Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Pauvres aventures de Jérémie

Note: 3.14/5
(3.14/5 pour 14 avis)

2004 : Prix René Goscinny pour le tome 1 Jérémie, célibataire et grand timide, travaille dans un boîte de jeux vidéos. La belle Florence également, qui ne peut s’empêcher de jouer avec ses pieds tout le temps.


Ecole Pivaut, Nantes Gobelins, l'École de l'Image Les Losers Poisson Pilote Prix René Goscinny

Jérémie, célibataire et grand timide, travaille dans un boîte de jeux vidéos. La belle Florence également, qui ne peut s’empêcher de jouer avec ses pieds tout le temps. Jean-Jacques, dessinateur de BDs, pote avec Jérémie, a rendez-vous au fin fond d’une banlieue mal famée avec une superbe créature à peine entr’aperçue. Sandrine, la sœur de Jean-Jacques, sort avec Youssef, qui porte un jogging avec les chevilles retroussées et affecte un boîtement. Ce sont donc ces trois histoires que cet album nous raconte, avec beaucoup d’humour.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2003
Statut histoire Une histoire par tome 3 tomes parus
Couverture de la série Les Pauvres aventures de Jérémie
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

25/01/2003 | ThePatrick
Modifier


Par jul
Note: 2/5

C'est avec une certaine curiosité que j'ai loué ces 2 vieux albums de Riad Satouf, auteur que j'aime assez ( surtout pour sa vie secrète des jeunes ). Je m'imaginais quelque chose d'assez cynique et tendre en même temps, une chronique de l'age ingrat sans pitié , à la mode Satouf quoi. Le résultat est à moitié décevant. Car finalement on a surtout droit à la chronique de 2 gros geeks obsédés par le fait de " baaaiser ... " Le problème c'est qu'ils ne sont plus ados, non. L'un travaille dans une grosse boite de jeux vidéo et l'autre est dessinateur de bd. Donc ce sont un peu 2 attardés, pas spécialement sympathiques, complètement teubés et lâches, pas courageux pour un sous... On se demande d’ailleurs comment ils arrivent à " serrer " ces nanas , qu'ils trouvent sur leur chemin. C'est là que le bas blesse niveau crédibilité car ces nanas elles non plus, n’arrêtent pas de " baiser " à tout vas, avec tous les lascars du coin; vivent en colloc avec ces mêmes lascars , fument des joints... mais restent attachés à ces 2 "cas-sos" que sont Jeremy et son pote. On ne voit pas le rapport entre tous ces personnages complètement différents ( classes sociales et sexe-appeal ). Pour faire simple, le 2ème album c'est comme le film "les bronzés", mais avec des joints de shit en + . Sympa mais c'est bon ça suffit ! Pas vraiment envie de lire le 3ème. On sent bien là les prémices à son autre fameuse série Pascal Brutal, qui personnellement ne m'a jamais attiré en raison du côté un peu bordélique et approximatif de ses références ( pascal Brutal fils d'un punk à chien tour à tour macho, "kaira", homo à moitié refoulé ,violent au grand coeur, rebeu, portugais ... ??? ). C'est too much. Je comprend ce qu'a voulu créer Riad Satouf dans son œuvre: l'observation de la banlieue; de ses codes, langages et attitudes. mais ce n'est pas vraiment aboutit dans Jeremy. Pour ma part je conseille plutôt la vie secrète des jeunes.

03/09/2018 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'ai emprunté l'intégrale à la bibliothèque et je n'ai pas continué ma lecture après le premier tome. Je m'attendais à lire une bonne histoire autour d'un pauvre perdant, mais je me suis vite ennuyé. Déjà, le personnage principal m'a franchement énervé avec son comportement d'ado immature et il y a une tête que j'ai vraiment envie de frapper. On est loin des loosers sympathiques de Tronchet. Ensuite, j'ai l'impression que c'est le genre d'humour qui marche par identification et je ne me reconnais pas du tout chez Jérémie et ses potes. Je n'ai pas le même univers et le même comportement qu'eux et l'auteur traite de sujets qui me laissent de marbre. De plus, si je comprends bien cet album date de l'époque où Sattouf a changé de style et cela explique pourquoi parfois je trouvais que le dessin n'était pas bien maîtrisé. Par exemple, il y a un gag qui normalement aurait pu me faire au moins sourire et qui a été gâché par l'expression du visage de Jérémie qui m'a semblé trop exagéré. Peut-être que la suite est meilleure, mais ce premier tome m'a tellement ennuyé que je n'ai pas la force de continuer l'intégrale.

