Le Moustiquaire de Berlin

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

PANCHO le moustique basque et DIAZ le moustique espagnol quittent Madrid pour rendre visite à leur cousin SIGMUND qui habite Berlin. " Crise économique ? Chômage ? Je m'en fiche moi ! Je veux juste une bonne rasade de sang et puis c'est tout ! "


Berlin Les Insectes

PANCHO le moustique basque et DIAZ le moustique espagnol quittent Madrid pour rendre visite à leur cousin SIGMUND qui habite Berlin. Ils y découvrent leur parent effondré qui leur apprend que les humains souffrent d'une maladie qui rend leur sang dangereux pour la consommation des moustiques. JUNG le visionnaire, tout comme MILLÉSIME le sommelier international, sont impuissants face à la catastrophe.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Janvier 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Moustiquaire de Berlin
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

10/04/2007 | Sejy
Modifier


Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

Oula … Je me demande ce qui m’a pris d’acheter cette bd. Ce devait être en période creuse et mon addiction à la bd m’a fait prendre n’importe quoi. Pourtant, l’idée de départ est plutôt prometteuse avec ces moustiques qui éprouvent de grandes difficultés à s’approvisionner en sang frais et sain. En effet, la crise est passée par là et la populace se fait du « mauvais sang » pour son avenir. La narration patauge bien vite dans des futilités avec le fil de l’histoire qui se perd dans des circonvolutions plutôt vaines. Bref, pour une bd sur les moustiques, elle manque singulièrement de piquant ! Quelques bonnes idées donc mais mal agencées avec un dessin élémentaire (presque amateur). Rien de bon à se mettre sous la dent.

05/10/2012 (modifier)
Par Sejy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Sejy

Je me préparais à donner un avis d’autant plus sévère que j’attendais beaucoup d’un album ayant reçu un prix. Finalement, après relecture, je vais verser un peu d’eau dans mon vin. Plusieurs éléments m’ont un peu gêné dans cet album. D’abord au niveau du graphisme. Si j’aime le trait des personnages, j’avoue regretter l’absence de décors dans beaucoup de cases, une simple colorisation informatique faisant office de fond (Personnellement, je préférerais du Noir & Blanc). Ensuite la parabole dégagée par l’oeuvre : quelque idéologie que ce soit (communisme, nazisme, mondialisation…) poussée à l’absolu, ne peut que mener au désastre : Ou trop superficielle, et j’aurais préféré un traitement un peu plus approfondi ; simplement un choix des auteurs ? Ou vraiment trop complexe et c’est trop obscur, j’ai la sensation d’avoir loupé quelque chose ; mais là ça vient de moi ! Enfin, j’ai trouvé l’ensemble un peu décousu par moments. En particulier quelques répliques « en trop », inconsistantes, qui cassent le rythme, et ne se justifient, à mon goût, qu’à elles-mêmes. Bon, je laisse tomber le fouet et je prends la pommade. Premier bon point, l’originalité. Une bande de moustiques délirants victimes du « mauvais sang » que se font les humains, l’idée fait …mouche. Secundo, l’humour. Même si l’on ne se tord jamais de rire (et ce n’est pas le but), du décalage des protagonistes avec la situation se dégage une ambiance fantaisiste omniprésente et assez plaisante. Maintenant, ce que je préfère : Les diptères (j’avoue, j’ai cherché longtemps un synonyme). Tous affublés d’une personnalité « collant » bien avec leur prénom (Millésime, Morfal, Sigmund …), ce sont eux qui font que j’ai réévalué ma note. Même si l’ensemble m’apparaît un petit peu léger, retrouver nos héros (z)ailés dans une seconde aventure, serait bien sympathique. Et puis, en définitive, il faut tout de même reconnaître que l’on découvre dans « Le moustiquaire de Berlin » nombre de bons éléments souvent absents dans beaucoup de premières créations. Achat conseillé si vous n’avez pas un budget serré, sinon…

10/04/2007 (modifier)