Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Aventures oubliées du Baron de Münchhausen

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 7 avis)

Le célèbre baron de Münchhausen connu pour ses aventures extraordinaires est esclave d'un sultan. Celui-ci lui propose un marché : le baron doit parvenir à lui faire croire à ses récits et il restera en vie sinon...


Proche et Moyen-Orient

Le récit commence vers 1780 dans le désert de Wadi Rum, au coeur de l'empire Ottoman. Une caravane d'une dizaine d'âmes trace son chemin sous un soleil écrasant. Parmi eux, un esclave, terré dans sa cage, le jadis illustre baron Karl Hiéronimus Von Munchhausen qui a rendez-vous avec son destin. Un sultan réputé cruel l'a acheté pour lui proposer un marché si le baron parvient à lui faire croire à ses aventures farfelues, il aura la vie sauve et retrouvera sa liberté, sinon, il mourra décapité ! Dès lors, le Baron n'aura de cesse de séduire son ravisseur par ses récits, de lui raconter son odyssée orientale et de se transformer en une intarissable et germanique Shéhérazade ! L'audacieux et talentueux Olivier Supiot réutilise le bouillonnant baron pour nous plonger dans une nouvelle série d'aventures inédites aussi drolatiques que rocambolesques. Une histoire dans l'esprit des Mille et Une Nuits qui ne manquera pas de vous faire rêver ! Texte : Vents d'Ouest

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 30 Août 2006
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Les Aventures oubliées du Baron de Münchhausen
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

26/10/2006 | Lamali
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

J'avoue que je suis un peu déçu, en vérité il n'y a pas ici grand chose à se mettre sous la dent ou plutôt les yeux si ce n'est le dessin, ou devrais je dire les illustrations de Supiot. C'est très beau, certaines planches possèdent une force évidente mais cela n'est pas suffisant. Cela me fait dire qu'il y a bien souvent un problème avec ces illustrateurs/dessinateurs de très grand talent qui ne savent pas, ne veulent pas recourir aux services de scénaristes, comme si leurs talents picturaux devaient suffire. A l'arrivée cela est assez vain et si le résultat est plus qu'agréable à l’œil cela ne suffit pas à donner l'envie d'acheter la BD. Avec ces aventures de Münchhausen déjà bien foutraques ne pas baliser son chemin, son récit est une aventure plus que complexe. Mon avis rejoint en de nombreux point celui de mes deux prédécesseurs et sauf pour les inconditionnels de Supiot l'achat n'a pas de nécessité.

16/10/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Après la lecture de ces trois albums, mon ressenti est très proche de celui de Mac Arthur. En effet, cela vaut surtout pour le travail graphique de Supiot (dont le dessin est vraiment beau), qui joue à plein sur de grandes planches parfois muettes, des décors très colorés, tout ceci masquant souvent le creux de l’intrigue. En effet ces trois albums (narrant trois aventures se déroulant aux quatre – ou plutôt ici trois – coins du monde) n’ont pas beaucoup de consistance, et il y manque souvent la poésie furieuse, la folie, le côté déjanté que j’en attendais (d’après ce que je sais des textes d’origine, et de la version de Gilliam). Alors, certes, ces élucubrations mégalomanes se laissent lire, mais j’en suis quand même ressorti déçu. Note réelle 2,5/5.

04/05/2019 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Cette série vaut principalement pour son graphisme. La colorisation, plus particulièrement, apporte un charme visuel indiscutable. Les histoires, par contre, si elles respectent à mon avis bien l’idée de départ (même si je n’avais du Baron de Münchhausen que la vision de Terry Gilliam), n’ont rien d’exceptionnel ni de palpitant. Ces élucubrations ne sont souvent que prétextes à nouvelles créations graphiques. Il faut dire qu'Olivier Supiot laisse une large place au dessin, multipliant grandes cases et mises en page aérées. Ce qui a pour résultat que le scénario se résume à peau de chagrin. Agréable à regarder mais vite lu. Je ne déconseille pas l’achat, mais cette série est à réserver aux amateurs du trait.

04/06/2010 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Le Baron de Münchhausen est un excentrique aventurier mégalomane et mythomane à ses heures. Chaque album retrace un de ses voyages du bout du monde. Il n’y fera pas que d’heureuses rencontres et sa tendance à grossir sa vérité amusera ses hôtes. Ses hauts faits feront d’ailleurs le tour du monde bien avant lui. Ces récits mêlent donc réalité et fiction d’un homme déluré qui va même jusqu’à côtoyer la mort et la provoquer. La lecture est distrayante, voire amusante par moment. On peut toutefois regretter un temps de lecture par tome relativement bref. Heureusement, les planches d’Olivier Supiot font la joie de l’amateur de belles planches colorées. La grande force est ce dessin resté au stade d’esquisse, magnifié par une mise en couleurs directes assez énergique. C’est vivant et coloré, tout comme la vie fictive du baron. La vie d'un grand fou à découvrir !

