Star Wars - Infinities

Note: 2.17/5
(2.17/5 pour 6 avis)

Uchronie dans l'univers Star Wars.


Dark Horse Comics Guerres interstellaires Les Uchronies Star Wars

Uchronie dans l'univers Star Wars. Que se serait-il passé si les torpilles à Proton de Luke Skywalker n'avaient pas fait exploser l'Etoile Noire ? Star Wars Infinities offre des visions alternatives de ce qu'aurait pu être l'univers Star Wars si les choses s'étaient passées différemment.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Novembre 2007
Statut histoire Une histoire par tome 3 tomes parus
Couverture de la série Star Wars - Infinities
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

03/11/2007 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Le Grand A

J’aime bien les récits uchroniques, et Star Wars est un peu comme ma Bible donc il y a à priori tout ce qu’il faut pour que je sois séduit. Mais au final le résultat s’avère plus que décevant. Il y a quelque chose qui ne colle pas dans chacune des histoires alternatives aux épisodes IV, V et VI. D’accord au départ il y a un point de convergence avec l’histoire officielle qui fait que l’on bascule vers la catastrophe. Finalement le côté obscur l’emporte et les forces de l’Empire écrase la Rébellion donnant à ces histoires une tonalité très sombre, dark fantasy. J’aime cela, c’est le principal intérêt de ce genre de récit. Alors je comprends d’autant moins cet espèce de sabordage des auteurs qui terminent chaque tome avec un happy end. Tout cela pour ça ? Ce n’était qu’un simple contre-temps ? Quoi qu’il se passe la voie du côté lumineux trouvera toujours un chemin pour triompher du côté obscur ? En faisant cela je pense que les auteurs ont retiré toute la sève de ce genre d’histoire. Quel est l’intérêt si finalement se sont quand même les rebelles qui gagnent ? Chaque récit en lui-même est plutôt intéressant voir captivant, mais c’est dans la conclusion que ça pèche et qui tire tout le truc vers le bas. Quand aux graphismes, si Drew Johnson et Davidé Fabbri font un travail honnête sur les tomes 1 et 2, les vrais fans de la série auxquels cette série est principalement destinée (comme moi) regretteront que les albums n’aient pas été dessiné par des vrais connaisseurs des films. Cela n’a l’air de rien mais un vrai fan reconnaîtra d’emblée certaines erreurs qu’il jugera impardonnables : dans le tome 1 le sabre laser de Ben Kenobi ne ressemble pas du tout à ce qu’il devrait être puisqu’il a le design du sabre laser de Luke dans l’épisode VI. Et dans le tome 2 Darth Vader sans son masque a toujours ses cheveux alors qu’il est censé avoir été cramé à la fin de l’épisode III. Ça n’a l’air de rien comme ça mais déjà qu’on enchaîné les petites boulettes au niveau du scénario, si en plus il y a des soucis au niveau de la cohérence graphique, pour un fanatique de Star Wars ça ne passera pas. Bon et j’éviterai de trop parler du dessin de Ryan Benjamin sur le tome 3 qui est juste une horreur, une honte de publier une daube pareille. Franchement faut voir la tronche de Leia sur certaines planches qui ressemble à un cadavre en décomposition, et pareil pour ses compagnons. Donc ouais c’est regrettable, la série avait un vrai potentiel je le pense, mais malheureusement cela a été exploité de la pire des manières. Mis à part le tome 1 qui s’en sort pas trop mal le reste se vautre lamentablement.

11/09/2016 (modifier)
Par LeVellave
Note: 1/5

Encore une série bien commerciale qui n'apporte rien. C'est vrai, l'idée de départ est intéressant (bien qu'elle ne soit pas nouvelle). Mais le résultat est plus que décevant. A lire seulement si on a pour objectif de tout lire sur SW... La version Infinities d'''Un Nouvel Espoir'' suppose que Luke Skywalker a endommagé l'Étoile Noire sans la détruire. Celle de ''L'Empire contre-attaque'' suppose que Luke est mort sur la planète des glaces (Hoth). Enfin, la nouvelle version du ''Retour du Jedi'' suppose que le sauvetage de Han Solo tourne mal. Tout ceci peut sembler intéressant. Mais finalement, moi qui suis un amateur de SW, j'ai trouvé ça gênant. Ce n'est pas cohérent avec le reste. Je n'arrive pas à apprécier.

20/03/2009 (MAJ le 20/03/2009) (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Cette bande dessinée de Star Wars est sans intérêt. D'accord, j'avoue que j'ai été captivé au début et je trouvais intéressant de voir comment allait se passer ce monde alternatif. Il y a plusieurs bonnes idées qui méritent vraiment d'être exploitées, mais le scénariste ne le fait pas vraiment. Il faut dire qu'il doit faire son histoire en un seul tome et j'ai eu l'impression qu'il ne faisait que résumer ce qu'il voulait faire. De plus, la fin est totalement bâclée et je me suis demandé pourquoi faire cette BD si c'est juste pour faire ça. C'est dommage. Si le scénariste avait pu faire son récit sur plusieurs tomes, on aurait pu avoir une très bonne histoire.

