Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Achab

Note: 3.83/5
(3.83/5 pour 6 avis)

Qui ne connaît pas le capitaine Achab, vieillard exalté et maudit qui parcourt les océans à la poursuite du cachalot blanc qui lui a dévoré la jambe ? Mais que sait-on de lui avant Moby Dick ? Rien ou si peu...


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune La Pêche Les meilleures séries courtes Les meilleures séries terminées en 2011 Moby Dick Treize Etrange Vieux gréements

Le capitaine Achab, Achab le fou, Achab le damné ! Moby Dick lui a arraché la jambe et depuis il poursuit de sa rage inextinguible le cachalot blanc sur toutes les mers du globe. Achab, et sa haute silhouette scrutant l'océan ; le bruit obsédant de sa jambe en os de baleine martelant le pont du Péquod ; et sa cicatrice qui zèbre son visage comme un trait de foudre ! Mais avant de devenir le vieillard tragique imaginé par Herman Melville dans Moby Dick, Achab a peut-être été un enfant de treize ans, juste trop jeune pour s'embarquer sur les baleiniers américains qui, au début du XIXe siècle, partaient de l'île de Nantucket chasser la baleine et le cachalot autour du monde...

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 31 Octobre 2007
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Achab
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

16/11/2007 | iannick
Modifier


Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Note : 3.5/5 Je n'ai pas lu Moby Dick mais comme nombre de personnes, j'en ai beaucoup entendu parler et je connais globalement son concept. Avec la lecture de cette bande dessinée, j'étais curieux de découvrir la jeunesse du personnage du capitaine Achab et de sa relation avec le cachalot blanc. Je craignais juste de manquer une partie de l'impact de ce récit du fait de ma méconnaissance de l'oeuvre de Melville. Mais dès le premier tome, j'ai accroché. La vie dans l'île de Nantucket au tout début du 19e siècle, alors que toute la population ne vit que pour et par la chasse à la baleine, est très intéressante. Le récit du jeune Achab est dense, complexe et prenant. La narration est impeccable et m'a vraiment collé au récit. D'autant plus que le dessin est agréable et soigné. Dans le second tome, on le voit entamer sa véritable vie de chasseur de baleine et c'est toujours aussi instructif et prenant. On suit l'évolution de la psychologie d'Achab et comment son âme s'assombrit lentement mais sûrement. Le troisième tome le voit plus âgé et il commence à devenir difficile de rester attaché à Achab, surtout quand on voit où le mène (déjà) sa fixation sur le cachalot blanc. Le dernier tome nous emmène bien des années plus tard, presque juste avant le roman de Melville. Et malheureusement, là, j'ai décroché. Non seulement, Achab n'y est plus du tout attachant. Mais surtout j'ai trouvé que le récit dénaturait l'image forte que je me faisais de l'histoire du Moby Dick. Après l'avoir lu et du fait des révélations qui y sont faites, j'ai le sentiment que je ne prendrais pas le plaisir que je pensais avoir à lire un jour Moby Dick car ce qui faisait sa force dans son esprit y est légèrement modifié, corrompu. En résumé, j'ai vraiment beaucoup aimé le début de cette série et elle pourrait presque se suffire à elle-même. Le troisième tome offre un final satisfaisant à mes yeux, par exemple. Par contre, j'ai un avis bien plus mitigé sur le quatrième et dernier tome dont le scénario n'a pas su me plaire et a dénaturé un peu l'image que je me faisais du récit et de Moby Dick.

06/12/2013 (modifier)
Par McClure
Note: 4/5

Une très belle oeuvre que cette série. Je l'ai découverte dans les bacs jeunesse de la biblio du coin, et j'ai attendu plusieurs mois avant de la prendre, me permettant ainsi de faire découvrir Melville à mes gosses. Je me suis plongé dedans, et c'est beaucoup plus profond et fort que je ne l'aurais imaginé pour une série jeunesse. D'abord, le traitement graphique, qui colle parfaitement à l'histoire, du trait à la mise en couleur. Certains visages grimacent parfois mais cela restitue plutôt bien la période puritaine des colonies de l'est américain. L'histoire, tout en restant fidèle, nous amène aux fondements de la folie vengeresse d'Achab, les différents tomes, que ce soit l'enfance, bien restituée et qui fait montre de la lente montée de cette obsession, aux parties de chasse en mer, nous y sommes, c'est dynamique, rythmé, prenant, de la belle ouvrage.

