Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Sammy

Note: 2.56/5
(2.56/5 pour 18 avis)

Sammy est le second d'une agence de détectives qui tirent sur tout ce qui bouge.


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Cauvin Gangsters Journal Spirou

Sammy et son patron, Jack Attaway, tentent tant bien que mal de renflouer leur agence de détective en acceptant des contrats plus ou moins farfelus : protéger un savant fou des attaques du robot de son collègue, entraîner les soldats d'un dictateur, aider un mort à trouver le repos de son âme, servir d'infirmières dans une maison de retraite pour anciens truands,... le tout aux Etats Unis, au début du siècle.

Scénariste
Dessinateurs
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1973
Statut histoire Une histoire par tome 40 tomes parus
Couverture de la série Sammy
Les notes (18)
Cliquez pour lire les avis

14/06/2002 | Thorn
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette bande arrivée dans le journal Spirou en 1970, succède à Mulligan, éphémère création qui explorait l'Amérique des années 30. Mais ici, le sujet qui se situe dans une période voisine, celle de la Prohibition, fait plutôt penser à la série TV les Incorruptibles, puisque l'action se déroule à Chicago, empire du racket et du gangsterisme, générés par cette loi de 1919 qui interdit toute commercialisation et consommation d'alcool durant 14 ans. Les auteurs se sont donc bien documentés sur le sujet pour décrire cette Amérique tourmentée et menacée par la grande dépression, abordant la plupart des grands thèmes de cette époque : trafic d'alcool, mafia, paris et combats truqués, Ku Klux Klan, Hollywood... et tout ce qui n'est pas propre aux Etats-Unis ; il y a même un épisode à Paris. Mais ils ont opté pour la fantaisie et l'humour. C'est donc une série comique très enlevée, pleine de punch, bourrée d'allusions et de gags, au contexte fidèlement rendu malgré le style semi-réaliste, une parodie réussie où les héros en font voir de toutes les couleurs aux gangsters et autres trafiquants. Pourtant, ces héros ne sont pas des flics officiels ; au départ, Jack Attaway est le chef d'une agence de gardes du corps, dont fait partie le jeune Sammy Day, mais les 3 autres "gorilles" de l'équipe disparaissent rapidement pour laisser plus de place au duo Sammy/Jack, et même si Sammy donne son nom à la série, c'est Jack la vraie vedette, personnage volontaire, impulsif et charmeur. Tous deux ont le chic pour se fourrer dans les embêtements, mais toujours sous l'étiquette comique, servie à la sauce Cauvin ; celui-ci reprend la recette des Tuniques Bleues et invente des histoires farfelues et burlesques, où le rire côtoie l'action. De son côté, Berck assure un ton tonique par son dessin dynamique et son style humoristique. J'ai découvert les gorilles dans l'épisode Rhum Row, et depuis, j'en ai lu pas mal, ça m'a toujours amusé sans me renverser, c'est très plaisant et bien foutu, une série idéale pour jeunes lecteurs, mais comme toute série au long cours, il y a maintenant un essoufflement, on pourra préférer disons les 20 premiers épisodes, mais ce qu'il faut retenir, c'est que Berck et Cauvin sont à l'origine d'un des grands succès du journal Spirou.

14/08/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Les premiers épisodes de cette imposante collection étaient bien souvent excellents. Les aventures humoristico-policières de ces privés à la Humphrey Bogart dans une Amérique en pleine Prohibition figurent parmi les meilleures de son prolifique scénariste. De plus, en variant le thème de ces aventures, Raoul Cauvin évitait de tomber dans son pêché mignon, la redondance excessive. Après une vingtaine d’album, le filon semblait toutefois épuisé. Les aventures sont plus creuses, moins originales et trop prévisibles pour me convaincre. Le synopsis de certains tomes se réduit vraiment à peau de chagrin. Le dessin de Berk est typique du style humoristique prôné par les éditions Dupuis : un franco-belge à gros nez, rond et propre. Berk est un représentant d’importance de cette école, et son trait figure parmi mes préférés dans cette veine. Jean-Pol a, depuis, repris le flambeau avec talent, et si la série a perdu de son intérêt, son nouveau dessinateur n’en est pas le responsable. Le graphisme de la série garde en effet un haut niveau de qualité. Achat conseillé pour les 10-15 premiers tomes, mais ces albums se trouvent facilement en bibliothèque (à bon entendeur …).

