Voyage Intemporel

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Note de la modération : Cette BD, publiée en 1982 par Glénat, puis rééditée chez Aedena en 1987, est ni plus ni moins le manifeste illustré d'une secte à mi-chemin entre scientologie et raëliens. Voir forum pour plus de détails.


Sectes

Note de la modération : Cette BD, publiée en 1982 par Glénat, puis rééditée chez Aedena en 1987, est ni plus ni moins le manifeste illustré d'une secte à mi-chemin entre scientologie et raëliens. Voir forum pour plus de détails. Histoire fantastique autant qu'étrange où se mêle science-fiction, exotisme et... discours sectaire illuminé. Un voyage (planant) au pays des îles du cosmos (wouhouuu...) et des forces de l'esprit (dérangé). La longue quête d'une spiritualité (pervertie) servie par un dessin extraordinaire (extraordinairement kitsch) de réalisme (pêté de rire !) et de fantaisie (pour sûr !). Véritable suite de tableaux aux encres de couleur (psychédéliques), cet ouvrage enthousiasmera tous les fidèles de Macedo, mais aussi quiconque sensible à la force du rêve (et désireux de rejoindre une secte qui-n'en-veut). Texte Glénat (parenthèses de moi)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1982
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Voyage Intemporel
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

19/02/2006 | Ro
Modifier


Par quenenni
Note: 1/5

Quel (mauvais) trip! Comme l'annonce le site, cette bd ressemble bien à un fascicule pour l'église de Scientologie. On peut être attiré par une curiosité malsaine mais personnellement j'ai pas pu lire plus de quelques pages, le reste je l'ai survolé et j'avais déjà l'impression que mon cerveau était en train de bugguer. Commençons par les dessins, ils sont d'une laideur absolue. Macedo a certes un style original et on ne peut pas dire que Macedo ait péché par manque de travail au vu du nombre de détails qu'il prend la peine de nous infliger à chaque vignette, mais le fait est là. Les personnages sont figés comme des statues de cire (pire que les premiers Aldébaran, c'est dire), il n'y a pas plus de 4 visages différents (2 pour les hommes, 2 pour les femmes), le héros ressemble à Jesus et les méchants à Nosferatu et les couleurs new age sont d'un kitsch insupportable. Pour ce qui est du scénario... J'ai rien contre le chamanisme à la Moebius mais là ça va trop loin. On est dans le cerveau d'un gourou de secte (au sens propre, comme l'indique le commentaire de Ro) paranoïaque et complotiste. C'est bien simple, tout ce que vous voyez autour de vous est faux, manipulé par les forces du mal. Rejoignez la lumière grâce à l'élu dans sa soucoupe volante. Seigneur, c'est à se demander comment cette BD a pu être imprimée. Pas grand-chose à sauver. Vic Voyage et "Caraïbes" ont les mêmes défauts mais en moins appuyés, ce qui les rend plus supportables.

27/12/2017 (modifier)
Par romain
Note: 5/5

Ouvrage intéressant et témoignage rare que cette BD. Je n'adhère absolument pas au message sectaire diffusé en fond mais il permet de se rendre compte de la folie douce de ses affidés. Mention spéciale au passage qui crucifie l éducation en la faisant passer pour un complot castrateur pour bloquer la psychologie et le développement des jeunes, autant le reste de la BD est gentiment naïf, new age, nanar vieillissant mal autant certains passages comme celui si sont carrément limites... Cela reste un voyage intéressant dans les méandres psychotiques d'une secte, à condition d'en revenir entier... et sain d'esprit. Je le classe comme culte pour la rareté de la fenêtre qu'elle ouvre.

16/07/2015 (modifier)
Par elfy
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Et bien moi cette BD j’ai adoré, et pourtant je ne suis absolument pas fan de BD ni de dessins animés, mais là ce fut un véritable coup de cœur !! Donc mille mercis à Appel Guéry pour ses dialogues insolites, Sergio Macedo pour ses dessins inspirés et ses sublimes couleurs, reflet de mondes éthérés et magiques. Et si cette BD se vend avec beaucoup d’enchères et qu'elle est rééditée c’est qu’elle est forcément cotée et appréciée.

