Le Dérisoire

Note: 3.38/5
(3.38/5 pour 13 avis)

Angoulême 2003 : Alph Art du meilleur dessin. Une belle fable onirique et graphique au format original.


Angoulême : récapitulatif des séries primées Carrément BD Format carré Marine moderne

Le capitaine d'un bateau ne commande plus qu'à des spectres moqueurs Une femme aux pouvoirs surnaturels va lui montrer qu'il reste en lui une part de rêve et d'espoir. Son navire qui est échoué loin de la mer ne l'empechera, même abandonné par la magie de retrouver la mer.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Mai 2002
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Dérisoire
Les notes (13)
Cliquez pour lire les avis

07/10/2002 | Régis
Modifier


Par sejy
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sejy

Persistance rétinienne. Persistance émotionnelle. Je suis poursuivi par une carcasse immobile, un cargo dérisoire au squelette gangréné par la rouille. De ses entrailles lugubres a surgi un curieux Quasimodo, abandonné. Marinier-chef de rien, maugréant sans fin contre les spectres de matelots insubordonnés et railleurs, il s’agace de cette citadelle inachevée, éternellement encalminée. Longtemps, elle lui a tenu chaud. Maintenant, elle l’étouffe. Prisonnier à bout de souffle, la mémoire brumeuse, engloutie dans les regrets, il fait le constat détestable du naufrage de sa vie et m’invite à bord d’une sombre parabole. Mais je n’aime pas les cauchemars (personne n’aime les cauchemars)… enfin, jusqu’à présent. Ligoté dans une plénitude contemplative, subjugué par sa mélancolie aux mille feux, je plonge sans cesse dans mon nouveau musée de la tristesse. Chacune de ses cases dénude un tableau, une dissertation que je ne me lasse pas de décortiquer. Olivier Supiot est un poète, un thaumaturge de la lumière. Son pinceau saisit, éclabousse. Chaud, éthéré, lubrique, sensible, glacial, désespéré, emporté ou morbide : le geste d’un peintre alchimiste qui magnifie tout, des vapeurs colorées au plus lourd des plombs. Spirales tonales, palpitations mélodiques, ses couleurs sont un pouls qui orchestre l’émotion. Au-delà de sa traduction narrative, chaque composition picturale libère une dominante chromatique source de sensations précises et intenses : suffoquer par l’ocre sale et si pénétrant de la rouille ; craindre le vide claustrophobe du noir, le blanc fantomatique des limbes d’un esprit résigné ; respirer le vert, se vivifier à l’or solaire de pastorales idylliques ; mimer l’apnée dans les profondeurs d’un bleu aquatique et ses baignades romantiques voluptueuses ; prendre le rouge aux joues d’un apprenti voyeur soudain nourri aux figurations grotesques de la luxure et ses plaisirs dépravés ; savourer l’andante d’un orangé crépusculaire, saudade obsédante. Ce ballet de dioramas expressionnistes étourdit, dérègle les sens. J’entends les images et je regarde une musique. La partition est lancinante et dans cet arpège symbiotique de la peinture et du verbe, Éric Omond joue, lui aussi, des notes étincelantes. Les tourments existentiels de son animal métaphysique sont travestis au cœur d’une allégorie subtile et émouvante. Une vision tragico-satirique qui, explosant dans la collision du fantastique et du rêve, prend le temps de suggérer. Marchant dans l’ombre des démons de son loup de mer, de ses vaines rouspétances intérieures, glissant sur des vagues à l’âme peinant à rider l’océan croupissant de son désespoir, elle expose l’insidieuse abdication d’un homme. Un fatalisme ébranlé par la troublante, la délicieuse Constance Imbroglio. Apparition sensuelle, oasis de frivolité dans une existence aride, la jeune femme pointe de nouveaux caps, ouvre des horizons inconnus et mon capitaine, émoussant ses interdits, inhibant ses certitudes, découvre une perspective à son destin. Mais, derrière le cache-blessure onirique, le trop vieux marin n’a pas abdiqué sa personnalité, les peurs ne sont pas toutes passées par-dessus le bord. Constance s’exaspère. Les répliques claquent, comme autant de morsures, de rappels à l’ordre de la réalité. Constance a donné, Constance reprend. Pauvre hère ! Perdu à la lisière des espérances et de la folie, tu n’as plus que le souvenir de ces pulsions de vie pour constater la vacuité de ton être et, enfin, tu trouves la force de stopper le supplice. Au bout du Parcours expiatoire, la liberté. Et pendant que tu redeviens le capitaine de ton âme, ô pacha saturnien, chante-moi encore et encore ton flamboyant requiem ! Comme à mon habitude, j’ai cédé devant l'enthousiasme. Obsédé textuel exalté, je me suis emporté avec emphase. Mais cela ne pouvait être autrement. Cette œuvre est un puits insondable de poésie, une source que l’on ne craindra pas de tarir par d’innombrables lectures passionnées. Pour ne rien gâcher, l’édition est superbe : dos toilé, plats au toucher satiné et un format dont les grandes pages carrées mettent en relief la qualité du travail des auteurs. Alors, embarquez en toute confiance et faites de très beaux cauchemars !