14/07/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Une bonne série d'aventure pour enfants. Le duo principal fait sourire et parfois fait rire. Ce que j'aime surtout dans cette série, c'est le cadre de l'enquête qui change toujours (le cirque, le vatican, le foot...) ce qui permet des situations drôles et originales dans chaque album. Mais il y a une chose que je n'aime pas dans les derniers albums c'est la présent récurrente d'Elliot Ness et Al Capone. De temps en temps, ça serait pas mal, mais tout le temps... Le dessin de Berck est très bien pour la série et son successeur s'en sort très bien.

24/09/2007 (modifier)
Par Kalish
Note: 2/5

Bof, en général l’époque de la prohibition ça me branche, Les Incorruptibles, Les Sentiers de la perdition, tout ça j’aime beaucoup. Mais là, traitée de façon humoristique, ça ne prend pas. Un peu trop fourre-tout comme série puisqu'on frôle le fantastique parfois. Pourtant les personnages sont assez attachants, les dessins sont plutôt bons dans le genre, c’est parfois drôle. Mais fait étrange, j’en ai lu plus de la moitié et je n’en garde presque aucun souvenir, aussitôt lu, aussitôt oublié.

31/08/2007 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 3/5

Curieusement peu aimée (à en croire les avis postés), cette série qui se propose une parodie de l'époque de la prohibition se révèle en fait être une belle réussite qui fait mouche. Composée au départ de plusieurs gros bras, l'agence de détective se restreint bientôt au chétif Sammy et son patron Jack Holloway qui louent donc leurs services à toutes sortes de clients quand ce n'est pas à la police pour contrer des truands aussi fameux qu'Al Capone ou Lucky Luciano. Comme pour les "Tuniques Bleues", Cauvin s'inspire d'un cadre et de personnages réels pour nourrir ses intrigues pleines de punch, d'humour et de rebondissements, portées par d'excellents dialogues cinglants. Ses sources d'inspiration ne se limitent d'ailleurs pas aux poncifs du polar, mais peuvent très bien chercher du côté du fantastique ou du récit d'aventure... Sans prétention et parfaitement construits, les scénarios remplissent amplement leur rôle d'oeuvres populaires de qualité, et n'importe qui reconnaîtra que la série est partie sur de très bonnes bases. Hélas, même si ici il a tendance à bien se renouveler, Cauvin finit seulement par lasser vers le vingt-huitième tome mais à partir de là, ses histoires marquent sérieusement le pas, croulant sous les répétitions et le relâchements des intrigues. De son côté, Berk signe une illustration de qualité, classique et efficace dans la tradition "gros nez". Jean-Pol lui succède avec le même talent au tome 32, malheureusement pour servir ce qui n'est pas la meilleur veine du scénariste. Bref, très fréquentable, surtout les débuts de la série qui ne peuvent décevoir les amateurs de parodies.