13/03/2012 (modifier)
Par Tomeke
Note: 4/5

Hissez les voiles matelot ! Embarquez pour quatre tomes bourrés d’aventure ! L’auteur nous emmène dans l’histoire d’Achab, marin obsédé par sa quête inconditionnelle de Moby Dick. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le récit est dense. Il s’en passe des choses sur quatre tomes et je peux vous dire que le lecteur en a pour son argent. C’est très agréable de suivre la vie d’Achab car le récit est très bien construit, tant dans sa forme que dans son fond. C’est de l’aventure avec un grand A, je vous le dis ! Le dessin n’est pas en reste et présente une amélioration au fil des tomes. Hormis quelques petits plantages dans la mise en page au début, je n’ai rien à dire. Vengeance, drame, histoire d’amour, exotisme, tout y est. Petit avertissement néanmoins : la fin n’est pas vraiment une fin mais un tremplin vers le roman. Soit, elle se suffit largement à elle-même et cela ne m’a pas dérangé. Bref, vous l’aurez compris, j’ai été pleinement conquis par cette série. Je vous la conseille et puis vous dire qu’elle vaut le détour. Larguez les amarres et prenez le large, c'est ça la vie de marin!

09/02/2012 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pierig

C’est la première adaptation de Melville et de son célèbre cachalot blanc que je lis. Comme mes prédécesseurs, j’ai bien apprécié ma lecture. Aux dires d’experts (Spooky en tête), le roman est pourtant difficile à s’approprier, ce qui génère bien souvent des adaptations pas à la hauteur. L’intelligence de Mallet est de positionner son récit avant que ne débute celui de Melville. Cette série est quelque part la genèse du « Moby Dick » mondialement connu. Et je dois dire que c’est une réussite. La détermination de Achab et son désir de vengeance aveugle sont particulièrement bien palpables. Mallet remonte à l’enfance d’Achab, lorsque celui-ci perdit son père tué par un cachalot blanc. Ce fut le premier d’une longue série . . . Au-delà de cette histoire de vengeance, ce récit est l’occasion d’en apprendre davantage sur la vie à bord de baleiniers et de voyager un peu, notamment chez des tribus anthropophages. A noter que cette bd, tout comme le roman, est l’occasion de s’interroger sur la personnification du bien et du mal. Tout n’est pas blanc (excepté la baleine) ou noir, mais plutôt gris. Une formidable épopée, bien que tragique . . .

12/10/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai été très agréablement surpris par cette série qui traite de la genêse du fameux Moby Dick, le cachalot blanc. C'est vrai qu'on connait généralement l'histoire de long en large. Je ne m'étais pas précipité pour lire cette bd. J'avais peur d'une enième version infantile. Or, en l'espèce, c'est une toute autre version beaucoup plus mature qui nous est apporté par l'auteur. C'est vrai que ce dernier prend son temps pour mettre tous les éléments en place. J'ai littéralement adoré cette aventure maritime. C'est de loin la meilleure version qui m'ait été donné de lire du fameux roman de Melville. On commence par découvrir un Achab jeune et revanchard qui a perdu ses parents et qui vit chez une tante très sévère. Le contexte historique est d'ailleurs parfaitement reconstitué avec un puritanisme de bon aloi. Puis, petit à petit, le jeune garçon va grandir et va devenir le fameux commandant rongé par la haine que nous connaissons tous. Bref, il s'agit d'un préquelle de Moby Dick. Le dessin est agréable, de même que la lecture grâce à un découpage et une mise en scène assez dynamique. On ne s'ennuiera pas une seule seconde. Il y a une puissance et une grandeur qui se dégagent de cette série qu'il faut absolument découvrir. C'est véritablement magistral !

