Vlad

Note: 3.04/5
(3.04/5 pour 24 avis)

21e siècle. Pour bénéficier d’un héritage, Vlad, ex-capitaine de l’armée russe désoeuvrée, doit impérativement retrouver Igor, son jumeau. Mais celui-ci s’est volatilisé en emportant un dossier que convoite beaucoup de monde et qui a coûté la vie au chef du Kremlin...


Anticipation Asie Centrale BoDoï Jumeaux, jumelles Russie Troisième Vague

21e siècle. Pour bénéficier d’un héritage, Vlad, ex-capitaine de l’armée russe désoeuvrée, doit impérativement retrouver Igor, son jumeau. Mais celui-ci s’est volatilisé en emportant un dossier que convoite beaucoup de monde et qui a coûté la vie au chef du Kremlin... Sur les traces de ce frère à qui tout l’oppose, Vlad sera entraîné dans une course haletante dont le but est d’enrayer un mécanisme infernal déjà enclenché et qui vise à boulverser l’équilibre mondial...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2000
Statut histoire Série terminée 7 tomes parus
Couverture de la série Vlad
Les notes (24)
Cliquez pour lire les avis

14/02/2002 | Fubuki
Modifier


Par BDenis
Note: 4/5

(Avertissement : j'accorde toujours plus d'importance au scénario qu'au dessin) Dans un futur proche, un ancien capitaine d’armée ukrainien, à la retraite (mais encore plutôt jeune et bien conservé, hein, faut bien justifier les scènes d’action), doit retrouver son volage voyageur frère pour toucher l’héritage de leur mère. Et là, c’est le début des emmerdes. Mais Vlad se fera aussi des amis et des amours, ça compense, on connait la chanson. Notre ex-militaire se retrouve embringué dans un énorme complot, mettant en scène les présidents des plus grandes nations (avec un gros clin d’œil à notre Schwarzy international puis Georges W.B.). Ne nous y trompons pas, l’histoire est bien foutue, tout cela est tendu et j’ai pris un vrai plaisir à avaler ces sept tomes. J’ai trouvé les deux albums se déroulant dans la Zone Rouge (3 & 4) un peu longs pour ce qu’ils apportent (j’en veux pour preuve qu’il n’en est même pas fait mention dans le résumé au début du tome 5, juste un laconique "après de nombreuses péripéties…"). Dans les reproches, je dirai aussi que ces 7 albums sont censés constituer un cycle : moi je veux bien, mais avec leur tendance à nous mettre des cycles de partout, histoire de rassurer l’acheteur sur une fin promise, les éditeurs veulent nous faire avaler quelques couleuvres. Car pour moi nous sommes ici en présence d’une série clairement pas finie, et vu que l’album 7 date de 2006, je ne sais pas si nos auteurs envisagent de continuer. J’aurais pourtant bien aimé qu’ils nous fassent une belle anticipation de cet avenir entrevu. Ou alors, si la série est finie, il faut qu’on imagine nous-mêmes ce qui peut arriver dans ce monde proposé. Dans ce cas, autant que je me lance dans la scénarisation de BD ou romans. Je suis aussi très dubitatif, dans les dernières vignettes du dernier tome, quant à l’attitude de Vlad envers Manta, [(gâcheur) au vu des horreurs qu’elle a commises]. Mais soyons clair, ces défauts ne m’ont pas empêché de prendre un vrai grand plaisir de lecture, j’ai dévoré cette saga, je tiens à le dire. J’ai adoré le dessin avec des visages expressifs au possible, des arrière-plans somptueux, des détails enchanteurs. Une réussite. 14 / 20

18/07/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai lu les trois premiers tomes et je n'ai pas envie de lire la suite. Le point de départ m'a semblé pas mal, mais très vite je me suis ennuyé. Le personnage principal ne m'a pas du tout intéressé et s'il y a quelques bonnes idées dans ce monde futuriste, j'ai été la plupart du temps indifférent. Je n'ai vu qu'une suite de péripéties qui semblaient ralentir la quête du héros. Il reste le dessin de Griffo. J'aime bien les décors, mais je n'aime pas trop comment il dessine les personnages sur cette série.

