Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Pico Bogue

Note: 3.47/5
(3.47/5 pour 19 avis)

Pico Bogue est le fils aîné d'une famille tout ce qu'il y a de plus normal, c'est-à-dire unique, extraordinaire et parfois complètement folle !


Les prix lecteurs BDTheque 2008 Les Roux ! Une histoire de famille

Pico Bogue est le fils aîné d'une famille tout ce qu'il y a de plus normal, c'est-à-dire unique, extraordinaire et parfois complètement folle ! Avec sa petite soeur Ana Ana, Pico évolue dans la vie avec autant de certitudes que d'interrogations, ce qui vaut à ses parents et grands-parents des crises de toutes sortes : crises de rire, crises de désespoir, crises d'amour toujours ! .

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Mai 2008
Statut histoire Strips - gags 12 tomes parus
Couverture de la série Pico Bogue

22/05/2008 | Ro
Modifier


Par yatz
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Cette bande dessinée est exceptionnelle, les réflexions de Pico et de Ana Ana sa sœur sont extraordinairement bien trouvées, même si elle ne sont pour la plupart pas réelles (de même que la taille des enfants). Je me suis retrouvé explosé de rire sur 70% des planche des 5 tomes, les gags parfois muets, parfois basés sur des réflexions que seuls des adultes pourraient avoir (et que même les adultes n'ont pas), et parfois très naturels, mais tellement drôles. Le dessin est très agréable et convient tout à fait à cette bande dessinée. Le lien avec Calvin et Hobbes est très vite fait et c'est normal, mis a part l'imaginaire énorme de Calvin, toutes les réflexions qu'il a pourraient aller à Pico même si je trouve que Pico est plus simple, plus mignon que Calvin (tout en étant tout aussi énervant pour ses parents). Voici une BD très agréable, drôle, qui convient tout à fait comme cadeau pour des non-bdphiles. Idéale pour passer un bon moment.

15/08/2012 (modifier)

Découverte dans mon programme TV, cette sympathique série m'a soutiré de nombreux sourires, tant les remarques du gamin, les ptites gaffes de la soeur, et les réactions des parents sont bien trouvées. De prime abord, on peut percevoir Pico comme une tête à claques...mais, finalement, le fait qu'il raisonne souvent comme un adulte ne témoigne-t-il pas du fait que ce sont souvent les grandes personnes qui devraient être blamées ? La graphisme est frais et très agréable, pour moi qui suis un grand fan de colorisation en aquarelle. Ayant connu cette série en format magazine, je l'ai cependant trouvée moins digeste à haute dose en format album, raison pour laquelle je n'en conseille pas forcément l'achat. (136)

22/07/2012 (modifier)

Avis après 5 tomes Les 5 tomes sont très homogènes aussi bien au niveau du contenu que des dessins, il ne me semble pas utile de détailler par tome. D’abord les dessins : ils sont très travaillés et très agréables ! Leurs couleurs claires et contrastées illustrent souvent avec justesse le contenu, les prises de vues sont souvent redondantes avec une porté limitée, mais n’est ce pas le lot de ce genre d’exercice ? les décors sont plutôt généralement bien remplis ce qui est rare pour un strip. Côté scénario maintenant, nous avons ici les réflexions d’un gamin devant la vie telle qu’il la voit. Si la lecture fait immédiatement penser à Calvin et Hobbes, notre Pico parle également comme un adulte, mais il n’est pas seul : sa sœur également. Nous avons donc des discours d’adultes avec un mélange de recul adulte et de question infantiles tout à fait agréable. En fait j’adore sa sœur que je trouve véritablement géniale, lui en revanche m’énerve considérablement. Son nombrilisme n’a rien à voir avec celui de Calvin et semble plutôt être du narcissisme adulte qu’autre chose. Nombre de strips ne me font d’ailleurs pas rire du tout. Dans le tas il y en a pas mal que je trouve pas mal, pas mal que je trouve bof voire que je n’aime pas, quelques uns que je trouve très réussis, bref c’est très inégal. Seuls les passages de sa petite sœur sont des grands moments. Avec les tomes la sœur tombe hélas elle aussi dans l'inégal. Au final je suis donc déçu, dans le nombre il y a des trucs vraiment bien trouvés, le reste pourra faire sourire ou pas avec un dessin tout à fait agréable. Cependant je ne conseille pas l’achat car vraiment je ne crois pas que Pico soit un enfant car son narcissisme ne m’apparait pas du tout innocent, du coup ce sale môme m’énerve plus qu’autre chose quand je lis. Contrairement à Calvin et Hobbes qui pose des contradictions sans pour autant décliner une morale, pico a tendance à jouer sur la culpabilisation de l'adulte assez moralisatrice, ce que je n'apprécie pas du tout. De plus je ne vois pas d'évolution majeure et on commence à constater des répétitions dans les situations. La lecture passe vite et permet néanmoins de passer un moment agréable ce qui vaut le pas mal. Sans sa sœur il aurait valu un bof.

