Le Voyage (Baudoin)

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Angoulême 1997 : Alph-Art scénario Le Voyage est peut-être l'album le plus onirique de Baudoin. A l'origine, réalisé pour l'éditeur japonais Kodansha, cet album raconte l'histoire d'un homme qui décide de tout plaquer du jour au lendemain... 232 pages format livre.


Angoulême : récapitulatif des séries primées Ciboulette Folie

Le Voyage est peut-être l'album le plus onirique de Baudoin. A l'origine, réalisé pour l'éditeur japonais Kodansha, cet album raconte l'histoire d'un homme qui décide de tout plaquer du jour au lendemain... 232 pages format livre. A l'origine, réalisé pour l'éditeur japonais Kodansha, cet album raconte l'histoire d'un homme qui décide de tout plaquer du jour au lendemain... 232 pages format livre.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 1996
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Voyage (Baudoin)
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

14/02/2007 | cac
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà un album assez déroutant, mais qui justifie son titre. Et mérite qu’on s’y attarde. En effet, c’est l’histoire d’un homme, qui, du jour au lendemain, plaque femme et enfant, pour partir dans un « voyage », autant intérieur que tourné vers l’extérieur, qui le verra rencontrer des personnes attachantes – mais auxquelles il ne s’attache pas forcément. Je ne suis pas persuadé que Baudoin savait toujours où il allait, et je subodore une bonne dose d’improvisation dans ce scénario, qui fait la part belle à la rêverie, à la dérive, voire au surréalisme. En particulier, pour ce dernier point, l’idée du crâne du héros, « à ciel ouvert », dont les idées ou l’imagination se voient prolongées comme des mots lancés au vol : images poétiques et verbales se rejoignent ici, même si j’ai eu au départ un peu de mal à m’y faire. Mais le procédé est intéressant. Il faut clairement être réceptif à cette histoire où l’ambiance, la poésie, la fuite de la réalité, sont essentielles. Etre « embarqué », en faisant toute confiance aux images de Baudoin, et le suivre sur une voie qui s’invente au fur et à mesure que se développe l’histoire, entre liberté sans contrainte et réalité du moment. Relativement épais, cet album se lit assez rapidement – les textes étant peu nombreux. Pour ce qui est du dessin, c’est du Baudoin assez classique, avec une utilisation du Noir et Blanc, et un trait très gras. Note réelle 3,5/5. Atypique, surprenant, c’est un album que j’ai apprécié, et que je vous recommande.

21/04/2017 (modifier)
Par DamBDfan
Note: 3/5

Le Voyage est une œuvre doucement rêveuse, introspective, expérimentale, forcément très poétique avec un zeste de surréalisme. Baudoin? C'est simple, on adhère ou pas car cet auteur a un style très personnel et pas des plus accessibles au niveau graphique (dessins souvent tortueux voire négligés) Pour ma part, j'ai bien apprécié cet album. L’histoire peut sembler banale mais il y a quelque chose (beaucoup d'âme)... Difficile d’en dire plus, il faut tenter l'expérience (ça vaut le coup) car il s’agit avant tout d’un ressenti personnel en se faisant son propre avis suivant son vécu et son émotivité. A découvrir.

10/06/2014 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

M’ouais, pas vraiment convaincu par cet album d’Edmond Baudouin ! En fait, j’ai même du mal à comprendre pourquoi « Le Voyage » a été récompensé par un Alph-Art scénario au festival bd d’Angoulême 1997 parce que l’histoire m’est apparue très classique ! C’est à croire qu’à l’époque, ce genre de récit était rarement abordé dans le monde du 9ème art ! « Le Voyage » nous raconte le destin d’un homme qui, d’un coup de tête, a plaqué toute sa famille et son boulot pour fuir son quotidien. C’est donc un road-movie que nous présente Edmond Baudouin où notre « héros » fera la connaissance de personnages pittoresques (notamment le marionnettiste) et -bien entendu- d’une femme dont il tombera éperdument amoureux. Et comme d’habitude dans un récit de cet auteur, nos protagonistes vont évoluer dans le sud-est de la France, sa région natale et résidente. « Le Voyage » peut être interprété comme une critique de notre société de consommation. Bref, ce récit m’a semblé peu surprenant. En fait, l’originalité du « Voyage » vient de représentation des pensées du personnage principal où le lecteur y verra le haut de son crâne illustrant ce qu’il pense ou imagine. Pour le reste, au niveau du dessin, les bédéphiles qui sont habitués à feuilleter les albums d’Edmond Baudouin surtout ceux en noir et blanc ne seront guère dépaysés. On y retrouve son coup de patte faussement brouillon où l’auteur utilise souvent le crayon pastel noir pour donner des ambiances « charbonneuses » à son récit. Pourtant, l’ensemble m’est apparu très lisible et assez plaisant à contempler parce que j’aime quand un auteur nous propose un style personnel, ce qui est le cas avec Edmond Baudouin. Une lecture agréable mais sans plus, voilà ce que je retiens du « Voyage » proposé par Edmond Baudouin. Ce road-movie m’est apparu peu surprenant, son originalité vient de la façon dont l’auteur a illustré les pensées du personnage principal : c’est trop peu pour que le feuilletage de cette bd me soit inoubliable.

23/08/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

C'est clairement un des meilleurs Baudoin qu'il m'ait été donné de lire. Pourtant j'ai eu des craintes sur les premières pages. L'idée de remplacer le haut du crâne du personnage principal par ce à quoi il pense était intéressante. De là à multiplier les pages à la limite de tourner en boucle, il y a une marge. Pourtant passé cette introduction, le récit est devenu captivant. Les personnages sont tous en marge du système. Leurs relations sont vraies, ils ont des rôles positifs les uns sur les autres. Il y a une dimension fantastique ou onirique selon son niveau cartésien. Elle permet des facilités scénaristiques mais apporte d'autant plus de force à l'histoire. Celle ci démarre fort : un homme à la vie calée sur des rails lâche tout. On a l'impression d'un moment de démence. Cette cavale amène sur des rencontres riches en émotion. J'ai apprécié le personnage du marionnettiste qui sait traduire simplement les non dits. Que faut-il retirer de cette histoire ? Rien de particulier ou beaucoup de choses en fonction de son vécu et de sa sensibilité. Le dessin de son côté est typique de la production de Baudoin. Le trait change constamment. Comme le scénario, au début de la lecture il me plaisait peu, trop art et essais. Par la suite, il m'a plu, il faisait corps avec ce récit rondement mené. A découvrir, ce one shot se lit rapidement malgré sa grande pagination. Note finale : 3,5/5

05/01/2010 (modifier)
Par cac
Note: 4/5

Un homme plaque tout subitement, famille soit une femme et un enfant… et part en « voyage », à l’aventure totale. Il va faire des rencontres aussi bien en amitié qu’en amour. On ressent avec lui le besoin qu’il avait de s’évader, de faire autre chose de purement non matérialiste et donner du plaisir. Il le fait notamment via un spectacle de marionnettes qu’il donne pour les enfants avec un homme qui deviendra un ami. J’avoue avoir bien apprécié cet album de Baudoin et le parcours de cet homme sans prise de tête.

14/02/2007 (modifier)