14/05/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

C'est dans l'hebdo Spirou n° 1682 du 26 Mars 1970 que Jack Attaway et ses "gorilles" font leurs premiers pas. Aux commandes : Berck (dessin) et Cauvin (scénario). Sammy ?... C'est l'Amérique des années 30 et sa période de la prohibition... vue sous le côté loufoque. Tous les grands thèmes de cette périodes vont être (s)abordés : la guerre des gangs, la prohibition, la Mafia, le Ku-Klux-Klan, Hollywood et ses stars, la guerre du pétrole (hé oui... déjà...). Très rapidement, l'équipe de base va pourtant se réduire à deux hommes : Attaway et -surtout- Sammy Day. Comme Tintin a son Milou, Johan son Pirlouit, Jack a son Sammy. Librement inspirée des "Incorruptibles" d'Eliot Ness, cette série explosive qui débite gag sur gag va rapidement plaire au lectorat. Nos deux héros ont l'art de démêler -à la grenade ou à la mitraillette "à camembert"- des intrigues souvent très farfelues. Cauvin s'en donne à coeur joie, faisant intervenir Ness et Al Capone dans certains épisodes. Mais -avis personnel- "trop de bien tue le bien". Il y a souvent redite, quelques albums "se traînent" au vu du mince scénario. Et ce ne sont pas les explosions, bagarres, ou coups de main divers qui les meublent qui les rendent plus digestes. Néanmoins, cette saga burlesque continue son petit bonhomme de chemin... depuis plus de 35 ans. Pas mal non ?... Une quarantaine d'albums ont été édités. De l'excellent parfois, du bon souvent, et du "pas terrible" de temps en temps. Bref, une excellente série au départ, truffée de gags et d'inventivité mais qui s'est mise un peu à décliner... parfois avec de très bons sursauts d'orgueil ! Edités par Dupuis, les 19 premiers albums sont en format broché. Rares en très bon état. Au point de vue graphisme, la série a été reprise par Jean-Pol dès le 32ème album. In fine, certains opus valent "4", d'autres "2". J'ai donc noté "3" pour ne pas faire de jaloux.

14/08/2006 (modifier)
Par Anonyme
Note: 3/5

Bon, j'admets, il y avait une époque ou cette série m'avait beaucoup plu, en raison du contexte qui ne manque pas d'intérêt. Mais après 6 albums, il est vrai qu'elle en devient lassante. Aucun développement des personnages (qui pourtant ont du potentiel) et les derniers albums sont vraiment, vraiment répétitifs. Qu'en est-il du dessin ? Honnêtement, je n'aurais jamais aimé cette série s'il ne s'agissait que des dessins. (Le style ''gros nez'' ne me plaît pas, mais alors pas du tout.) Bien que ce 3/5 soit surtout en souvenir de ma petite enfance, il faut tout de même trouver des bons points à la série: l'utilisation de certains personnages historiques (par exemple, Al Capone et Elliot Ness xD) est plutôt drôle, ainsi que, comme il a été mentionné précédemment, les personnages sont drôles bien que sous-exploités (suis-je la seule à préférer le petit Sammy à son boss ?). En tout... Empruntez un album de temps en temps de la bibliothèque si vous vous ennuyez. Mais je doute que cela vaille vraiment la peine d'en acheter.

02/07/2006 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 2/5

Bon voilà le type de BD qu'on lit une fois et qu'on oublie aussi vite. Avec Les Tuniques Bleues, c'est l'une des plus vieilles séries de l'inusable Cauvin. Le contexte aurait pu être sympa : la prohibition, les années 20 aux Etats-Unis. Mais les histoires sont souvent empreintes d'un humour assez lourd. Je n'arrive pas à m'intéresser à ces gorilles. Un seul album me semble encore relativement correct c'est le Gorille à Cinq Pattes. Sinon dans le genre série répétitive et interminable, il n'y a pas mieux.

07/05/2006 (modifier)
Par Gaendoul
Note: 1/5
L'avatar du posteur Gaendoul

Je n'ai jamais aimé ces bd... Toujours trouvé ça inintéressant que ce soit au niveau scénaristique ou des dessins, que je trouve assez moyens et vraiment trop similaires à tant d'autres bd. Bref vraiment à éviter... Une perte de temps plus qu'autre chose.

16/05/2004 (modifier)
Par Vivi
Note: 3/5

Bon... M'enfin... Évidemment, cette série a des qualités qu'il faut citer : un dessin qui je dois dire, a mieux commencé que les Tuniques Bleues, un scénéario dynamique mais à la longue, on s'en lasse et puis on casse ! Lisez une histoire (Le Mandarin et El Presidente sont très bons) pour connaître celle de la série, pas de l'album. ^_^ (au fait, est-il normal qu'un critique ait pris le même nom et le même e-mail que moi?...Étrange)

13/04/2004 (modifier)