06/05/2009 (MAJ le 23/11/2011) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

J’aime bien cette série. Une sorte d’heureuse rencontre entre « Le Petit Nicolas » et les « Gnan-gnan » de Claire Bretécher. Pico, à l’instar des Titeuf, Petit Spirou et autres Boule (et Bill), c’est un retour en arrière, dans nos très jeunes années, dans cette enfance maintenant dépassée mais ô combien ancrée dans notre mémoire. Pico, et c’est cela qui fait son « démarquage » vit sa petite enfance, oui, mais avec une sensibilité, une répartie, une faconde qui en font une sorte d’adulte avant l’âge. Pico comprend les choses, vite et bien, et se berce dans la réalité d’un monde de « grands » qui –normalement- devrait le dépasser. Un petit côté « Peanuts » qui n’est vraiment pas déplaisant et où les soliloques façon Charlie Brown n’ont pas cours ici donnent ainsi une sorte de « grandeur » à notre petit gars. Qui plus est, Pico, dans sa généralité, bénéficie d’un très bon graphisme. Ce dernier paraît simple, c’est vrai, mais ne l’est pas. D’une toute autre façon, bien sûr, on pourrait –un peu- le comparer à celui de Reiser : quelques traits et, hop, le personnage existe, le décor est planté et tout « vit » sous nos yeux. L’intérêt vient également de la mise en couleurs. Quelques touches colorées attirent l’œil sur l’intérêt de la case dessinée, sur le mouvement intérieur qui s’y passe, sur le décor même minimaliste. Pico ?… un « petit adulte » qui ne l’est pas encore ; sauf par ses pensées, son comportement, son modus vivendi. Sa vie quoi… Adorable par moments… et vraiment bien fait !..

05/07/2011 (modifier)
Par Cecilia
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Ah quel plaisir que de se retrouver tout seul, tordu de rire, après avoir lu une bonne planche ! Ca faisait longtemps qu’une BD ne m’avait fait autant marrer. Les deux personnages, le jeune Pico et sa petite sœur Ana Ana, sont tout simplement poilants. Les remarques et réflexions d’adultes sont piquantes, d’autant plus sortant de la bouche de ces deux gamins. Mais attention, pas d’humour basique ici, uniquement des blagues très délicates et également quelques scènes plus émotionnelles apportant ainsi un très bon rythme à cette BD. Et comme si cela n’était déjà pas amplement suffisant, les dessins légers, à l’aquarelle, sont exquis et renforcent la finesse de ces histoires.

27/11/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Ce gamin là, je préfère nettement le voir dans un album que l’avoir en pension ! Parce que, avec sa volonté indéfectible d’avoir toujours le dernier mot, le personnage peut se révéler des plus pénibles. La série a le mérite de nous changer des habituelles séries d’humour à l’européenne. Ici, et malgré le très beau trait d’Alexis Dormal, c’est par sa narration et par le sens de la répartie de son personnage principal que l’humour nous parvient. Ce style la rapproche d’un Garfield ou d’autres strips américains (je parle bien de style, car il n’y a pas de points communs dans les thèmes abordés ni dans l’état d’esprit des personnages). Ceci dit, lorsque les auteurs s’essayent au gag muet, le résultat est souvent très bon. Le premier tome m’a souvent fait sourire, voire rire. La suite reste de qualité mais n’atteint plus que rarement le niveau souvent atteint à ses débuts. Le trait de Dormal convient merveilleusement à la série. Son style dégage une poésie, une fraicheur et une simplicité qui enrichissent la qualité des gags. Le seul véritable bémol que je trouve à la série, c’est que les réflexions des personnages ne sont pas en adéquation avec leur âge. Ils sont souvent bien trop pertinents et philosophes pour que je croie pleinement en leur réalité. Pas mal du tout, même si la série chute en qualité au fil des tomes et si certaines réflexions me semblent trop adultes pour sortir de la bouche d’un enfant.