12/12/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Après des séries historiques académiques chez Glénat, telles Giacomo C. et Cinjis Qan, Griffo change d'univers et se lache dans cette création futuriste scénarisée par le grand Y. Swolfs en 2000, au sein de l'excellente collection Troisième Vague du Lombard. L'action se situe en 2050 dans un futur proche, où Vladimir Zolkoff dit Vlad, qui fricote avec la mafia russe, se lance dans une quête haletante. On pénètre ainsi dans une Russie en décomposition où les anciennes valeurs ont été balayées par le capitalisme et les trafics sordides du monde impérialiste; c'est un futur gangrené par la violence urbaine et le pouvoir de puissants dirigeants mafieux. Vlad en recherchant son frère Igor, va côtoyer des personnages corrompus et sans scrupules, des tueurs implacables, des crapules ignobles dans ce monde en furie où les morts se comptent à chaque page. Cette épopée violente au ton madmaxien, offre une série d'émotions fortes à travers un rythme rapide et soutenu (surtout dans les 2 premiers albums), un climat dur, froid, impitoyable, et beaucoup d'action. On a l'impression d'avoir vu ça des dizaines de fois en BD et au ciné, mais on marche. Le dessin de Griffo se révèle par endroits moins élégant que dans Giacomo C., plus sombre et plus rigide, mais bien en phase avec le sujet. De la politique-fiction en forme de thriller qui ne laisse aucun répit au lecteur. Pour l'achat, j'hésite, mais à moins d'être fan d'anticipation, ça peut se lire en bibliothèque.

13/06/2013 (modifier)
Par tolllo
Note: 2/5

Ce Vlad m’a légèrement ennuyé… Le début de l’histoire, le concept, m’a plutôt bien alléché, mais je trouve finalement l’histoire pas très efficace, longue et parfois inutile. La faute incombe bien sûr au héros, très peu charismatique … Je ne suis pas contre une grosse brute caricaturale de temps en temps, mais là ça ne passe pas vraiment… Ensuite je trouve que le scénario s’enlise à plusieurs reprises, multiplication des péripéties pour finalement pas grand chose. Cette série, assez récente, m’est apparu vraiment « vieillote », bien plus que d’autres séries plus anciennes, sans que je ne sache réellement pourquoi… Le dessin par contre est très agréable, assez réaliste, le découpage des scènes d’actions n’est peut-être pas optimum, mais ce dessin est assez agréable. Bref une série d’anticipation, bourrée d’action qui n’a vraiment pas réussi à me convaincre. (7/20)

30/06/2010 (modifier)
Par gdev
Note: 4/5

C'est une série qui n'est pas facile à noter, tellement elle suscite des sentiments contradictoires. Mais pour ma part, je préfère retenir que les bons côtés de cette histoire. Ca commence pourtant assez lentement, avec cette histoire d'un Vlad qui, pour recevoir un héritage conséquent, doit retrouver son frère jumeau, lequel a eu la mauvaise idée de s'exiler à l'autre bout de la Russie avec une mallette dérobée à un groupe mystérieux ourdissant un complot visant à déstabiliser le frêle ordre de ce monde futuriste. C'est donc une histoire sans surprise qui nous est présentée, mais Vlad vivra suffisamment d'aventures au cours des sept tomes, avec beaucoup de rythme, pour nous faire oublier cette absence d'originalité apparente. Mais tous les grands poncifs y passent : du pauvre gars, anciens de l'armée, qui se retrouve à affronter la mafia Russe, du complot politico financier qui se trame, des expériences scientifiques sur humains, de la quête personnelle du héros et du combat contre ses propres démons, d'une petite histoire d'amour, d'une petite histoire de fraternité... beaucoup d'idées mélangées, beaucoup de style qui se succèdent, perdant parfois le fil de la trame principale, pour mieux y revenir. Le rythme insufflé à l'histoire, et le talent du scénariste pour créer des situations à risques, pour créer de la tension, sont les éléments qui permettent au lecteur de rester accroché à cette histoire. La fin de cette série sonne un petit peu comme une fin de cycle, tellement la fin est ouverte et surprenante. Après nous avoir servi une succession d'actions d'une originalité contestable, le scénariste nous offre une belle surprise de fin, un brin pessimiste et surtout, il revient au lecteur de deviner la suite. De même, beaucoup de mystères ne trouvent pas de réponse à la fin du tome conclusif : qui était réellement la mère de Vlad pour avoir amassé une telle fortune, qu'advient-il des fous dans leur centrale nucléaire désaffectée, et quel est le véritable parcours d'Igor, de Manta ? Côté dessins, c'est un peu comme pour le scénario. Ca commence doucement dans le premier tome, avec des dessins très figés, des décors tirés à la règle, des traits anguleux, des visages inexpressifs. Et petit à petit, tout cela gagne en fluidité, et les scènes d'action n'en deviennent que plus réalistes. Graphiquement, c'est un peu difficile d'accès au début, mais le dessin évolue pour devenir plus consensuel sur la fin de la série, même s'il faut rester prudent : le tout reste dans un style réaliste un peu strict. De même, je trouve, d'une manière générale, les couleurs un peu pâlichonnes pour véritablement mettre en valeur le dessin. Mais ce que je retiendrai avant tout de cette série (mis à part cette surprise en fin de série), c'est l'atmosphère futuriste qui se dégage de cet album. C'est une série qui se situer entre la science fiction et la politique fiction, mais plus dans un registre d'anticipation : suffisamment éloigné de notre époque pour créer un détachement mais plein de références au monde actuel pour ne pas perdre ses repères : les véhicules sont améliorés, certes, mais restent du domaine du possible (un peu comme des concepts cars), et les nombreuses références à la politique des USA (avec, en prime, une caricature de Bush) et la dénonciation de leur caractère hégémonique, bien qu'un peu manichéen, font que cette série nous parle, et nous interpelle. Ainsi, malgré un dessin figé aux couleurs que je trouve décevante, malgré un manque d'originalité et une cohérence mise à mal par des enchainements d'actions très différentes, j'ai apprécié cette trame principale. Mais je ne me leurre pas, le scénariste aurait mis moins d'actions et moins de rythme pour développer son histoire, ma note d'appréciation aurait été moindre.