01/05/2011 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Second album de la collection "Carrement BD" de Glénat que je lis, et je suis encore sous le charme ! Si l'attention portée à l'objet et à la qualité du graphisme est toujours aussi omniprésente, ici l'histoire tient plus la route que dans L'Epouvantail Pointeur (pourtant du même scénariste). Les planches d'Olivier Supiot sont vraiment envoutantes ! Quel talent pour rendre les ambiances si marquées et contrastées qui évoluent au fil des pages ! Tout est très tranché mais s'enchaîne pourtant avec beaucoup de subtilité... On sent les ambiances changer et perdre de leur superbe quand l'histoire impose ses tensions entre les personnages. Les amateurs de couleur seront comblés ! Simplement magnifique ! Quant à l'histoire de ce "marin perdu", Eric Omond joue à merveille sur les mots, les personnages et les mystères, pour imposer dans un huis-clos bien peu hermétique l'album photo de la vie d'un homme bien malheureux. Un récit d'une grande universalité, tout en images et en ambiances où en cherchant bien, chacun pourra y trouver des bribes de sa propre existence... Une BD magnifique et profonde à découvrir sans tarder si elle vous passe entre les mains.

23/04/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Je ne chercherai pas à apporter un résumé rationnel sur ce one-shot. Le scénario est rempli de sens mais laisse avant tout au lecteur sa propre appréciation selon son humeur et sa sensibilité. Cela est possible grâce au dessin hors norme de Supiot : une véritable oeuvre d'art, avec des couleurs qui en mettent plein les mirettes. Graphiquement c'est une des plus belles BD que j'ai eu l'occasion de lire. Avec un scénario moins abstrait, je serai peut être monté à la note maximale. A découvrir de toute urgence, cette BD atypique sur tous les points de vue offre une expérience surprenante. Cette espèce de conte relativement noir marque les esprits grâce à ses superbes cases allant jusqu'à la page entière.

13/04/2009 (modifier)
Par Scram
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

