Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Victor Lalouz

Note: 2.4/5
(2.4/5 pour 10 avis)

Victor n'a rien pour lui, mais pourtant, toutes sont folles de lui !!


Les Losers Poisson Pilote

Victor est (très) petit, les oreilles décollées, une calvitie précoce et le QI d'une moule. Son but dans la vie : devenir célèbre pour se faire plein de nanas. Mais pour débuter, il va simplement être engagé comme standardiste dans une radio branchouille, Smak FM. Mais très vite, les auditeurs vont demander à ce qu'il aie sa propre rubrique. Victor propose donc des sujets de société : la calvitie, les oreilles décollées, la fascination pour les gros seins, pour ou contre les mains aux fesses dans le bus... Victor va vite devenir un maître à penser pour ses auditeurs !

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2006
Statut histoire Strips - gags 3 tomes parus
Couverture de la série Victor Lalouz
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

20/02/2006 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Jetjet a l’air de dire que Diego Aranega est une personne intéressante et drôle, et je veux bien le croire. Mais ses créations ne me le laissent pas forcément deviner. En effet, je n’avais déjà pas vraiment accroché aux divers albums de Focu que j’avais eu l’occasion de lire, et ce « Victor Lalouz » ne m’a pas beaucoup plus convaincu. Certes, il y a quelques gags marrants, et j’étais prêt à m’attacher à ce personnage qui cumule quand même pas mal de handicaps : il est très moche, il est très con, inculte et satisfait de lui-même, et il n’est pas franchement veinard. Bref, il semble bien porter son nom. De façon surprenante, il parvient à se faire embaucher et à faire carrière dans une radio privée – la plupart des strips se déroulent dans le studio, le reste le montrant chez son psychanalyste, sauf dans le troisième album, où Aranega tente de diversifier les gags en utilisant des décors différents, hors du cadre professionnel de Lalouz. Mais cela ne suffit pas à éviter les redites, à varier suffisamment les gags : souvent l’humour manque de percussion. Le manque de renouvellement accentue ce côté un peu décevant de l’humour. C’est inégal, et peut-être aurait-il fallu ne faire qu’un album, ne conserver que les meilleures idées, je ne sais pas. Mais en l’état, moi qui suis pourtant adepte d’humour con, débile, je sors assez frustré de cette lecture. J’apprécie davantage Diego Aranega dans ses dessins du Canard Enchainé.

06/06/2020 (modifier)
Par Ems
Note: 1/5

Après la lecture du tome 1 Quelle tristesse cette BD !!! J'ai trouvé les strips vides et vulgaires. Il n'y a aucun second degré que des gags (???) faciles qui ne m'ont jamais fait rire. Le personnage principal est pitoyable. Peut-être que ses pitreries feront rire les plus jeunes mais je trouve triste de voir que mon fils de 5 ans a un humour bien plus fin que celui qui nous est proposé. Un grand moment de solitude face à cette BD, je me suis forcé à aller au bout des 48 pages. Plus ça avançait et plus ça tournait en rond. A éviter tout simplement.

27/03/2009 (modifier)
Par Jetjet
Note: 2/5
L'avatar du posteur Jetjet

Diego Aranega est un personnage unique ! Attractif sur les stands de dédicace, il n'a pas son pareil pour vous faire une mimique ainsi qu'un dessin inspiré agrémenté de pochoirs. Focu, sous la forme de ses strips, est une institution à lui tout seul mais dès qu'Aranega s'éloigne de ce format pour conter une histoire, on sent que l'histoire lui échappe et que la mise en scène ce n'est pas encore son truc mais ça reste sympathique ! (dernier tome en date) Aussi que reste t-il du talent de Diego Aranega avec son nouveau personnage, Victor Lalouz ? Eh bien hélas, plus grand chose car ça se voudrait cynique mais ça n'est que très plat et le dessin très peu inspiré... Cette histoire de personnage moche, petit et bête évoluant dans un univers qui lui est inconnu à la Candide de Voltaire n'interpelle que très peu et il est très rare que l'auteur fasse mouche ! Le principe d'une histoire découpée en strips (un peu comme pour Fennec) aurait pu être bénéfique mais ça reste à ce stade tellement mal découpé que l'effort est vain... Je rajoute 1 point pour encourager l'auteur dans sa volonté de vouloir faire un humour différent mais avec l'espoir de refondre son "Victor Lalouz" avec le mordant des premiers strips de Focu ! Et n'hésitez pas à interpeler Mr. Aranega si vous le croisez dans un salon, le dessin et le discours qu'il vous offrira valent tous les "Victor Lalouz" que vous lirez !

24/10/2007 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Cet album a tout à fait sa place dans la collection Poisson Pilote. Je ne connaissais pas du tout Diego Aranega et n'avait même pas entendu parler de son travail, mais je trouve qu'il marche dans les traces de Riad Sattouf. Sur cet album en tout cas le type d'humour est souvent le même tant ça tourne sur les pitoyables déboires de Victor Lalouz le bien nommé, notamment avec les filles. Dans l'ensemble ça m'a bien fait marrer. Je dois avouer que les gags sont parfois téléphonés. Je ne sais pas si d'autres tomes sont prévus mais il ne faudrait pas en faire des masses sans quoi ça risque de tourner en rond. Allez ça vaut presque un 4.

