La Conquête de Mars

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

La version de Grégory Jarry et d'Otto T de la conquête spatiale...


Bichromie Format à l’italienne Les Uchronies Mars Science-Fiction (pour de rire)

En 1945, alors que Berlin est en passe de tomber aux mains de l’Armée Rouge, le célèbre savant nazi Wernher Von Braun, l’inventeur des fusées V2, achève dans le plus grand secret un programme spatial afin d’envoyer les dirigeants du IIIe Reich sur Mars. Le 21 juillet 1969, pour la première fois dans l’histoire de l’Humanité, Neil Armstrong pose le pied sur le sol lunaire : « C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour... » Il interrompt sa phrase, médusé. Devant lui, sur fond de clair de Terre saisissant de beauté, flotte le drapeau nazi... La conquête de Mars est une fresque d’anticipation qui brasse le temps, l’espace et les hommes, écrite et dessinée par les auteurs de « Petite histoire des colonies françaises » et de « Petite Histoire du Grand Texas ».

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Juin 2008
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série La Conquête de Mars
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

09/08/2008 | iannick
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je suis un grand fan de ce duo d’auteurs, que j’avais découverts avec le premier tome de leur Petite histoire des colonies françaises, et bien d’autres albums sont venus depuis confirmer tout leur talent. Ceux qui découvrent ici le dessin d’Otto T le trouveront minimaliste, et ils auront raison. Mais il l’est beaucoup moins que dans les autres séries : ici, pas de bonhommes filiformes. Simple donc, très souvent en plus ou moins léger décalage avec le texte de Grégory Jarry, ajoutant une touche comique – avec des personnages fébriles, énervés – à l’histoire un rien parodique. Le premier album mêle les faits historiques, sorte de biopic ironique de Speer ou de von Braun, et puis, petit à petit, s’instille l’uchronie, voire le n’importe quoi. Et si Hitler n’était pas mort, et s’il avait réussi à fuir dans l’espace, utilisant les inventions de von Braun ? C’est amusant – que ce soient la critique des faits et personnages historiques, ou celle de certaines théories du complot (les Américains ont-ils réellement mis les pieds sur la Lune ?). Le deuxième album, tout en utilisant encore quelques flash-back, est peut-être moins drôle, mais il est plus caustique, se moquant sans en avoir trop l’air des travers de notre société, des jeux télévisés à l’importance des médias. Quant à la Germania nazie, développée sur Mars, la tournure des événements est assez savoureuse et un peu éloignée des idées nazies qui l’avaient pourtant inspirée. Au passage, les auteurs nous donnent une piste pour savoir où se trouve le « docteur » Mengele, boucher d’Auschwitz ayant échappé à la justice après la Seconde guerre mondiale. Au final, c’est un diptyque intéressant, original, qu’il ne faut vraiment pas hésiter à redécouvrir. Pour ensuite aller vers d’autres œuvres du même duo chez le même éditeur, leurs différentes « petites histoires », des colonies françaises ou du Texas étant franchement excellentes !

25/05/2016 (modifier)
Par Superjé
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