C'est une BD que j'ai achetée sur un coup de cœur au salon de la BD de Montreuil-Bellay. La couverture a attiré mon œil. J'ai alors commencé à la feuilleter et là je dois reconnaître que j'ai été scotché par les magnifiques dessins d'Olivier Supiot. D'ailleurs il était présent au festival et il m'a fait un dessin magnifique, avec des couleurs splendides. Il a vraiment un sacré coup de crayon ! Dans cette BD, les dessins vous plongent vraiment au cœur d'un vieux bateau. On ressent vraiment toute la lourdeur du navire, la crasse et surtout la rouille. L'équipage est lui aussi vieux et usé (tellement vieux que ce sont des morts) à l'image du cargo et de son capitaine. C'est une atmosphère très prenante qui nous est proposée. Puis tout à coup, le héros rencontre d'autres personnages et on passe à un univers différent. D'un vieux cargo rouillé, on passe à un paquebot luxueux des années folles, avec ses riches passagers insupportables et excentriques. Ce qui me rend encore plus admiratif du travail du dessinateur, ce sont toutes ces ambiances qui s'enchaînent. De la salle des machines à la salle de bal, du pont du paquebot à la passerelle du cargo, chaque planche a son atmosphère et cela se ressent rien qu'en feuilletant l'ouvrage, notamment dans le choix des couleurs. D'après la discussion que j'ai pu avoir avec l'auteur, c'était un de ses buts, créé des univers bien marqués. Personnellement, je trouve l'effet réussi. Le scénario maintenant (signé Eric Omond). Le bateau est ici une métaphore de la vie de son capitaine. Le cargo n'est pas terminé et il n'a pas de destination. Il est immobile au milieu de nulle part. Les marins sont morts et errent sans but en se moquant de leur supérieur, sans relief, sans ambition et surtout sans volonté. Il n'arrive même plus à se tromper lui-même. C'est une rencontre avec une femme dans une partie du cargo transformée en paquebot qui va lui donner l'illusion qu'il peut s'en sortir. Dit comme ça, ça a l'air incompréhensible. Il faut lire la BD pour saisir la transformation de l'embarcation et ce que cela implique pour le héros. Cette BD est un voyage intérieur, dans les tourments d'un homme. En tout cas c'est comme ça que je l'ai comprise. O. Supiot m'a dit lors de la dédicace que beaucoup de gens avaient réagi de manières différentes. Un lecteur lui a dit un jour que cette BD lui avait rappelé la période de sa vie où il était alcoolique (ce qui peut se comprendre quand on réfléchit après lecture de la BD). J'ai l'impression que chacun peut trouver dans ce vieux rafiot des éléments de son passé, pour peu qu'il rentre dans l'histoire. C'est là je pense le principal problème. Si on ne rentre pas dans l'univers des auteurs, on passera à côté de ce qui fait la force de la BD. Pour conclure, je dirais que cette BD mérite que l'on y jette un coup d'œil. Laissez-vous embarquer par ce pauvre hère, vous verrez que l'on ressent son impuissance puis son espoir. Les dessins vous plongent au plus profond de son mal-être, ce cargo est vraiment captivant. Le passage dans l'univers de la femme risque d'en rebuter plus d'un, mais prise dans son ensemble, l'histoire se tient bien. Il est malheureusement assez facile de passer à côté de la BD. Laissez-lui une chance, relisez la. Si vous restez insensible aux souffrances de ce capitaine, il vous restera malgré tout un bel objet, avec des très beaux dessins. Allez, faites tourner les machines, cap vers...

21/05/2008 (MAJ le 21/05/2008) (modifier)
Par iannick
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur iannick

Ne vous fiez pas à la couverture du « Dérisoire » qui est à mon avis ratée et jetez un coup d’œil sur les pages intérieures : à moins d’être allergique à la couleur, vous en prendrez plein la vue dans le sens le plus positif du thème ! Le « Dérisoire » est une BD pleine de poésies. C’est aussi un conte qui reste d’actualité, celle de l’individu qui privilégie son travail à sa vie familiale. C’est l’histoire d’un capitaine solitaire d’un vieux cargo qui découvre peu à peu qu’il existe une vie en dehors de son métier, il rencontre une femme qui l’invite à sortir de son « moule » et à l’occasion l’amour. O. Supiot, habitué à dessiner des BD pour enfants, nous surprend agréablement avec « le dérisoire ». Il nous montre la pleine mesure de son talent de coloriste en réalisant cet album, les planches d’ensemble comme celles des pages 7 et 26 font franchement magnifiques ! Les ambiances changent selon que l’on trouve à l’intérieur du cargo avec les teintes rouilles, dans la forêt à dominante verte et j’en passe… C’est tout simplement de l’art ! Difficile en effet d’imaginer une version noire et blanche car la transition entre le monde maritime et celui extérieur aurait été, à mon avis, ratée dès la page 18. Le livre est publié dans un format inhabituel pour les amateurs de BD mais il est parfaitement adapté à l’histoire et au trait d’O. Supiot Cependant, je regrette dans cet album la qualité inégale de certaines planches comme celle de la page 41 où les décors sont absents et les couleurs un peu trop « flashy » à mon goût. « Le dérisoire » est une BD que tous les bédéphiles se doivent de découvrir ! Si la couleur était une diplomatie, O. Supiot serait certainement un de ses meilleurs ambassadeurs ! Au fait, si vous avez aimé « Le dérisoire », n’hésitez pas à feuilleter Féroce des mêmes auteurs.