09/03/2009 (modifier)
Par JJJ
Note: 2/5

Alors... Que se serait-il passé si Luke était passé à côté? Ou du moins si la torpille n'avait pas atteint son but lors de la bataille de Yavin? Ou plus pragmatiquement : Et si l'Etoile Noire n'avait pas explosé? En partant de ce postulat, la saga Star Wars originelle est réécrite à partir du point Zero : La Bataille de Yavin, première confontation musclée entre les forces armées de l'empire et les rebelles de l'Alliance. Souvenez vous : Après une scène de poursuite d'anthologie dans les canyons de l'Etoile Noire, il y a le fameux moment ou tout bascule, quand Luke, un petit fermier élu par le destin, guidé par la Force, fait basculer le sort de la galaxie d'un magnifique doublé au but. Un climax au niveau d'intensité rarement atteinte ailleurs. L'Etoile Noire explose, Vador est propulsé dans l'espace, le monstre technologique de l'Empire est détruit. La Guerre des Etoiles vient de commencer, la légende est née. L'idée de modifier cet évènement en question est bonne. Si Luke avait manqué son tir? Luke Skywalker, le fils d'un des meilleurs astro-pilotes de la galaxie. Luke, si sûr de lui qu'il s'est permis de se passer de son ordinateur de visée au moment du tir, aurait pu rater. A partir de là, l'Alliance aurait été éradiquée, la Rebellion morte et on peut penser que Luke Skywalker aurait été dévoré par la culpabilité. C'est ce qui m'aurait intéressé personnellement. Voir ce jeune garçon naïf, enthousiaste miné par le remord, se sentant responsable de la mort de ses amis et de ses compagnons d'armes. Mais cet Infinities n'est pas ça, Luke n'est en rien responsable, il a atteint son but. Les torpilles à protons n'ont pas explosé, c'est tout. Il n'y a guère plus d'explications (peut-être une malfaçon de chez Siennar Fleet System...) et c'est bien dommage. L'Histoire est donc modifiée, exit le passage sur Hoth. Luke part sur Dagobah trouver Yoda et l'aventure continue... A partir de là, les évènements se succèdent très vite, au passage l'histoire souffre énormément de sa condensation en un seul tome. Leia rejoint l'Empire, Han Solo vagabonde, Luke devient un Jedi sous la tutelle d'un vieux maître en exil... Et à un moment fatidique, tout ce monde est de nouveau réuni sans que cela n'ait vraiment un sens. Il n'y a quasiment aucune surprise, le scénario est consensuel au possible, le mythe Star Wars s'en trouve bien blafard. Mais l'histoire bien que banale reste acceptable. Ce qui est impardonnable, est le traitement réservé a certains personnages : Leia renonce à ses idéaux et change de camp comme de chemise au fil des pages; incompréhensible quand on sait que Leia est presque aveuglée par ses convictions... Han Solo est un couard, Vador un vieux guerrier affaibli n'inspirant aucune terreur à personne. La palme est pour Yoda. Le sage Jedi est ici un kamikaze, n'hésitant pas à commettre un attentat d'ampleur génocide pour sauver la galaxie lointaine... Les dessins de la première partie (#1 & 2) réalisés par Drew Johnson à coup de traits gras et de gros encrages sont loin d'être extraordinaires à mon avis. La deuxième partie (donc les #3 & 4) par Al Rio sont de facture plus classique. Le style est plus réaliste, la retranscription fidèle des éléments connus colle bien à l'univers Star Wars, on peut déplorer que certains visages ne soient pas très ressemblants, mais il n'y a pas de défauts majeurs dans la représentation. Bref, Pour conclure, je dirai que si c'était pour lire ça, je ne regrette pas que Luke ait détruit l'Etoile Noire un jour de 1977 quelque part dans une galaxie lointaine... JJJ

