La Nuit des Clandestins

Note: 2.25/5
(2.25/5 pour 4 avis)

Et si les laissés-pour-compte se soulevaient contre l'ordre établi ?


Auteurs suisses Pierre Christin

C'est une vague de fond. Concierges, livreurs, techniciens de surface, maçons, les femmes de ménage, les vigiles... De l'intérieur et de l'extérieur, tous convergent sur les lieux de richesse et de pouvoir de la planète. Mais le gouvernement avait tout prévu, puisque presque simultanément, une spécialiste de politologie mondiale, Irène Swallow, est invitée à servir d'intermédiaire avec les portes-paroles de ce mouvement. Mais il semblerait que quelqu'un cherche à leur mettre des bâtons dans les roues...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1992
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Nuit des Clandestins
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

11/03/2006 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Eh bien, un gros bof, voilà tout ce que m’inspire cet album qui, sur de bons sentiments et pour semble-t-il défendre des idées a priori estimables, s’empêtre dans une bouillie de bons sentiments et d’événements hautement improbables. On pourrait qualifier les idées de Christin d’altermondialistes et, s’il est louable de les défendre, le résultat va clairement à l’encontre du but souhaité. C’est très lourd ! Le commentaire en off, est souvent trop long, empesé, redondant et carrément ch… . Quant à l’intrigue : les déshérités du monde entier prennent le pouvoir, en masse, s’emparant des lieux du pouvoir sans que les autorités ne voient le coup venir ni ne fassent grand-chose pour l’en empêcher (les négociations sont carrément risibles). Je passe sur la possibilité d’organiser ce genre de complot mondial… Bref, c’est très décevant, et la guimauve et les bons sentiments mal cuisinés me dégoulinaient encore des mains lorsque j’ai rendu l’album à ma médiathèque. Note réelle 1,5/5.

29/04/2017 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Bon j'ai l'impression que moi et Pierre Christin ça fait deux. Il y a parfois de bonnes idées, mais généralement je trouve que ses histoires sont vides, inutilement longues et avec en prime une vision politique sans aucune nuance et pourtant je ne suis pas du genre à rester indifférent à ce que peuvent vivre les gens dans les pays défavorisés. Ici, je trouve que l'idée de départ n'est pas totalement mauvaise, mais je trouve qu'il ne se passe pas grand chose de vraiment intéressant. On dirait que tout l'album n'a été fait que pour délivrer le message qu'on voit à la dernière page. Et puis je trouve le personnage principal un peu tête à claque. Le seul truc que j'ai trouvé un peu intéressant, c'est quand les autorités françaises tentent de réfléchir à ce qu'il faudrait faire. Cela doit être le seul moment où le scénario me semblait crédible car j'imagine très bien les autorités penser et agir de cette façon si cela se produisait dans la réalité.

12/07/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Fable alter-mondialiste, cette Nuit des Clandestins m’aura bien plu. Mais si elle m’a séduit, c’est bien plus grâce à l’ambiance sereine qui s’en dégage qu’à la solidité d’un scénario hautement improbable. Ambiance sereine donc. Et c’est paradoxal puisque les auteurs imaginent une invasion (pacifique, certes) des pays occidentaux par les laissés pour compte (ressortissant des quart et tiers-monde en tête). Une invasion qui parait si cool, si facile, si évidente qu’elle perd toute crédibilité du point de vue du réalisme. Mais puisqu’il s’agit d’une fable, je pardonne aisément cette faiblesse, comme je l’avais pardonnée à une autre œuvre du scénariste, à savoir Le Vaisseau de Pierre. Il y a d’ailleurs plusieurs similitudes entre ces deux albums (lutte pacifiste des exploités contre les puissants, action d’envergure merveilleusement coordonnée et rondement menée, climat serein accentué par de discrètes notes d’humour, …) et je pense que le lecteur qui aura apprécié le premier devrait également aimer celui-ci. Au niveau graphique, le style de Ceppi est typique des années ’80. Personnellement, je le trouve trop froid quoique non dénué de qualités. Il est, en effet, élégant, soigné, très lisible et d’une belle expressivité au niveau des regards. Une fable « façon Christin » pas mal du tout, en somme. 3/5 et un achat conseillé pour les fans du scénariste.

10/06/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Pierre Christin le politologue, le sociologue alter-mondialiste a décidé de faire du tiers-monde le sujet de sa collaboration avec Daniel Ceppi. Imaginer un soulèvement des laissés-pour-compte non seulement dans les pays de premier rang, mais aussi un afflux migratoire soudain, mais pacifique, c'est audacieux. Mais très mal exploité. Christin essaie de jouer sur l'aspect "rampant", souterrain d'un tel mouvement, pour installer chez le lecteur une certaine inquiétude. Que se passe-t-il ? Que font tous ces gens ? Pari perdu, on n'y croit pas une seconde. Bloquer des autoroutes avec des avions d'Air france, encercler l'Elysée avec des mobile-homes, c'est carrément ridicule. Et ce n'est pas le talent graphique de Daniel Ceppi, très à la mode dans les années 1980, qui sauvera l'album du naufrage. Parler au nom du Tiers-Monde et du Quart-Monde, c'est un voeu pieux. Mais ça résonne dans le vide quand c'est maladroit.

11/03/2006 (modifier)