12/08/2018 (modifier)
Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Le premier tiers de ce tome m'a plutôt accroché mais peu à peu un sentiment de futilité, voir d'inutilité s'est emparé de moi et j'avoue avoir eu beaucoup de mal à terminer ma lecture. Sans doute est ce aussi un problème générationnel car je ne me reconnais en rien dans les situations que vit notre looser. Donc aucun rire et pas franchement de sourire au court de ce récit. Le langage employé par moment est juste horripilant avec une sorte de pseudo verlan qui veut faire je ne sais quoi au juste. Si l'effet recherché est de faire jeune c'est à mon sens totalement raté. Quand aux personnages ils sont caricaturaux à souhait et évoluent dans un monde qui ne m’intéresse pas. J'aurais pu passer outre le dessin de Riad Sattouf qui n'est pas mon préféré si le scénario avait été à la hauteur mais ce n'est pas le cas et la suite des aventures de ce brave Jérémie se feront sans moi.

08/11/2015 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Après la lecture du tome 1. Avec un seul tome, j'ai réussi à me lasser avec l'impression de boucler sur la même chose en tournant les pages. Je reconnais qu'il y a un petit quelque chose mais j'ai surtout trouvé lourd ce premier tome. C'est peut être le sujet qui ne m'a pas conquis. Le dessin n'est pas là pour relever l'ensemble mais je ne lui reproche rien car dans ce type de BD, c'est le contenu qui prévaut sur la forme. Malheureusement, le contenu m'a laissé indifférent et la lecture s'est révélée fade. J'en resterai là.

29/01/2009 (modifier)
Par godzy022
Note: 4/5

Jérémie, c'est vrai, c'est le looser pathétique. Le gars qu'on montre du doigt, celui qu'on a tous un peu martyrisé au collège, peut être parce qu'il nous rappelait trop la part de Jérémie que chacun de nous a en soi, et qu'on s'efforce, un peu honteux, de dominer ou camoufler. Ici, il n'est plus un ado (quoique...), et hormis les quelques flash back, on a affaire à la vie d'un jeune actif. Du coup, les aventures de Jérémie, que ce soit à Paris, ou au camping, l'été, ça parle à tout le monde. Sattouf s'attache donc à nous narrer une histoire tout ce qu'il y a de plus contemporaine, maniant habilement la mise en scène du quotidien. Usant de procédés efficaces, parfois de clichés "clins d'oeil", mais le tout sans en rajouter. Et surtout, avec un dessin simple mais très expressif, plein de détails intéressants (un regard, une goutte de sueur...). C'est sans doute là l'objectif de la BD : faire rire sans trop se prendre au sérieux. En ce qui me concerne, ça a parfaitement réussi! Avec une petite réserve, tout de même, en ce qui concerne le 3è tome : Jérémie a (enfin) trouvé une fiancée, et la dynamique s'en trouve forcément modifiée. Mais les 2 premiers sont à lire, et relire.

09/06/2006 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 4/5

Même si je n'apprécie pas forcément le dessin de Riad Sattouf, les aventures pitoyables de Jérémie me font toujours beaucoup rire. Je trouve les situations assez crédibles, les personnages tout à fait représentatifs de leur époque. Les deux premiers albums sont très bons, la description de ce looser pathétique en quête d'une fiancée est par moment hilarante. Le voyage en Bretagne ne manque pas de piments. Le dernier album le rêve de Jérémie m'a un peu moins convaincu que le reste de la série. La corde commence peut-être à s'user.

