Archipels

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Deux individus attendent dans la nuit près d’une cabine téléphonique. Le premier paraît fort énervé alors que le second semble plus calme. Ces deux hommes attendent un coup de fil qui tarde à venir. Ce ne sera pas pour ce soir . . .


Deux individus attendent dans la nuit près d’une cabine téléphonique. Le premier paraît fort énervé alors que le second semble plus calme. Ces deux hommes attendent un coup de fil qui tarde à venir. Ce ne sera pas pour ce soir . . . Extrait du 4eme de couverture : "Comme le montre son livre Archipels, Bézian n'aime pas la lumière. Son âme, ses vêtements, ses livres et ses personnages sombrent dans un nocturne espoir d'une nuit éternelle. S'il avait un château, celui-ci serait noir. S'il avait un chien, celui-ci serait mort. Et puis, soudain, pour nous prouver le contraire, le voilà qui fait des envolées, le voilà touchant, le voilà humain. Les deux ensembles racontent la vie, la vie selon Bezian." Lewis Trondheim. Réédition de cet ouvrage publié initialement par PMJ, en bichromie.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Archipels
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

10/12/2007 | Pierig
Modifier


Par Ems
Note: 2/5

J'aime l'idée d'un huis clos externe, d'un mano à mano entre deux personnages si différents. Mais au final, je reste frustré car si l'ambiance est bien retranscrite, il y a trop de trous dans ce récit. Il manque certains éléments et la fin est trop abrupte. Le dessin est nerveux avec de très beaux cadrages. Malgré l'espace réduit, Bézian arrive à se renouveler dans les prises de vues, certaines étant très belles. Il y a du talent dans cette BD mais elle manque de consistance pour moi. Une certaine déception au final.

21/05/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Le style de Bézian on aime ou on n’aime pas, dans tous les cas on peut apprendre à l'aimer car ses scénarios valent de toute façon le détour. Le huis clos qu'il nous donne ici est d'un suspens haletant, on ne peut pas décrocher avant de connaître la chute et là on est surpris, on se dit que c'est bien trouvé et puis tout de suite après on se dit aussi que c'est un peu rapide comme fin et un peu facile aussi. Finalement c'est un sentiment mitigé, c'est bien trouvé et en même temps on a un peu l'impression d'être pris pour des cons, quoique… c'est là qu'il fait très fort Bézian il arrive a nous rendre aussi indécis que ces personnages. A lire absolument, ma sévérité réside aussi dans le prix et la petite trentaine de planches.

09/06/2008 (modifier)
Par yOyO
Note: 4/5

C'est bien du Bézian cette BD. L'ambiance sombre et noire, les situations lourdes et incompréhensibles, son trait très torturé. Cette fois c'est l'attente des 2 hommes qui nous procure une angoisse certaine au fil des pages. C'est une très belle narration que Bézian nous propose là.

05/02/2008 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Bézian est un auteur à part. De nature peu prolifique, la maîtrise de son trait en ferait baver plus d’un. Bézian est un auteur tourmenté. Il aime le sombre, le noir, la nuit, le désespoir (La postface de Lewis est assez révélatrice du bonhomme). Cet album ne déroge pas à cette règle. En une trentaine de pages, Bézian explore les tréfonds de l’âme humaine rongés par l’angoisse que génère l’attente. L’attente d’un coup de fil . . . On ne sait qui sont ces hommes mais on devine ce qu’ils ont fait. Il s’agit en quelques sortes d’un huis clos en extérieur assez sombre qui se terminera comme il a commencé : sans trop comprendre le pourquoi du comment. Mais là n’est pas l’essentiel. L’important, ce sont ces deux hommes, leur attente, leur angoisse . . . et force est de constater que Bézian sait y faire dans le domaine. Son trait n’est plus à commenter, il suffit de voir une de ses planches pour comprendre. A réserver à un public averti . . . c’est sombre, c’est du Bézian.

10/12/2007 (modifier)