04/11/2007 (MAJ le 19/11/2007) (modifier)
Par Chelmi
Note: 3/5

"Star Wars - Infinities", ET SI dans une galaxie lointaine très lointaine ... Le principe même de cette série est de se placer à un moment donné dans l’univers Star Wars et d’apporter (ou modifier) un fait nouveau qui bouleverse complètement l’histoire que tout le monde connaît, comme si l’intrigue bifurquait dans une dimension parallèle. Ce que l’on nomme tout bêtement une uchronie. Je sais que certain vont ce dire : "Comme si cet univers n’était déjà assez étendu comme ça..." mais n’en déplaise aux grognons, je trouve le programme et l’idée très intéressante Dans le Tome 1, Warner débute son récit à la fin de Star Wars-Episode IV: Un nouvel espoir et imagine que Luke Skylwalker ne parvient pas à détruire l’étoile noire. Cet échec engendre le passage de Leia vers le côté Obscur de la force et ainsi de suite... Tragique non ? Ben en fait pas tant que ça, car on reste bien dans l’esprit manichéen des films, où à la fin les gentils Jedi finissent pas gagner. Ce one shot peut être assimilé à une variante de la trilogie classique. L’histoire est bien introduite, le récit bien rythmé mais trop condensé par moment. Par exemple le passage du côté obscure de Leia se résume (quasiment) à une ellipse de 5 ans, une ou deux planches pour voir cette évolution aurait pu être intéressante, mais l’auteur privilégie l’action à la psychologie des personnages. La fin aussi me parait un peu expédiée : Yoda solde l’affaire à la façon d'un terroriste fou de dieu, pas très raccord avec la Jedi attitude. Bref une alternative intéressante et divertissante qui pêche par son manque de développement. Au dessin, la première moitié de l’album est assurée par Johnson dont je trouve le trait trop épais et les personnages trop grimaçants même si on les identifie très bien. La seconde partie, c’est Rio qui s’y colle, c’est plus à mon gout mais rien d’extraordinaire, ça a des allures de vieux comics. (J’espère, ne pas avoir inversé les dessinateurs, je suis parti du principe qu’ils étaient cités dans l’ordre de l’apparition de leur dessin.) Je n'aime pas du tout cette couverture que je trouve complètement dépassée. Les couleurs de McCaig et Bach sont, elles, plus modernes (informatisées). Rien d’innovent ou de percutant, elles font leur job comme c’est souvent le cas dans les comics Star Wars et autres super-héros d’outre atlantique.

12/11/2007 (MAJ le 12/11/2007) (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je suis un ancien fan de Star Wars et j'adore les uchronies. Alors quand on me propose une uchronie dans cet univers, je suis tout de suite partant. Surtout que sur le papier, c'est vraiment très alléchant. Imaginez que les torpilles à proton de Luke explosent avant d'atteindre le coeur de l'Etoile Noire. Du coup, la station spatiale est intacte et peut détruire Yavin IV et annihiler la rébellion. Pire, Leia, en tentant de fuir l'explosion, se fait capturer par Vador et amener sur Coruscant où l'Empereur va user sur elle de son influence pour la faire passer du Côté Obscur. Voilà à mes yeux une excellente vision alternative de ce qu'aurait pu être la Guerre des Etoiles si les choses avaient mal tourné. Malheureusement, le résultat en BD n'est pas aussi convaincant. D'abord, j'ai eu du mal avec le dessin. Celui utilisé sur le premier chapitre du récit ne m'a pas plu. Un trait trop épais, des décors trop simplifiés, des personnages souvent franchement moches... Je reconnais à ce dessin une certaine personnalité mais il ne me plait pas pour autant. Heureusement, à partir du second chapitre, le dessinateur change et je préfère son trait, nettement plus classique mais au moins plus fin et détaillé. Ensuite, une fois de plus, j'ai eu beaucoup de mal à accrocher au premier chapitre, non pas par son scénario qui est simple et de toute façon logique, mais à cause de sa narration un peu confuse malgré sa linéarité. A cause aussi et surtout de ses dialogues que j'ai trouvés assez niais. Ce premier chapitre manque franchement de maturité à mes yeux. Cela s'arrange par la suite et j'ai commencé à vraiment bien accrocher vers le milieu de l'album, au moment de l'apogée de ce qu'aurait pu devenir l'Empire si l'Etoile Noire n'avait pas été détruite. Même si j'ai trouvé le revirement de Leia vers le côté obscur trop rapide et peu crédible, le concept me plaisait bien. Cependant, la fin m'a paru assez tirée par les cheveux. J'étais heureux de voir Yoda entrer dans l'action mais pas de la manière dont il le fait. Voir un sage jedi tel que lui accomplir le titanesque massacre à l'échelle planétaire qu'il accomplit là me parait franchement contraire à l'esprit de Star Wars et des Jedis. De même, la façon dont les choses se passent côté Luke et Han Solo sont une fois de plus trop rapides et peu crédibles. Une fin qui m'a paru expédiée, même si dans l'idée elle aurait pu être plutôt bonne si elle avait pris le temps de bien être amenée et racontée avec finesse. Bref, j'aime l'idée de cette uchronie et de celles qui viendront sûrement après ce premier tome, mais la réalisation laisse à désirer. Dommage...

03/11/2007 (MAJ le 05/11/2007) (modifier)