J'avais bien aimé Petite histoire du grand Texas, et avant de le relire, j'ai décidé de lire les autres œuvres de Grégory von Jarry et de Otto T. Autant le dire tout de suite, on reste dans le même esprit, dans la même ambiance et dans le même type d'humour. Tout d'abord, les albums se présentent sous la même forme : format à l'italienne, couvertures souples mais les livres sont épais. A l'intérieur, ça se présente comme dans Petite histoire des colonies françaises et Petite histoire du grand Texas, c'est à dire qu'il y a le texte en haut, souvent assez court, et en bas, une suite de dessin (souvent en bichromie, pour aller avec le graphisme simple), pour l'illustrer. Par contre, même si le dessin est quand même très simpliste (sans fioriture ni détail), il est quand même plus "évolué" et détaillé que dans Petite histoire du grand Texas. Bon c'est sûr que c'est pas une BD de Sergio Toppi, mais ça reste une bonne évolution, de plus le style en rondeur et humoristique me plaît et est très lisible. Le scénario est vraiment très intelligemment écrit. Depuis le tome 1 (tome qui ne révélait pas vraiment la force de cette série), chaque chapitre raconte l'histoire de plusieurs personnages (présidents des U.S.A., notables et scientifiques nazis ou candidats à des jeux télévisés) dont les histoires se coupent et s'entremêlent sur une centaine d'années pour former une frise d'anticipation magistrale dont on ne comprendra les tenants et aboutissants que lors du dernier chapitre (du grand art). On a droit à une histoire dense, très drôle (j'ai régulièrement pouffé) et fantaisiste. Mais si vous n'avez pas trop apprécié le tome 1, je vous conseille de lire quand même le dernier tome car il donne toute sa force à l'introduction peut-être plus anecdotique. Seule une représentation "sympathique" d'Hitler et de nazis m'a dérouté, mais finalement, c'est bien dans le ton de la série. Cette BD se classe dans les meilleures BDs d'humour que j'ai pu lire (et j'en ai lues).

18/06/2011 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Vous connaissez Petite histoire du grand Texas ? C’est un one-shot satirique assez décapant dans le monde de la bd... Et bien, les auteurs remettent ça avec « La conquête de Mars » ! Cette fois-ci, Grégory Jarry et Otto T présentent une série prévue en deux tomes (à confirmer...) ayant pour cadre l’exploration spatiale revisitée par nos deux compères à leur façon... En gros, dès le début de l’histoire, le lecteur suit les péripéties de Wernher Von Braun. Ce personnage est l’ingénieur nazi créateur du V2 qui sera capturé par les américains et qui participa grandement au succès des américains pour la conquête spatiale en travaillant à la NASA. Rien de bien original me diriez-vous pour cette histoire sauf que les auteurs vont raconter ça d’une manière extrêmement satirique en représentant Wernher Von Braun comme un romantique qui ne rêve que d’envoyer sa bien-aimée dans l’espace... Par la suite, Grégory Jarry et Otto T vont présenter d’autres protagonistes plus ou moins recommandables qui ont marqué l’histoire du XXème siècle... L’humour employé par cette bd est assez déconcertant : c’est cynique, décalé et ironique… bref, la série aborde un comique à prendre au second degré qui ne fera pas marrer tout le monde mais qui fera sûrement sourire à la plupart d’entre nous. Comme Petite histoire du grand Texas, "La conquête de Mars" se présente avec un commentaire omniprésent au-dessus de dessins sans dialogue... c’est ce qui fait l’originalité de cette bd, c’est aussi ce qui rebutera certainement de nombreux lecteurs... Les dessins sont minimalistes, ils vont à l’essentiel et suffisent amplement pour ce genre de bd. Seule, la mise en couleurs en bichromie en utilisant le noir et rouge m’a un peu dérangé au début comme s’il fallait s’habituer à ce type de graphisme pour « entrer » dans l’album. Petite remarque en passant : le V3 a réellement existé, il s’apparentait à un gros obus d’environ un mètre de long installé sur une rampe de lancement inclinée, il était propulsé par des charges explosives implantés à intervalles réguliers de chaque côté de la rampe. Une de ses bases souterraines a été construite à Mimoyecques à proximité de Boulogne-sur-mer et de Marquise dans le Pas-de-Calais. Cette base V3 n’a jamais été vraiment opérationnelle car les Alliés l’ont détruite en la bombardant dès que son existence fut révélée par leur service d’espionnage. On est donc bien loin de la version de la fusée V3 présentée par Grégory Jarry et Otto T !... « La conquête de Mars » s’inscrit dans la continuité de Petite histoire du grand Texas, les lecteurs y retrouveront le même ton humoristique employé, la même narration, le même dessin... et pourtant, j’ai apprécié leur premier tome de cette nouvelle série. J’y aimé le ton décalé, complètement ironique et cynique de leur version de l’aventure spatiale. A découvrir...

09/08/2008 (MAJ le 20/08/2008) (modifier)