05/01/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 1/5
L'avatar du posteur Ro

:| ... :| ... Suite à la lecture très laborieuse de cet... de ce... de cette BD (?), je me suis un peu renseigné sur son scénariste, Appel Guery. Et voilà ce que ça donne : www.scienceunitaire.com... Merde alors ! Cette BD, publiée en 1982 par Glénat, puis rééditée chez Aedena en 1987, est ni plus ni moins le manifeste illustré d'une... secte à mi-chemin entre scientologie et raëliens ! (NB : après recherche, cette "secte" à laquelle appartenait Appel Guery s'appelait le groupe ISOZEN, secte soucoupiste adepte d'hypnose collective et autres délires du genre) Dans les faits, cette BD oscille entre le Nanar absolu, la Bouse illisible et le discours sectaire dangereux et peut-être même criminel de nos jours. Le dessin est ahurissant tant il est kitsch. Couleurs flashy et pastels, dessins typés SF des années 70, personnages figés et ratés, scènes improbables de ridicule. Quand on feuillète cet album, c'est avec les yeux écarquillés en se disant qu'il faut absolument lire un tel Nanar pour rigoler un bon coup. L'ennui, c'est que derrière, oui c'est ridicule, mais c'est aussi illisible. Je vous cite un dialogue tel qu'on va en avoir durant des pages entières : Porte interdimensionnelle Terre 3 est cadrée par les circuits du cerveau internel des Surveyors 12. L'analyseur synthétique va pénétrer la zone spatio-temporelle de Terre 3 en l'an 7300 temps galactique où l'hyper-cerveau cosmique en matière psychonique indestructible résultant de l'évolution humaine totale au cours des milliers d'années précédentes réalise une conscience cosmique synthétisant les connaissances acquises durant les expériences du cycle de la vie humaine et qui est le seul capable, à ce stade, d'entrer en résonnance avec nos schèmes de conscience internelle. Ouf... Et ça, c'est quoi ? C'est une bulle sur 2 sur chaque planche du début à la fin de l'album. Incompréhensible, et seulement hilarant quand on en lit une par-ci par-là mais pas quand on essaie un tant soit peu de suivre le... processus narratif symbiotique de cet histoire conscientifique et intra-luminiquement visuelle. Argh ! Je suis contaminé ! Bon, bref, pour le moment, ce dessin kitschissime, cette histoire de SF qui aurait été ridicule même en 1850 (temps galactique) et ces dialogues incongrus ont tout pour faire un bon nanar qu'on lit en se fendant la gueule. Et ce fut chose faite pour moi à pas mal de moments. Mais à énormément d'autres moments, j'étais tout simplement effaré par le contenu de cette histoire, par les messages qu'elle fait passer sans aucun détour. Les hommes sont issus de souche extra-terrestre, certains privilégiés ont été illuminés par les puissances extra-terrestres qui dominent l'univers, ils doivent mener les hommes vers le salut et pour cela, leurs disciples doivent abandonner tout bien matériel pour développer uniquement leur esprit à la recherche du bonheur spirituel, ils doivent rejoindre la communauté du gourou Yogan, et s'ils veulent en sortir c'est qu'ils ont été pervertis par le Mal Innommable, et à la fin la Terre doit périr dans un grand cataclysme dont seuls les plus proches disciples de Yogan seront sauvés par les extra-terrestres pour rejoindre un Nirvana où ils pourront refaire le monde à leur image. Je résume mais je vous épargne au passage tous les messages insidieux, les affirmations plus que douteuses, les déclarations qui seraient sans doute passibles de prison pour incitation à entrer dans une secte destinée à glorifier un gourou unique. Si seulement les auteurs faisaient ça au second degré, mais non, le scénariste est le gourou de cette "science unitaire" ("Pour la jonction entre la conscience énergie de l'intra-univers et de l'extra-univers") et le dessinateur écrit dans la post-face de la BD à quel point il a été convaincu par la doctrine de son scénariste. Franchement incroyable que cette BD aie pu être publiée... et rééditée... J'en reste comme deux ronds de flan... :| NB : un site très intéressant dénonçant ce type de secte et leurs agissements : www.anti-scientologie.ch/huckel-les-soucoupistes

19/02/2006 (modifier)