Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

D'un enfer à l'autre

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Polar plus ou moins fantastique et barré...


New York

« New-York, 1950, un sénateur, George Keny, candidat à la présidence des Etats-Unis, et dans l’ombre, agissant contre lui, des êtres bien mystérieux… New-York, 201 ans plus tard, un flic, Saga Kimball, va devoir affronter ces mêmes êtres… L’éternel combat du Bien et du Mal dans la crasse et la lise d’une grande métropole américaine. Et indifférents pour l’instant à ces deux situations, trois policiers très particuliers, ressuscités dans un monde meilleur, arbitreront bientôt l’affrontement inévitable du Bien et du Mal… » (quatrième de couverture)

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Février 1983
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série D'un enfer à l'autre
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

04/02/2020 | Noirdésir
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Cet album n’est pas d’une rencontre facile. Sa lecture non plus n’est pas des plus aisées d’ailleurs ! Mais certains aspects (graphiques essentiellement) m’ont bien plu – et me font arrondir aux trois étoiles, alors même que l’intrigue en elle-même m’a un peu – beaucoup ? – échappé. Le dessin d’Alain Mounier est franchement très bon. Dans un style réaliste très classique, il utilise très bien le Noir et Blanc, avec un trait très fin, ciselé, très précis et au rendu très beau. Cet aspect graphique est réussi, que ce soit pour les corps, les gros plans, ou pour les décors. Décors qui sont très denses, certaines cases sont très chargées, vraiment remplies de détails. Tout ceci est vraiment chouette, chiadé. Et certaines cases sont aussi remplies de personnages, d’objets hétéroclites, leur donnant un petit air foutraque, les faisant parfois ressembler à des collages surréalistes. C’est que l’intrigue elle-même se révèle difficile à appréhender. On passe sans trop de transition d’une histoire classique de polar poisseux dans l’Amérique des années 1950 à une SF soft deux siècles plus tard, sans que j’aie très bien saisi le lien entre les deux. Un peu de poésie, un érotisme bien présent (et là le dessin de Mounier se révèle intéressant !) parsèment cette histoire. C’est d’ailleurs l’histoire dans son entier que j’avoue n’avoir pas trop comprise. Le dernier texte concluant l’album résume une bonne partie de mon ressenti (du moins concernant « l’histoire ») : « Et vlan !... Pour ce qui est des explications claires… faudra voir à patienter !! ». Voilà donc pour cet album, sorte d’ovni à l’histoire obscure – et à la fin brutale et quelque peu absconse (une « suite » était-elle envisagée ?). Je ne saurais que vous recommander de le feuilleter avant d’envisager l’achat, voire l’emprunt. Mais le visuel est vraiment très bon. Note réelle 2,5/5.

04/02/2020 (modifier)