Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Pythons

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Une autre variation sur les dragons...


Dragons

Un jour qu’il était dans les montagnes avec son père, Guilhem a vu le jour s’obscurcir et s’embraser. Ce jour-là, le jeune berger a perdu sa famille, son village, la vie telle qu’il la connaissait. Recueilli mourant par le chevalier Bertrand, Guilhem n’a d’autre choix que de le suivre sur une route inconnue et dangereuse. Celui-ci va lui faire découvrir un monde vivant dans la peur et l’obscurantisme. La police religieuse brûle à tour de bras ceux qui s’opposent à son régime de fer. Mais le plus grand péril est autre…

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Septembre 2007
Statut histoire Série terminée (abandonnée ?) 3 tomes parus
Couverture de la série Pythons

17/09/2007 | Spooky
Modifier


Par Maey
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Pythons fait partie de ces bd qui me touchent car dotée d'un réel souffle épique. Le scénariste Gabriel Delmas nous a concocté une histoire d'heroic fantasy à la hauteur de son Totendom avec Robin Recht. De l'heroic fantasy "sérieuse" - ce n'est pas Lanfeust - comme pouvaient l'écrire des auteurs comme RE Howard et David Gemmell ; des récits vivants où sont palpables les émotions, le sang et les larmes. Le trait et les couleurs épurés de Joseph Lacroix servent à merveille le récit. Nous sommes loin de la débauche d'effets, du beau dessin d'Alex Alice dans Siegfried (dont je suis friand), mais l'impact est le même. A conseiller donc.

01/09/2008 (modifier)
Par Reznik
Note: 4/5

Tome 1 : Série difficile à juger en l'état. Il est trop tôt pour se faire un avis tranché sur l'intérêt de Pythons. Toutefois on sent quand même qu'il y a un univers assez dense et cohérent derrière les 38 pages (!) de ce premier tome. Cet album est l'occasion de retrouver les dessins de Lacroix que certains avaient apprécié dans L'Encyclopédie du Mal, une série prometteuse malheureusement lâchée par l'éditeur (Soleil pour ne pas le citer...). Le gaillard fait montre d'une belle maîtrise de la grammaire graphique. Il possède cette faculté inhérente à tout bon dessinateur de donner du sens aux images : ici, une contre plongée révélatrice, là, un gros plan autoritaire, puis un combat muet ou le jeu sur les ombres remplace les onomatopées...de ce fait Pythons est plutôt joli et agréable à feuilleter. Du coup les dialogues sont bruts et concis. Pas besoin de grands discours explicatifs, les images en disent assez toutes seules. Le revers de la médaille, c'est que l'album se termine très (trop) rapidement car il est court et les cases sans dialogues ne sont pas rares. Niveau profondeur du scénario, il faut voir la suite... 3/5 Tome 2 : Bien, ça y est j'ai lu le tome 2 et comment dire...c'est fabuleux ! Toutes les promesses prenants racines dans le 1er sont tenues et plus encore. L'univers est riche, foisonne de personnages tous plus charismatiques et mystérieux les uns que les autres, la narration est brillante (remarquable usage de l'ellipse), le dessin toujours aussi puissant, l'action omniprésente... A chaud, comme ça, je ne vois aucun reproche à faire hormis la barbe de Thérion qui s'est rudement allongé entre les 2 albums... Ah et le format aussi (32 pages ça passe trop vite, malgré les extras) mais s'il faut ça pour avoir une telle qualité alors taisons nous. En relisant par la suite le 1er tome on se rend compte qu'il y gagne franchement car les quelques zones d'ombres s'éclaircissent. Qu'on se le dise Pythons est bien parti pour devenir une série de référence d'heroic fantasy. Ah si si vraiment, permettez moi d'insister. 4/5

05/12/2007 (MAJ le 03/06/2008) (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Mon avis est proche du 2,5/5. En effet je trouve que Joseph Lacroix a un beau coup de pinceau. Il rappelle un peu celui de Mathieu Bonhomme, avec cependant un peu moins de maturité. Son trait nerveux est parfois écrasé par les ambiances sombres de Laetitia Schwendimann, mais on arrive quand même à discerner son potentiel et son sens de la mise en scène. Mais le gros problème vient de la brièveté de ce premier tome. Il ne compte en effet que 32 pages (dont deux totalement noirs à l’exception de quelques commentaires), ce qui est quand même peu pour installer un univers. Et quand il y a des scènes d’action, il y a moins de place pour présenter les personnages. Bertrand manque totalement de charisme, alors qu’il est censé être un mentor pour Guilhem. Les actions ‘enchaînent même un peu trop vite à mon goût, et j’ai refermé l’album avec un curieux sentiment de gâchis. C’est une lecture du mythe draconien qui peut s’avérer intéressant, à condition de mieux présenter l’univers, et de… montrer les fameux dragons !

17/09/2007 (modifier)