12/03/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Vlad est un héros grandiloquent et infaillible dans son principe de vérité, de force et d’honneur. Un vrai Arnold Schwarzenegger comme les années 80 et 90 les produisaient en série. Vlad en est presque une caricature risible. On est loin du sérial looser et du anti-héros graveleux à la mode en ces temps politiquement corrects. La crudité des scènes et de la psychologie de base du personnage devrait choquer plus d’un lecteur. Pourrait-on alors regretter une absence totale de pertinence ? Peut-être bien. Le dessin de Griffo ne manque pas de réalisme dans cette création futuriste d’un monde moderne avec une Russie pro-capitalistique du XXIème siècle. On n’est pas encore dans une œuvre d’anticipation à la Travis par exemple. On se demande quand même si ce futur n’est pas en régression… Le scénariste bien connu foisonne de bonnes idées. Cela contribue à un dynamisme qui va en crescendo pour un plaisir de lecture tout aussi grandissant. Juste un bémol concernant la fin « ouverte » du 7ème tome ainsi que la direction fantastique prise. Je n’aime décidemment pas ça. Encore une facilité scénaristique qui me fait bondir. On dira encore que c’est à nous lecteur de faire preuve d’imagination et blablabla… Au final, nous avons une série distrayante mais pas passionnante.

06/01/2009 (modifier)

Voilà une série qui n'est pas forcément la plus connue de Swolfs, mais qui a le mérite de faire passer un bon moment, mélangeant aventure, intrigue et réflexion dans un monde proche de Mad Max. Le scénario est bien ficelé, les personnages nombreux, le héros a l'air d'être le genre de type qui peut tout casser, mais on s'aperçoit au fil des tomes que ce n'est pas forcément le cas. Les méchants ont souvent l'avantage, avec une longueur d'avance. J'ai trouvé pour ma part que la fin est très réussie et sors du classique happy end (en attendant un nouveau cycle ?) Les dessins sont de bonne facture avec Griffo à la baguette, dynamiques avec une belle mise en page. Pas beaucoup de défauts donc, mais pas non plus de quoi rester dans toutes les mémoires.

04/11/2008 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Série divertissante mais sans plus. Si elle n'est pas mauvaise, je ne lui trouve pas le petit plus qui me fera investir. Le dessin est sobre mais efficace, l'histoire elle est assez rythmée. A lire éventuellement, l'ensemble est moyen, ni raté ni exceptionnel.