06/08/2009 (modifier)
Par Scram
Note: 3/5

Une fois n'est pas coutume, c'est sur un coup de coeur que j'ai choisi cette BD. Mon oeil a été attiré par la couverture qui m'a intrigué. De plus, le personnage du Baron de Münchhausen m'intrigue. Je ne sais pas grand chose de lui si ce n'est quelques souvenirs d'un dessin animé qui passait quand j'étais jeune (temps pas si loin que ça mais qui s'éloigne malgré tout). Le dessin est vraiment très agréable. On a un peu l'impression de regarder des illustrations faites à la pastel. Les couleurs sont chaudes puis deviennent plus froides quand l'histoire le nécessite. Le style est vraiment intéressant et m'a fait penser à d'autres BD qui avaient un graphisme qui sortait de l'ordinaire (Abraxas de Corbeyran et Alfred ou Petrus Barbygère de Sfar et Dubois). Je ne connais pas les autres oeuvres de l'auteur mais cela me donne envie de les découvrir. Une belle BD ne fait pas une bonne BD. L'histoire du Baron fait penser à la princesse Shéhérazade racontant ses contes des 1001 nuits. Nous avons une succession d'aventures rocambolesques narrées par le héros qui prétend ne raconter que la stricte vérité. Ses mésaventures sont assez prenantes et rappelleront d'autres illustres péripéties (la géante m'a fait penser au cyclope de L'Odyssée). Je ne connais pas le récit original et je ne sais pas si Supiot y est fidèle mais en tout cas les aventures sont prenantes. Le défaut pourrait être le trop grand nombre de ces aventures racontées en un tome. Tout s'enchaîne très (trop ?) rapidement et j'aurais aimé m'arrêter un peu sur tel ou tel personnage secondaire. On a un peu l’impression de courir derrière l'auteur. On voudrait prendre son temps. Bref c'est une bonne série, un peu dans l'esprit de "De capes et de crocs". J'attends la suite avec impatience et j'espère que l'auteur changera de rythme dans sa narration. Ceci dit, malgré tout je pense que je lirai la suite.

04/04/2007 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Avis pour le tome 1 « les orientales » Du baron de Münchhausen, je ne connais que le dernier film de ce roman réalisé par Terry Gilliam (Monty Python). Alors en souvenir de ce long métrage fort divertissant, je me suis dis que j’allais certainement passer un bon moment de lecture avec cette nouvelle BD réalisée par Olivier Supiot, le dessinateur du Dérisoire primé lors du festival d’Angoulême et de Marie Frisson, une série pour enfants. L’histoire débute lorsque le baron est emprisonné par un émir, ce dernier lui promet de le libérer s’il le convainc de la véracité de ses péripéties. Le récit s’enchaîne ensuite par les maintes ou moult exploits du baron de Münchhausen commentés par lui-même. Les aventures du baron me sont apparues très divertissantes. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’histoire soit inédite, qu’elle ne soit pas un remake du film. Je me demande même si le récit existe réellement en littérature… une petite recherche s’impose pour moi ! J’ai aimé aussi les passages où le baron est en proie au doute et où la mort n’est jamais très loin de lui, ces séquences contribuent à le rendre attachant. La narration est très efficace, tellement efficace que j’ai eu une petite frustration lorsque je me suis aperçu que ma lecture fut courte malgré les 56 pages de l’ouvrage ! La situation de cette histoire dans des contrées orientales à l’époque moyenâgeuse contribue beaucoup à l’aspect féerique que j’ai pu ressentir de la lecture, l’ambiance des « mille et une nuits » effleure de très près ce récit. Le traitement graphique des « aventures oubliées du baron de Münchhausen » se rapproche beaucoup du Dérisoire. La mise en couleurs est splendide avec cette diversité de tons, tantôt flamboyante pour des séquences d’action ou pour retransmettre la chaleur des pays arabes dont le récit se situe en partie, tantôt sombre lorsque la mort rôde, tantôt glaciale lorsque le personnage principal est en huis clos… c’est un vrai régal pour les yeux ! Olivier Supiot use de l’acrylique dans ses mises en couleurs. D’ailleurs, l’excellente qualité d’impression du livre cache mal l’utilisation de cette technique de peinture (l’acrylique permet de mettre du relief dans les compositions). La mise en page est très aérée, Olivier Supiot se permet même d’y glisser de magnifiques pleines pages. « Les aventures oubliées du baron de Münchhausen » est bien partie pour être une série captivante à lire. Dans ce premier tome, l’histoire m’est apparue suffisamment inédite pour que je la suive sans ennui, Olivier Supiot ne s’est donc pas contenté de reprendre la trame du seul film que je connaisse de ce héros. La mise en couleurs m’a semblée exceptionnelle, elle contribue beaucoup à l’ambiance féerique que j’ai éprouvée lors de la lecture. Mon seul reproche envers cette BD est que, malgré ses 56 pages, l’album se lit très vite ! A suivre… Note finale : 3,5/5

03/12/2006 (modifier)
Par Lamali
Note: 4/5

C'est la première fois qu'Olivier Supiot est seul aux commandes d'une série... Vous avez aimé le dessin de Féroce ou du Dérisoire ? Alors vous aimerez le dessin des aventures du Baron, certaines cases ressemblent à une peinture... Supiot avait prouvé ses talents de dessinateur et encore plus ses talents de coloriste, il les confirme. Le principe de la série est une narration faite par le Baron lui-même qui s'adresse au lecteur. Ce 1er tome, les Orientales, voit une succession d'aventures racontées par le Baron à un sultan dont il est prisonnier. Dans ce 1er tome, c'est bien cette succession qui, à mon avis, est le point faible du livre car j'ai un peu le sentiment d'avoir survolé chacune des aventures plutôt que d'être véritablement rentré dedans. Malgré ce bémol, j'ai passé un beau et bon moment de lecture.

26/10/2006 (modifier)