25/07/2011 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Avis sur le premier tome : « Nantucket » Tiens, cette bd a un air de déjà vu ! Elle me fait penser au Voyage d'Esteban de Mathieu Bonhomme chez le même éditeur (« Treize étrange » appartient à « Milan »). De plus, le traitement des couleurs et le trait épais (ou gras, c’est selon les lecteurs…) ressemblent beaucoup à la bd de Mathieu Bonhomme… « Achab » nous conte le destin de ce fameux capitaine de navire qui pourchassa toute sa vie le cachalot connu sous le nom de « Moby Dick ». L’originalité et l’intérêt du récit de nous présenter le personnage de Achab pendant sa jeunesse, bien avant qu’il ne commence à naviguer. Pour ma part, j’ai découvert ce premier tome d’ « Achab » (« Nantucket ») sans savoir qui est ce personnage et sans avoir lu le résumé et… c’est tant mieux car la surprise fut totale ! Je dois avouer que je fus intéressé par la jeunesse de Achab, l’histoire est racontée comme si un bon vieux narrateur racontait à ses petits enfants réunis autour de lui devant une cheminée une de ses fascinantes histoires anciennes. D’ailleurs, cette scène figure dans l’album avec un des personnages principaux… Le seul reproche que je ferai à ce récit, c’est qu’il ne m’a pas procuré énormément d’émotions malgré certaines scènes assez dramatiques… j’ai suivi l’histoire avec intérêt mais sans vraiment frissonner à travers les péripéties du jeune Achab et de son entourage. C’est pour cette raison que cette série ne m’est pas apparue comme incontournable. Néanmoins, je reconnais que Achab m‘a semblé attachant et que certains personnages secondaires comme le vieux barbu sont fascinants. Graphiquement, j’ai eu l’impression que le trait de Patrick Mallet manquait un peu de maturité… c’est bizarre car cet auteur a tout de même réalisé trois autres séries à ce jour ! Je trouve que les personnages changent souvent de morphologie. Par contre, au niveau de la narration, à mon avis, il n’y a rien à redire : c’est fluide, c’est exempt d’effets cinématographiques inutiles… bref, c’est simple et c’est efficace ! La mise en couleurs de Sandrine Croix m’est apparue elle-aussi très convaincante. Les tons sont choisis avec pertinence : ils s’adaptent bien au récit et retransmettent impeccablement l’ambiance maritime (d’un port de pêche du début du XIXème siècle). « Nantucket » m’est apparu comme un bon tome d’introduction pour cette nouvelle série d’aventure. J’ai suivi avec beaucoup de plaisirs les péripéties du jeune Achab d’autant plus que l’atmosphère maritime d’un port du début des années 1800 m’a semblé particulièrement bien rendue. A mon avis, « Achab » est une bonne bd à offrir en cette période de fin année propice aux cadeaux, elle ravira sans problème les lecteurs qui ont aimé le récit de Herman Melville (l’auteur de « Moby Dick »). Note : 3/5 Avis sur le deuxième tome : « Premières Campagnes » Le deuxième tome d’ »Achab » se déroule principalement en mer où notre héros va apprendre la rude vie d’un marin à bord d’un baleinier. C’est aussi l’occasion pour Achab de mener sa petite enquête sur les lieues où est apparu « Moby Dick »… Je sais qu’il y a des lecteurs qui détesteront ce genre de récits car le thème principal est la chasse à la baleine, une espèce qui est (était ?) en voie de disparition et qui est l’objet de fréquentes manifestations d’associations de défense de la nature contre les pays le chassant. Je pense qu’il faut se mettre dans le contexte de cette époque : des populations côtières vivaient de la chasse à la baleine, les navires ne possédaient pas des canons à harpons et par conséquent traquer ces cétacés n’étaient pas une partie de plaisirs, l’huile de cet animal servait à éclairer et surtout les quotas/études maritimes sur la protection des espèces n’existaient pas au début du XIXème siècle. Ce serait dommage de rester sur cette base négative sur la chasse à la baleine car « Achab » possède tous les ingrédients d’un bon récit d’aventure pour que vous y passiez une excellente lecture. En effet, j’ai trouvé ce deuxième album des péripéties d’Achab plus captivant que le premier tome. Cette fois-ci, le lecteur découvrira notre jeune héros partageant la vie des autres marins, écoutant les récits sur les dangers d’une chasse à la baleine et ses légendes, endurant les ordres de ses supérieurs, découvrant aussi la gent féminine lors des retours de mission… Franchement, je n’ai eu aucun ennui à lire ce tome d’autant plus la narration m’est apparue excellente. Le dessin de Patrick Mallet est bon quoique comme dans le premier tome, je trouve que les visages de ses protagonistes changent souvent de morphologie… peut-être est-ce une de ses caractéristiques personnelles de son dessin ? La mise en couleurs de Sandrine Croix est, à mon avis, parfaitement adaptée à l’ambiance de ce récit : les tons utilisés retransmettent bien l’atmosphère maritime et l’intérieur des baleiniers. Sans être une de mes incontournables, « Achab » figure parmi les séries que je suis avec intérêt car j’y ai aimé l’ambiance maritime, le contexte historique (le récit se situe au début du XIXème siècle) le personnage d’Achab que je trouve très attachant et les péripéties de ces pêcheurs. Bref, « Achab » est une (très) bonne série d’aventure avec un grand « A » ! Note : 4/5

16/11/2007 (MAJ le 28/03/2009) (modifier)