Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Mulligan

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

C'est pas parce qu'on est patron d'un remorqueur pendant la prohibition qu'il faut fermer les yeux sur ce que l'on remorque. Pigé ?...


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Journal Spirou Les Roux ! Marine moderne New York Policier, mais drôle

Mulligan ?... au vu de sa grosse moustache rousse il doit être d'ascendance irlandaise. Son job ?... il est patron de remorqueur. Et c'est dans la baie de New York qu'il effectue le plus souvent son métier... Seulement voilà : nous sommes en 1933, en pleine période de la prohibition. Et ce que tracte ou remorque le "Rose of Erin", Mulligan à tôt fait de découvrir que ce n'est pas trop du côté de la légalité. Il pourrait fermer les yeux, Mulligan, se dire que c'est de l'argent vite gagné. Mais il n'aime pas fort ça, Mulligan et, aidé d'un équipage assez original, il fera vite comprendre aux malfrats en tous genres qu'il n'aime pas trop qu'on lui marche dessus. Ca va péter, dans le New York de 1933...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1983
Statut histoire Une histoire par tome 2 tomes parus
Couverture de la série Mulligan
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

21/09/2007 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Après avoir crée plusieurs personnages dans le journal Tintin, comme Strapontin, Panchico, Lady Bound, Ken Krom....Berck arrive chez le concurrent Spirou avec ce héros Mulligan, en 1968. Ce rude marin irlandais, capitaine d'un remorqueur dans le port de New York, connaît seulement 3 aventures mouvementées dans une Amérique des années 30 déja plus réaliste, mais truffée d'humour, laissant bientôt la place à Sammy dont c'est une véritable préfiguration. En effet, on retrouve toujours le même trait expressif d'un dessinateur qui a régalé ses lecteurs au journal Tintin, avec ses personnages aux trognes drôlatiques, le même dynamisme et l'humour bon enfant. Ici, il prépare le terrain pour Sammy, en mettant en place une Amérique de fin de prohibition (dans Sammy, la période choisie sera plutôt les années 20, en pleine prohibition), des gangsters grotesques et un décor urbain bien utilisé et très typé, avec ses taxis, ses enseignes lumineuses, ses buildings aux escaliers de secours caractéristiques, ses flics en uniforme et ses belles pépées...tout un univers ébauché prêt à l'emploi. Dommage pour Mulligan, et vive Sammy! L'achat ne sera pas ruineux vu qu'il n'y a qu'1 album.

11/07/2013 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Pas mal, Mulligan. Il fait son entrée dans l'hebdo Spirou n° 1600 du 12 Décembre 1968. "Mulligan" ?... un brave irlandais qui promène sa carcasse de patron de remorqueur dans la baie et le long des docks de New-York. Ca aurait pu être sérieux, mais ça ne l'est pas du tout. Nous sommes en pleine prohibition et coups-fourrés, pétarades, coups de poing et autres empoignades vont ici former un bon cocktail d'humour ; surtout sous le dessin expressif de Berck. Tous les poncifs de la bonne BD d'humour sont ainsi réunis pour une histoire qui aurait quand même pu être plus "piquante", pétante dans tous les sens du terme. Deux histoires paraîtront dans Spirou, la vie de Mulligan s'y terminant par une histoire complète parue dans le n° 1652 du 11 Décembre 1969. Courte vie. Scénarios de Macherot trop "gentils" ?... l'impression d'un peu tourner en rond par le dessinateur ?... L'année suivante Cauvin et Berck uniront leurs destinées pour une nouvelle série : Sammy, qui elle se passe aussi pendant cette même période noire des Etats-Unis. Et là, ce sera l'envolée... qui dure toujours... Mulligan ?... il est venu et est reparti. Je crois un peu que lui-même ne savait pas trop bien ce qu'il faisait dans ce monde de la BD. Dommage quand même. Heureusement, un album l'a réveillé en 1983. J'en suis content.

21/09/2007 (modifier)