11/08/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Victor Lalouz est petit, myope, velu, puceau, fils à maman et psychanalysé. Tout un programme !... Il a aussi un rêve, Victor : faire de la télé ou, au pire, de la radio. Il s'y retrouve par hasard et anime, avec moult malentendus, une émission sur les choses de la vie... choses dont il ne connaît évidemment goutte. Est-ce drôle ?... Oui. L'étendue de l'ignorance et de la naïveté de Victor offre une palette de gags qui pourrait être quasi sans fin. Petit bémol toutefois : ces gags sont à absorber à petites doses. Il y a des albums, des séries que l'on achète les yeux fermés. Ouvrez-les -un tout petit peu- avant de passer à la caisse. Sur la longueur du tome (48 pages), ça pourrait devenir peu attachant. Néanmoins, j'ai plongé sans retenue dans ce recueil de strips de l'Hispano-Croate Diego Aranega. Un "sang nouveau", un jeune talent à suivre...

22/01/2007 (modifier)
Par Pacman
Note: 1/5

Je trouve cette bd nulle, convenue et très souvent vulgaire. Les gags sont prévisibles à l'extrême, il tourne toujours autour du physique pitoyable du "héros", du pucelage qu'il essaie de perdre en vain, de ces idées saugrenues mais vraiment pas drôles, etc. Un peu comme un album de Les Blondes en encore moins drôle et plus vulgaire. Deux exemples éloquents : - Victor urine à coté de son copain noir, hé bien, le gag dérape immanquablement sur la taille du sexe des africains. Inattendu, non ? - On a placé une webcam dans les chiottes du boulot. Sans commentaires...

17/10/2006 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Vitcor Lalouz est un looser. Le problème c’est qu’il n’en a pas conscience . . . et heureusement, sans quoi, les gags composés de quelques vignettes seraient nettement moins drôles ! Je me suis surpris à rire aux éclats sur certaines vignettes, chose qui ne m’était plus arrivé depuis bien longtemps avec une bd humoristique. Diego use des running gags et ça fonctionne plutôt bien. Ses dessins ? bah, ils ne sont pas terrible mais ça ne choque pas pour une bd de ce type. L’essentiel est de faire rire et c’est réussi ! Si ce premier recueil de gags permet de vérifier le bon fonctionnement de vos zygomatiques, je crains néanmoins que le niveau faiblisse dans les suivants si l’auteur ne se renouvelle pas.

21/03/2006 (modifier)
Par sagera
Note: 3/5

Je me suis franchement détendu en lisant ce premier tome. C'est juste ce qu'il faut de naïf, de drôle et d'insolent pour passer un bon moment. C'est vrai que ce Victor n'est pas un génie, c'est vrai qu'il est bien loin des canons de la beauté, c'est aussi vrai qu'il est aussi obsédé sexuel qu'incapable, mais il compense tous ces petits défauts par un fort capital de sympathie. Côté graphisme, c'est basique mais efficace. Bref, je recommande pour tous ceux qui veulent se détendre.

20/03/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 2.5/5 Ben mince, je pensais avoir des goûts assez proches de ceux de Spooky mais pour le coup, je n'ai vraiment pas autant apprécié cette BD que lui. Avant de la lire, je savais de quoi il s'agissait : une Bd d'humour sur un petit looser tout moche et obsédé qui réussit en tant qu'animateur radio. Je trouvais le sujet pas tellement original car les histoires de loosers, ça court un peu le monde de la Bd depuis quelques années, mais avec l'histoire d'animation radio et le fait que Victor Lalouz soit suffisamment un battant pour se frayer un chemin dans le monde de la radio, n'hésitant pas à magouiller et mentir, je me disais que des choses sympas pouvaient en sortir. Mais j'ai pas franchement aimé. Le personnage d'obsédé frustré et looser m'a trop rappelé Les pauvres aventures de Jérémie de Riad Sattouf dont le héros et son univers m'avaient singulièrement énervé. Ici, le petit Victor est un peu moins naze mais je n'accroche pas du tout pour autant. Aucun gag ou presque ne m'a surpris ni amusé. Ca se laisse lire car il y a une continuité dans l'histoire et on se demande jusqu'où il ira dans le monde de la radio, mais pour le côté humour, ben je n'ai pas ri. Ce n'est pas mon type d'univers, pas mon type de personnage. Quant au dessin, il est très moyen. Et surtout, la gueule de Victor lui-même m'exaspère très vite, ce qui est gênant vu qu'il est présent à chaque case. Bref, ce n'est pas vraiment une mauvaise BD d'humour mais c'est juste que je n'ai pas accroché et quand on ne rit pas sur une bd humoristique, il me semble que c'est un échec.

14/03/2006 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Alors là je dis bravo M. Aranega ! Voilà une série qui va vite se tailler une belle réputation. Car "Victor Lalouz" est un condensé de l'humour beauf contemporain. Marchant sur les traces d'Elie Semoun et ses petites annonces, mais en nettement mieux, Aranega livre là un petit bijou avec ces strips d'humour ravageur, à la chute irrésistible. C'est bien simple, j'ai éclaté de rire au moins 10 fois. Ce qui doit être un gage de qualité, car je suis plutôt difficile en matière d'humour. J'ai même hésité à mettre la note maximale. Mais nul doute que d'autres le feront, dès qu'ils se seront jetés sur cet album à ne pas manquer.

20/02/2006 (modifier)