27/05/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 2.5/5 Depuis le temps que j'avais repéré cette série par son sujet et surtout suite à son prix Goscinny, je n'ai fini par la trouver (et encore d'occasion) que ce week-end seulement. Heureux d'enfin pouvoir la lire, j'avais vraiment envie de l'aimer. Et il faut avouer que l'histoire n'est pas trop mal, relativement originale et assez bien racontée. Mais... Je me suis senti oppressé et stressé à la lecture et suite à la lecture de cette BD. Le comportement adolescent des jeunes héros de l'histoire m'a irrité, j'avais envie de les frapper tellement ils me portaient sur les nerfs. Et de suivre Jérémie dans sa vie de looser complet m'a vraiment gavé. Je n'ai lu que des extraits du Manuel du puceau de Riad Sattouf, mais j'ai l'impression que c'est ce même puceau, à peine dégrossi, que représente Jérémie alors qu'il est sensé être devenu un jeune adulte. L'auteur semble nous présenter un petit monde rempli uniquement de femmes de têtes qui maîtrisent leur vie sexuelle (sur-abondante soit dit en passant), de cailles-ra sans cervelle qui servent d'épouvantails, et de loosers peureux et aussi matures que des ados devant un film de cul. Ca ne m'a pas fait rire, ça m'a très peu intéressé, et avec toujours ce sentiment d'oppression que jai ressenti à suivre ce looser que l'auteur voudrait rendre attachant, ça ma gonflé.

10/02/2006 (modifier)
Par Téo
Note: 4/5

Je me suis surpris à sourire et presque glousser du grotesque des situations dans lesquelles se met le pauvre Jérémie, le pire c’est que la tronche du gars me rappelle un pote de classe au bahut, Jérémy, près de Gentilly justement (cf : l’histoire). Je ne m’attendais à rien sauf à avoir une belle surprise. Et bien oui. Ce récit m’a redonné le sourire en quelques pages. « Les jolis pieds de Florence » c’est une histoire de libido, de vie parisienne, de jeunes salariés c’est très contemporain et ça touche dans le mille. Le dessin simple correspond à la légèreté du scénar. Burlesque et facétieux, émouvant et léger, je suis preneur. Vivement conseillé pour ½ heure de jovialité.

02/02/2005 (modifier)
Par Korbak
Note: 4/5

La suite des aventures de Jérémie, le programmeur de jeux videos, vient de paraître avec "le pays de la soif". C'est encore excellent, on rit beaucoup, aucune redondance par rapport au premier album. La scène se passe sur un camping costarmoricain, un objectif unique pour deux potes : se faire une meuf en pleine canicule. Les "sauvageons", les fumeurs de joints en prennent encore pour leur grade : en vacances ou sur la route, ce sont des beaufs comme les autres. Si le premier album était très "parisien" (le métro, les sorties branchées, les faux cools du boulôt) et presque romantique celui-ci peint très bien l'ambiance vacances, sans jamais tomber dans l'excès "les bronzés". Le dessin y est pour beaucoup, ligne claire, couleurs unies et pétantes à la Lewis Trondheim, la candeur "Lapinot" en moins. Sattouf fait vivre ses personnages en maîtrisant l'art de la grimace, de la goutte de sueur inopportune, et du détail "qui tue". Amateurs inconditionnels d'heroïc fantasy, d'aventures épiques, passez votre chemin, l'unité de lieu, d'espace et de temps vous fera sans doute bailler. Pour les autres, bonne poilade assurée. Mon seul regret : il faut attendre qu'un auteur soit primé pour qu'il soit distribué : j'ai eu du mal à trouver "les jolis pieds de Florence" lors de sa sortie, comme si les libraires ne pouvaient pas faire de choix eux-mêmes.

09/03/2004 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Prix Goscinny 2004. Voilà une bien belle récompense pour une bien sympathique BD. Mon avis rejoint ceux des gens en-dessous, en particulier celui de Steril. Le dessin de Sattouf sur cet album est très surprenant, différent de ce qu'il avait fait auparavant. Il semble hésitant, pas terminé, et cela colle en somme parfaitement au propos, contant les aventures amoureuseument erratiques d'un jeune homme comme les autres, informaticien qui plus est. Comment ne pas s'attendrir pour Jérémie, tellement proche de nous, qui cherche à trouver sa place dans la société, à se rendre là où son coeur le porte... Vraiment un coup de coeur, cet album, une découverte et une réussite incontestable.

17/12/2003 (modifier)