Lovely Complex

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Manga de type Shojo traitant avec légereté, humour, bonne humeur et simplicité de l'acceptation de soi. 2ème place, derrière Death Note, meilleure nouveauté manga de l'année 2007 en France (magazine Animeland).


Akata / Delcourt Shojo Shueisha

Risa Koizumi est une fille au cœur tendre, énergique et impulsive. Elle mesure 1m 72 ce qu’elle trouve vraiment trop grand par rapport aux autres filles de l’école (surtout au japon). Au contraire, Atsushi Ootani, garçon populaire du lycée (il joue dans le club de basket), est mignon mais… ne mesure que 1m 56. Tout deux n’arrêtent pas de se chamailler (il la traite de géante, elle le traite de minus…) et ils sont considérés comme le duo comique du lycée (les All Hanshin Kyojin dont un "All Hanshin" est vraiment petit, et un "All Kyojin" est vraiment grand). Tous deux complexés par leur taille, ils manquent de confiance en eux et pensent qu’ils ne pourront jamais trouver l’amour. Ils doivent cependant apprendre à vivre tel qu’ils sont. Durant les vacances d'été, ils décident de s'entraider à vaincre leurs complexes et essayer de séduire les élus de leurs coeurs... Mais à force de rester aux côtés de Atsushi Ootani, Risa se rend vite compte qu'en fait c’est lui qu’elle aime. Ootani met du temps à se rendre compte des sentiments que Risa éprouve pour lui. Il ne comprend pas pourquoi elle deviendrait sa petite amie puisqu’ils ont toujours été deux opposés. De plus, tout le monde considère impossible le fait qu'Ootani puisse sortir avec une fille trop grande pour lui...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Avril 2007
Statut histoire Série terminée 17 tomes parus
Couverture de la série Lovely Complex
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

29/06/2008 | Lilie
Modifier


Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Lovely Complex est un titre pour nous dire que les hommes de petite taille peuvent très bien trouver l’amour avec de grandes perches. Mon meilleur ami s’étranglerait en lisant de pareilles inepties. Dans un monde couleur rose bonbon, on peut imaginer qu’une différence d’âge de 50 ans n’a aucune incidence mais bon, il s’agit de revenir dans la réalité de notre monde. Par ailleurs, quand on situe le cadre dans un milieu de lycéens, cela ne pardonne pas. On observera que graphiquement, on ne voit pas la différence de taille entre les personnages ce qui est un comble. Les dialogues sont totalement insipides. On s’ennuie très vite. Je passe sous silence les japaniaiseries qui ponctuent le récit de manière récurrente. L’amour est complexe. Je n’avais sans doute pas besoin de ce manga pour comprendre cela. En attendant, je me suis mortellement ennuyé. A noter que je me demande comment cette romance a pu faire pleurer bon nombres d’adolescentes en mal d’amour. En même temps, ce titre permet d’aider à lutter contre nos complexes. Il faut dire que le gars, il mesure à peine 1m56 contre 1m70 pour sa partenaire. C’est TROOOP mortel, sérieux ! A noter également que ce titre a donné lieu à un jeu vidéo sur Playstation. J'aurais bien aimé voir quel était le but de ce jeu ?

15/03/2017 (modifier)
Par zébu
Note: 3/5

L'histoire d'une fille qui se trouve trop grande et d'un garçon trop petit ; ensemble ils forment bien malgré eux le duo comique de leur classe à cause de leur taille. Ainsi ils vont se rapprocher et devenir amis afin de s'entraider pour arriver à sortir avec la personne pour laquelle ils éprouvent des sentiments. Mais à force de se fréquenter ne vont ils pas commencer à ressentir une certaine attirance l'un pour l'autre ? Voici une série sentimentale dont les trois quarts se portent uniquement sur les relations conflictuelles des deux personnages principaux ; dur de passer du stade de l'amitié à celui de l'amour surtout quand on s'entend à peu près comme chien et chat et qu'on possède un complexe de taille ce qui procure, au passage, bon nombre de moments comiques. D'ailleurs c'est bien là l'atout principal de cette série, développer des personnages attachants et droles. Ainsi, on attend avec impatience entre rires et coups de blues qu'arrive l'inévitable. Hélas cette série comporte aussi bon nombre de clichés du genre plutot évervants. Des personnages immatures et coincés qui refoulent leurs sentiments (c'est un peu du je t'aime moi non plus) ; un héros bien lourd et pas futé ce qui fait trainer en longueur l'histoire ; des personnages secondaires pas ou très peu exploités et enfin des effets comiques, certes nombreux, mais assez répétitifs. Bref une série sentimentale teintée de comédie assez sympa ; pas la meilleure du genre mais à lire au moins une fois dans sa vie.

01/05/2013 (modifier)
Par Kisa
Note: 5/5

Lovely Complex, ouais, en fait il ne faut pas lire que le premier tome, à partir du deuxième on est emporté, c'est super, plein d'humour, les dessins sont extras, et le manga en lui même est très original !! Plusieurs personnages qui arrivent plus tard comme Seiko, Haruka, ... vont tout chambouler mais tout redevient à la normal en attendant la prochaine surprise !! J'adore !! Par contre il ne faut pas être trop émotif (-ve) sinon on ne lit pas le manga, on pleure… bon par contre émotif (-ve) ou pas on rigole énormément !

29/07/2009 (modifier)
Par Lilie
Note: 3/5

Shojo… histoire d’amour dans un lycée… du réchauffé ! Oui MAIS pas cette fois!!! Ici on n’entre pas dans les gros clichés. Ca ne dégouline pas de scènes romantiques (sinon je pense que je n’aurais pas survécu aux 8 premiers tomes !). Dès qu’une scène un peu trop fleur bleue arrive, elle est désamorcée par l’humour ou l’attitude des personnages. On évite ainsi les niaiseries débiles pour les p’tites filles… Par exemple, on voit le visage de Risa qui se décompose lorsqu’elle se rend compte qu’ Ootani ne comprend absolument pas les messages qu’elle lui envoie pour lui avouer ses sentiments. Ensuite elle explose et l’injurie. Ca finit toujours en bagarre, ce qui ne manque pas de faire rire. Les personnages sont attachants, ils doutent d’eux même et de leurs capacités mais peuvent toujours compter sur leurs amis en cas de problème. Ils nous rappellent nos p’tites amourettes du lycée.

29/06/2008 (modifier)