Le Bar des Acariens

Note: 1/5
(1/5 pour 2 avis)

Fulbert Lagrogne et son pote Odilon sont deux joyeux acariens qui passent une grande partie de leur temps à boire sans modération des margaritas au Bar des Acariens tenu par le placide Georges. Ils y parlent des petites choses de la vie, tout particulièrement de leurs femmes Paulette et Pélagie, deux solides ménagères qui supportent avec fatalisme ces deux braves types rarement à jeun.


Fulbert Lagrogne et son pote Odilon sont deux joyeux acariens qui passent une grande partie de leur temps à boire sans modération des margaritas au Bar des Acariens tenu par le placide Georges. Ils y parlent des petites choses de la vie, tout particulièrement de leurs femmes Paulette et Pélagie, deux solides ménagères qui supportent avec fatalisme ces deux braves types rarement à jeun. Les acariens évoluent dans un monde assez proche du nôtre, avec ses voitures, ses problèmes quotidiens et son percepteur qui n'a rien à envier à ses confrères humains. D'aspect sympathique, ces drôles de bêtes rondouillardes aux petits yeux malicieux possèdent les fameux gros nez qui ont fait le succès de la bande dessinée franco-belge. Il fallait être gonflé pour oser rendre sympathiques les trognes de ces parasites qui empoisonnent notre quotidien.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Janvier 2008
Statut histoire Strips - gags 2 tomes parus
Couverture de la série Le Bar des Acariens
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

29/01/2008 | Ro
Modifier


Par Gaston
Note: 1/5
L'avatar du posteur Gaston

Dans la série "Gaston détruit son cerveau en lisant une bd humoristique d'un goût douteux parce qu'il est un gros maso", voici "Le Bar des Acariens" scénarisé par un De Groot peu inspiré et qui a pratiquement perdu le respect que j'avais pour lui. Les gags ne sont pas amusants et je ne vois pas trop l'intérêt de les mettre dans un monde d'acariens. Jamais les possibilités que peut apporter cet univers sont exploitées. Au lieu de ça, si ce n'est pas des gags avec des saoulants qui chantent 'Ne me quitte pas', c'est des blagues du quotidien dont certaines sont tellement nulles que je me demande où est la chute (le gag avec le chien qui montre à son maître qu'il n'a plus de bouffe notamment). En plus, c'est pas un nul du genre 'Mouhahaha qu'est-ce c'est con'. C'est juste un gros navet chiant à lire.

13/06/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 1/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai l'impression avec cette BD d'avoir lu un reliquat de vieil humour complètement dépassé et bas de plafond, une BD comme je croyais qu'il n'en était plus publié depuis les pires tomes de L'Agent 212 et autres Les Zappeurs. C'est de la "grosse rigolade" franco-belge poussive, avec des gags déjà vus des centaines de fois. Le fait de situer le décor chez des acariens semble ne constituer rien d'autre qu'un moyen pour ne pas avoir à dessiner de personnages trop compliqués et à faire plutôt à la place de bons gros monstres rondouillards, faciles à dessiner et à qui on peut donner à loisir les allures clownesques recherchées. Pour le reste, on n'a là rien d'autre que des bonshommes humains, dans une ville humaine, simplement dessinés comme de soit-disant acariens avec pour seule particularité que les alcools qu'ils boivent ont des noms exotiques façon "jus de tique écrasée". Et ces humanoïdes sont des caricatures de ce qui peut se faire de plus rétrograde en matière de façon de penser et de vouloir faire rigoler. C'est bien connu, les hommes sont des bons à rien qui passent leur temps à se bourrer la gueule au bar. Et les femmes sont des bobonnes ménagères juste capables de suivre bêtement la mode, de faire la popote et d'engueuler leur mari quand il rentre du bar. Ah, là, il y a matière à faire tout un album de gags hilarants et novateurs, n'est-ce pas ? Non.

29/01/2008 (modifier)