15/05/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Vlad n'a rien du héros classique. Au départ, c'est un gars qui ne demande qu'un peu de répit suite à un gros héritage maternel. Mais la vie l'a ramené au combat qui est, tous comptes faits, sa seule façon d'exister. A travers sept albums, ses aventures vont l'emmener de l'Ukraine en Yakoutie, via un complexe militaire secret style camp de concentration. Secret ? Oui, car dans ses profondeurs se cachent les labos de l'Organisation où un professeur travaille sur le clonage et les manipulations génétiques. La bonne idée du scénariste a été d'adjoindre un frère jumeau au héros. Mais autant l'un est rustre, l'autre est raffiné. Ils n'ont rien en commun mais ressentent pourtant un vrai besoin l'un de l'autre. Et c'est ensemble qu'ils vivront ces aventures à du cent à l'heure... Fin de ce cycle dessiné par un Griffo en grande forme, et très bien assisté par Swolfs au scénario. Deux bons auteurs complémentaires. Mais quand même pour une série qui "sent" un peu le "déjà vu, déjà lu" bien que sous d'autres formes.

20/02/2007 (modifier)
Par Chalybs
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Ce que j'aime dans cette BD, c'est que Swolfs a osé intégrer certains personnages qui n'ont globalement aucune influence sur la trame principale du scénario mais intervenant dans celle-ci, la perturbe et ralentit du coup nos héros dans leur progression cruciale, lui donne de l'action et du peps. On se demande toujours quel est le lien avec l'intrigue principale, on cherche on se questionne et au final, ce que l'on attend ne se produit pas, ce que l'on n'attendait pas se produit. Un scénario plein de rebondissement, où l'on découvre un Vlad qui se découvre progressivement...Cet homme froid, cette machine à tuer aurait donc un cœur ? Pire, son cœur serait capable de s'ouvrir à des sentiments non liés à la haine et à la vengeance ? Et en attendant, nos héros qui croient avoir du temps sont rattrapés par des ennemis plus rapides. Les méchants ont une longueur d'avance. La surprise pour les malheureux sera totale… En tout cas, moi je faisais parti des malheureux !!! La fin va à l'encontre de tout ce à quoi je m'attendais. Depuis quelques albums déjà, je me demandais comment Vlad et sa troupe allaient réussir à contrer ce complot international. Je n'ai nullement été déçu par cette fin allant contre la raison, allant contre ma raison. Une série au final, qui apparaît vraiment noire et sombre. Pessimiste sur le sort du monde si l'on continue de croiser les bras face à ces multinationales (américaines) qui dominent outrageusement le monde. La tactique des Etats-Unis, est elle aussi bien vu. Enfin, beaucoup de choses se passe dans ces albums beaucoup de choses sont dites. Je peux difficilement en dire plus sans trahir la fin, sans trahir le plaisir de lire de celui qui décidera de se jeter dans sa lecture. Coté dessin, vraiment, plus j'ai avancé dans cette série, et plus j'ai apprécié les dessins dynamiques, la mise en couleur recherchée et soignée, les cadrages, la mise en page. Ceux-ci sont vraiment constants et ce style 'réaliste' est vraiment parfaitement maîtrisé malgré quelques petites imprécisions dans les visages notamment. ET dans le 7ème tome, je ne peux m'empêcher de dire ce que je retiens le plus. Le pamphlet satirique et la caricature des Etats-Unis et de leur actuel président. Et oui, Swolfs profite de ce dernier tome (il avait déjà commencé dans le T6) afin de se lâcher et de dire tout le bien qu'il pense des Etats-Unis et de leur politique extérieure qui ne vise qu'à maintenir leur politique et leur économie interne. On a même droit au petit petit fils Bush en tant que président des Etats-Unis encore plus neuneu que celui d’aujourd’hui. Sa première apparition le voit se prendre les pieds dans le tapis et s’affaler de tout son long…Tout comme on le dit de l’actuel Mister Bush, celui de la BD a été sélectionné, trié sur le volet pour ses facultés à être manipulé par les lobis économiques du pays… En même temps, cela nous a permis de vivre une formidable aventure tout au long de ces 7 tomes. Maintenant il me reste une question. Ceci est-il la fin d'un premier cycle de Vlad ? Il serait facile de continuer maintenant. Toutes les pièces sont en place. Mais pourquoi continuer ? Il semblait difficile de contrer le complot initial, il parait complètement impossible de contrer les faits de la fin de ce 7ème tome. Et puis, moi, cette fin je l'aime bien comme ça. C'est une fin ouverte qui laisse libre cours à notre imagination, tout en posant parfaitement la dernière pierre de cet édifice. Enfin, je me comprends ! Alors, au final ? Aucunement déçu du voyage dans cet univers MadMaxo-futuro_procho-techno-cyberpunko-russo-ukraino-western imaginé par Swolfs et parfaitement mis en image par Griffo.

04/10/2006 (modifier)