conducteur que l’on suit, au rythme des saisons d’un jardin près de Neufchâteau. En réalité, Servais a rencontré l’explorateur Alain Hubert ; ce qui l’a inspiré pour cet album. J’ai ainsi suivi les petits travaux quotidiens d’un jardinier, un ancien explorateur polaire, qui a mis fin à ce qui était sa passion suite à une raison énigmatique. Et cette raison, on la découvre petit à petit, au fil des pages que l’on se plaît à lire, à regarder surtout car le graphisme haut la main de Servais fait, une fois de plus, un formidable clin d’œil de connivence dessinateur/lecteur. J’ai par moments laissé vagabonder mon imaginaire, marchant dans les pas du jardinier, me promenant avec lui, refaisant des gestes simples… J’ai quitté ce premier tome avec un mot en tête : authentique. Et j’attends la fin du diptyque pour connaître cette quête de rédemption de cet homme…

29/04/2009 (modifier)
Par pewi
Note: 4/5

Servais explique bien ce qui l'a poussé à construire l'histoire telle qu'elle est. Cela me donne des éléments d'analyse pour savoir pourquoi je n'ai pas aimé quelques éléments du scénario. Je trouve l'histoire vraiment bien structurée autour du personnage principal et de la problématique du saccage aveugle de la planète par l'homme, avec des recettes qui ont fait leurs preuves en BD : entremêlement présent/passé ou encore la perturbation d'un personnage tiers. Par contre le traitement des sentiments amoureux m'ont parus très maladroit, trop en surimpression. Je préfère la subtilité et la finesse pour développer ce thème. Le gros point positif c'est le dessin qui non seulement souligne parfaitement l'histoire mais aussi offre une très jolie vitrine pour les amoureux de la nature. J'ai rarement vu un tel soin dans le coloriage. C'est pour ça que je conseille l'achat de cette BD.

21/02/2009 (MAJ le 21/02/2009) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ce roman graphique nous conte les occupations simples d'un vieux jardinier, expert en son domaine, qui tient le journal de ses travaux en plein air au fil des saisons. Mais ce vieil homme a aussi un passé, celui d'un célèbre explorateur de l'Arctique, un homme qui a traversé plusieurs fois en solitaire les contrées blanches et glacées. Sauf que lors de son dernier voyage, il n'était pas seul, et son compagnon n'en est pas revenu, ce qui l'a définitivement traumatisé. Cette BD est un peu spécifique car elle nous présente deux thématiques très éloignées mais que l'auteur va rapidement relier l'une à l'autre. D'une part, on a le journal intime d'un jardinier, presque un manuel de jardinage avec tous les actes que cela implique au fil des saisons pour entretenir ses plantes et les petites bêtes qui les peuplent. Des dialogues précis et le dessin réaliste et très soigné de Servais accentuent le côté quasi documentaire de certains passages, ce qui est un peu déstabilisant dans une telle bande dessinée. D'un autre côté, Servais met en scène le Grand Nord, les terres glacées et hostiles. Il présente le courage et la passion d'un explorateur qui n'hésite pas à les traverser seul, par ses propres moyens (moyens qui sont là aussi parfois décrits avec un soin étrangement proche du documentaire). Mais les glaces polaires sont présentées essentiellement sous leur aspect écologique, comme un monde beau et à part qu'il faut absolument préserver pour l'avenir de la Terre sans quoi le climat sera définitivement déréglé. C'est là le premier point par lequel les deux thématiques se rejoignent puisque l'explorateur, devenu jardinier, observe depuis son jardin des Ardennes Belges les changements climatiques que les hommes sont en train de causer. Le second point par lequel ces deux mondes se rejoignent, c'est par l'arrivée dans le jardin du vieil homme d'une jeune étudiante désireuse d'en apprendre plus sur le dernier périple de l'explorateur et surtout sur ce qui est arrivé à son camarade dramatiquement disparu. On reconnait dès le départ le décor de nature cher à Servais. Son dessin est ici très soigné et on sent qu'il a vraiment mis du coeur à l'ouvrage. Il est en outre appréciable de le voir un peu quitter ses propres sentiers battus pour aborder des paysages exotiques de glace et de terres arctiques. L'intrigue est intéressante et relativement bien menée. Je dois dire ceci dit que l'aspect documentaire d'une grande partie des passages m'a un peu déconcerté. C'est certes instructif mais cela gâche le rendu émotionnel du roman graphique. Cela reste une bonne lecture qui ravira les amateurs de Servais qui se sentiront bien dans leur élément. Elle apporte en outre un véritable témoignage écologique en parallèle d'une petite enquête sur le mystérieux passé d'un explorateur de l'extrême.

07/11/2008 (modifier)