10/11/2010 (modifier)
Par Belhou
Note: 4/5

Cette série est vraiment drôle! On y suit le quotidien de deux enfants, Pico Bogue, et sa soeur Ana Ana. Chaque situation du quotidien impose une réflexion. Il faut dire que Pico Bogue veut toujours avoir raison ! Je n'y ai pas pensé tout de suite, mais c'est très proche de Mafalda côté scénario. Les dessins par contre n'ont rien à voir. Ils sont originaux, colorés, poétiques, bref s'accomodent parfaitement avec le genre de cet album. J'ai au final beaucoup aimé, cela fait rire à quasiment chaque page, et porte à réfléchir sur l'univers vu par un enfant pas comme les autres. Rafraîchissant, acidulé, philosophique et déjanté, Pico Bogue est une série à côté de laquelle il ne faut pas passer, au risque de ne pas avoir connu la sensation unique que nous procure la lecture.

03/06/2010 (modifier)
Par godzy022
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Pico Bogue est un gamin qui n'a pas sa langue dans sa poche. Il commente tout, et nous fait découvrir sa famille et son univers au fil de strips variés, jouant parfois sur la tendresse, plus souvent sur l'humour, créé par le décalage entre son âge et la teneur plutôt "adulte" de ses propos. Bien écrite, la série se révèle efficace. La lecture est d'autant plus plaisante que le dessin sort du lot, lui aussi. Très doux, très beau. J'y trouve une petite touche de Sempé, en plus fourni. Vraiment agréable. Au final, ca se lit tout seul et on se marre bien. Les séries humoristiques qui font rire sont plutôt rares, alors autant en profiter !

02/01/2010 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Hier, j'ai lu le premier tome et je ne me suis pas très amusé. Je n'ai ri qu'une seule fois (le gag qui se passe dans l'autobus scolaire) et j'ai rarement souri. Bref, je ne suis pas très réceptif à l'humour des deux auteurs. Pico est un personnage sans intérêt. Il m'a paru vide. C'est d'ailleurs le cas pour les autres personnages. J'avoue que certaines répliques de Pico sont bien trouvées, mais elles ne sont pas drôles et donc elles ratent leur but qui est de me faire rire. En revanche, le dessin de Alexis Dormal est très beau. Il y a beaucoup de poésie dans son trait. J'espère qu'il aura une grande carrière car il le mérite vraiment.

09/07/2009 (modifier)
Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Je rejoins un peu Ems sur le fait que j'apprécie moyennement quand des propos d'adultes sont prêtés à des enfants. Ici on est un peu dans la même veine que du Mafalda (bien que beaucoup moins politisé – voire pas du tout), avec même un perso qui m'a furieusement fait penser à Manolito par sa coupe de cheveux… Un petit quelque chose de Calvin et Hobbes comme je l'ai lu dans d'autres avis ? Mouais, pourquoi pas, mais sans la part de rêve liée au tigre en peluche qui prend vie dès que les adultes ont les yeux tournés, et qui accompagne Calvin dans ses vrais délires d'enfant. Pico Bogue pense tout haut ce que des adultes disent tout bas, qu'il parle avec son père, sa mère, le marchand de bonbons ou sa petite sœur. Il n'y a finalement qu'avec ses grands-parents qu'on le retrouve un peu plus "enfant" et ces strips-là sont vraiment très sympathiques voire même poétiques (je pense en particulier à cette petite histoire de chapeau et de sucette invisibles entre Pico Bogue et son grand-père dans le T2). Le grand plus tout de même à signaler : le dessin. Il est très joli, expressif malgré la simplicité de son trait, tout en finesse avec des couleurs très douces. A réserver à ceux qui aiment ce genre décalé, ce qui n'est pas mon cas.

16/05/2009 (modifier)