16/06/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Le Dérisoire est un joli album. Les planches, belles compositions de peinture, vont de jolies à très jolies. Certaines cases, notamment celles du bateau lui-même, sont superbes. J'aime cette technique de peinture (gouache ?), ces couleurs et la construction des images et des planches. L'histoire est une suite de métaphores sur l'âme humaine, le désespoir, le repliement sur soi et la difficulté à éprouver de l'amour et de la sociabilité quand on estime son corps et son âme en pleine déchéance, en plein dérisoire. Le tout est raconté à la manière d'un récit onirique, assez linéaire pour ne pas sombrer dans l'absurde. C'est plaisant à lire, joli à regarder, sans pour autant marquer par son originalité ou son éventuelle force narrative.

15/06/2006 (modifier)

Le talent de Supiot est évident. Maîtrise des couleurs et de la mise en page. De chaque planche se détache une émotion, un effet unique qui accompagne (transcende...) le récit. Mais le problème vient justement du récit. L'auteur en voulant raconter une histoire sous forme 'onirique' en a oublié l'essentiel: quel est l'intérêt, le sens, la morale, l'objectif de ce récit... et je ne parle même pas d'action ou de rebondissement! Je me suis franchement ennuyé à la lecture malgré toute l'émotion, la beauté ou l'horreur que le dessin essayait de nous suggérer. D'ailleurs je suis convaincu que supprimer le texte n'enlèverait rien à cette BD.

12/05/2004 (modifier)

Oui, le dessin en tant que tel est superbe, une véritable peinture. Mais il faut également compter avec les personnages, superbement étudiés et bien rendus : le capitaine, avec sa transformation magistrale, le fourneau, bluffant de par la part qu'il laisse à l'imagination, les fantômes, tour à tour volatiles et consistants. Le décor et ses ambiances, ses effets de lumière superbes ! La mise en scène, soigneusement étudiée, choisie et rendue (regardez la troisième case de la première planche ! Ne dirait-on pas un monstre prêt à engloutir le capitaine ?). Tout cela forme un ensemble complètement cohérent avec l'histoire (qui me fait fortement penser à Le colporteur, de Tirabosco), onirique, métaphorique, qui se laisse lire au premier degré ou décoder selon la fantaise du lecteur. Rarement dessin et histoire auront été si dépendants l'un de l'autre ! En tout cas, je suis sous le charme.

20/10/2003 (modifier)
Par Thierry T
Note: 4/5

Attention : magie! Les dessins ne sont pas beaux, et pourtant ils le sont. Il n'y pas de scénario, et pourtant la lecture de cet ouvrage laisse une empreinte indélébile. Nous sommes tous des capitaines du dérisoire... Les autres sont-ils tous des Constance ? Une bd à part, une bd illusionniste. Une belle oeuvre.

05/08/2003 (modifier)
Par JBT900
Note: 2/5

Les couleurs sont vraiment somptueuses, bien réparties, lumineuses, et en accord parfait avec l'ambiance voulue par le scénario. Les dessins sont dans le ton de l'histoire, à peine ébauchés, comme emprunts de timidité et de douceur. Par contre je n'ai pas accroché sur le scénario, trop léger justement. Le personnage principal aurait mérité d'être plus creusé, pour constituer une vraie histoire, enfin, c'est une BD originale et c'est le style qu'ont voulu donner les auteurs je suppose.

06/01/2003 (modifier)